Récit de la course : Trail de Douvres - 21 km 2011, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Trail de Douvres - 21 km

Date : 3/4/2011

Lieu : Douvres (Ain)

Affichage : 1024 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

11 autres récits :

Sésame, Douvres toi !

 

Sésame, Douvres toi !

 

Tout d'abord, une question se pose.

Comme beaucoup de coureurs, les discutions ont tournées autour de l'argent.

Oui l'argent, tout s'achète et tout se vend.

Le trail de Douvres fortement incriminé dans le domaine du bisness.

Entendez-moi : 12 euros l'inscription, 14 sur place.

Je suis arrivé ¾ d'heure avant, car je m'étais préinscrit.

Résultat un tee shirt S oui j'ai bien dit SSSSSS.

Les courses enfants sont bien sûr l'après midi comme ça les parents sont obligés de rester et de manger le plateau repas, 9 euros plus l'inscription des drôles à la course.

Plus l'essence.

Mais bon là, c'est un autre débat.

Bon tout ça c'est pour le sou des écoles.

Ah bon et alors.  Est-ce normal docteur ?

Le summum est que ce trail fait parti du challenge de la montagne  et aussi du challenge de la grosse course regroupant les trails du coin.

Ils sont tout contents, les organisateurs, de se vanter de cela, comme ça les traileurs viennent ( avec leur bourse). En plus ils se trompent dans leur affiche (n'ayant consulté personne à ce sujet), ils mentionnent des courses du challenge qui n'existent plus, et en oublient d'autres.

 

A la fin de l'année, à la remise des récompenses départementales, ils ne sont pas là, occupés peut –être à faire encore les comptes ou de préparer l'édition suivante. Ils ne fournissent aucun lots pour ces deux dit challenges.

Encore pire, lors de la réunion de début d'année des organisateurs de courses, ils brillent par leur absence et tarde à chaque fois à nous donner la date de leur épreuve.

Ce qui cause problème, quand on sait qu'il y a 77 épreuves dans l'Ain.

Ce qui les sauvent, c'est la notoriété de l'épreuve, 10° édition (9 ans donc et non 10 comme j'ai encore lu)  mais principalement le tracé : Roche fendue, Mont Luisandre.

Ce parcours est encore tracé par Christophe Chapuis; C'est le seul point positif.

Reviens vite à l'orga Christophe (aussi pour reprendre le micro…)

Il faut sauver le soldat Trail.

 

Voilà cette petit intro.

Je suis un peu soulagé.

J'ai ici reflété ce que je pense mais aussi tout ce que j'ai entendu autour de moi avant le départ, à l'arrivée et les jours suivants.

 

Passons à la passion.

 

J'ai retrouvé Sylvain qui n'a jamais couru Douvres. Je lui explique un peu le parcours.

Jamel est là aussi.

 

Je taille en haut du village pour filmer le départ de la petite distance de 13 kms.

 

 


Il y a du monde que je connais et je me trompe dans les prénoms (désolé).

 

Je retourne vite à la voiture et rejoins la ligne de départ.

Le 21 kil part un quart d'heure plus tard.

Punaise, une fois de plus, je ne me suis pas assez échauffé.

Faut que j'arrête de tchatcher comme ça à chaque fois.

 

Sur la ligne, je me mets avec Véro.

Au coup de départ Jamel s'en va, je le suis?

 

 

 

 

Nous grimpons une toute petite côte et longeons le haut du village sur le macadam.

Bifurcation à droite et ça grimpe.

A gauche cela se transforme en chemin.

Je suis essoufflé.

Faut dire que j'ai dur prendre froid mardi à l'entrainement avec ces 2x5000 le soir.

Bref je perds pied mais je ne suis jamais rentrer dans le course.

Ah tiens, on bifurque sur la droite. N ne va pas jusqu'à la route entre Ambronay et Merland.

Nous empruntons un ancien parcours de ce trail.

C'est tant mieux car c'est plus en forêt.

En haut nous redescendons vers Merlans qu l'on traverse sous les applaudissements des gens et des marcheurs que l'on dépassent.

Je suis enfin dans mon rythme et je reste avec les mêmes coureurs.

Nous remontons sur le côté en direction du bois de Fayat.

Ravito à l'intersection de la route.

 

Nous sommes dans les sapins et nous approchons de la Roche fendue.

Je suis derrière un gars avec le tee shirt des foulées de Vénissieux.

Je double Benoit qui court en accompagnant une fille la petite distance.

Allez Benoit.

Allez mon Gibus, me répond-il.

Nous sommes 3,4 à la queue leu leu dans un single maintenant.

Ca bouchonne à l'entrée du gouffre.

Les marcheurs y sont un peu pour quelques chose je crois.

A l'entrée de la roche il y a Pat de NB2DR également de l'AAC.

Je lui sers la main avant de disparaitre dans le trou.

La main courant e est la bien venus car c'est casse gueule.

Ca y est j'air franchi les deux petits bosses du trou et je remonte.

Allez les coureurs, dit un gars.

Dans relever le tête, je lui réponds qu'on est des marcheurs en ce moment.

Je le saurai plus tard ais le gars je le connais bien puisque c'est Cédric Moniteur de sport.

 

Ca y est on est de nouveau à l'air libre.

 

 

 

 

Sympa c'te roche.

Nous remontons un peu sur le haut de la crête.

 

 

 

 

A droite, la vue sur Jujurieux et ses châteaux est belle.

 

A droite dans les buissons, nous dit une jolie fille

A droite dans les buissons ???

Non, non ce n'est pas une proposition.

On aurait pu penser, me dit le gars qui me suit.

 

Le méandre dans ces fameux buissons n'est pas tout plat contrairement à mon souvenir.

Les marcheurs sont sympa car ils se poussent et nous encouragent.

Je double quelques coureurs.

Je rattrape Nathalie qui est à la rue.

Allez allez Nat.

Elle repart.

Ca lui a donné du boust, me dira-t-elle par la suite.

 

Nous traversons la route entre Merland et Salaport et rejoignons le ravito qui sépare les deux parcours.

Je taille donc à gauche sur le 21

C'est nouveau pour moi car j'ai pratiquement toujours fait le petit trail dans toutes ces versions  et la seule fois que j'ai fait la grande distance, c'était lors de la 1° édition et nous ne passions ni par la roche fendue ni par le Mont Luisandre, ni par le château des Allymes.

 

Il y a deux, trois gars devant moi et je garde d'honorables distances avec eux. Je maintiens celui-ci donc je reste dans la course.

Quelques méandres et cela monte à droite mais pas longtemps.

Je m'efforce de courir et j'y arrive.

Quelques mètres puis c'est à nouveau à droite mais maintenant, une grosse montée.

Je cours au début mais prend bien vite l'allure marche rapide en appuyant sur les quadri.

 

Je sens quelqu'un derrière mais assez loin.

Quand cela redevient plat il me double.

Nous arrivons en haut dans le virage du chemin qui vient du village de Brey de Vent.

Nous sommes donc au pied du Luisandre.

 

Je marche un coup et en profite pour prendre le seul gel que j'ai mis dans ma poche.

En haut de cette petite montée, où tout le monde marche, il y a un ravito.

Je prends un verre d'eau quand Gérard me rattrape. On est tous les deux surpris de se retrouver là.

Laurent Duluye me passe aussi. Il fait la course en dedans. Je me demande même maintenant si il avait un dossard.

Eh Gibus me dit-il, tu vois j'ai mis tout ce temps pour te rattraper.

Toujours le mot pour encourager. Vraiment un super type et grand champion. Il a gagné le challenge de la montagne de l'Ain l'année passée de même que le challenge général des courses hors stades.

 

Nous taillons donc dans la montée. Enfin, taillons, marchons plutôt.

Gérard et avec moi. On discute un bout tandis que Laurent monte tout cela en courant avec le sourire.

Devant il y a un gars de Balan.

Je marche plus vite que mes deux compères et quand cela redevient moins pentu, je repars en trottinant.

Ca vaut vraiment le coup de connaître le parcours.

Car cette semaine je suis venu faire cette montée. Donc je sais quand est ce qu'il faut repartir en courant.

Derrière, en effet cela ne suit pas et je les sème content de ma réussite.

Virage à droite et nous taillons vers les antennes.

Le gars de Balan me repasse peu avant la croix donc le sommet.

Nous sommes à 805 m.

Je regarde à gauche et je vois le Mont Blanc.

Eh regarde le Mont Blanc là bas au fond.

Non le gars derrière qui n'est pas Gérard, ne comprend ou ne voit apparemment pas la masse blanche.

 

Ca y est nous descendons.

Un coup d'œil au magnifique château des Allymes en contre bas.

Cela descend secos et nous nous freinons tant bien que mal.

 

Le chemin redevient courable et j'allonge la foulée.

Nous revenons vers le ravito de toute à l'heure.

Un verre d'eau en passant et c'est la descente vers Brey de Vent.

 

En bas, pas le temps de respirer, nous remontons sur la route aussitôt vers le château.

A droite dans l'herbe, c'est maintenant impossible de courir.

Nous contournons le château et y rentrons par un pont-levis

 

Un ravito est à l'intérieur.

Qu'est ce que vous voulez ?

Une coupe de champagne. Rires.

Dans mon dos une fille avec son accompagnateur me passe.

 

Nous ressortons et attaquons la dangereuse descente vers le village des Allymes.

Un chemin à flanc de coteau très piègeux avec pleins de racines.

Traversage de route et nous arrivons en bas.

 

Un petit gars chauve me passe.

Allez lui dit-je.

Pas de réponse.

 

Nous taillons sur la doite dans le chemin.

Cela remonte un petit peu puis c'est de la grosse descente.

Plus personne devant, plus personne derrière. Alone.

 

J'allonge un max et arrive sur une grande flaque de boue.

Impossible de l'éviter.

Allez flap, flap, flap.

Les trails tremp, je continue et débute le schuss final.

Près de deux bornes de descente.

 

Cela tourne quelques fois et j'aperçois les gars de devant.

Je double des marcheurs qui m'encouragent.

 

Le village de Douvres est enfin là.

Je mets le paquet et double un gars avant le virage entre les vieilles maisons sur la gauche.

Puis deux autres dont un avec une casquette route.

L'arrivée est proche et sur le macadam j'étale mes grandes jambes.

Dans l'élan je double encore le petit chauve avant la ligne.

 

Ouf quelle course, moi qui avait la tête dans le sac ce matin.

Le petit vétéran vient me voir et me dit :

"Tu t'es fait plaisir, hein ?".

" Ba oui lui répondis-je"

Quel toupet celui là, il n'a pas aimé que je le double à la fin mais ne s'est pas privé de me passer dans la descente.

Il y en a vraiment.

Bref, je ne le connaissais pas et je ne l'ai pas revu.

 

Sylvain et Patrice arrive pas loin derrière.

Alors que Véro était vraiment tout près de moi à moins de 3 minutes.

Quelle santé.

 

Nico est là. Il n'a pas couru car il est sous médoc.

Régis Roux a gagné haut la main tandis que la 1° féminine est 16° au scratch !!! Elle m'a mis un quart d'heure.

 

On se retrouve tous autour d'une bière avec Xavier18 entre autres et je commence à avoir les doigts qui deviennent blanc.

Ouh là, c'est que j'ai froid.

Je taille vite à la voiture me changé.

Mais ce n'est pas la grande forme et je ne m'attarde pas.

 

Plus tard après manger, je vais trembler de froid.

J'ai pris une insolation et je ne suis vraiment pas bien.

 

Pour en résumé, le trail de Douvres est malgré tout un beau rassemblement de coureurs amoureux de la nature.

Sur ce super tracé on s'est donne à cœur joie.

 

Mon coup de chaud va vraiment être violent et va s'en suivre une bronchite.

 

La prochaine course cela se fera avec casquette et tee shirt mais une avec toux mémorable.

 

 

3 commentaires

Commentaire de lulu posté le 16-04-2011 à 23:30:00

Encore du magnifique Gibus !
Une belle course, un beau récit et un beau coup de gueule !!!
Merci

Commentaire de domi81 posté le 19-04-2011 à 05:41:00

félicitations...et en avril ne te découvres pas d'un fil !! ;)

Commentaire de franciss posté le 20-04-2011 à 14:13:00

Ouh ben décidément entre les malades et les blessés, ça commence à bien faire... vivement les beaux jours et des températures constantes ! Bravo à toi pour cet enchaînement de courses ; faut quand même avoir la caisse !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !