Récit de la course : Trail des Eaux Vives - 17 km 2017, par fparchemin

L'auteur : fparchemin

La course : Trail des Eaux Vives - 17 km

Date : 8/5/2017

Lieu : Marseille 11 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 577 vues

Distance : 17km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

Le récit

L'avantage d'un jour férié c'est qu'un club peut assurer une compétition le même jour chaque année. C'est le cas du Trail des eaux vives qui a lieu chaque année le 8 mai depuis dix ans. L'autre slogan du club 42,195 km pour l'épreuve qu'il organise : "le seul et unique vrai trail dans Marseille". On sent la nouvelle concurrence des trails urbains et autres ultra qui se développent dans l'aire marseillaise.

Entre le Parc national des Calanques et le camp militaire de Carpiagne, les contraintes s'acumulent et les habitués ne manquent de relever les changements. Apparement le parcours a été réduit par rapport aux années précédentes tout en concervant les passages symboliques par le Mont Carpiagne, le Mont Saint-Cyr et la croix Saint-Marcel.

La zone de départ/arrivée est plutôt sympa et ô surprise, un lecteur du forum me reconnait. Incroyable alors que ma photo n'est pas présente. Un rapprochement entre résultats d'un précédent trail et mon récit : on a vite fait de devenir une célébrité. Sympathique conversation. Merci Gautier si tu me lis et à la prochaine sur une autre course.

17 km donc qui commencent rapidement. Ayant regardé le profil je m'attendais à du monotrace et une forte montée dès le début. Mon départ très rapide ne fut pas vraiment judicieux car il était assez facile de doubler au début, et l'effort est à maintenir longtemps car la montée est assez progressive. Du coup, j'ai été souvent doublé dans le premier tiers de la course.

L'ascension du Mont Carpiagne ne fut pas la grimpette la plus agréable de l'année : un vent terrible qui plaque ma joue droite sur la machoire et fait voler ma joue gauche comme dans les dessins animés !

La suite est classique : des descentes très techniques un peu glissantes puis une petite escalade. La petite boucle de 4 km pour attendre la Croix Saint-Marcel est finalement une épreuve particulièrement la remontée difficile en fin d'épreuve. On descend ensuite par une large piste DFCI en lacet. On croit être arrivé mais il reste quelques centaines de mètres en sous bois avec un peu de dénivelé et des escaliers qui font bien mal en tout fin d'épreuve.

Les + :

- Les vues exceptionnelles évidemment, sur Marseille mais aussi la vallée de l'Huvonne (jusqu'à la Sainte-Baume) et Cassis et la baie de La Ciotat si on prenait la peine de se retourner dans l'ascension du Mont Carpiagne.

- La longue descente DFCI en fin de parcours : bien valorisante pour le chrono !

- Les signaleurs bénévoles très nombreux, très sympas et surout bien utiles sur ce parcours où on se perdrait immédiatement sans leur présence.

Les - :

- Le vent : je n'aime vraiment pas cela. Heureusement que le temps était chaud, ça compense.

- Les dernières difficultés de fin de parcours alors qu'on pensait l'arrivée située au bout de la piste DFCI.

- Entendre l'animateur qui annonce les arrivées alors qu'il nous reste deux bons kilomètres à couvrir c'est un peu de la torture.

Réflexions pour la prochaine fois :

- J'ai encore du mal à doubler sur les monotraces de peur de bousculer le coureur précédent. Je ne dois donc plus hésiter à dégainer le reflexe courtois de demander à passer. Fais juste tenir la cadence ensuite.

- Contrairement aux précédentes courses, j'ai bien mal aux jambes dans l'après-midi. La distance m'a poussé à aller à fond quand je le pouvais. Je pense maintenant de plus en plus à essayer des trails longs afin de m'autoriser à courir moins vite...

- Ce n'est pas forcément un trail que je referai dès l'année prochaine : l'environnement méditerranéen typique et la roche calcaire correspondent à mes terrains d'entrainement et ce parcours ne dispose donc pas pour moi du bonus "exotique" qui vaudrait un nouveau déplacement. Certes la vue est magnifique mais je préférerai donc plutôt revenir en mode rando pour mieux l'apprécier (et choisir un jour sans vent). Et puis il s'agit d'une épreuve où le nombre de places disponibles est assez limité et il faut offrir aux autres la possibilité et s'y essayer !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !