Récit de la course : L'Echappée Belle - Intégrale - 149 km 2021, par Killua

L'auteur : Killua

La course : L'Echappée Belle - Intégrale - 149 km

Date : 20/8/2021

Lieu : Vizille (Isère)

Affichage : 387 vues

Distance : 149km

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

124 autres récits :

Echappée belle, belle, belle

 

C'est une longue aventure qui a commencé il y a des années. Quand l'EB a été créée en 2013, je débutais en ultra, l'UTMB 2013 était mon 2e au format 100 miles. Le ratio dénivelé/distance de l'EB me paraissait inaccessible pour une piètre grimpeuse comme moi. Quelques années sont passées, et j'ai re-couru l'UTMB, puis couru et re-couru et re-re-couru l'Ut4M. En 2017, première approche de l'EB, je vais encourager des copains sur la "petite", le parcours des crêtes ; en 2018 je fais l'assistance pour un duo sur l'intégrale et pour la 1e fois je me dis que je pourrais la tenter. En 2019 les inscriptions sont closes en quelques minutes, ou heures, pendant que je suis en déplacement pro quelque part au bout du monde ; du coup je fais serre-file et je ramasse des touristes qui ont gagné leur dossard et oublié de s'entraîner : un peu dégoûtée ... En 2020 l'inscription se fait avec tirage au sort, et j'obtiens mon sésame. Puis le confinement passe par là, et j'arrive au départ pas dans la meilleure forme, ni physique ni surtout mentale. Résultat j'arrive au Pleynet déterminée à ne pas faire un pas de plus, et rien ni personne n'a pu me faire repartir. 2 jours plus tard, je reviendrai finir le boulot en solo en 2 étapes. Janvier 2021 après quelques hésitations je m'inscris quand même au tirage au sort, choisissant de laisser le hasard décider pour moi si je devais remettre ça ou pas. Et il a décidé que oui. Suivent quelques mois difficiles, couvre-feu, confinement, blessure, prépa tronquée, une course de prépa à l'Ut4m challenge (mine de rien mon premier dossard qui va au bout depuis 1 an et demie...). Beaucoup de stress dans les jours précédents, mon dernier ultra de cette longueur remonte à l'Ut4M 2017 , entre temps j'ai abandonné sur l'EB 2020, et je ne sais plus si j'en suis capable... Et me voilà sur la ligne de départ à Vizille ce 20 août à 5h du matin. 


 
1) Vizille-Arselle 3h15 (prévision 3h)
Le briefing tient en quelques mots: la météo est bonne; la moitié d'entre vous n'iront pas au bout. Je laisse Cédric et Fred qui font serre-file jusqu'à La Pra et c'est parti pour un tour du parc du château. Pas besoin d'allumer ma frontale, il y en a assez autour. J'ai fait plusieurs recos de cette section pour me préparer mentalement: une piste forestière, raide et sans intérêt, qui monte pendant des heures. J'ai allumé ma frontale et sorti mes bâtons, et bonne surprise je suis à peu près dans le même rythme que les autres autour de moi. Ça me change de mon départ en vague 2/5 l'an dernier, et c'est meilleur pour le moral. De toutes façons cette année j'ai décidé d'être dans ma bulle, musique dans les oreilles, je n'essaye même pas de parler, c'est trop tôt. On débouche sur le balcon, léger replat avec un peu de vue entre les arbres, aux premières lueurs du matin d'une journée qui s'annonce radieuse. Puis ça regrimpe, Mont Sec, le col de la Madeleine, ils sont venus nous nettoyer le sentier, sur ma première reco j'avais failli le rater, perdu dans les hautes herbes, là c'est un boulevard. Je ne tarde pas à ranger la frontale pour attaquer cette première journée. David me double, parti en 3e vague, et file. Un peu de descente pour arriver au lac du Luitel puis on remonte jusqu'au ravito de l'Arselle où j'arrive en 3h15.
 
R1 Arselle 8h45
Comme l'an dernier il y a Philippe et Danielle (du poste de Laffrey sur l'Ut4M) bénévoles au 1e ravito. Autour de moi des coureurs s'enthousiasment de la qualité des ravitos (saucissons, pain sportif, fruits en tous genres...) et remercient les bénévoles. Masque, gel hydro-alcoolique, ne pas s'approcher des tables, se faire servir dans un sachet en papier, faire le plein d'eau, et c'est reparti en mangeant en marchant, direction le Lac Achard. 
 
2) Arselle- La Pra 2h30 (prévision 3h)
Enfin ça y est, on rentre dans le vif du sujet, Belledonne pour de vrai (et d'ailleurs déjà le premier abandon ramassé par Cédric et Fred, qui avait pour seule course de prépa la Saintélyon, et a flippé au col de la Botte. Là où le roadbook dit "si vous trouvez ça extrême, n'allez pas plus loin"). Ne pas oublier de se retourner vers le Taillefer qui sort de la mer de nuages. Au col de l'Infernet je repars en trottinant de lac en lac. La montée vers le col de la Botte passe tranquille, puis je range les bâtons et descends vers Lessines. Déjà je double alors que le terrain s'encailloute un peu. Dans la descente vers l'Echaillon, on se retrouve coincés par le troupeau de moutons, immense, étalé sur tout le chemin, heureusement sans patou parce qu'en plus il y a des randonneurs avec un chien qui aboie et les effraye tant et plus. Ils ont croqué quelques fanions, et ont écrabouillé les autres, on ne voit plus trop le chemin, un gars se demande par où c'est : "suivez moi", celui-là je peux le faire les yeux fermés :-) Un autre trailer s'impatiente, au final on perd quelques minutes avant de pouvoir passer à travers et repartir. 
Le Lac Léama est toujours aussi beau avec ses couleurs de lagon du Pacifique. De l'autre côté ça grimpe le long de la cascade, je n'ai pas ressorti les bâtons, je grimpe les bras croisés dans le dos, en économie, un gars me rattrappe en s'étonnant de ma décontraction, "ça fait rêver", le suivant lui dit que Marco Olmo a gagné plusieurs fois l'UTMB en grimpant comme ça :-D 
un autre coureur en me rattrapant admire ma descente de tout à l'heure ; du coup ils me demandent si je descendrai encore comme ça après 150 km ? j'espère ! En vrai, j'espère même descendre encore plus vite sur la descente roulante et avec l'appel de la cloche. Mais la route est encore longue, c'est un peu tôt pour y penser.
Un peu plus haut on longe la cascade quand un gars fait une culbute dedans et se cogne la tête, tout le monde s'arrête un moment, inquiet pour lui, mais il repart bien, ouf. En haut, le plaisir de voir le lac Longet se dévoiler, puis le Claret, et voilà enfin la plaine marécageuse et le refuge de La Pra. 
 
R2 Refuge de la Pra 11h15
Ravito n°2, j'ai la surprise de rattraper Pierre, parti vraiment tranquille mais qui file déjà, et Claude, qui arrête là sur blessure, zut... J'avale une soupe et quelques mini saucissons, fais le plein des bidons, et me dirige vers les toilettes, il faut faire la queue, les gars moins patients terminent sur le bord du chemin. J'arrive sur la terrasse au moment où les gardiens du refuge mangent, on se salue avec joie, ça fait plaisir de passer "à la maison" (vu le nombre de nuits que j'ai passées dans ce refuge ^^). 
 
3) La Pra - Jean Collet 3h (prévision: 3h)
La pause a été courte, un peu trop peut-être....  Je profite de la vue sur le Crozet en contrebas du col, et monte vers la cascade des Doménon, quand je commence à me sentir très mal : une hypo... Je m'assieds pour manger un peu, et repars mollo, en me disant que je vais récupérer sur le replat des lacs. Je prends mon mal en patience, mais ça ne revient pas. Au moins j'ai le temps de profiter de la beauté des lacs du Doménon, étincelants au soleil, reflétant les sommets des alentours. Autour de moi, les coureurs s'arrêtent pour faire des photos, ça fait plaisir de les voir apprécier. Puis la montée devient à nouveau plus raide, on arrive au névé où on croise ceux qui redescendent déjà, échanges d'encouragement. Improbable sur 200m de section commune, je croise Thibaut et son binôme, puis Aurélia, rencontrée sur une reco il y a quelques semaines, qui me reconnaît. Je suis presque à l'arrêt dans la neige quand un coureur qui me dépasse s'inquiète de mon état : c'est Romain le (futur-ex) parisien. Il m'offre une barre céréale, marche 5mn avec moi, puis repart en m'ayant pas mal requinquée ! Un peu plus loin, je dois quand même à nouveau m'asseoir : un coureur d'un duo m'encourage à repartir avec eux, puis une randonneuse qui descend me redonne de l'espoir en m'annonçant une petite demi-heure pour le sommet. Allez, ça repart, et cette fois ça va au bout. Un coureur avec un dossard de pacer me rattrape et m'encourage, m'invitant à me visualiser bondissant légèrement dans une descente pour mieux avaler la montée, c'est une idée intéressante.
 
A la Croix tout le monde est en extase, il faut dire qu'on a une sacrée vue. Moi je retiens surtout que je viens de grimper pendant 8h d'affilée, et d'avaler 33km avec 3300m de D+, que c'est une bonne chose de faite, et qu'il serait temps que ça descende maintenant ! Le temps de mettre les bâtons dans mon carquois et de serrer mes lacets, je repars. Je repasse Romain et le remercie à nouveau avant de filer vers Freydane. J'adore cette section, je profite de la magnifique descente sur le Lac Blanc, avalée en musique. Le plein d'eau dans le torrent avant de continuer le long du lac. Un dernier ressaut puis on descend le verrou du lac, quand je vois devant moi... Pierre ! Je le rattrape, on descend ensemble quelques minutes, puis je le perds quand je commence à doubler beaucoup. Une dernière bosse et on voit le refuge Jean Collet apparaître en face, il ne reste plus qu'à suivre le balcon en discutant avec un coureur visiblement habitué du parcours, et me voilà au ravito.
 
R3 Refuge Jean Collet, vers 14h30
Un groupe de musique met une ambiance de feu, la chanteuse est survoltée, ils jouent "J'veux du soleil", je chante avec, même si j'ai envie de dire qu'on en a déjà bien assez du soleil !
Le plein d'eau à la fontaine, puis se faire servir derrière le bâtiment. La gardienne du refuge me reconnaît et me sert un bon bol de soupe. Je m'attable avec Pierre, qui vient d'arriver à son tour, et Stéphane venu l'encourager. Histoire d'être sûre de pas refaire un malaise, je me fais un 2e bol de soupe, accompagné de saucisson. J'embarque un sachet en papier avec des fruits et des compotes pour la route. J'indique le ravito par la fenêtre à l'arrière du bâtiment (un peu surprenant) à Romain, qui arrive au moment où je repars avec Pierre direction le col de la Mine de Fer.
 
4) Jean Collet - Habert d'Aiguebelle 3h (prévision 3h)
On repart par le sentier normal, et plus par le détour derrière le refuge, c'est cool. Cette montée est facile, mais ce n'est que l'échauffement d'une longue section technique. L'an dernier j'y avais pris un coup de chaleur, mais cette année il fait bien moins chaud. Pierre a tôt fait de me semer, en me disant que je le rattraperai bien dans la descente. Je monte seule à un rythme tranquille mais efficace, sur un mix de musiques de Naruto, et arrive en haut en moins d'une heure. Quelques coureurs me doublent, dont un se rappelle m'avoir vue dans la vidéo de l'an dernier, c'est vrai qu'on m'avait interviewée au départ. 
Un autre me dit que j'ai fait l'EB l'an dernier, oui mais je ne l'ai pas finie, ouais mais tu descendais comme une fusée (il s'en rappelle encore ^^'), comme tu vois je monte moins vite, ah on peut pas être bon partout !
 
Des bénévoles nous accueillent au col, mais je ne fais que passer, je range mes bâtons au vol et attaque les cailloux vers la Brèche de Roche Fendue. Je rattrape déjà Pierre, enthousiasmée d'arriver "dans mon royaume". Il annonce au coureur devant lui 'attention on laisse passer la reine" :-) je me fais un plaisir de dévaler les cailloux pour faire honneur au titre, jusqu'à rattraper un coureur belge qui pointe sur la pente en face de nous : 3 bouquetins cavalent avec aisance. Je reste en arrêt 1mn puis en termine avec ce col. De l'autre côté ça plonge raide, mais le névé de ma dernière reco a fondu, ouf ! Je double pas mal dans la section qui suit, mais un seul me double : le pacer de tout à l'heure, à qui je dis que je visualise beaucoup mieux la descente légère maintenant, puis je le laisse filer, je préfère m'économiser pour la suite. Je finis quand même par rattraper Thibaut et son binôme Guillaume. On fait un bout de chemin ensemble sur le balcon qui remonte, puis je les sème alors qu'ils s'arrêtent cueillir des myrtilles. Plus qu'à plonger vers le Pas de la Coche, et je commence à penser à Cédric qui m'attend au Habert, j'ai hâte d'y être !
Après le lac de la Coche, le sentier plonge vers le Habert, je dévale, et croise Séb du GUC qui m'encourage et apprécie mon affûtage, bonne surprise ! J'arrive au Habert en musique et en pleine forme, contraste avec l'an dernier.
 
R4 Habert d'Aiguebelle 17h45, départ 17h55
C'est à nouveau Andreas au ravito, ça fait plaisir de voir des têtes connues partout. Par contre, mauvaise surprise, pas de Cédric... Déçue... J'attends un peu, le temps de boire une soupe avec Yann qui est là aussi, on était serre-file ensemble sur la section passée il y a 2 ans, et on s'était croisés ici en reco la semaine dernière, le hasard fait bien les choses. J'ai toujours pour objectif de descendre le Col de la Vache avant la nuit, je ne peux pas traîner trop. Je laisse un message aux bénévoles pour Cédric au cas où il arriverait en retard, sans trop y croire, préviens aussi Yann qui reste encore un peu, et repars.
 
5) Habert d'Aiguebelle - Le Pleynet 6h (prévu 5h)
La section qui arrive est longue et difficile. On commence par monter derrière le habert vers les lacs du Vénétier, une montée régulière et pas désagréable, mais je continue à m'inquiéter pour Cédric, je grimpe en regardant derrière, m'attendant à le voir me rattraper. C'est ensuite que les choses se compliquent. Le col n'en finit pas de nous jouer des tours, on croit y arriver, pour découvrir une nouvelle bosse puis encore une, et de plus en plus raide. A la fin c'est presque vertical droit dans l'herbe, ça roule sous les pieds, j'arrive devant les bénévoles dans un état second, je leur répond vaguement que ça va, et descend de l'autre côté. Yann m'a rattrapée, me rassure que Cédric doit juste avoir un peu de retard (serre-file sur la 1e section, il suffit qu'un coureur soit déjà en retard sur la barrière horaire...), et file devant, je le suis dans la descente rapide vers le torrent, puis fais une pause pour essayer d'appeler Cédric, mais pas de réseau. 
On traverse le torrent pour remonter en face récupérer le GR qui monte vers le col de la Vache, le fameux. J'essaye plusieurs fois d'appeler, et finis enfin par avoir Cédric : tout va bien, mais trop de retard pour Aiguebelle, il sera au Pleynet... Bon, c'est pas tout ça mais il reste un peu de route jusque là ! Je grimpe bien, d'autant qu'on atteint les gros blocs sous le col, j'aime bien, on oublierait presque qu'on grimpe, à chercher le meilleur passage de rocher en rocher. J'ai rangé les bâtons pour pouvoir m'aider de mes mains. Je rattrape Yann qui fait une pause et me demande des news de Cédric. Derrière nous le soleil se couche, l'horizon prend des couleurs étincelantes. Un abruti a taggué des messages débiles pour un coureur, à la peinture orange sur les rochers, il y en a partout jusqu'au Pleynet, écoeurant. 
Et voilà déjà le pas de la Vache, il fait encore largement jour, c'est top ! L'autre versant est à l'ombre, les lacs déjà éteints, et le Rocher Blanc et les autres sommets illuminés d'un beau rose orangé. La descente passe toute seule, dans les pas de 2 trailers sympas qui discutent un peu avant de filer. Arrivée au bord du lac, je sors ma frontale mais sans encore l'allumer, je profite des dernières lueurs du jour jusqu'au barrage. La traversée du lac sur la digue est un moment suspendu, le halo de ma frontale qui perce l'obscurité devant moi, la surface lisse et sombre du lac des 2 côtés, et les étoiles au-dessus, je profite de l'instant, à ce moment je ne voudrais être nulle part ailleurs. Un peu plus loin, je commence quand même à fatiguer, et ne suis pas fâchée de trouver un ravito surprise au niveau d'un bâtiment. On m'offre une place assise sur un banc et quelques fruits secs, puis je repars, espérant croiser Cédric qui devait monter à ma rencontre. 
Et puis je longe le dernier lac et plonge dans l'obscurité dans la descente éprouvante. C'est raide, c'est caillouteux, ça roule sous les pieds, c'est chiant... Pas assez de fanions pour bien voir, je suis obligée de chercher pas mal mon chemin. Une heure comme ça, toute seule, et je commence à partir dans une spirale négative, persuadée que je déteste les cailloux, et prête à abandonner en bas. Le chalet du Gleyzin marque le bas de cette descente, mais il va encore falloir remonter le col de la Vieille. Comme prévu, cette section peut être assez désespérante : on voit la station du Pleynet en face, ses lumières brillent dans la nuit, à vol d'oiseau c'est tout près, on entend déjà le speaker annoncer les arrivées. Mais je l'ai exprès reconnue plusieurs fois, pour m'habituer, et je me concentre sur mettre un pied devant l'autre. Cédric arrive enfin à ma rencontre. Plus qu'à traverser les torrents, 2 à gué, où je réussis à garder les pieds au sec, puis 2 sur des ponts, on débouche sur la piste, puis sur le bitume, puis dans la station. Ouf !
 
R5 Le Pleynet 23h45, départ 00h40
Tout est planifié, mettre montre et téléphone à recharger, enfiler un T-shirt propre et un peu plus chaud pour la nuit, changer de chaussettes et de chaussures, manger, boire. J'hésite à repartir de suite dans la descente mais Ced me convainc d'essayer de dormir. Au final ce sera une perte de temps, la musique, le speaker, les lumières, je reste allongée un moment sans réussir à fermer l'oeil et finis par me botter les fesses pour repartir. Avec la fameuse méthode du "tu vas au moins jusqu'à XXX", où bien sûr XXX recule au fur et à mesure que j'avance, jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour abandonner.
 
6) Pleynet - Gleyzin 6h40 (prévu : 4h30...)
Une bénévole me pointe au départ du sentier en m'annonçant un coureur "1mn devant". Je plonge dans un sous-bois sombre, je ne le rattraperai jamais. Par contre un gars me rattrape, surexcité, tout content d'être reparti du Pleynet, me disant que puisqu'on en est repartis c'est bon, on va au bout maintenant. Puis il disparaît dans la nuit comme il était apparu, fantôme éphémère, me laissant à ma solitude musicale. Section agréable, le chemin descend vers une cascade, traverse un pont, remonte en face, débouche au lac de Fond de France, puis au parking du Clay (en 1h15).
Je retrouve Cédric garé là pour me servir de pacer dans la montée. Au début ça va, puis je commence à vraiment fatiguer, je fais des pauses, qui deviennent des siestes, puis je finis par m'écrouler dans un bouquet de myrtilliers, impossible de bouger, le monde tourne autour de moi, j'ai plus de forces. Pierre nous dépasse, quelques autres coureurs aussi. On mettra au final 2h30 pour arriver enfin au chalet de la Grande Valloire, où un feu nous attend. Sa lumière nous guide vers le ravito, avec l'espoir d'y trouver un peu de chaleur. Juste avant le chalet, des panneaux indiquent la bifurcation qu'emprunteront tout à l'heure les coureurs du 85km, pour monter à droite jusqu'au col de la Grande Valloire par les 3 Laux. 
Nous on tourne à gauche vers le chalet. La bénévole m'accueille au ravito avec beaucoup de gentillesse et de patience, me sert un café double sucre, dans lequel on rajoute 2 autres sucres. On s'allonge un moment au bord du feu, la lune est rousse, son disque énorme descend sur l'horizon, les braises dansent dans le vent. Elles dansent un peu trop même ! Un bénévole vient jeter 3 énormes bûches dans le feu, ça devient un brasier, on préfère filer avant de rôtir sur place. 
La suite est plus facile, un balcon vers le 2e chalet, où Cédric me laisse pour filer dans la descente "bis" (pour ne pas croiser la course sur un single), où il croisera 2 loups. On se retrouvera à Gleyzin. Il me reste à monter jusqu'au chalet de Tigneux où il y a aussi un feu, longer vers le Léat, sa silhouette se reflétant dans les eaux noires du lac, et plonger vers le Chalet du Bout, où j'arrive aux premières lueurs. En descendant la piste forestière, je me prends un tronc en pleine tête, couché en travers pile à ma hauteur, je ne l'avais pas vu venir... je repars avec une bosse et de plus en plus fatiguée. Je trouve encore moyen de glisser sur une pierre en traversant le ruisseau et de tomber assise dedans, histoire de me rafraîchir un peu. Heureusement il fait jour maintenant. En arrivant vers le ravito, on se croise sur quelques dizaines de mètres, et je vois Pierre qui repart déjà.
 
R6 Gleyzin 7h20 samedi matin à 8h
Première étape : dormir. Une bénévole super sympa gère la tente de repos, je demande à être réveillée à 7h45, elle m'assigne un lit de camp, une couverture, et je dérive rapidement. Je me réveille revigorée 20mn plus tard, la bénévole vient me chercher avec une infinie douceur. Un italien à côté de moi dans la tente, pas très sûr de lui demande des infos sur la suite, s'il pourra abandonner à Périoule (non), et ce qu'il doit faire s'il n'est pas sûr de pouvoir arriver à Super Collet : ma réponse est claire : "reste ici". Je lui annonce au moins 7 ou 8h pour atteindre la base vie, et le laisse à sa réflexion. Je sors, me change, mange, recharge le sac (eau, compotes), et me prépare à repartir avec Cédric, qui résume bien ma réflexion : "est-ce que tu es capable d'arriver à Super Collet ?" La réponse est clairement oui. Je ne sais pas encore si j'en ai envie, mais je sais que je peux. Du coup, c'est parti... Au moins jusqu'à Super Collet ;-)
 
7) Gleyzin - Périoule 4h15 (prévu 4h)
Cédric me donne le rythme dans la montée, d'abord en sous-bois, puis on émerge sur un replat juste sous le refuge, un dernier effort et on peut y faire une pause sur les tables (on a mis un peu plus d'1h30, comme d'hab, alors que je désespérais, persuadée qu'on n'avançait pas...). On grimpe ensuite plus sérieusement le long du pierrier, jusqu'à l'altiplan. Je pousse désespérément sur mes bâtons, ça devient dur de suivre. Heureusement l'altiplan offre une pause bienvenue. C'est aussi là que le 85km nous rejoint, descendant du col de Comberousse derrière nous. Des bénévoles nous pointent en bas de la montée finale, remarquent Pikachu sur mon sac, nous partagent leur bonne humeur. 
Cédric fait demi-tour avant de devoir croiser trop de monde pour redescendre. Je continue en solo, mais maintenant entourée de nombreux dossards verts en plus des quelques dossards rouges de l'intégrale déjà bien espacés et moins nombreux (beaucoup d'abandons au Pleynet). D'ailleurs à cette heure-ci les premiers ont déjà rallié l'arrivée à Aiguebelle, ça laisse songeur... Bizarrement, je m'attends à voir débouler Mike, que j'étais venue encourager sur ce même 85km il y a quelques années. Au lieu de ça, je suis rattrapée par Philippe le Ménestrail et son ukulélé ligoté à son bâton. On avait déjà partagé un petit bout de route au Pic Saint Loup il y a quelques années. J'essaye de le suivre dans la montée, je le rejoindrai finalement en haut où il fait une pause. L'arrivée au col me donne des frissons, je viens de surmonter la 2e grosse difficulté du parcours, et de passer les 2 tiers du D+, la cloche se rapproche...
((Sommet du Morétan: 11h15. 3h15 de montée, pile dans mes temps habituels.))
Je ne m'arrête même pas au col, descends le sentier en rangeant mes bâtons, au son du ukulélé qui chante La Bohème. Je rejoins le névé et sa corde dynamique, j'essaye de m'en aider mais je me gèle les mains, je descends un peu en luge sur les fesses, un peu en ski, un peu en rappel, et je rejoins tant bien que mal la moraine. Elle aussi est équipée d'une corde, de nombreux coureurs (et coureuses, ça change !) sont en train de descendre, agrippés à la corde. Une randonneuse qui monte la moraine se sert de la corde pour se tracter. Je double à gogo, reprends la corde quand je trouve une place, et arrive le long des magnifiques (et très caillouteux) lacs du Morétan. A cet endroit, le roadbook indique qu'il n'y a "pas de sentier", c'est très juste : on progresse de rocher en rocher, au feeling, traçant le meilleur itinéraire entre les blocs jusqu'au lac suivant où on retrouve un chemin qui nous amène à la bergerie de Périoule.
 
R7) Périoule 12h15
Des barnums ont été dressés dans la prairie, et les bénévoles nous proposent... de l'Orangina ! Délectation absolue de boire un truc gazeux, frais et sucré dans cette chaleur de début d'après-midi. Surtout sachant que ce ravito est perdu au milieu de nulle part et approvisionné par hélico. Autre bonne surprise, je retrouve à ce ravito Frank qui est engagé sur le 85km, il a l'air en forme, il me dit être en avance sur son planning de course. Je repars sans traîner, juste le temps de faire le plein d'eau.
 
8) Périoule - Super Collet 2h45 (prévu 3h30)
Je trottine et marche dans cette prairie, on passe tout près de la bergerie, avant d'aller traverser le pont sur le torrent. Frank me rattrape déjà et me propose de me servir de pacer, allez, je vais essayer de le suivre ! Il est avec un autre coureur du 85km, on discute et on avance bien. On descend vers le lac du barrage du Carré, j'adore cette vue plongeante sur ce barrage à angle droit et cette eau d'un bleu profond. Je redoutais la descente à suivre dans le sous-bois, mais grâce à Frank qui me donne un bon rythme, ça passe tout seul ! Nous voilà déjà sur la piste forestière, on mange un peu, puis on trottine. Un 4x4 est arrêté au pied de la redoutée montée du Compas (le roadbook l'annonce comme "la plus raide du parcours, et sans aucun intérêt"), 2 ados nous pointent, et quelques boissons sont disponibles sur une table, mais le bénévole fume et je préfère ne pas m'attarder là. Je préviens Frank qu'il peut me laisser dans la montée et filer à son rythme, je doute de pouvoir le suivre. Mais il se cale derrière moi et me dit de prendre un rythme tranquille que je peux garder jusqu'en haut. C'est ce que je fais, j'entends le bruit régulier des bâtons derrière moi, et j'avance. C'est un plaisir de retrouver un "vrai" sentier, même s'il est très raide. La chaleur est montée d'un cran, l'air est étouffant, les rares taches d'ombre sont appréciables, les quelques traversées de torrents aussi. Autour de moi les coureurs trempent buff et casquette dans l'eau, pour ma part je suis à bonne température. Soudain mon suiveur demande à me doubler, et je me rends compte que ce n'est plus Frank, je l'ai perdu, il a dû s'arrêter faire une pause à l'ombre. 
Je termine la montée en un peu moins d'une heure, un quart d'heure de plus pour le refuge de la Pierre du Carre, puis quelques kilomètres tranquilles pour rejoindre enfin Super Collet. Cédric au téléphone m'explique toutes les difficultés qu'il a eues à rejoindre le ravito : de retour à Gleyzin il n'y avait plus de navettes pour redescendre au parking obligatoire à Pinsot (barrière horaire passée, ravito démonté), il a dû descendre à pied retrouver sa voiture. Puis arrivé au Collet, route fermée par la police, navette en retard, il a dû prendre le télésiège puis marcher, mais bon, il est arrivé, ouf !
Bonne surprise en arrivant au petit col, on plonge directement sur les pistes de ski plutôt que de grimper la crête, ça gagne un peu de temps. Un hélico est en train de manoeuvrer au ras du sol à côté du ravito. Je trottine, il y a un monde fou, on m'acclame, on m'applaudit, ça fait chaud au coeur ! Le speaker m'accueille en me demandant quelle musique j'écoute. Je n'ose pas lui dire que mon iPod est éteint pour économiser sa batterie, alors je lui répond le premier truc qui me passe par la tête : "de la musique corse". Il reste un peu éberlué. S'il savait tout ce qu'il y a dans mon iPod, du métal à la musique corse en passant par Henri Dès, du rock, de la variété française, des génériques d'animes japonais, des remixes de musique classique, j'ai compté une fois plus d'une dizaine de langues différentes.
 
R8) Super Collet arrivée 15h11, départ 15h45 ou 16h
Je retrouve Cédric attablé avec Pierre sous une immense tente qui nous donne un peu d'ombre. Il a apporté du melon, un goûter parfait. Je vais me changer de sec aux toilettes sur le parking, mange, bois, recharge les batteries. Pierre file déjà, m'annonçant que je le rattraperai en descente. Je vois aussi arriver Romain, qui ne me voit pas.
 
9) Super Collet - Val Pelouse 6h (prévu 5h)
Je repars en solo, Cédric est trop chargé pour faire pacer. En plus je n'ai pas pu changer d'iPod, j'essaye d'économiser la batterie, je calcule combien d'heures il a déjà tourné depuis cette nuit, ça occupe. La section qui vient est longue et redoutable, mais c'est aussi la dernière difficulté du parcours, il ne faut pas trop réfléchir. Cela dit, ça fait un petit moment que j'ai arrêté de réfléchir, et de regarder le chrono, pour ne faire qu'avancer, un pas après l'autre vers la cloche d'arrivée. L'objectif dans l'idéal serait de rejoindre Val Pelouse avant de devoir sortir la frontale, il me reste 5h avant le coucher du soleil, c'est peut-être jouable.
On commence par grimper raide par les pistes jusqu'aux Plagnes, le sommet de la station, au milieu des randonneurs. Là haut plusieurs parapentes se font plaisir dans l'air chaud de l'après-midi, on en prend plein les yeux. D'ailleurs je retrouve Pierre occupé à faire des photos, étonnée de le rattraper même en montée. On restera ensemble un long moment cette fois, à discuter, dans la descente, remontée en balcon, et redescente jusque tout au fond du fond de la vallée, la passerelle sur le Bens, financée en partie par l'EB je crois. Pour une fois je descends en m'aidant des bâtons. Un panneau indique qu'il n'y aura pas d'eau au chalet, et pointe une source, les autres s'y arrêtent, je continue, j'ai rempli mon bidon un peu plus haut, dans un torrent, sous l'alpage occupé par les vaches... 
Des bénévoles nous pointent au chalet de Pré Nouveau. Je vois un petit train de coureurs partir à gauche, je m'interroge, le bénévole me dit que ce sont les abandons, "mais toi tu repars ?". Ah oui ! J'attaque la montée des Férices. Je m'attends à me faire rejoindre par Pierre incessamment, mais non. Par contre Baudouin du 85 km se met dans mes pas, suivi de quelques autres, et on discute, il me raconte des anecdotes de course, m'annonce la suite du parcours, note qu'on avance à un bon rythme de 550m/h (toujours le même rythme qu'au début, comme prévu...), discute comme ça pendant toute la montée, qui passe toute seule ! 
Nous voilà déjà au refuge des Férices, qui se dévoile au tout dernier moment. Un petit ravito, le plein d'eau fraîche, et je repars avec Romain qui nous a rejoints. On se dirige maintenant vers le col d'Arpingon. Une première épaule raide de 200m de D+ nous dévoile la suite de la montée. Je commence à craquer, je fais une hypo, je dois m'arrêter pour manger, et je perds mon petit groupe qui continue sur sa lancée. A notre gauche, le soleil se couche sur le Granier, l'horizon prend des teintes roses, oranges, pastel. Encore un (gros) effort et plusieurs faux espoirs, et voilà enfin le col d'Arpingon, puis le col de la Frèche, et la bifurc vers les Grands Moulins. Je dois me résoudre à m'arrêter sortir ma frontale avant qu'il fasse vraiment trop sombre. Plusieurs petits trains de coureurs du 85km me rattrapent et me doublent, je galère dans cette descente caillouteuse, mes repères chamboulés avec la nuit et le spot de la frontale qui aplatit tous les reliefs, je suis devenue incapable de lire les cailloux, trop effrayée à l'idée de trébucher et tomber, plus personne pour me donner le rythme, je ralentis. En plus j'ai horriblement mal au pied droit, je regrette d'avoir rangé mes bâtons qui pourraient amortir un peu la descente. Une cavalcade retentit dans les cailloux au-dessus du chemin, une vache noire passe en trottinant.
Une fois tous les petits paquets de coureurs et coureuses passés, je me retrouve enfin seule, au calme. On voit les lumières du ravito au loin, ce balcon n'en finit plus de ne pas arriver. D'un coup je sursaute, je tombe nez à nez (ou plutôt nez à queue) avec une vache, il y en a tout un troupeau couché au bord du chemin. C'est plutôt bon signe, on approche. Quelques passages humides puis on débouche enfin sur la piste qui descend raide vers les tentes. Je progresse dans un tunnel de fanions jusqu'à Cédric et les barnums.
 
R9 Val Pelouse 21h52 (et départ un peu avant 23h)
C'est fou comme le temps peut passer vite parfois. Je trouve un lit, enlève mes chaussures (mes pieds me font atrocement mal depuis un moment), puis essaye de dormir 5mn, ou de manger, ou de me changer, et de charger aussi mes batteries, puis me retourne pour dormir, dans une totale désorganisation. Puis la podologue est disponible et je me translate péniblement vers son brancard, m'endors à moitié pendant qu'elle me met de la Nok, un pansement sur l'orteil qui me fait souffrir (probablement névrome de Morton d'après mon kiné) pour éviter les chocs, et un k-tape pour soulager l'aponévrose. Puis re-translation vers mon lit, je mange une soupe de nouilles, j'essaye encore de dormir, mais la tente sert à la fois de salle de repos, de ravito, de ralliement avec la famille, de poste médical, et c'est trop le bordel pour espérer s'endormir. Finalement je remets des chaussettes propres et ma dernière paire de chaussures ; un bénévole surpris m'interroge "tu cours avec ça ?". Euh oui pourquoi ? "on dirait des chaussures de route" Non des chaussures de chemin. "Oui mais c'est pas vraiment des chemins ici" Ah maintenant si ! je le rassure que je sais ce qui m'attend et ce que je fais, et il conclut qu'après tout la personne dedans est plus importante que les chaussures :-) N'empêche, échanger mes chaussures rigides de cailloux pour une paire de chaussons amortissants me fait un bien fou. La douleur insupportable en arrivant s'atténue petit à petit. J'avale un bol de café bien sucré et repars.
 
10) Val Pelouse - Pontet 6h (prévu 4h)
J'ai enfilé ma polaire pour repartir, et malgré tout je claque des dents un long moment. On attaque droit dans la pente herbeuse, c'est vache ! c'est super dur jusqu'à atteindre enfin la crête, mais ça réchauffe. En haut le vent souffle et je ne quitte pas ma polaire qui m'isole bien. Un coureur à côté de moi s'étonne de voir des frontales partir à la fois à gauche et à droite : en fait ce sont les coureurs qui arrivent encore à Val Pelouse après nous, qui arrivent sur le sentier en contrebas à notre droite. On se trompe un peu, pas assez de fanions à cet endroit, on doit remonter en vrac pour rejoindre la crête, qu'on longe jusqu'au col de la Perrière. Un coureur m'annonce que tout droit, je peux monter aux Grands Moulins : eh oui on est au pied de l'arête que j'ai faite il y a quelques jours à peine, dans la nuit je n'avais pas reconnu, on devine à peine la silhouette imposante du sommet devant nous. Au lieu de ça, on plonge à gauche vers les sources du Gargotton. C'est par là que je retrouve Aurélia, avec qui on partage un long bout de chemin en discutant. Pierre me dira plus tard qu'on l'a doublé sans le voir alors qu'il était arrêté au pied du col. Je perds finalement Aurélia dans la montée qui suit, à la faveur d'une pause technique, et c'est donc toute seule que je rejoins le col de la Perche, qui marque je crois le passage en Savoie [EDIT : on me souffle à l'oreille qu'en fait on est déjà passés en Savoie depuis la traversée du Bens]. 
Suit une jolie ligne de crête vers l'Arbaretan puis le Grand Chat, sur un beau sentier tout propre, ça ressemble enfin à un "trail classique", comme annoncé dans le roadbook. Le vent s'est carrément levé, je le prends en pleine figure, je titube parfois sous la force des rafales, c'est impressionnant. Je n'ai toujours pas quitté ma polaire, et j'hésite presque à enfiler aussi ma veste, mais il n'y a aucun abri, là il faut juste avancer. En plus d'un coup l'horizon s'illumine, je me demande d'abord si je n'ai pas rêvé ? Puis à nouveau, c'était bien un éclair. Puis 2, puis 3, puis 10, c'est toute la ligne d'horizon qui clignote, à droite, à gauche, devant, le spectacle est à couper le souffle. D'un autre côté, quand le tonnerre se met à gronder de plus en plus proche, je me dis que ce n'est pas le moment de traîner sur une crête, et je presse le pas.
Voilà enfin le gros cairn du sommet du Grand Chat, et la descente qui plonge vers le col de Champet. Après des heures à fixer le spot de ma frontale, et déjà une quarantaine d'heures d'éveil, je commence à voir flou, j'ai du mal à avancer comme je voudrais. Au col, il y a plein de bénévoles, dont un qui me reconnaît comme la descendeuse Ut4M (moi, j'avoue, dans le noir et la fatigue, je sais pas qui c'était...). Il est 2h15 du matin ; j'espérais être déjà arrivée à cette heure-ci, mais je m'en fous, quelle que soit l'heure, j'arriverai.
Ensuite je plonge en sous bois, j'ai chargé la trace sur ma montre pour être sûre de ne pas me tromper de chemin, j'ai parfois du mal à voir les fanions. J'ai mis la musique, et j'alterne marche et trottinage, on descend en coupant les lacets d'une piste forestière, qu'on emprunte parfois sur quelques dizaines de mètres, permettant de relancer un peu plus sereinement. Je double parfois, me fais doubler parfois, mais on est assez étalés maintenant. Et puis je commence à prendre des gouttes, on dirait que l'orage arrive sur nous. Je ne tarde pas à enfiler ma veste avant qu'il soit trop tard, et je fais bien. Quelques minutes plus tard, il se met à vraiment pleuvoir fort, et je double plusieurs trailers qui s'arrêtent pour sortir leur veste. Chanceux sont ceux qui ont déjà fini leur course au sec ? Non en fait je m'en fiche, les gouttes glissent sur moi, j'avance.
 
Cette descente n'en finit pas, et arrivés en bas ça remonte en faux plat, je vois sur la carte qu'on n'est plus très loin, un panneau de rando annonce 1km3. Je me rends compte que je commence à dormir en marchant, sensation assez bizarre de se réveiller en sursaut et de réaliser qu'on a avancé un moment sans s'en rendre compte, heureusement que le chemin ici est sans danger. J'accélère le pas pour me réveiller, et ce sera finalement la seule alerte sommeil de toute la course. Mon plan de stockage de sommeil a bien fonctionné (une semaine de nuits à 10h de sommeil + siestes avant le départ).
 
R10 Le Pontet 3h53
Mauvaise surprise, Cédric n'est pas là. J'ai beau lui téléphoner 10 fois, impossible de le joindre. Bon, heureusement je n'avais besoin de rien de spécial, si ce n'est le voir. Je vais m'asseoir au ravito, où je retrouve Thibaut et Marine venue l'assister. Son binôme a abandonné, mais Thibaut voulait finir la course quand même, pour son premier ultra.
Je mets une batterie neuve dans ma frontale pour pouvoir la pousser à fond sur la fin, embarque 3 compotes (le bénévole me dit qu'ils les ont par packs de 48 et que je peux y aller), le plein d'eau. Je suis surprise d'entendre une coureuse du 85km annoncer qu'elle veut abandonner, parce qu'il va lui falloir au moins 4h pour faire la dernière section. A mon échelle c'est tellement court 4h après tout ce qu'on a déjà fait. Je ne sais pas ce qu'elle aura décidé, mais je repars avec Thibaut après un arrêt éclair. 
 
11) Le Pontet - Aiguebelle 2h30 (prévu 2h)
Il grimpe beaucoup plus vite que moi, puis je le vois m'attendre : il s'endort et a envie de discuter pour rester réveillé. On grimpe donc ensemble jusqu'à la route, puis je dois m'arrêter enlever cailloux et poussières dans ma chaussure, et je le perds. La suite est un faux plat montant sur la piste, comme d'hab je ne vois pas où est le fameux fort de Montgilbert, j'avance à côté d'une coureuse du 85km, qui marche à la vitesse à laquelle je trottine...
La descente est entrecoupée de 2 méchantes bosses, surtout la première, tellement raide que je suis presque à l'arrêt, heureusement c'est très court. Puis ça plonge véritablement vers l'arrivée. Je ne me rends même pas compte sur le moment que j'en ai fini du D+, ça fait longtemps que j'avance juste un pas après l'autre, dans une bulle hors du temps, sans plus aucune idée de l'heure qu'il est, du temps qu'il reste, de mon chrono final. Je sais où je suis et où je vais, c'est tout ce qui compte. 
Mes jambes vont bien, je peux trottiner, mon principal problème est le manque de lumière, je n'ose pas trop dérouler, et le mal aux pieds, même si la podologue a fait des miracles (tout en m'annonçant qu'elle ne pourrait pas faire de "magie"). Et inconsciemment, je m'inquiète aussi que Cédric rate l'arrivée. Je finis par réussir à le joindre, il s'était endormi sur le parking des navettes, il vient d'émerger, et il est à Aiguebelle : ouf ! D'un coup je prends un coup de boost, et je commence à trottiner, puis à courir, puis à sprinter. La lumière du jour commence à poindre, on débouche sur du bitume, les jambes répondent bien, je n'ai plus mal nulle part, je suis à 11km/h, puis à 12, puis à plus de 15 ! je dévale carrément la route jusqu'à Aiguebelle, je me fais applaudir même par d'autres coureurs, par les bénévoles, par quelques spectateurs. Je ralentis un peu sur le plat, on longe le parking, on traverse une route, le terrain de basket dans un tunnel de plots où je m'amuse à slalomer, le parc du château, le portail, le virage d'herbe entre les barrières, j'ai Vivaldi à fond dans les oreilles, et je sprinte, l'arche me tend les bras, j'en ai encore les larmes aux yeux juste en l'écrivant. Je retrouve Cédric, et je sonne enfin la fameuse cloche, 49h15 après l'avoir entendue sur la ligne de départ, mais des mois et des années après avoir commencé à en rêver...
 

 
R11 Aiguebelle dimanche matin 6h48 
Je tiendrai encore le coup quelques heures, le temps de discuter avec les copains déjà arrivés, Benoît, les bénévoles, Daniel, et d'accueillir les copains, Thibaut, Pierre, Frank, et tous les autres, le Menestrail qui aura encore l'énergie de nous chanter la Compagnie Créole (ça fait rire les oiseaux). La cloche sonne, sonne, et sonne encore. L'ambiance est géniale. Puis je finis par m'écrouler de sommeil dans la voiture, et je passerai le reste de la journée et la nuit suivante à dormir. Une vingtaine d'heures de sommeil à revivre tous ces beaux moments, les cailloux, les copains, les lacs, les bouquetins, les bénévoles, encore des cailloux, la lune rousse et les étoiles et le soleil et l'orage. Ça y est, je l'ai fait !

2 commentaires

Commentaire de galette_saucisse posté le 11-08-2022 à 11:04:07

Bravo et merci, ca me met un petit coup de boost pour la semaine prochaine.

Commentaire de Killua posté le 15-08-2022 à 08:49:13

On se retrouve au départ alors ;-) Bonne course !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !