Récit de la course : L'Intégrale des Fous 2019, par poucet

L'auteur : poucet

La course : L'Intégrale des Fous

Date : 6/4/2019

Lieu : Niederbronn Les Bains (Bas-Rhin)

Affichage : 657 vues

Distance : 150km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

12 autres récits :

Intégrale des Fous - 1ere édition


Intégrale des Fous


A Niederbronn il y a des courses pour tous le monde et il est même possible de doubler le plaisir. Après avoir goûté à l'Intégrale en 2016, je me suis laissé tenter par la version gourmande proposée pour le première fois cette année par les Vosgrirunners : l'Intégrale des Fous consiste a enchaîner les 107 km et 3700D+ de l'Ultra Trail des Seigneurs le Samedi et les 43km et 1550D+ du Grand Défi des Vosges le Dimanche. 

Danièle m'accompagne pour ce grand WE dans les Vosges du Nord. Nous rejoignons Niederbronn le Vendredi soir après le boulot, il faut récupérer les dossards avant 20h. Pas de stress, mais bon, faut pas traîner. Nous retrouvons quelques uns des fous et un peu moins fous engagés sur les longues distances du lendemain avant de rejoindre un petit studio réservé à 300m du départ .... bon plan.

Tout le monde se retrouve le lendemain, équipé du sol au plafond, encore au chaud dans le gymnase et concentré sur le challenge de la journée. Je retrouve Laulau Bretzel, Nicolas mitraille plein pot, la journée promet d'être belle ...

Avec un départ à 6h et donc une toute petite partie nocturne, j'ai opté pour la petite Petzel. Ça n'éclaire pas grand chose mais ça oblige a partir doucement. Pour le reste j'ai pris simplement une ceinture avec 2 bidons et les quelques bricoles imposées par le règlement. On reste là dans le raisonnable, loin des valises imposées sur quelques "grandes" épreuves. Aux pieds j'ai chaussé les Asics Trabucco, une valeur sure.

Danièle profite encore de la couette a l'heure du départ, je lui ai donné RV à 9h au premier ravito de Lembach : 3h pour parcourir 24 km ça ma parait un rythme raisonnable pour aller au bout de l'aventure. Nous naviguons dans des nappes de brouillard mais cette première étape est facile, très roulante ...

Patrick Bringer, champion de France de trail 2015, vainqueur de la Saintélyon, de la 6000D, du Ventoux, de l'Endurance Trail ... une pointure nationale pour honorer ce première de l'Ultra Trail des Seigneurs ...

Sans jamais forcer l'allure je pointe la bas avec pratiquement 30' d'avance et bien sur Danièle n'est pas arrivée. Pas grave, je remplis les bidons, picore sur la table ravito et repars en téléphonant a ma douce pour lui donner rencard au point suivant.

La seconde étape le long de la frontière est selon moi la plus intéressante du WE, elle nous emmène de châteaux en châteaux en empruntant de superbes sentiers pour rejoindre Obersteinbach. Cette fois Danièle est là pour me passer un bidon de St Yorre, un bidon d'isotonique et quelques gels. Un bisous et je repart dans les pas d'une jolie, on discute un brin ... Elle a fait son premier "long" 3 semaines plus tôt au Petit Ballon (4ème après recherche) et projette un premier 100 bornes en Juillet au Beaufortain. Ces jeunes ne doutent de rien !!! Mais visiblement il y a du potentiel derrière ce joli sourire. On se reverra donc du coté de Queige dans quelques mois ... en attendant la gazelle s'envole au raidar suivant. Elle finira seconde du Défi des Seigneurs.

Je reste sur mon tempo "zone de confort", comme d'habitude je mets a profit le long faux plat avant la bascule sur Dambach pour rattraper pas mal de coureurs déjà en mode marche. Le petit single qui s'enfile ensuite au cœur des grès pour plonger sur le ravito est un pur bonheur ...

On traverse le petit pont, on longe la rivière et hop, nous y voila. Changement de bidons, je picore et c'est reparti pour la grimpée du Wintersberg pendant que Danièle file directement a Niederbronn.

10 km pour rejoindre le sommet du parcours, une ascension par paliers ou il faut être capable de relancer en trottinant sur les longs faux plats intermédiaires ... Ouf, voilà la tour, c'est la bascule vers Niederbronn. Les dossards verts du Défi des Seigneurs sentent déjà l'écurie et me débordent de toutes parts dans les premiers lacets ... D'habitude je me lâche aussi, mais cette année j'ai bien intégré qu'il faudra repartir ensuite pour 33 bornes. Donc pas question de s’enflammer, j'assure les appuis et je descend tranquille pour passer à Niederbronn un peu avant 15h, pile poil dans mes prévisions.

Cette fois je prends un peu plus de temps pour me poser et manger quelques pâtes chaudes. Les Trabucco assurant toujours je renonce au changement de pompes envisagé et je repars 10' plus tard, a contre sens des coureurs qui arrivent. C'est sympa, sourires complices, encouragements, on ressent la solidarité des ultras, c'est un bon moment ... Et voilà déjà la rivière annoncée. La rubalise nous guide pour descendre dans le lit, et là il faut longer un long goulet sombre pour passer son la route. De l'autre coté un corde nous invite a remonter ... les photographes s'en donnent a cœur joie !!!

Mon Laulau, alias Bretzel Man en pleine action ...

Ça fait sploch sploch en repartant dans l'herbe, mais ça ne dure pas bien longtemps car voila déjà l'ascension vers l'Ungerthal. Je crois reconnaître certain passages que nous empruntions sur les premières éditions du Grand Défi des Vosges (57 km à l'époque, la plus longue course de la région, ça paraissait ÉNORME). J'alterne petite foulée et marche quand la pente devient trop rude.

Je suis sur le point d'arriver au ravito lorsque je que j'appercois un coureur dans l'autre sens. Je reconnais la belle allure de champion de Patrick Bringer, en tête de la course ... un frisson me parcours, fier d'être là, lorsque nous échangeons quelques mots d'encouragements. Il reste 7 km de descente à Patrick et 25 km en dents de scie pour moi !!!

Je retrouve Danièle quelques minutes plus tard au premier passage a l'Ungerthal. Da là nous repartons pour une boucle de 21 km au profil particulièrement rugueux. On m'indique que Patrick Bringer a mis 2h pour en venir a bout ... L'attente va être longue pour ma douce avant de me revoir, elle passe donc dans la camps des bénévoles pour servir les soupes aux suivants.

Certes les raidars étaient plutôt saignants, mais en réalité ce qui m'a le plus fait souffrir ce sont les interminables bout droits en faux plats descendants, à mourir d'ennui, un véritable supplice mental. Heureusement que les jambes assuraient encore ... Mais que le temps m'a paru long avant de revoir à l'Ungerthal, avec les deux bidons a sec. Allez, double soupe engloutie et il ne reste plus qu'a plonger sur Niederbronn. A nouveau il faut traverser la rivière avant de remonter jusqu'au gymnase ou je passe la ligne d'arrivée après en 13h37, 22ème au scratch et 5ème V2 ... On nous passa une médaille autour du coup. Le genre de truc que je trouve complètement inutile, surtout qu'elle est estampillée “Défi des Seigneurs” alors qu'on vient de se taper 34 km de plus !!! Peu importe, je suis vraiment content de cette première journée qui s'est déroulée pour le mieux ...

Vu l'attente je renonce a me faire masser et je dois jouer au mendiant affamé (je n'avais pas coché la case “repas”) pour obtenir une box de pâtes et un bout de fromage. Un peu chiche a mon gout pour un tel challenge. Tant pis, inutile de ressassé, je compense le massage une séance de Sporécup et je complète le repas par un bol de Regepro + Spordej caramel beurre salé. Et hop, au lit !!!

Après une vraie bonne nuit de sommeil, Dimanche matin on remet le couvert. Enfin plus exactement les Kalenji Kiprun XT6 cette fois. Et pour cette seconde étape je m'équipe d'une ceinture avec un seul bidon de 800 ml puisque les ravitos sont assez rapprochés ...

Dans le SAS je repère Patrick Bringer avec son bonnet bleu. J'observe qu'il a un carquois dans le dos avec des bâtons. Je trouve ça un peu bizarre puisque le Grand Défi est plus roulant encore que l'ultra de la veille. Le Boss nous fait le petit briefing de circonstance et bing c'est reparti. Après le traditionnel tour du stade un petit groupe de 4 – 5 coureurs a déjà fait le trou. Parmi eux une fille. Le bonnet bleu un peu plus loin démarre plus tranquillement. Et moi encore plus, calé au cœur de la meute.

C'est reparti pour 43 bornes ...

Comme la veille j'ai pu assurer un rythme régulier autour des 8km/h sur la première partie du parcours. Pointé 193ème peu après le joli château de Windstein, j'ai cette fois encore mis a profit le faut plat de Dambach pour entamer la remontada ...

Bien loin de la superbe Jasmine Nunige, au même endroit, a ce moment pas très loin de la tête de course ...

Je suis 175 ème à Dambach, puis 140 ème après l'ascension du Wintersberg 8km plus loin. C'est dans cette partie, au plus dur de la pente, que j'ai aperçu le bonnet bleu qui poussait sur ses bâtons. Purée, là je me suis quand même frotté les yeux, c'est bien la première fois que je dépasse un champion de France ... Patrick m'a très simplement expliqué que ses quadris n'en voulaient plus. Comme quoi les champions restent des hommes.

Un peu plus haut on retrouve le gros peloton des coureurs de la Mac VI , ça bouchonne un chouia sur les singles mais sur les longues pistes en faux plat c'est grisant de doubler autant de monde ... Ma moyenne a logiquement un peu chuté, mais cette fois je peux lâcher tout ce qu'il reste après avoir basculé au Wintersberg ...

Reste le bonheur de dévaler sur Niederbronn pour en finir en 5h16' , 130 ème au scratch et 26ème V2. Soit 1h34' de plus que l'immense championne suisse Jasmin Nunige qui a fait une course parfaite pour griller tous les hommes dans le final !!!

Bonheur également de retrouver les amis que l'on a appris a connaitre et apprécier tout au long de ces années a gambader dans notre beau massif ... Encore une superbe perf pour Carole, inoxydable également, 15ème au scratch du Grand Défi ...

La belle brochette d'organisateurs heureux ...

Nous sommes seulement 38 classés au palmarès de cette première Intégrale des Fous ....

classement Intégrale des Fous

Les barrières horaires étaient très (trop ?) serrés, beaucoup ont du être très déçu de pouvoir repartir de Niederbronn et d'être arrêtés sur la boucle supplémentaire. Même si ce n'est pas l'essentiel je suis ravi de mon classement a la 8ème place, heureux de finir sans bobo, sans véritable coup de mou, sans même un début de crampe. De quoi mettre en confiance pour la suite de la saison.

MERCI les Vosgirunners et à bientôt donc pour d'autres belles aventures !!!!

 

2 commentaires

Commentaire de Shoto posté le 18-04-2019 à 18:07:09

Beau récit et beau trail qui donne bien envie. Bravo pour l'enchaînement sur 2 jours. Pas évident. Merci aussi pour la photo de Patrick Bringer que je ne connaissais que de réputation.

Commentaire de MULTISPORTS74 posté le 19-04-2019 à 07:47:39

Excellent résumé GILLES - encore une très belle performance bon courage pour la suite et grand respect pour tous tes exploits

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !