Récit de la course : La Course des 5 Clochers - 11 km 2009, par vial

L'auteur : vial

La course : La Course des 5 Clochers - 11 km

Date : 11/10/2009

Lieu : Chazay D'Azergues (Rhône)

Affichage : 768 vues

Distance : 11.3km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

13 autres récits :

Le récit

Weekend athlétique

 

Calendrier bien rempli avec l’ag de mon club le vendredi  soir ; l’ag du CAR comite d’athlétisme du Rhône tôt le samedi matin et les 5 clochers pour le jour du seigneur ! La petite donc, contrairement à mon habitude, ayant tranché envers le confort d’une grande course sans préparation mais sans suffisamment de distance, et d’une petite mais sans réelle vitesse suite à mon grand arrêt du début d’année, peut-être due à mon grand âge !! J’aurais  pu m’inscrire sur la grande pour mieux préparer ma vengeance sur la saintélyon, mais….

Arrivée sans encombre sur Chazay d’Azergues, sans rencontrer mes amis l’âne et le rottweiler croisés fortuitement en 2005.

Organisation impeccable, je dirais comme d’hab sur cette course qui fait carton plein : 70 refus samedi car courses complètes ! Dont deux bus, un pour une trentaine de coureur d’une société de médicaments, en weekend sur Lyon et un pour le club de Plombières (21). Parking proche du départ, gymnase avec toilettes (avant le départ) et douche (à l’arrivée). Echauffement de quelques 3 km avant de rejoindre le départ quelques minutes avant le coup de pistolet. Les 9 clochers sont déjà partis. Ma faible corpulence et ma grande connaissance des coureurs locaux me permet de gagner sans encombre le troisième rang sur la ligne ; Ce sera bien assez rapide pour ma forme du jour…
de toute façon avec le premier de chaque catégorie récompensé, et la présence de Claude Magand en V2 le podium est déjà plié, reste mon ami François, plutôt en forme qui reste en lice.

C’est parti très vite en profil descendant et le premier km passe en moins de 3’40 »gare au final, va falloir calmer le jeu, le deuxième km nous offre le premier profil montant dans les vignes, le speaker de la voiture de tête de course nous invitant à regarder sur la gauche tout là haut le village de St Jean les Vignes, but de notre conquête avant de bénéficier d’un profil descendant sur plus de 4 km. Sur la carte de départ, le profil marque une belle bosse, mais à relativiser car sur un circuit de 11 km, plus court que les 9 clochers et ses 24 km, le relief est toujours exagérer.
Dans la première montée dans les vignes, vous l’avez compris la course se déroule sur les premiers contreforts  du beaujolais un gars nous compte : 45ième. Et déjà les premières grimpettes font tomber le chrono. Bientôt la fourche de séparation, les 24 km tout droit, les 11km tire sur la gauche. Après le 3ième km, la vraie bosse commence, plusieurs gars passent mais je préfère attendre que chacun trouve sa place. Traversée de Saint Jean des Vignes, la bosse continue encore sur un bon km et la principale difficulté est derrière nous. Les places sont quasi stabilisées, et chacun fait le yoyo en fonction de ses capacités : certains manquent de vitesse dans les descentes, mais pas de puissance dans les montées… pour ma pomme c’est un peu entre les deux, alors je passe, trépasse et repasse, tel  le rapace cherchant le bon courant d’air pour s’élever du lot. Côté courant d’air rien à craindre pour l’instant : pas de fous furieux qui nous enrhument à nous dépasser et  une météo top : contrairement à l’annonce, la température est tip top, sans vent, ciel dégagé qui nous offrira même une belle part de soleil sur la fin du parcours, sur les petites routes du beaujolais. Belmont nous accueille en pleine descente, deux  petites  bosses puis ce sera Lozanne. Ce n’est pas le » Loooozanne « Suisse : alors ça ne traine pas sur les 3 km qui nous restent après un km en faux plat montant. Deux jeunots sont en vue, je me sens de nouveau rapace et ça passe avant l’arrivée pour un des deux : je sens le conflit des générations !! Le giratoire de l’entrée de Chazay : encore un km et deux gars de passés, que j’encourage à m’accrocher : le premier encaisse et tente l’aventure, j’entends le second  plus jeune pester : « accroches, il me fait rigoler lui ». Ma foi il a perdu la foi celui-là, il n’y croit plus. Le précédent a de la bouteille, et ne sera pas mon suivant, me gardant à bonne distance à l’approche de la ligne. Et voilà : une de plus de pliée en 45mn 49s, 40ième au scratch et 3ième V2. Claude est super content : 1ier V2 et son fils 1ier de la course. Sans le calendrier du semi de Grigny dans 8 jours, il pouvait tenter le podium scratch avec son gone !!

Une bouteille de beaujolpif (car je l’use  plus vite qu’un maillot : ma pile de bouteille descend plus vite que ma pile de maillots !)Un peu de ravito, se changer et un petit tour de récup à remonter la course des premiers arrivants de la 24 km. Je tombe nez à nez avec lechamois  humand les odeurs de la course en compagnie de sa petite famille, hors course ce jour. Plus tard rencontre avec les kikous locaux : Langevine et Tounik qui s’apprêtent à finir la journée chez le Blob, Tounik en prépa sur les 24 h de Paris ajoutant encore une dizaine de km au travers de la campagne afin de se rendre chez le blob pédibus.

1 commentaire

Commentaire de Gibus posté le 25-10-2009 à 12:46:00

Ah le bojolpif !
un vieux maillot est meilleur parfois qu'un jeune beaujolais.
a+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !