Récit de la course : La Bouillonnante - 104 km 2015, par Galaté57

L'auteur : Galaté57

La course : La Bouillonnante - 104 km

Date : 25/4/2015

Lieu : Bouillon(B) (Belgique)

Affichage : 1844 vues

Distance : 104km

Matos : TS Kapteren/cuissard Kiprun
XT5
Sac LAFUMA Kinétik 11

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

21 autres récits :

BOUILLONNANTE 2015

Et voilà, une page est tournée après près de 4 mois de préparation.

Après cette dernière semaine difficile avec un estomac capricieux, c'est le doute au ventre que j'arrive à BOUILLON. Près d'une heure pour trouver une place convenable, il semblerait que la Bourgmestre soit réfractaire aux places de parking !!!

Pour le fun, j'emprunte les 300m derniers mètres avant la ligne d'arrivée tout en haut du château, au passage, un salut au Duc en lui disant à demain...

 

Retrait du dossard, comme un gosse, trop content, mon premier avec prénom !!! Je me renseigne pour l'acheminement des sacs au km52 = des cartons avec invitation à mettre son nom ou N° de dossard...

J'entends un « Galaté » c'est Aline qui est là aussi avec ses amis. Très peu d'animation ou stand, il est 19H00, autant redescendre pour se restaurer, au menu :

  • crème déjeuner à base de patate douce/muesli/yaourt.

  

Un banc m'invite, autant profiter de la quiétude avant la pluie annoncée pour la nuit. Voilà un compagnon qui semble apprécier cette crème, pour ma part, la digestion reste difficile. Et l'idée d'abandonner cette emplacement et d'aller en ville à l'opposé pour une bière me tente guère. Du coup je traîne un peu, vérifie une énième fois mes affaires, accroche mon dossard. Le plein de la poche, 4 barres et 4 gèles pour cette première moitié. Quelques photos de la nuit arrivant et j'essaie de trouver un peu de sommeil sur le siège arrière. Mes voisins sont plus prévenants, ils sortent 2 tentes bi-places Queshua et s'installent sur la gazon.

    

Et dire que nous passerons sur cette passerelle à 00H00

 

 

VENDREDI 24 avril, 22H30 : 11°, ciel nuageux, vent faible

Equipement : sous-vêtement B'TWIN/TS Kapteren/collant Kalenjirun/chaussettes Kapteren Intensive/XT5U + buff et mitaine,

Dans la poche à eau un mélange APTONIA/bicarbonate/malto/jus de fruit/citron/smecta et pour le plaisir j'introduis deux sachets de thé vert/miel.

 

Direction le chapiteau, avec près de 300 participants (20 absents) c'est un peu le bazar niveau sono, heureusement sans cette pluie annoncée, dehors c'est mieux. Nous sommes invités à aller au fond du château, passage des arches pour se retrouver dans la cour avec un concert de percussion. Je retrouve Aline, chacun est déjà dans sa course. Un briefing plein d'humour, ENIA (décidément!!) et le top départ est donné à 00H00,

                                                           

Descente le long du château, mon premier objectif sera d'atteindre la première BH de 4H30 pour 27km. Un long ruban de frontale devant moi, inutile de s'affoler, dès le 4ème km nous sommes déjà en mode marche pour attaquer la première difficulté sur un single bien montant.

Peu habitué au bâtons et pour ne pas blesser les autres participants, je préfère reporter leur utilisation plus tard quand nous serons plus espacés. Le rythme est bon, déjà les groupes de niveau se sont formés, des habitués nous annoncent le programme...

Après deux heures nocturne, je réalise que la halo de la frontale NATURAL SHINE est vraiment faible, me mettant vraiment en difficulté quand je me retrouve seul !! pourtant je l'ai chargé la veille et la batterie est sensée tenir 4H00 en pleine capacité... elle serait restée en fonctionnement dans le coffre de la voiture ??? Heureusement par prudence, j'ai emporté une 2ème frontale Black Diamond à pile, Avant une belle descente technique c'est dans le noir total que je fais l'échange !!!

Ces premières heures démontrent déjà le niveau élevé de ce tracé, de nuit, nous passons des passerelles et sur des crêtes, comme le regrette Aline, « dommage qu'il fasse nuit car le panorama doit être magnifique, il faudra revenir de jour » Vers 3H00 la pluie annoncée en milieu de nuit se joint à nous, pour le moment elle est appréciée, un « réveil » bienfaiteur.

Grosse angoisse, nous passons le 27ème km et sommes encore en pleine forêt avec un fléchage (BRAVO POUR LE BALISAGE, avec le réfléchissement des frontales sur les fluos, difficile de se perdre) qui nous éloigne de la ville en bas de colline....

Ce n'est qu'au 29ème km (D+ cumulé 980m)que le ravito se présente, il faudra compter sur cet écart pour les prochaines BH. Je m'arrête plus longuement que Aline pour sortir les bâtons et compléter ma poche à eau qui ne me donne qu'un mince filet et pourtant loin d'être vide. J'ai passé cette première barrière, maintenant j'ai 4H30 devant moi pour couvrir les 25 prochains km.

D'emblée une belle montée et le sol devient glissant, je retrouve le groupe habituel, chacun est dans sa bulle à cette heure où nous devrions être dans les bras de Morphée. L'aide des bâtons me booste, je rattrape un autre groupe dans la descente mais inutile de s'emballer nous ne sommes qu'au 45ème km, le jour se lève. Instant mitigé, sans la frontale les balises se font plus discrètes, devant moi ils sont deux à partir dans la mauvaise direction. Ces parties boisées en friche sont une vrais plaie, avec des troncs au travers à escalader ou à contourner, j'en viens à regretter les singles de l'Aubrac.

Comme prévu la BH annoncée au 52ème est au 55ème, je reste étonné par le nombre de sacs encore en attente de leur proprio, les abandons seraient ils déjà nombreux ?

Je suis dans les temps de 20mn, tout bon pour se changer et compléter le ravito.Ce n'est pas comme cela que l'envisage un bénévole serre-file presser de partir... petite prise de tête avec.... surtout quand je lui fait remarquer que je suis dans les délais.... une bénévole sympathique m'apporte un bol de soupe pendant que je change de chaussettes (je réalise que le mesh des XT5 est maintenant totalement déchiré)et enfile un ML sec, COMME CELA FAIT DU BIEN !!!!! Et je quitte ce ravito rapidement, le serre-file derrière moi..... pour réaliser après 5km que j'ai oublier de compléter les gels et barres !!!

  

Etat des lieux, il me reste 1 gel et 2 barres amandes jusqu'au km 75 prochain ravito, il va falloir faire avec, pour l'instant je profite de la plénitude des vêtements secs, la pluie se fait aussi un peu oublier, je dépasse d'autres participants, vraiment en mode zombie, l'idée est de ne pas puiser dans les réserves et en gardant une marge de 20mn sur la BH, c'est de nouveau des parties en friches assez pénibles, le dénivelé est abordable, mais même en descente il faut être des plus vigilant avec les branches ou racines, plusieurs arrêts sont nécessaires pour enlever brindilles et pierres qui se glissent pars les déchirures. Remplacer par les XT4 aurait été une bonne idée.

Enfin le 75ème km à MOUZAISE, toujours cette marge de 20mn, ce qui n'empêche pas les bénévoles de commencer à démonter le stand et n'offrir que de l'eau plate, quand je leur fait remarquer qu'il y a au moins 5 personnes derrières moi, j'ai droit à « ils sont hors délais » ….

Une discussion interne s'engage entre mes deux oreilles : avec une barre d'amande est il raisonnable de continuer jusqu'au km 90 prochain ravito complet à FRAHAN ??

La rage me pousse à continuer, je suis obligé de marquer plusieurs arrêt dans cette montée, le cadran m'annonce que le D+ cumulé est de 3000m, soit encore + de 1000m pour les 25 derniers km... Je commence à atteindre mes limites, km 80 il est 14H30, un moment d'inattention et je chute dans une descente, rien de mal, juste une belle peur qui me fait réaliser que cela n'est plus raisonnable, devant moi un point relais 9, je stoppe sur un muret.

Les serre-file passent et tel à une navette,

Fin de ce périple, le conducteur m'informe que déjà près 1/3 des participants ont abandonnés. Ce trail ne sera pas renouvelé par manque d'effectif et de moyens, la Bouillonnante s'en tiendra à la version des 56 km.

Et l'idée de faire justement ces 56km l'année prochaine germe, histoire de connaître cette fameuse fin avec le « mur » et la traversée du Semois. wink

2 commentaires

Commentaire de Renard Luxo posté le 27-04-2015 à 22:35:42

Chouette récit, difficile de redescendre sur terre après un ultra tant le quotidien peut paraître fade à côté de ces expériences fortes. Les BH étaient sévères, une demi-heure de plus aurait sans doute changé beaucoup de choses. On remettra de toute façon le couvert en 2016 sur le 56, les places seront chères à en croire l'orga qui entend les limiter.

Commentaire de Galaté57 posté le 28-04-2015 à 12:41:15

Bah, ce niveau de barrière est un "bien" aussi, cela permet d'appréhender les prochains trails de façon plus sereine. Certainement sur 'LES FANTOMES3 le 15 août en prépa de l'Endurance Traild des Templiers.... Bref encore de belles aventures pour 2015 :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !