Votre annonce ici !

Récit de la course : Trail des Monts d'Azur 2008, par fbinice

L'auteur : fbinice

La course : Trail des Monts d'Azur

Date : 14/7/2008

Lieu : Seranon (Alpes-Maritimes)

Affichage : 1399 vues

Distance : 13.5km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

TRAIL DES MONTS D'AZUR

En ce Lundi 14 Juillet, la météo s'annonce tout a fait favorable pour le trail du jour : le "Trail des Monts d'Azur" (13,5kms et +800D) organisé par l'association AOMA.

Le départ aura lieu du village de Seranon dans le très beau haut pays grassois.

La course débutant à 1Oh, je retrouve Pontage et GG à 7h3O sur Nice avant de parcourir les 1h30 de trajet nous séparant du site.

A l'arrivée le thermomètre annonce 14° (!!!) on n'avait pas prévu ça...heureusement la température va vite devenir plus confortable.

 

Le site est magnifique et le ciel bleu azur nous promet une belle course.

Après l'inscription et le retrait des dossards, nous avons largement le temps de nous échauffer tranquillement.

 

Quelques minutes avant le départ l'ensemble des participants (nous sommes une centaine) se regroupe sous la banderole....4.....3.....2.....1......on s'élance !!!

A peine avons nous quitté le champ servant "d'aire de lancement" que nous empruntons sur 800m une petite route en légère descente qui incite le peleton à foncer d'entrée de jeu, ce que je n'aime pas trop....Nous bifurquons ensuite à gauche et attaquons la première difficulté de la journée, une côte de +200m ou +300m. Avec GG et Pontage nous avons décidé de le faire à notre rythme et de nous retrouver à l'arrivée... avant 17h si possible...:)

GG a préféré dès la ligne de départ se positionner en fin de course pour avoir le plaisir de remonter des concurrents. Pour ma part, avec Pontage, nous sommes positionnés à mi-hauteur dans le peloton. Je suis devant Pontage qui est bien là derrière : il me donne de coups de batons (involontaire heureusement) ! L'ascension est rapide puisque nous atteignons le col en 13 minutes.... J'attaque la descente avec un peu de retenue car la piste quoique large est caillouteuse et un peu "casse gueule". Je reprends alors 3 ou 4 coureurs.

Le premier ravito est déjà là mais je n'avale qu'une gorgée d'eau. Je me retourne et ne vois plus mon camarade. Sachant que son genou le faisait un peu souffrir j'imagine qu'il a dû faire une descente "tranquille".

J'attaque ensuite une très longue traversée en sous bois sur une bonne piste. Le peloton ayant explosé dès la première ascension, les distances entre les concurrents sont déjà importantes et le traileur me précédent est visible mais assez éloigné tout comme celui qui me suit.

Cette partie de la course me sera la plus penible : le sentier est plat, le paysage est très beau...mais cette piste semble ne jamais vouloir finir !! Je n'en vois pas le bout et mon rythme n'est pas très élevé. Je me fais ainsi reprendre par 4 ou  5 coureurs mais rattrape également 2 coureurs. Je commence à espérer un relief plus "animé" !

Le dénivelé refait son apparition à mi-parcours avec le second ravito : un demi sucre et une gorgée d'eau (je précise que j'avais également le nécessaire sur moi, ce qui m'a autorisé à ne faire que passer aux ravitos).

Ca monte enfin ! Cette fois-ci c'est la "grosse grimpette" avec +600m. Le sentier est bon, grimpe régulièrement avec quelques très courts replats sur lesquels je m'arrache un peu pour faire de petites relances...Malgré ces efforts 3 concurrents me doublent...Je décide qu'ils seront les derniers. Deux autres poursuivants sont 2 ou 3 virages en dessous, je les garde à l'oeil : ils ne passeront pas !!!!

Ma motivation est payante puisque non seulement ils ne me doubleront pas mais de plus je double 3 ou 4 traileurs. Je rejoins enfin 2 coureurs qui semblent faire la course ensemble et décide de me mettre dans leur rythme jusqu'au sommet qui d'ailleurs n'est plus très loin. Nous rejoignons la crête sommitale : vue superbe sur le département avec au fond la mer et les iles de Lerins ; de l'autre coté les Alpes et le massif du Mercantour...Je fais une petite photo.

 

 Je double finalement me deux "lièvres" mais m'arrête bientôt quelques secondes au sommet pour le troisième et dernier ravito (petit verre d'eau) et jette un dernier coup d'oeil à ce beau panorama. Désormais place à la descente !!

 

Je me sens super bien ! Pas d'hésitations la descente se fera à bloc !

Le sentier démarre bien pentu mais avec de beaux enrochements qui permettent de bons appuis ; des sauts d'un rocher à un autre....je fonce, je m'amuse....

Je reprends un premier concurrent ; un second puis un autre etc. Je vais ainsi revenir sur une dizaine de participants. L'un d'entre eux décide finalement de me filer au train...il est dans me pas....je l'ai doublé nettement quelques secondes plutôt mais j'imagine que je suis en train de lui montrer le chemin...pas question !!! Je fonce , il ne lâche pas : on se tire la bourre !!! Nous revenons sur un concurrent qui bien que plus lent ne semble pas décidé à nous laisser passer, contraints et forcés nous ralentissons temporairement !

Aïe !!! Je viens de cogner un gros caillou....et j'ai ressenti un petit "crac" : je viens de me retourner un ongle de pied (P....n ! ça fait mal) !!!!

Mon envie de doubler disparait aussiôt mais mon poursuivant, lui, en profite et me passe moi et le gars que je file...je ne le reverrai plus.

Je peste : hier j'ai oublié mes chaussettes de running chez mes parents. Résultat j'ai dû enfiler des chaussettes inadapté avec un moins bon maintien ; voilà le résultat.

La douleur initiale s'estompe et je peux quand même relancer et enfin doubler ce concurrent qui pourtant ne le voulait pas. Mais je ne retrouve plus le même rythme.

Nouveau passage au petit col déjà emprunté à la fin de la première ascension puis descente finale que je fais seul (je ne vois personne ni devant ni derrière).

Revenu sur le bitume final (que ça fait mal aux jambes) je continue mon effort car je me suis rendu compte que j'étais sous les 2 heures....ligne d'arrivée : 1h56min....chouette !

Pontage me rejoint finalement 7 minutes plus tard et GG 12 minutes. Pontage a souffert à la fin de la première grimpette de troubles gastriques (vomissement) ce qui explique que je l'ai aussitôt perdu de vue.

 

 

Finalement, il y aura 101 finishers. Je me classe 37ème (je suis assez content) ; Pontage (sauf erreur) 48 ème et GG 59ème.

Après un déjeuner copieux organisé par l'AOMA, et l'orage guettant nous repartons sur Nice.

Super course, paysages magnifiques, et bons moments avec mes nouveaux "compagnons de trail", le top !

 

3 commentaires

Commentaire de DOMID posté le 14-07-2008 à 21:11:00

Sympa ton commantaire et encore bravo !
région super qui me rapelle les vacances !!!


Commentaire de woam posté le 15-07-2008 à 16:08:00

Pas de doutes, tu es très doué pour ces recits de courses!!! on s'y croirait

Commentaire de Bambi posté le 03-06-2009 à 09:33:00

merci opur ce récit, ça a l'air bien sympa et me tenterait bien pour 2009

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil de kikouroù - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !