Récit de la course : Trail de la Peïra 2008, par Shostag

L'auteur : Shostag

La course : Trail de la Peïra

Date : 6/6/2008

Lieu : Le Suquet Utelle (Alpes-Maritimes)

Affichage : 597 vues

Distance : 16km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Trail de la Peira 2008 - 15 km, +/- 1.280 m

J’arrive au Suquet une heure avant le départ, histoire de pouvoir retirer tranquillement mon dossard, discuter un peu mais surtout fait rare, m’échauffer (la distance est très courte et cela cale fort dans la 1ère montée). Je retrouve les habitués (la famille Dju au complet, Brague spirit et Redapples) mais aussi Fegnasse, compagnon d’infortune de la Transvésubienne.

L’estimateur de performances de Rémi Poisvert me donne 2h20. Le rythme annoncé est plus lent que celui maintenu à la Sainte-Baume qui fait pourtant 8 km de plus pour le même dénivelé. Je suis donc relativement optimiste car j’ai logiquement dû progressé un peu depuis Février.

Le départ de la course est donné légèrement par anticipation pour des problèmes de circulation, je suis positionné à l’avant du peloton. Je m’élance à bloc sur les conseils unanimes des « habitués » car il parait que cela bouchonne à l’entrée du single. Je me retrouve donc après les 200 mètres de route et la piste qui part à gauche juste derrière le groupe de tête. Je cours encore mais le dénivelé de + 20 % me contraint rapidement à marcher et laisser filer pas mal de monde, juste avant la bifurcation avec le GR 510.

Nous sommes dans le début du raidard de 3 km et 700 m de D+, surnommé « l’enfer » par les organisateurs. Au contraire, je trouve ce sentier en sous-bois très joli et je préfère quand cela monte franchement. J’ai Pépé Dju en point de mire 30/40 mètres devant durant les dix premières minutes qui sont très difficiles : je suis en surrégime depuis le départ et n’arrive pas à trouver mon souffle, le cardio tourne autour de 185 bpm avec une pointe à 190. Je me vois mal tenir encore une demi-heure comme cela, je décide de ralentir et de me stabiliser à 180 bpm. Plusieurs coureurs en profitent pour me dépasser le temps que je retrouve des sensations puis la machine repart enfin, ce qui me permettra d’en rattraper quelques uns avant la Chapelle Saint-Pierre où j’arrive en 40’’14 (+ 1.050 m/h, record battu).

Je prends le temps de boire et de souffler avant d’attaquer la descente sur Saint-Jean la Rivière. C’est ma spécialité et la course est courte aujourd’hui, je peux vraiment me faire plaisir et envoyer la purée. Je distance rapidement Joëlle BODE qui a fait la jonction à la Chapelle et commence à grignoter les places : 3/4 dans la partie technique avant la source de la Peira. Le vallon du même nom, long faux plat descendant, m’est moins favorable ; il commence en outre à pleuvoir des hallebardes. Cela redescend enfin fort dans la caillasse et la boue : 5/6 concurrents repris à nouveau dont Pépé Dju et la 1ère féminine (avec laquelle je ferai le yoyo jusqu’à l’arrivée), manifestement pas très à l’aise dans ces conditions. J’arrive au ravitaillement en 1’08’’34 (- 1.600 m/h).

Les groupes sont formés et les places désormais stabilisées. Nous attaquons la montée sur Utelle (280 m de D+), escaliers suivis d’une belle voie romaine qui coupe et traverse la D32. C’est moins raide que précédemment et notre rythme s’en ressent (+ 900 m/h).

Nous basculons sur le sentier valléen en 1’26’’54 et c’est monta-cala avec 300 m de D+ sur un sentier en balcon jusqu’à l’Eglise Saint-Honorat où j’arrive en 1’51’’30. Désormais 1,5 km de route : j’ai beau m’employer, je me fais enrhumer par mes compagnons « bitumeux ». En tout cas tant que nous ne retrouvons pas une monotrace (b. 17) qui plonge vers le camping des Merveilles et le Suquet où après une traversée de rivière je reviens après 2’02’’14 (15 km, +/- 1.280 m).

Je suis manifestement plus à l’aise en montagne puisque pour une durée de course deux fois plus longue, je stabilise presque mon écart par rapport à Redapples (+ 19 min au Col de Vence contre + 24 min ici). Si je veux progresser, il va donc falloir que je travaille sérieusement la route : j’appréhende d’avance …

1 commentaire

Commentaire de brague spirit posté le 08-06-2008 à 13:17:00

Belle course et bon récit.Sauf petit erreur de trajectoire,à gauche toute,après le bitume.D'ailleurs,il va falloir te lancer sur le fractionné pour preparer le marathon.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.25 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !