Récit de la course : La Dromoise 2012, par PhilKiKou

L'auteur : PhilKiKou

La course : La Dromoise

Date : 23/9/2012

Lieu : Die (Drôme)

Affichage : 8680 vues

Distance : 143km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

1/ PROMENONS-NOUS DANS L'DIOIS, PENDANT QUE LE LOUP N'Y EST PAS !!!.. ou ....


              2/  BALADE DANS LE DIOIS SANS COMPTE (U) R !

                       3/ APRES NOUS LE DELUGE

                               4/ ILS SONT FOUS ... CES GAULOIS !!!

 

   Pour choisir le titre 1, taper MOUTON, pour le 2 taper ZERO , pour le 3 taper PLUIE , pour le 4 taper GAULOIS. Appel au 26 26, coût d'un appel 32 €  (prix de l'inscription sur place)

 

 

***Déplacement et dernier préparatif avant décollage..

    La Drômoise est en train petit à petit de trouver sa place dans le calendrier des cyclosportives et ceci grâce à une bonne organisation, une région magnifique à parcourir en vélo, et une météo ensoleillée pour l'édition 2012.

    La cuvée 2012 s 'annonce pétillante, ensoleillée avec de la cuisse et un peu ventée ! Ce programme alléchant attire quelques 1300 cyclistes de tous horizons et de tous niveaux sur les 4 parcours de 36-70-116 et 143 kms.

    Saut du lit à 5H40  (avant le Saut de la Drôme un peu plus tard dans la journée), décollage à 6h10 pour un atterrissage à Die à 7h50 sur le parking SNCF.

    **lA DENT DE DIE AVANT D'ARRIVER A DIE : LA JOURNEE VA ETRE BELLE !!!

Je saute sur mon fidèle destrier pour rejoindre le parking du Meyrosse à plus d'1 km. Il y a pas mal de bénévoles tout de jaunes fluos vêtus, dont des personnes handicapées qui vont participer à leur façon en étant signaleurs sur le parcours (encadrés par un responsable qui doit être un ancien handballeur contre qui j'ai joué.. au siècle dernier;-) ).

   Inscription en tant que randonneur, car l'inscription en cyclosportif coûtait 6€ de plus, et mon avant-dernière place sur la Pierre Chany m'a confirmé qu'il fallait que j'oublie le chrono. Consigne suivie au pied de la lettre et du chiffre, car, bien involontairement, je ferai cette Drômoise sans compteur, l'ayant oublié chez moi !!! Ca ne m'empêchera pas de passer une bonne journée, j'aurai pu faire un oubli plus gênant du style des chaussures, .. ou du vélo !

 

    Je repars avec un maillot de la Drômoise (taille « S » pour mes enfants, car déjà équipé et je n'aime pas trop les maillots avec petites fermetures), plus une bouteille de Clairette dans un sac « Jaillance ». Je m'arrête rapidement au stand « café », en même temps que les motards encadrant la cyclosportive,

puis jeté un œil sur le stand original « l'homaillons » avec plein de cyclistes et autres personnages en maillons de chaine de vélo...  Mais vous comprenez, la société, c'est une chaîne. Salut les maillons!" (Coluche).   Pas facile de repartir avec la bouteille de Clairette en vélo jusqu'à la voiture.

   Je remarque sans en prendre un, un stand de vélo électrique, avec lesquels on peut participer à la Drômoise ».

  *MAIS QU'ATTEND CET ECOSSAIS ???... à suivre , réponse un peu plus loin


 Un peu frais ce matin, je m'équipe, accroche mon dossard rando « Drômoise » au dessus de « l'Ardéchoise » du maillot et je pars avec le coupe-vent  pour rejoindre la ligne de départ.

Retour au parking Office de Tourisme et jeu de pistes dans de petites ruelles envahies de vendeur « vide-grenier » ,

pour passer sous une porte fortifiée et ensoleillée !!!


Une affiche curieuse et comique à droite de la porte, qui prendra un sens encore plus drôle en arrivant au ravitaillement de Volvent, par Jupiter !

   Je n'échange pas mon casque contre le casque romain (peut-être qu'Astérix et Obélix sont passés par là ?...) ,et mets pied à terre pour monter la ruelle pavée et rejoindre la rue du Viaduc qui enjambe le Meyrosse. A 20' du départ il y a déjà du monde. Les cyclosportifs essaient de se frayer un chemin pour rejoindre le 1° sas des « chronos ». J'attends patiemment dans le sas « rando » au milieu de vélos très divers et variés :

 2 vélos couchés à ma droite,

un vélo électrique devant moi équipé de sacoches, vu aussi 2 vieux vélos, à côté desquels mon ancien Gitane Mach 330 aurait eu l'air récent,..

 

    ***La Drômoise : 26, 25, ...3, 2, 1.... c'est parti pour une belle balade !!!

*143kms d'accord , mais trouvé 2217m. de D+ sur Openrunner...

   

 

Je franchis le viaduc fleuri et décoré de vélos, la ligne de départ étant tout de suite après,

avec un groupe de musique et le speaker qui donnent de la voix.

   1° tandem féminin, .. et je finirai avec un autre tandem.. mais suite à la fin du récit..

  Quand Drômoise rime avec Musique, tout au long de la journée.

 TIENS MAIS CE NE SERAIT PAS L'ECOSSAIS  de tout à l'heure !!!

  Les 12 premiers kms n'ont pas trop d'intérêt si ce n'est de s'échauffer à un bon rythme. Des groupes avec dossards « randonneurs » me passent à très vive allure !!! Je n'essaie même pas d'accrocher leurs roues. Il y a juste un groupe de 5 cyclistes de St Jean en Royans, que je verrai à plusieurs reprises dans la journée, qui roulent à mon rythme. A noter que la route est privatisée jusqu'à Pontaix, où l'on quitte enfin  la route de Crest.

  Le temps de voir furtivement Gérard Mistler, président de l'Ardéchoise, je file avec ce groupe le long des vignes et de la Drôme,

avec les 3 Becs en arrière-plan.

  Ca yest, en traversant la Roanne, on attaque les côtes drômoises en filant sur les chemins de traverses !!

 

Tandem, moto, vélos classique ou couché, tout les moyens sont permis !!!

  Sur cette 1° partie, la sécurité est bien assurée au moindre obstacle.

   Passé à St Benoit en Diois ,...

 

    et dans le tunnel  au pied du Rocher de Pierre Ronde (1202m.)

   Pas d'escapade aujourd'hui dans la belle vallée de l'Aucelon, découverte il y a 2 ans grâce à la rando de la Roanne  du club de Crest (récit http://www.kikourou.net/recits/recit-11767-la_randonnee_de_la_roanne-2011-par-philkikou.html ), c'est le circuit de 70 kms qui passe par là aujourd'hui,

au pied des Rochers des Blaches et de St Michel. Le Tavard, Pradelles et le pont du Pas du Loup ( le prédestiné..) et voilà St Nazaire le désert *** au bout de 40kms.

  C'est toujours très agréable de passer et s'arrêter dans ce village.

   Photo de l'église à partir du pont ferré,

 

 juste avant le ravitaillement... musical et matinal.

*Epicerie Boulangerie du village avev vélo couché au ravito

*** SAINT-NAZAIRE LE DESERT : C’est auprès d’un prieuré Bénédictin du 12ème siècle que se construisit le village actuel aux 14 et 15ème siècle. La communauté des habitants se situait auparavant sur un crête de Montanégue, à Saint Philibert, puis ils descendirent progressivement au bord de la Roanne. Si le nom de Saint Nazaire vient du patron de l’église des moines, le Désert rappelle sa situation dans ce territoire très anciennement nommé « le Désert », qui s’étendait jusqu’à la vallée de L’Eygues. Avant l’ouverture de la route les échanges étaient plutôt orientés vers le Sud, par le col du Pin, puis par le col Lescou ; mais la Nouvelle Route de 1895, a réorienté les circulations principales vers le chemin de fer et la route de la Vallée de la Drôme. Après le rattachement de Petit Paris, son territoire s’étale sur 4 662 hectares. Il y eu 1169 habitants en 1806, et seulement 185 en 1999. Mais nombreuses sont les résidences secondaires.

Ces ponts métalliques datent évidemment du temps de la construction des routes, 1885 pour le pont du Brouas, et 1896 pour le pont du Chenevier. Ils sont les représentants des premiers ponts en acier doux rivés.

  

 

 Alors que la montée jusqu'à St Nazaire était plutôt en pente douce, on quitte le village avec plus de % pour rejoindre le Col des Guillens (802m.),


 pas loin de la Servelle (1613m.).

*SOURIEZ VOUS ETES PRIS EN PHOTO.

*HERBES D'OR SUR LES TALUS

 

   Le Col du Portail ouvre les portes de Volvent*** déserté par ses habitants, mais regroupé au Col de Vache (887m.)  pour une bonne surprise !!! (50 kms / 2h05 / 11h10)

 

                          ***Nouvelle Edition : ASTERIX CHEZ LES DROMOIS !!!

                                    

       -Nous sommes en 2012 après Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains... Toute ? Non ! Un village du nom de Volventum, peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur. Et la vie n'est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum, Petitbonum, Sactum Nazairium et Chalaconum... par Toutatis !

              *Le comité d'accueil du village ...

 -Quelques Gaulois :

*ASTERIX :

 

le héros de ces aventures. Petit guerrier à l'esprit malin, à l'intelligence vive, toutes les missions périlleuses lui sont confiées sans hésitation. Astérix tire sa force sur-humaine de la potion magique du druide Panoramix... Citation : Mais non, Obélix. Tu es un peu bas de poitrine, c'est tout ... ( Astérix aux Jeux Olympiques )

 

*OBELIX :

 l'inséparable ami d'Astérix. Livreur de ménhir de son état, grand amateur de sangliers et de belles bagarres . Il est accompagné par Idéfix, le seul chien écologiste connu, qui hurle de désespoir quand on abat un arbre. Citation :

-Ils sont fous ces Romains! ( Astérix gladiateur ) -Je ne suis pas gros ! Non monsieur! Enveloppé ... Tout juste enveloppé ! ( Le tour de Gaule d'Astérix )

*IDEFIX :

… et le fils (caché?) d'Obelix

 

le chien d'Obélix. Il apparaît discrètement dans Le Tour de Gaule, où il suit tout au long de l'album les deux héros, Astérix et Obélix. Dans les histoires subséquentes, il prendra une plus grande place. Il n'est nommé que dans l'album suivant, Astérix et Cléopâtre, suite à un concours lancé par Goscinny dans l'hebdomadaire Pilote au cours de la publication par planches du Tour de Gaule. Citation : Ouah Ouah! (Le tour de Gaule d'Astérix )

 

*PANORAMIX :

Druide, grand sage, Panoramix est respecté de tous. Seul détenteur du secret de la potion magique, dont la recette ne se transmet que de bouche de druide à oreille de druide. il prend souvent les décisions importantes dans le village et fait parti du conseil du village en compagnie d'Astérix, d'Assurancetourix ou d'Obélix. Panoramix est le héros de l'album "le combat des chefs" au cours duquel, après une malencontresue rencontre avec un menhir d'Obélix, Panoramix perd la raison. Citation : Non, Obélix, tu n'auras pas de potion magique, tu es tombé dedans quand tu étais petit. ( Asterix le Gaulois )

 

*ASSURANCETOURIX :

Barde, prêt à chanter dès qu'Astérix et Obélix partent dans une aventure, mais il ne finit jamais ses chansons, toutes interrompues par une baffe (ou un coup de marteau,de poing...). Artiste incompris des "barbares" du village, il est sûr de devenir une vedette à Lutèce. Quand il ne chante pas, il est un compagnon très apprécié par les villageois et fait partie du conseil du village. Citation : Je vais vous chanter... ( Astérix le Gaulois )

 

*ABRARACOURCIX : Chef du village, majestueux, courageux et ombrageux ; il est respecté par ses hommes et craint par ses adversaires mais les décisions importantes sont le plus souvent prises par Astérix et Panoramix. Egalement appelé Cochonnet par son épouse Bonemine . Citation : La seule chose que nous ayons à craindre, c'est que le ciel nous tombe sur la tete. ( Astérix gladiateur )

 

*BONEMINE :

 

 est l’épouse du chef du village gauloisAbraracourcix. Peu satisfaite de sa condition, elle préfèrerait que son mari rejoigne son beau-frère, Homéopatix, qui fait des affaires à Lutèce, ville de goût, plutôt que de rester la femme du chef d’un village de barbares. Elle n’apprécie pas particulièrement que son mari l’appelle Mimine mais l'appelle parfois « Cochonnet » (La Rose et le Glaive page 33 et Le Devin). Cependant, elle sait tenir tête quand son statut de femme de chef est menacé (en se servant en général des poissons d'Ordralfabétix - La Zizanie page 46). Bonemine est la personnification de la féministe moderne. Elle est découverte pour la première fois dans Le Bouclier arverne, même si elle est aperçue dès Le Combat des chefs sans pour autant connaître son nom.

 

*CETAUTOMATIX :

 

 Forgeron du village, il est la fusion de 2 personnages : le forgeron et celui qui empêche Assurancetourix de chanter. Cétautomatix est un critique brutal : outre le fait qu'il empêche le barde de chanter, il est à l'origine de très nombreuses bagarres de par ses commentaires peu flatteurs sur la fraicheur du poisson d'Ordralfabetix.

  -et d'autres personnages invités à Volventum :

*CLEOPLATRE :

la reine d'Égypte qui commanda un palais à Numérobis. Elle a également une relation amoureuse avec Jules César qui lui donnera un enfant, Césarion (véridique), qu'elle cachera dans le village des irréductibles Gaulois. César la décrit ainsi : "Elle est gentille, mais la moutarde lui monte facilement au nez - qu'elle a joli, d'ailleurs."

Elle apparaît pour la première fois dans Astérix et Cléopâtre

*CESAR : est présenté comme empereur, conquérant de la Gaule, et irrité par la résistance du village gaulois. Il s'agit d'un adversaire acharné, mais magnanime. Il apparaît pour la première fois dans Astérix.

 

Il apparaît pour la première fois dans Astérix.

 

 

 ... A CHOISIR, JE PREFERE LA TAVERNE DE VOLVENTUM !!!

=> UN GRAND MERCI AUX HABITANTS DE VOLVENT POUR LEUR ANIMATION ET LEUR BONNE HUMEUR !!!

 

 

Je pense que le repas d'après-course a du être chaleureux, bien garni de sanglier, et bien arrosé de cervoise.. n'est ce pas Obelix !!!

 *COL DE VACHE A REBAPTISER "COL DE SANGLIER"

***VOLVENT : Le village-rue perché, dont on a une vue superbe de la route de Saint Nazaire, possède une pittoresque église rurale Notre Dame de l’Olme. Comme la majeure partie du Diois, il passa entièrement à la Réforme au 16ème siècle, qui arriva d’Aucelon par la Servelle. Le presbytère et l’église furent détruits pendant les conflits. Cette dernière fut reconstruite par la suite. Vous pourrez admirer les belles maisons anciennes aux linteaux datés. Ce petit village est réputé dès le 19ème siècle pour son miel, dont on dit à l’époque qu’il est de «grande réputation» (1850) et «excellent» (1900). Le miel de Volvent était réputé. D’une part il y avait le miel de lavande, d’autre part, le miel de buis. Miel et lavande ont de tous temps été associés : là où est cultivée la lavande, on trouve du miel. Le miel de lavande étant très recherché. Dans le temps, comme chaque famille avait son alambic, chaque famille avait son rucher : des ruches-tronc (un tronc d’arbre vide avec un croisillon au centre). Le miel était extrait à chaud. Il y eut 427 habitants en 1811, seulement 23 habitants en 1990 et maintenant 43 habitants en 2007.

    ***Au revoir les Gaulois, bonjour Chalancon et la Vallée de l'Oule !

     Je quitte à regret ce village d'irréductibles et sympathiques Gaulois, et poursuis ma balade en direction du Col des Roustans, en longeant la Montagne de Pralobeau.

 A l'attaque de cette descente jusqu'à La Motte, je descends en pédale douce, histoire de bien profiter des paysages magnifiques,

les ruines de la tour sur la Serre de la Croix, le passage au Pas de l'échelle, équipé d'un via ferrata, et cerise sur la gâteau, la passage à Chalancon***qui mérite le détour et un arrêt dans ce village collé à la  montagne, avec un beau panorama.

***CHALANCON, avec ses 3000 ha, compte parmi les grandes communes du département et s’étend sur les versants de la vallée de l’Oule et de la vallée de la Roanne, jusqu’aux portes des communes de La Motte Chalancon et de St Nazaire le désert.
La soixantaine d’habitants est dispersée entre le magnifique village, accroché à son rocher, situé plein sud et dominant le village de la Motte et plusieurs habitations, parfois regroupées en hameaux, posées ici et là, le long des chemins et des routes qui sillonnent la commune.
L’activité agricole est encore présente avec quelques exploitations pratiquant essentiellement l’élevage de moutons et chèvres, la culture des plantes médicinales et aromatiques.
Au hasard d’une des nombreuses randonnées possibles, vous découvrirez la piste d’atterrissage de l’altiport de Faucon doré (privé) ou encore le site de la Via ferrata suspendue aux falaises jouxtant le village.

 

   Arrêt rapide au ravitaillement de la Motte Chalancon, où les musiciens font une pause peut-être  à la recherche du temps ou de la partition perdu ?... (63kms)

   Je suis l'Oule en solo en faux-plat montant. Un cycliste me rattrape, mais il roule à un rythme trop rapide pour moi. J'en rattrape un autre, j'engage la conversation, mais cette fois-ci, et de manière générale, les cyclistes ne sont pas très bavards, avares en paroles et en échanges... Je trouvais l'ambiance dans les courses à pied plus sympas !

  

Passé à coté du village de la Charce qui a l'air de mériter un arrêt.. une prochaine fois.

Croisé et salué une cycliste en vélo couché avec son enfant dans une remorque (tous les moyens sont bons pour faire du vélo et découvrir la Drôme), et je redouble un triathlète de Valence dans une montée... Cela fait plusieurs fois que je le double en côte et qui me dépasse en descente. Echange de quelques mots,

 mais je vais perdre une bonne partie de mes compagnons de route à la bifurcation des circuits 116 / 143 kms, avant le village d'Establet.   (75 kms)

   2 cyclistes se renseignent auprès de 2 bénévoles avant de choisir. Pour moi c'est sûr, direction Valdrôme et le Col du Fays  sur le 143kms.

                     ***ROUTE FERMEE A DOUBLE TOUR …

    J'attaque le Col du Fays en me demandant si je suis bien sur la Cyclo la Drômoise, tellement c'est désert ! Col inconnu et agréable qui passe de lacets en lacets dans un forêt  de hêtres.

 

Un panneau averti « attention aux loups ! ». 1 cycliste m'a doublé avant le Col de Fays (1051m. ),

et je rejoins un tandem du VTRP Romans . Je leur parle de la belle rando de leur club début Juin, et file vers le Col de Roussas,

 avec une belle vue sur la Montagne de Tarsimoure (1550m.) Passé en-dessous du village de St Dizier en Diois en discutant cette fois-ci avec 2 cyclistes plus loquaces que la moyenne.

Le temps de photographier 5 supporters (3 enfants et 2 ânes)

 je les rejoins au Col de Roussas (1121m. / 87 kms / 4h), avec une belle vue sur les Montagnes de Dindaret et de l'Aup (1757m.) qui domine Valdrôme.

 

Une belle descente jusqu'à 60km/h pour rejoindre Valdrôme*** et son ravitaillement.

   Une petite côte surprise pour passer et découvrir le village met à mal les dérailleurs. Descente aussi abrupte et voilà le ravito musical !!!

Je m'y arrête quelques minutes et repars en saluant et  remerciant les bénévoles pour cet agréable ravitaillement (92 kms / 4h10 de vélo / 13h15... et le 1° est arrivé à Die depuis 15'  en roulant à plus de 36 km/h de moyenne!!!

   A l'arrière du ravitaillement, des cibles représentant faisan, .. et surtout le loup qui est l'actualité du jour à cause de ses attaques de troupeaux .

  

***Valdrôme, petit village de montagne situé aux sources de la Drôme . Construit sur un éperon rocheux, le village a la particularité d'être desservi par des ruelles parallèles sur 3 niveaux et celles-ci sont reliées par des escaliers abrupts appelés "Cantons".  Ce petit village est resté vivant et animé. On le voit aux associations existantes : le Syndicat d'initiative, le Club de Tir à l'Arc 'association "Les Amis de Valdrôme". On le voit aussi aux équipements : salle de réunion, salle d'animation. à ses sentiers pédestres , VTT et thématiques à ses parcours ludiques, à ses terrains de jeux, à son école... Un groupe de Valdrômois se réunit régulièrement pour éditer "La Gazette" qui sort régulièrement. Ce sont des témoignages qui ont ponctué l'histoire du village. Vous pouvez la recevoir en nous contactant par mail à infos@ot-valdrome.com

 ***MANIFESTATION POUR UNE COHABITATION DIFFICILE, VOIRE IMPOSSIBLE …

   J'attaque, en suivant la rivière Drôme, un retour  avec le léger vent du Sud dans le dos, avec le crochet par Lesches en Diois. Avant l'arrivée sur la route du Col de Cabre,

je vois 2 personnes au milieu de la route, dont une qui tient une sorte de canne à pêche avec une peluche animal au bout de la corde... Je pense dans un premier temps à une animation sur le parcours, mais je comprends en m'avançant que c'est une manifestation des bergers qui n'arrivent plus à vivre avec leurs troupeaux dans les montagnes avec la présence du loup.

   

Les moutons tués, blessés, apeurés malgré les précautions prises (parcage, patou, …) qui s'avèrent inefficaces . Est-ce que cette action leur permettra de se faire entendre et résoudre leurs problèmes ? Je l'espère pour eux, mais rien est moins sûr... En tout cas je comprends leur colère et leur désarroi, eux qui vivent au plus près de la nature dans un cadre magnifique, mais avec un métier très dur, ils ne savent pas s'ils vont pouvoir continuer leur activité de bergers, à cause de l 'introduction du loup qu'ils subissent et pour laquelle ils se retrouvent désarmés... Cohabitation possible ? Faut espérer... Bloqué entre les balles de pailles et les cadavres des moutons tués par le loup à écouter les revendications des éleveurs (voir article Dauphiné Libéré),

 

 ils nous libèrent finalement pour continuer notre parcours. Nous sommes une vingtaine à sortir au compte-gouttes. 3Kms pour rejoindre Beaurières  en solitaire, avec un groupe qui me passe, mais je préfère ne pas prendre leurs roues, car la dernière difficulté arrive à grands pas.

  *UN P'TIT CROCHET PAR LESCHES EN DIOIS

AVANT LE CLAPS FINAL .. et un saut dans la Drôme !

    A l'entrée du village de Beaurières direction Val-Maravel (endroit où a eu lieu les dernières attaques de loups) puis à nouveau à gauche sur la petite route en lacets montant à Lesches en Diois. La chaleur et les  %  me font monter à une vitesse assez faible.. Je rattrape 2 cyclistes du groupe précédent, avant d'arriver sur un plateau à 1000m., coincé entre la Montagne du Puy à droite (1550m) et le Serre Chaitieu ( 1110m.). Quelques côtes alternent avec des plats pour arriver au village de Lesches***.

Un ravitaillement nous attend au village orné de sculpture en bois. Un petit arrêt, le plein d'eau,

une photo de l'église,

 de la « maison de Camille » (cadran solaire, traduction approchante : Badau, faï toun camin, l'ouro passo : Badaud, fais tout ton chemin, l'heure passe. Sur ces conseils, je file et descend rejoindre la vallée de la Drôme.

***Déjà les hommes de la préhistoire, puis les romains ont su apprécier les ressources de ce petit plateau paisible, insoupçonné depuis la vallée, malgré une eau rare et un sol rocheux.

Aujourd'hui, les multiples bergeries se sont métamorphosées en jolies habitations de pierres, fleuries au gré du vent par des bouquets de roses trémières; les forêts, tantôt de pins et petits chênes, tantôt de hêtres, ont remplacé les troupeaux de moutons.

Accords climatiques et paysagers, Lesches-en-Diois et son décor, à 1030m d'altitude, sur 2008 hectares, rappellent les petits villages alpins enrichis par un parfum de lavande gonflée de soleil.

Ce "village nature", habité par 33 habitants en hiver, s'anime de ses 250 résidents secondaires dès les premiers beaux jours d'Avril; repos, randonnées, cueillettes, fêtes ou encore chasse aux fossiles, les plaisirs à partager séduisent tous les passants...et vous? Mise à part l'activité principale agricole, le village fonctionnait grâce à ses différents artisans: plusieurs tisserands (jusqu'en 1914), un maréchal ferrant (jusqu'en 1940), un menuisier qui fabriquait des meubles en noyer, un fabriquant de sonnailles pour les brebis, un tailleur et un cordonnier passaient dans les familles pour faire vêtements et chaussures, pendant que les jeunes filles à marier confectionnaient des couvertures peignées pour leur dot.

Au XIXème siècle, Lesches était prospère, la commune avait une perception qui desservait les villages avoisinants (jusqu'en 1932). Avant 1914, il y avait deux fours communaux, un moulin (à Michane) alimenté par la cascade, au moyen d'une écluse (arrêtée vers 1875). Avant 1939, presque chaque foyer faisait son vin foulé aux pieds, on trouvait de la vigne jusqu'à "Pierre taillée".

-Pour garder les moutons, on louait des enfants de dix ans, les chiens, équipés de colliers à pointes pour éviter l'égorgement, éloignaient les loups.

-L'église a été restaurée fin XIXème siècle

-La première automobile est arrivée à Lesches en 1930

-Le premier tracteur en 1948

-L'électricité est installée en 1935

-L'eau courante en 1953

-L'école est fermée depuis 1980

Avec quelques arrêts,

 histoire de profiter de la dernière vue de Lesches au-dessus des falaises du rocher de la Queue du Plat,

et les 1° belles couleurs d'automne. Des bénévoles m'attendent pour traverser la voie ferrée Valence-Gap et rejoindre la route du Col de Cabre.

3Kms pour rejoindre le Claps ***, appelé aussi le saut de la Drôme.

***Le Claps (de l'occitanclap ou clapas, « bloc de rocher »[1]) est un site qui se trouve à 2 km au sud du village de Luc-en-Diois, dans le département de la Drôme.

*C’est un site né de l'écroulement d'un flanc de montagne. Il s'y est développé des activités de loisirs (détente et baignade). Il s'agit également d'un site privilégié par les amateurs d'escalade, puisqu'on y trouve de nombreuses voies équipées , ainsi qu'une via ferrata.      

*En 1442, une assise se détacha du flanc sud du Pic de Luc (au-dessus de Luc-en-Diois). En glissant, elle vint heurter en aval un éperon calcaire. Cette masse rocheuse se divisa, se brisa en blocs énormes et barra la Drôme en deux points. Ainsi se forma en amont le Grand Lac (5 km de long environ, 300 hectares de surface) et en aval, le Petit Lac (6 hectares). Le lac a son histoire : il donna lieu à des conflits entre seigneurs et riverains. Il devint en 1561, la propriété des Chartreux de Durbon qui en firent une réserve de poissons pour leur monastère, mais eurent quelques peines à le défendre des maraudeurs. Il fallut l'intervention du Parlement de Grenoble puis de Louis XIV lui-même. Finalement, les maléfices reconnus de ces rives marécageuses firent envisager en 1753 son assèchement. Mais des rivalités engendrèrent de nouveaux procès et retardèrent les travaux jusqu'en 1788... Et ce fut après la Révolution, en 1804, que sera percée la roche par où s'écoulent les eaux du "saut de la Drôme".

La nécessité d'éviter le Claps lors de la construction de la ligne de chemin de fer du "Briançonnais" (Valence - Briançon) au début du XXe siècle, a également valu au site un viaduc, long de 244 m et de 44 m de hauteur, dont le tablier métallique a été entièrement reconstruit. Ainsi cet éboulement qui en son temps fut ressenti comme une catastrophe et donna lieu par la suite à d'incessantes mésententes locales est devenu aujourd'hui un "site classé".

   

  UN PEU DE FATIGUE ????

.... ET C'EST REPARTI EN MUSIQUE POUR LES DERNIERS CYCLISTES DE LA JOURNEE...

 Traversée Luc-en-Diois et à la sortie, nouveau ravitaillement musical. Un petit air de violon, d'accordéon, et c'est reparti direction Luzerand et 

*FOURMILLIERE GEANTE A MENGLON ??

 Menglon. A 2 kms de Luc-en-Diois je vois un attroupement de cyclistes. Je redoute un accident, mais heureusement ce n'est qu'une crevaison (un cycliste du club de St Jean du groupe de 5 que j'ai souvent croisé). Pas beaucoup de cyclistes en vue que ce soit droit devant ou en me retournant.

    Il y a juste au loin un tandem qui est parti quelques secondes avant moi au ravitaillement.

J'arrive à les rattraper dans un faux-plat avant Menglon, et je leur colle aux basques sur plusieurs kms de descente. Les tandems en général, et celui en particulier file à bonne allure. J'arrive non sans mal à prendre quelques relais et à discuter avec eux sur ce final sans trop d'intérêt une fois que l'on a rejoint la route principale passant par Die. On rattrape 2 cyclistes qui s'accrochent à notre « groupe » et prennent des relais en mettant le turbo.... Je décroche bien carbo, et rejoint la ligne d'arrivée tranquillou, en saluant les bénévoles qui sécurisent les carrefours, et après 6h22 de vélo, avec 20 à 30' de pauses diverses et variées je franchis la ligne d'arrivée à 15h27'.

   Je laisse mon vélo dans la consigne,

 et passe devant le podium... musical pour aller profiter du repas (même sans ticket oublié dans la voiture;-) ) : ravioles, fromage, éclair au chocolat, café,.. tout ce qu'il faut avant de reprendre la route.

Pendant que je me restaure, les podiums défilent, notamment celui du 143kms où s'est à nouveau Lionel Genthon qui est arrivé 1°... 36KM/H pour lui... 22 pour moi ;-) .... et bien fait de m'inscrire en rando, en cyclo j'aurai fini 226° / 230 ... je ne pédale plus dans la même catégorie !!!

Même sans "h" Lionel Genthon remporte toutes les cyclos de la région...

   En conclusion, belle journée, très belle organisation, pas mal de routes privatisées, ou désertes... Côté météo, le ciel nous est pas tombé sur la tête... à 1 jour près, car le soir même il est tombé des trombes d'eau dans la région de Die 

   16h. Départ pour le Nord-Ardèche en voiture , en prenant en stop à la gare de Die où je suis garé un jeune espagnol qui a bossé à Chatillon dans les vignes, et qui veut rejoindre Mâcon.

    Je termine en remerciant les nombreux bénévoles avec une pensée particulière aux habitants de Volvent, qui ont donné un petit air d'Ardéchoise côté ambiance !!!

Infos piochés sur les sites www.vallee-roanne.com   www.lamottechalancon.com    www.ot-valdrome.com et http://www.lesches-en-diois.fr/cadrehistoire.htm , http://patrick.robo.free.fr/cadre_devises.htm, http://fr.wikipedia.org/wiki/Claps

4 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 30-09-2012 à 05:50:38

Voilà un CR sympa ! Ça change de l'habituelle course à pied. Je constate que vous avez quand même un peu de soleil dans le sud...

Commentaire de PhilKiKou posté le 30-09-2012 à 09:17:52

;-)) , oui, comme en Normandie, du beau temps entre les averses... et pas d'chance pour le we kikou, c'était plutot maussade pour eux.. bon marathon !!!

Commentaire de Byzance posté le 30-09-2012 à 13:35:16

La Drôme, ça vous gagne !

Commentaire de Gibus posté le 30-09-2012 à 18:46:28

Bô récit par toutatis

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !