Récit de la course : Bike & Run Ozoir-la-Ferrière - S 2022, par DavidSMFC

L'auteur : DavidSMFC

La course : Bike & Run Ozoir-la-Ferrière - S

Date : 6/11/2022

Lieu : Ozoir La Ferrière (Seine-et-Marne)

Affichage : 129 vues

Distance : 16.5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Et de 3 R&B à Ozoir ! On gagne en vitesse !

Récit disponible sur mon blog : mesexperiencessportives.com/2022/11/06/11/2022-run-bike-d-ozoir.html

 

 

C'est la troisième fois que je participe au Run & Bike d'Ozoir, le seul Run & Bike officiel auquel j'ai eu l'occasion de participer puisque nous devions prendre part à celui d'Armentières-en-Brie l'an dernier avec Geoffrey mais nous n'avons finalement pas pu y participer. Ce sera donc notre premier Run & Bike officiel ensemble après notre participation en équipe sous la même forme au Marathon de Marne-et-Gondoire. Sauf que cette fois, toutes les équipes adverses feront comme nous et les transitions sont libres.

En 2017, j'ai découvert cette épreuve avec Franck. Nous avions bouclé les 17 kilomètres en 1h10'05 (36èmes sur 146). J'y suis revenu en 2019 avec Romain : 1h00'08 pour 16 kilomètres environ (28èmes sur 130). Cette année, nous avons l'ambition de faire encore mieux avec Geoffrey. Nous venons sans objectif particulier mais nous avions fait une séance l'an dernier où nous étions parvenus à maintenir une bonne allure sur une distance similaire, en faisant des relais de 2 minutes chacun. C'est donc notre stratégie de départ pour aujourd'hui.

Au niveau des conditions dans lesquelles nous abordons l'épreuve... elles ne sont pas forcément idéales mais nous sommes motivés ! Geoffrey sort de la Diagonale des Fous, il a donc fait davantage de long ces derniers temps. De mon côté, j'ai encore eu une semaine bien chargée avec 3 séances de Badminton, un Duathlon mardi, une séance d'athlé jeudi et une séance de cross samedi matin.

 

Dimanche 06 novembre 2022

Nous arrivons peu avant 08h00 à Ozoir-la-Ferrière où je retrouve Geoffrey au retrait des dossards. On discute un peu, je bois tranquillement un thé offert par l'organisation puis nous partons nous préparer pour bien nous échauffer. Je pense faire la course avec mes chaussures route, en espérant que ce ne soit pas trop glissant, l'échauffement nous rassurera sur ce point-là, ça passe bien. J'enfile donc mes Brooks Ricochet, un cuissard court, un tee-shirt sur lequel j'accroche mon dossard et mon casque. Il ne fait pas très chaud mais les conditions sont idéales pour ce type de compétition.

Je garde un coupe-vent pour l'échauffement car je pourrai ensuite le mettre dans la sacoche du vélo de Geoffrey. Nous partons dans la forêt pour repérer le parcours et nous réchauffer un peu. On prend le vélo, on alterne course et vélo en faisant quelques transitions pour se remettre dans le bain. Un peu plus de 7 kilomètres tranquille avec juste quelques accélérations pour tester les sensations : elles ne sont pas folles pour moi pour l'instant mais le corps se réveille gentiment.

C'est moi qui vais prendre le départ à pied donc je finis mon échauffement près des oriflammes de départ tandis que Geoffrey part se positionner dans la zone réservée aux relayeurs qui ont le vélo avec eux, à environ 500 mètres du départ. En tant que premiers coureurs, nous devons récupérer le vélo dans cette zone pour libérer notre coéquipier qui part courir à son tour et que l'on doit ensuite rattraper, à vélo.

 
La course

Je me retrouve un peu enfermé au départ, en deuxième ligne en sachant que certains sont sur les côtés et qu'ils vont donc devoir se rabattre car le chemin n'est pas très large vu le peloton que l'on forme. Lorsque la corne de brume retentit et que l'on peut partir, il faut que je trouve mon rythme et que je me fraye un chemin. C'est pas chose aisée. Je me retrouve complètement bloqué derrière un rideau de 3 concurrents qui avancent bien mais que j'aimerais doubler pour arriver relativement bien positionné dans la zone des vélos pour qu'on ne se retrouve pas trop dans le trafic.

Je finis par passer par la droite alors que j'étais à gauche, derrière Alex, un ami du club d'athlé ! J'ai enfin le champ libre mais ça part vraiment vite, l'effort est violent alors que la course est encore très longue, ça promet. J'ai du mal à distinguer Geoffrey alors qu'on s'était donné un repère dans la zone des vélos, ma lucidité est déjà limitée mais c'est bon, je chope le vélo et il part à bloc.

Là, c'est dur parce qu'il faut vite se mettre en selle, éviter les autres concurrents, doubler du monde... Je jette un coup d'oeil au chrono mais je vois flou, le départ a été rude. Je parviens à remonter la file et à rejoindre Geoffrey que j'avertis quand j'arrive derrière lui dans une portion où il est difficile de passer car c'est assez étroit et ensablé. J'attends donc un peu avant de me frayer un chemin sur la gauche, aux côtés d'Alex et Chris.

Pour le moment, on est bien sur des relais de 2 minutes puisque je passe le vélo à Geoffrey au bout d'environ 4 minutes d'effort depuis le départ. On se rend assez vite compte que les équipes qui nous entourent sont davantage sur des relais plus courts et c'est comme ça qu'ils nous distancent, plus efficaces. Alex et Chris se relayent très régulièrement, bien plus souvent que nous. Nous ne sommes pas loin d'eux mais nous ne parvenons pas à les recoller.

Du coup, nous passons assez vite à des relais d'une minute trente voire même une minute au bout d'un moment. Nos transitions se déroulent plutôt bien, nous attendons les bons moments pour changer nos rôles, à des endroits où il n'est pas trop compliqué de transmettre le vélo. Dès que Geoffrey chope la selle, il me dit "go", dès que je la chope, je dis "j'ai" et tout se passe bien.

En général, je mets le pied gauche sur la pédale gauche et j'enchaîne en basculant la jambe droite à droite du vélo, sans l'arrêter. En fin de course, je vais carrément me mettre à sauter directement sur la selle pour poser mes pieds sur les pédales après, ce qui passe car le vélo a assez de vitesse mais c'est un peu plus risqué.

En début de course, il nous a fallu un peu de temps pour trouver notre place dans la course mais les premiers relais ont fait la différence assez logiquement. Nous avons fini par dépasser Romain et son père, sommes longtemps restés au contact de deux équipes devant nous avant de nous faire rattraper par une autre. Finalement, celle qui était derrière a fait l'effort pour nous passer devant et est partie avec Alex et Chris. Nous aurions sûrement dû essayer de les accrocher mais en même temps, nous aurions été gênés dans le trafic. Nous avons donc continué d'être à la lutte avec un autre binôme très efficace mais moins à l'aise sur les transitions, ce qui nous a parfois un peu gêné.

Je ne considère pas que cela a eu un impact pour la suite mais il ne fallait pas baisser de vigilance au risque de rentrer dans le concurrent qui récupérait le vélo au moment de leurs transitions. Nous avons observé à distance les deux équipes nous précédant pendant longtemps et avons pris conscience qu'il fallait vraiment faire des relais plus courts que notre stratégie initiale, sûrement l'erreur qui nous a coûté un meilleur classement car à partir de là, nous allons bien enchaîner sur des relais entre 30 secondes et une minute, à bloc jusqu'à la fin.

C'est une course assez régulière que nous effectuons avec une allure moyenne comprise entre 17,5 et 18km/h tout du long. Je n'ai aucune idée de la vitesse de mes propres relais, sûrement un poil moins rapides que Geoffrey mais je ne crois pas qu'il y ait une grosse différence. Geoffrey m'a semblé de plus en plus à l'aise sur les transitions au fil des kilomètres, ce qui nous permettait de rapidement repasser devant à vélo et ainsi faire les transitions dès qu'on avait un minimum récupéré.

Lors des deux premières fins de tour, j'étais sur le vélo au moment du franchissement de la zone de regroupement où le coureur et le cycliste doivent être en contact continu avant que le coureur ne récupère le bracelet qui permette de vérifier que l'équipe a bien fait ses 3 tours. Au dernier tour, nos positions ont été inversées, j'étais coureur dans cette zone.

Pour le reste, nous sommes parvenus à maintenir une allure très correcte tout du long, à fond dans notre effort avec une plutôt bonne gestion globale. La fin a été très dure mais nous sommes restés efficaces en réduisant la durée de nos relais et nous récupérions assez vite sur le vélo finalement alors que c'était notre crainte. Nous avons réalisé une bien belle course sur ce parcours très plat mais en forêt avec pas mal de feuilles, quelques virages serrés, un peu de sable, quelques trous et flaques et un court passage bien boueux.

Finalement, Geoffrey prend le dernier relais, les deux équipes qui nous devançaient restent irrattrapables, c'est dommage car je pense que nous avons leur niveau en course à pied. Nous savons que faire la prochaine fois ! Un peu juste, Geoffrey ne résiste pas à nos poursuivants dans la dernière ligne droite, nous finissons donc finalement 10èmes, doublés dans les derniers mètres. Nous aurions sûrement dû changer les rôles à la moitié de la ligne droite pour que je finisse à pied, tant pis.

C'est une très bonne première expérience pour Geoffrey et moi ensemble dans cette discipline, ma première fois aussi rapide. Une course très enrichissante, pleine d'apprentissage. Nous nous sommes bien donnés du début à la fin. Vivement la prochaine !

En attendant le résultat officiel, nous terminons donc 10èmes sur 121 équipes inscrites en 53 minutes et 30 secondes pour 15,82 kilomètres à la montre soit une moyenne de 17,7km/h ! C'est pas mal et il n'y a maintenant plus qu'à faire encore mieux la prochaine fois !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !