Récit de la course : Trail de la Roche d'Oëtre - 30 km 2018, par centori

L'auteur : centori

La course : Trail de la Roche d'Oëtre - 30 km

Date : 21/10/2018

Lieu : St Philbert Sur Orne (Orne)

Affichage : 260 vues

Distance : 30km

Matos : Salomon SLab Wing 8

Objectif : Faire un temps

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

Trail en Mode Vengeance

En mode Vengeance

 

Ce trail de la Roche d’Oetre, je l’ai fait deux fois et l’on ne peut pas dire que cela avait été un succès.

2016 je suis sur le 30km, je boucle le parcours à l’agonie en 3h30. J’en aurai bavé pendant 30km, et je termine vraiment très entamé et très loin de l’objectif qui était d’ailleurs très surestimé.

2017 je suis cette fois sur le 20km, j’arrive sur la course fatigué et je préfère donc me contenter de cette distance. Pas de chance sur une portion non technique, je trouve le moyen de mettre le pied sur un caillou et j’ai la cheville qui cède. Abandon !

Autant dire qu’en 2018, j’arrive vraiment le couteau entre les dents pour me venger et faire enfin une belle course sur ce joli trail de la Suisse Normande.

Fin septembre, j’ai bouclé un trail de 30km a bonne vitesse, et donc je suis ambitieux au départ du trail. L’objectif affiché est de 3h10, mais secrètement si je pouvais tendre vers les 3h00 ce serait une bonne idée.

 

Le Trail de la Roche d’Oetre c’est un parcours tracé au cœur de la Normandie dans la Suisse NORMANDE

 

 

 

Le profil ne donne pas excessivement de dénivelé 1000D+, mais si les montées et descentes ne sont pas longues, elles sont souvent abruptes, le terrain est assez cassant.

 

 

 

En 2018 nous aurons eu un terrain franchement sec, l’été a été chaud et sec en Normandie et jusqu’à début Novembre il aura fait chaud et très sec. l

 

Partie 1 : Km1 à KM10.

Je sais que cette partie est technique et qu’il ne faut pas partir trop vite pour éviter de se cramer, la fin de la course étant difficile.

Alors je pars à la cool, oui mais voilà les autres coureurs partent comme des balles et ça cavale de partout, je me fais doubler dans tous les sens sur ces 2-3 premiers kilomètres assez roulant.

Je suis en 5’ au kilo et j’ai l’impression de me trainer incroyable. On arrive rapidement en sous-bois et l’on rentre dans une zone très technique, des chemins en devers assez peu marqué, des montées sèches et des descentes abruptes mais peu longues. Je suis plus rapide, mais problème on ne peut pas doubler. Je me dis alors qu’aurai mieux fait de partir plus vite, mais aussi que la course est longue et que j’ai le temps du coup je reste assez tranquille.

Il y a même un bouchon au km5-6 ce qui me fera perdre au moins 2 minutes, c’est un peu agaçant.

Au KM7 je double une connaissance qui visiblement est parti trop vite, je lui mettrai au total 24 minutes sur les 23km restants. Ce sera l’occasion de le chambrer ensuite.

Je boucle cette section en 6’04’’ de moyenne au kilo à raison du bouchon, ce n’est pas brillant mais je ne suis pas du tout entamé.

Cette section de la course est assez sympa, c’est technique, mais elle arrive trop tôt dans le parcours à mon avis. En effet, si elle nous était proposée en seconde section, la course serait plus intéressante dans le sens ou nous pourrions alors aller plus vite et faire des écarts au lieu de rester coincé par des coureurs sans pouvoir doubler.

Je suis sur cette partie avec des filles qui jouent l’accès au podium, la guerre fait rage et moi je suis au milieu en spectateur. C’est amusant.

 

Partie 2 : KM11 à KM20

La section démarre par le ravito que je sèche ayant ce qu’il me faut sur moi, et cela me permet accessoirement de grapiller 2-3 places gratuitement.

Cette section est beaucoup plus roulante une fois les km11 et 12 bouclé. On finit en effet une belle côte, et ensuite on redescend pendant 3-4 kilomètres et ensuite c’est du plat. Du coté du terrain, on est toujours en forêt mais avec plus d’espace et de vue, on passe en bordure de champs, dans des fermes ou proche de cours d’eau.

Cette section est vraiment sympa, variée, moins technique certes, mais on peut aller plus vite, je double beaucoup de coureurs, on retrouve aussi les coureurs du 20km il y a donc plus de monde, cela permet de se motiver pour sauter de coureur en coureur.

Je boucle cette partie avec une moyenne totale de 5’40’’ au kilo, j’ai claqué plusieurs KM en 4’30 et l’essentiel en 5’ au km cela permet de bien faire baisser la moyenne et gagner beaucoup de place.

 

Partie 3 : KM 21 à l’arrivée.

Cette section démarre évidement par le ravito, je m’arrête en mode express pour remplir ma gourde. L’arrêt a du être au maximum de 30’’ ce qui me permet même de gagner deux places.

Je sais que cette section est plus difficile, je lève donc un peu le pied. On est cette fois quasi exclusivement en forêt et en bordure de cour d’eau, c’est légèrement humide mais sans boue, et surtout il y a beaucoup de pierre. On est sur un terrain qui pourrait permettre d’aller vite dans la mesure ou il n’y a pas trop de dénivelé, mais les pierres rendent la progression technique, cela nécessite d’être concentré et très attentif.

Je m’attache à doubler les coureurs à proximité, cela m’entraine et je tourne en 5’ au kilo jusqu’au km 26. A  ce stade je sais que l’objectif 3h10 est gagné et que faire 3h voir en dessous est jouable, je suis donc dans une logique d’envoyer au maximum pour réussir cet objectif.

A partir du KM26-27 on retrouve des côtes sévères et des pierres ce qui plombe le rythme 7’ au km. Mais je double un copain de Lycée, cela motive aussi. Km28 et 29 facile sur le plat en 5’, et enfin le mur final. On arrive vite et d’un coup les marches pour aller au sommet de la roche d’Oetre.

Je regarde la montre, je sais que je peux réussir à taper les 3h, alors je monte comme un fou en attaquant dans cette montée raide qui nous fait gagner plus de 100m de dénivelé en moins de 500m, c’est dur, les mollets brulent, mais je double. J’ai une vraie belle sensation, au sommet de la cote hop c’est reparti pour accélérer et finir à fond.

Résultat 2h55’11’’  -  5’44’ de moyenne.

Classement : 63 / 405.

Un résultat comme je ne l’attendais pas. L’entrainement de l’été a vraiment payé.

Je me suis régalé sur ce trail superbe de notre belle Normandie. Je reviendrai en 2019 pour tenter de faire mieux ou qui sait soyons fou le 80km.

Cerise sur le gâteau, le trail de la roche d’oetre est désormais certifié ITRA et la côte tombe : 541.

C’est ma meilleure côte en Normandie, je n’avais jamais dépassé le 520. Vraiment content.

 

KikouMoment

A l’arrivée, je vais saluer le Lutin et sa bande. Le lutin n’aura pas osé faire le 30km sinon sur que je l’aurai « poutré » comme il le dit régulièrement. Je l'avais pourtant défié à la régulière devant courir sur ses terres !

2 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 14-12-2018 à 22:09:44

Content d'avoir enfin fait ta connaissance. Il était hors de question pour moi de faire le 30 km ayant couru un cross la veille. De toute façon, je ne t'aurais même pas suivi un kilomètre à ce rythme. Fallait me défier il y a quinze ans, là tu aurais pleuré ta mère...
Bravo pour ce très beau chrono.

Commentaire de Shoto posté le 19-12-2018 à 19:06:49

bravo pour le CR, pour le chrono, pour le classement ... et pour cette belle cote ITRA :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.52 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !