Récit de la course : La Nuit de la Saint Jean 2009, par Fabrice.b68

L'auteur : Fabrice.b68

La course : La Nuit de la Saint Jean

Date : 20/6/2009

Lieu : Brignais (Rhône)

Affichage : 548 vues

Distance : 55km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

Le récit


Et voilà ! Il va être l'heure de partir ! L'ambiance est très conviviale au départ au gymnase de Brignais, peut-être 200 coureurs au départ relais compris. Il fait frais, nous sommes pressés de partir pour nous réchauffer. Dans le gymnase il est affiché que le parcours fait 56 km (au lieu de 55 km). Une rapide extrapolation (+6') me permet d'espérer un temps de 5h51'

22h c'est parti. Une petite boucle dans le quartier histoire de refaire un petit coucou aux spectateurs avant de nous enfoncer dans la campagne. Je suis parti un tout petit peu vite, mais au bout de 2 km je ralentis pour me caler à mon cardio vers 78% FCM. A la sortie de Brignais, Jean-Pierre, le mari d'une collègue de boulot me rattrape. Je n'étais pas sûr qu'il était là et nous ne sommes pas vu au départ ! Nous allons essayer de courir ensemble.

Vers le km5, une petite bosse dans les bois nous monte sur plateau d'Irigny, là nous sommes vraiment dans la campagne. Déjà les coureurs sont étirés et dans le champ de vision nous sommes 4-5 maxi. Nous passons au ravitaillement d'Irigny, environ 10,5 km en 1h01 (pour 1h04 estimé). Une toute petite avance donc.

L'itinéraire, toujours au milieu de vergers et de champs descend progressivement puis rapidement sur les berges du Rhône. Là le sentier est très étroit, pendant 2-3 km. Puis passe par dessus de la voie ferré sur un pont piéton et remonte vers Millery le long de champs. Là j'ai un court coup de pompe avant de trouver un "troisième" souffle. Après Millery nous passons au pied de Charly avant de remonter un peu sur Vourles où se trouve le 2eme ravitaillement. Environ 24 km de parcouru en 2h22 (pour 2h29 estimé). L'avance s'est accrue. A chaque ravitaillement je remplis ma gourde de 0,5 l et grignote un carreau de chocolat ; je n'ai pas vraiment faim. Jean-Pierre prend un peu plus de temps pour manger. Je repars un peu avant lui en trottinant et il me rattrape rapidement.

Après Vourles, le sentier zigzague dans la campagne avant de rejoindre Les 7 Chemins. Nous passons au 30e km en 2h54, mais le plus dur reste à faire. En effet, le chemin ne tarde pas à monter vers Taluyers. Depuis quelques km déjà nous sommes vraiment seuls ; sous ce ciel étoilé c'est enivrant. Parfois un relais nous double. Au ravitaillement de Taluyers, 34,5 km et 3h36 (estimé 3h43), je ressens la fatigue et prends le temps de manger du pain d'épice ; également, je mets un sucre dans ma gourde d'eau. En repartant de Taluyers, nous sommes exposés au vent et j'ai froid pendant 5-10 minutes le temps de reprendre le rythme et me réchauffer.

Le relais entre Taluyers et Soucieu est le plus difficile et le plus long. Il passe au point culminant avant de descendre vers Soucieu. Ce sont des chemins que je connais mais malgré tout, après la Chapelle St Vincent, au point le plus haut, je pioche et n'arrive pas à relancer. Nous passons au km 45 en 4h42. Jean-Pierre rattrape une de ses collègues, qui s'avérera être la première féminine à l'arrivée ; je les retrouverai à Soucieu. La descente à Soucieu n'est pas directe, il nous faut remonter au Haut-Marjon, où nous retrouvons l'itinéraire de la Saintélyon. Enfin nous sommes à Soucieu, km 49 en 5h10 (estimé 5h13). Je ne fais que remplir ma gourde de sirop de menthe car je n'ai pas envie de manger.

Il ne reste plus que 7 km dont 4 km de descente et 3 km de plat. Pourtant dans la descente je n'avance pas, à peine 10 km/h. Les jambes sont très lourdes. Un coureur est accompagné d'un relais et d'un groupe de filles qui n'arrêtent pas de parler ; ça me saoule et je les laisse prendre 30m d'avance. Jean-Pierre qui aurait pu aller plus vite reste avec moi. Dans la partie raide et technique, je double ce troupeau, ce qui me donne du tonus pour ne pas me laisser reprendre sur les 3 derniers km. Avec Jean-Pierre, on a l'impression de courir à 12-13 km/h, pourtant nous ne sommes qu'à 10 km/h ou guère plus. Nous sommes tous les deux au taquet et limite crampes; sa présence me motive. Nous passons enfin la ligne d'arrivée, côte à côte, en ... 5h51'02" !!!.

Content d'en finir avec cette belle course, que j'ai énormément apprécié même si j'ai souffert sur les derniers 1h30.

9,7 km/h pour 56 km et 815m D+ à ma montre. FC moyenne, environ 81%, alors que je visais 82%. Nous terminons 38e (Jean-Pierre) et 39e sur 124 partants solos. Le premier en 4h11' soit +40%. Merci à Jean-Pierre car sans lui j'aurais peut-être décroché au moral vers le 45e km. Profil ci-dessous.


-----------------
Voilà, c'était mon dernier objectif pour le premier semestre 2009, reste à établir ceux du deuxième.

1 commentaire

Commentaire de maya posté le 24-10-2009 à 23:00:00

belle course que j'aimerais bien enfin faire !
bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !