Récit de la course : Trail de Mireval - 14 km 2020, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Trail de Mireval - 14 km

Date : 2/2/2020

Lieu : Mireval (Hérault)

Affichage : 297 vues

Distance : 11km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Trail de Mireval: 6 courses baignées de soleil

Enfin une occasion ce dimanche de retrouver Mireval, le village voisin de Frontignan –et un peu « rival », pour son muscat !- pour son 7è Trail, organisé par toute la bande de bénévoles de la famille Descoux qui anime le Mireval Gardioler Athlétisme. Ce trail a été béni des dieux de la météo qui avaient transformé ce dimanche de Chandeleur en grand dimanche d’été tant le ciel était bleu et la température chaude pour la saison. Alors ce sont presque 1000 compétiteurs (970 classés) qui ont afflué au rendez-vous des 6 épreuves proposées : un 8km trail, un 8km canin, un 14km, un 25, un 35 et un 11km marche nordique, toutes courses orientées vers le massif proche de la Gardiole, avec tous ses chemins empierrés ou terreux, montants ou descendants, parfumés au thym et avec vision sur la mer.

Depuis six mois, le Pierrot34 n’avait pratiquement rien fait de significatif, handicapé qu’il a été par une sciatique-lumbago tenace aux conséquences bizarrement handicapantes pour une jambe qui ne me permettait plus le vrai bon geste du marcheur nordique.

Mais il fallait se secouer, pour un test en vraie grandeur, dans ce village à 5km du domicile où j’allais rencontrer de nouveau bien des visages connus et c’est le premier intérêt de ce genre d’événement. Alors c’est Dominique et Isa, les amies marcheuses, qui renouaient avec la compétition aussi, sur le 11 nordique ; c’est Maurice, le marcheur-coureur de « Sport en ville à Frontignan », avec sa femme Charlize, qui sont là aussi ; c’est le Dr Fille, diabétologue de l’hôpital de Sète, venu en renfort de sa fille, athlète au MGA ; c’est Alain, l’ancien président –après Pierrot34 !- de Maguelone Jogging, qui continue à 78 ans, sur le 25km, rien que ça ! c’est le bon Philippe, rencontré au Salagou l’an passé et qui fait remarquablement tourner son affaire de « Santé Bien-Etre » à Montpellier, présent et souriant lui aussi avec l’un de ses « élèves » sur la nordique ; c’est Alain, qui n’a jamais aussi bien marché que depuis qu’il a été opéré du cœur ! c’est l’ami Fred qui a incité Joël à courir son premier 8km et c’est plein d’autres, pas vus parce que « noyés » dans le tas, qui étaient là, en course et au ravitaillement royal de l’arrivée pour discuter météo et…performances, bien sûr !

Parti plus lentement que d’habitude, en attentiste, sur le 11 nordique donc je me suis extrêmement méfié sur les cailloux, sur lesquels je ne tiens plus aussi solidement qu’avant, surtout dans les descentes où je n’ai jamais été aussi précautionneux. Sur le plat, terreux ou herbeux, je reprenais du poil de la bête, en pensant être positionné au milieu des 67 concurrents. Mais, baissant quelque peu de pied sur la fin, j’ai été dépassé par pas mal de marcheurs et marcheuses, surtout, les plus remarquées, car j’ai eu droit à des bonjours souriants ou à quelques remarques gentilles au passage, ce qui rajouté au soleil ambiant, n’a fait qu’augmenter ma transpiration.

Si le parcours de la nordique lui était en principe particulier, nous avons quand même croisé dans les premiers kilomètres les « canins », véritables OVNI tirés par leurs chiens, langue pendante et vu notre « largeur » avec nos bâtons, il fallait quand même « se garer » sur le côté, pour laisser passer les avions !

Et puis, à un kilomètre de l’arrivée, le long de la route de Montpellier-Frontignan, ayant perdu les concurrents de devant, je me suis retrouvé à « une fourche », sans trop savoir s’il fallait prendre à gauche ou à droite. J’ai eu de la chance en prenant à gauche le bon chemin ; ceci, avant d’entendre à l’arrivée, qu’il y avait eu quelques erreurs de parcours et qu’il faudrait alors encore parfaire le balisage, évident et logique à certains endroits, la prochaine fois, tous ces circuits de couleur différentes qui s’entrecroisent étant justement sujets à méprises.

A l’arrivée, étant passé au départ de 2,36 de glycémie à ma pompe à insuline avec capteur à 0,60g passé la ligne, il m’a fallu quand même déguster quelques douceurs au monstrueux stand de ravitaillement, avant de repartir vite au sec de la voiture, comme je l’ai toujours fait, ratant du coup le podium du 1er M8 –mais j’étais le seul !- mais bien heureux que mon « infirmière-ravitailleuse en jus d’orange pressée du village et photographe » de Mme Pierrot 34, ne prenne le volant pour rentrer. Mais il a aussi fallu se remettre vite au clavier, pour rendre compte –d’une manière plus condensée !- de ce trail dans le prochain numéro du Petit Journal, le journaliste étant le mieux placé pour en parler !

Le classement arrivera le soir : 49è sur 67, 1h39, 6,7 à l’heure. C’aurait pû être pire !

Maurice, Dominique, le Dr Fille et Isa, 8h15, avant les départs..

8h30, le 11km nordique est parti

10h, départ du 8km

Pendant ce temps, les "canins" sont à l'honneur, avec leurs chiens

Dominique et Isa en ont terminé sur le 11 nordique...

...et Frédéric, l'aguerri, avec son ami Joël, le néo, sur le 8.

Un groupe d'amis frontignanais souriants, à l'image de la journée


Le ravitaillement de roi, en variété, quantité et qualité.

et le 1er M8, qui en finit tant bien que mal sur le 11km nordique!

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !