Récit de la course : La Pierre Chany 2012, par PhilKiKou

L'auteur : PhilKiKou

La course : La Pierre Chany

Date : 4/8/2012

Lieu : Langeac (Haute-Loire)

Affichage : 2579 vues

Distance : 152km

Objectif : Balade

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

La « Pierre Chany » à Langeac : « VOYAGE EN TERRE INCONNUE !!! »

 

                                  

Ca fait quelques années que je veux mettre à mon programme cette cyclosportive*** 

 

***Plus de 15 ans d'histoire de la cyclo « la Pierre Chany »


                                                 

 1995 : Au début de l’année 1995, Claude SEGUY ancien coureur pro licencié à l’AVENIR CYCLISTE 43 LANGEAC-SAUGUES invite les dirigeants du club à organiser une épreuve Cyclosportive. Elle s’appellera « la Pierre CHANY », elle se déroulera sur les lieux de la prime enfance du « Pape du Cyclisme » et fera découvrir les paysages variés du haut-Allier. Déjà, conscient qu’avec un tel nom, la nouvelle Cyclosportive se devait d’être un modèle, les organisateurs se fixent une ligne de conduite, les maitres mots en sont sécurité et convivialité. Moins de trois cents participants, toutefois,  tout le monde loue l’organisation exemplaire.
    1996 : Pierre CHANY nous a quitté, il laisse derrière lui bien des orphelins. Après une période de doute, la conviction qu’il faut pérenniser l’épreuve s’encre dans les esprits. Conséquence : une immense émotion le jour de la 2ème édition.
    1997 : rendre hommage à cette référence du cyclisme qu’est Pierre CHANY devient l’objectif de cette année. La ville de Langeac donne le nom de Pierre CHANY au gymnase. Devant celui-ci, une stèle immortalise sa mémoire grâce à tous ses amis qui ont participé, sous la houlette de Claude SUDRES. La troisième édition a eu lieu. Toujours plus de participants, un accueil simple, une mise en sécurité des coursiers rigoureuse.
    1998 : La sécurité continue d’être le maitre mot des organisateurs. Le nombre croissant des participants les oblige à revoir le parcours, trois nouveaux circuits sont proposés. Le cap des 1000 engagés est passé.
    1999 : c’est la 5ème édition, l’organisation peaufine les détails sans rien changer de fondamental. Le nombre d’engagés continue sa progression. Les remarques des participants sont de plus en plus élogieuses quant à la qualité de l’organisation.
    2000 : Confortés dans leurs choix, les organisateurs persistent : sécurité, convivialité, la beauté des parcours font le reste (1124 inscrits).
    2001 : 7ème édition, « La Pierre CHANY »  se classe parmi les 25 Cyclosportives les plus importantes de l’hexagone. Sans rien lâcher des principes qui fait son succès, elle  étoffe ses prestations : barres énergétiques sur les ravitaillements, cadeaux souvenir conséquents (sacs de sport, etc.)
    2002 : La 8ème « Pierre CHANY » est un succés. Avec 1368 participants, elle se classe à la 20ème place des Cyclosportives françaises.
    2003 : le chronomètre électronique ravit tous les participants. Malgré une baisse du nombre d’engagés, les remarques concernant l’organisation restent élogieuses.
  2004 : Le dixième anniversaire rassemble un grand nombre d’amis populaires de Pierre CHANY.
  2005 : la notoriété de « La Pierre CHANY » reste stable.
   2006-2007 : « La Pierre CHANY » fait une trêve.
    2008 : Le 9 août 2008 « La Pierre CHANY » fait son retour avec grand succès. 750 passionnés ont répondu présents.
     2009 : Le 8août 2009 « La Pierre Chany » accueille 700 participants venus de 60 départements et de 6 pays dont : l’Angleterre, l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande, la Hollande, la Suisse, la Tchéquie
    2010 : Le 7 août 2010 la 14ème édition  « La Pierre CHANY » accueille 666 participants venant de 61 départements et de 5 nations étrangères (Angleterre, Ecosse, Suisse, Maroc, Pays-Bas).
    2011 : Le 06 août 2011 la 15ème édition en l’honneur de Mr Pierre Chany partira de Chanteuges en sa mémoire et sera le support des Championnats de France des Journalistes sportifs.

 

, car Langeac et les Les Gorges de l'Allier sont une « terre inconnue » pour moi. Les Gorges de l'Allier*** et la Haute-Loire prommettent un beau parcours, et une bonne journée.

                          

*** L'ALLIER

Un peu comme sa sœur la Loire dont il est le principal affluent, l'Allier est souvent considéré comme "l'une des dernières grandes rivières sauvages d'Europe". Doté d'un parcours très varié sur 425 km de long et relativement peu aménagé par l'homme comparé aux autres grands cours d'eau, l'Allier possède en effet une dynamique fluviale très active à l'origine d'une divagation incessante de son lit et d'une grande richesse écologique.

LE HAUT-ALLIER
C’est en Lozère, au pied du Moure de la Gardille, que l’Allier prend naissance à 1 485 m d'altitude. Puis en Haute-Loire, il s’est creusé au fil des temps une vallée très encaissée entre le plateau basaltique du Devès à l’est et le massif granitique de la Margeride à l’ouest : les Gorges de l’Allier. La rivière s’écoule ici tel un torrent, alternant plats et rapides, au milieu d’un paysage de rochers, de landes et de forêts. Après Langeac, méandres encaissés et zones d’élargissement se succèdent dans la vallée. A 167 m d'altitude, après avoir drainé 14 310 km² de bassin versant, l’Allier rejoint la Loire au Bec d’Allier (le "Bec" est le nom donné aux confluences dans le bassin ligérien).

 

Rentré la veille de 5 jours de vacances au Grau-du-Roi, un coup d'oeil sur la météo (orages à l'horizon, mais ça devrait tenir jusqu'à la fin d'aprem.), et un coup de fil aux organisateurs pour avoir la confirmation de la possibilité de s'inscrire le matin même.

Départ 5h40, arrêt au Puy à 7h. (café et achat de l'Equipe, clin d'oeil à Pierre Chany, journaliste à ce journal***), et arrivée à Langeac*** à 7h45.


Je franchis l'Allier à vélo pour rejoindre la Salle des Fêtes de l'Ile de l'Amour.. du vélo;-) 10/15' pour s'inscrire, boire un café et repartir avec un sac de sports « cadeau ».


- Dernières consignes aux motards encadrant la "Pierre Chany"

Passage devant le podium, placé entre l'église et l'Allier. Je m'inscris en cyclosportif, même si je sais que je vais être vite largué par de véloces cyclistes, en espérant qu'il en restera quelques-uns pour ne pas pédaler en solitaire toute la journée. (les inscrits en version rando pouvait partir plus tôt, info que je n'avais pas eu avant, mais croisé quelques cyclistes avant 9h à l'approche de Langeac en voiture.

 

*** Pierre Chany, l'homme


Pierre CHANY est né le 16 décembre 1922 à Langeac (Haute-Loire). Comme beaucoup d’Auvergnats de sa génération, il « monte » à paris. Là, il acquière une formation de serrurier, tout en s’entraînant à vélo. La seconde Guerre Mondiale vient troubler sa vie lorsqu’un jour on vient le chercher pour ouvrir la porte d’une maison juive, il décide de rejoindre la résistance. La Libération arrive et Pierre CHANY embrasse la profession de journaliste. Il entre au journal L’Equipe où il ne tarde pas à s’imposer sous la rubrique « cyclisme». Il deviendra même une référence du monde cycliste, ne l’a t-on pas surnommé « le pape du cyclisme », de nombreuses récompenses viennent jalonner sa carrière (grand prix du meilleur article (1967), Grand Prix de la Littérature Sportive (1972), Prix du souvenir Fausto-Coppi (1981), prix Henry-Desgrange (1982) , Prix Lucien d’Apo (1983), Le guidon d’Or (1991)). Fin 1987 il prend sa retraite, mais continue de suivre les grandes courses cyclistes. Son talent journalistique est certain, et lui permet de relater l’actualité cycliste avec un brio incontesté, mais sa passion pour ce sport l’entraîne dans des recherches qui firent de lui un historien du cyclisme encore inégalé, il écrivit de nombreux ouvrages qui font encore référence (Arriva Coppi – la fabuleuse histoire du cyclisme – La fabuleuse Histoire du tour de France – La fabuleuse Histoire des Grandes Classiques et des Championnats du Monde – Le Tour de France – L’Année du cyclisme (17 éditions)). Tous ceux qui l’approchèrent, reconnaissent en lui  un homme au parler vrai, qui savait exprimer d’une façon très directe son analyse toujours pertinente, tant dans son domaine de prédilection qu’était le cyclisme, mais également dans bien d’autres domaines, car Pierre CHANY était un homme qui connaissait les valeurs de la vie. Le 18 juin 1996, alors qu’il s’apprête à suivre son 50ème  Tour de France, la mort vient le cueillir au terme de son dernier Dauphiné Libéré. ( http://lapierrechany.free.fr/index.htm )

----------------------------------------------------------------------


*** LANGEAC

***A 496m. d'altitude,Langeac est une petite ville agréable, avec quelques vieilles demeures. L'église gothique possède des stalles du XVIème siècle, une grille en fer forgé du XIVème et des fonts baptismaux du XIIème siècle.

Au sud ensoleillé de l'Auvergne, à l'est de la Haute-Loire, à 1h de Clermont-Ferrand, 2h de Lyon, se trouve Langeac (chef-lieu de canton de 4300 habitants).

La ville s'entoure de fortifications percées de 7 portes dont une seule subsiste aujourd'hui. Le 13 août 1786, le Général Lafayette, glorieux libérateur de l'Amérique, devient Marquis de Langeac et vient faire sa visite aux habitants de la cité.

Cette "Belle Journée" reconstituée depuis 1997 chaque année à la fin juillet, est l'occasion d'un hommage à la liberté en même temps qu'une grande fête populaire.

Le musée de Jacquemard de Langeac, situé dans une très belle bâtisse du XVI' siècle, place de l'église, évoque les souvenirs des mineurs, cheminots, brodeuse, dentellières. qui ont écrit l'histoire de la ville. La visite des expositions permanentes (peintures murales) et de la chapelle des enluminures s'impose.

Ville moderne, vivant aujourd'hui de l'industrie du bois, du plastique, de l'agroalimentaire, Langeac au coeur du Haut-Allier, à l'entrée des Gorges d'Allier, est aussi un site touristique exceptionnel agrémenté d'un étonnant micro-climat qui séduit les amoureux d'air pur, de montagne, de nature et de tranquillité. Les eaux vives de la rivière et l'escarpement des sentiers de randonnée sont cependant là pour rappeler que ce pays est aussi le paradis des amateurs de sensations fortes.

 

Retour à la case voiture pour finir de me préparer tranquillement. Ciel dégagé, quelques nuages au Sud qui me font prendre les manchettes et vêtement de pluie (dont je ne me servirai pas de la journée). 8H40 un petit tour dans la ville pour rejoindre la ligne de départ. Pris 5' pour discuté avec Jean-Claude, cycliste affuté d'Annonay, bénévole à l'Ardéchoise et qui partira à 9h45 sur le 110 kms pour faire une place dans sa catégorie.


9h. : après 10' d'attente, c'est parti pour une journée découverte à vélo. Passé l'Allier ça grimpe en pente douce dés le départ. Dans le 1° lacet je peux voir la tête de course avant qu'ils taillent la route à 35 km/h. de moyenne. Je reste dans un groupe de 4 cyclistes que je laisse filer vers St Eblé pour ne pas me mettre dans le rouge dés le départ, même si je suis tout proche de la fin de course. Avant d'atteindre la N102, nous bifurquons à droite direction Curmilhac.


   -Les secours sont là, au cas où...

Je pédale en solitaire, rattrapé par 2 cyclistes : une cycliste qui a eu un problème de dérailleur au départ, et un cycliste qui a raté le départ de quelques minutes à cause de bouchons.


Arrivée aux portes de Lachaud-Curmilhac et devancé par la cycliste, nous tournons à droite pour longer la voie ferrée du Cévenol en travaux***

Chapelle ou maison à Lachaud ???

*TRAIN OU CANOE : 2 AUTRES FACONS DE DECOUVRIR LES GORGES DE L'ALLIER

*** Le Cévenol est un train du service régulier dont le temps de parcours entre les deux métropoles régionales de Nîmes et Clermont-Ferrand reste concurrentiel par rapport à un détour coûteux via Lyon, où la correspondance n’est pas toujours aisée en fonction des diverses gares d’arrivée possibles.

Cependant on note aussi tout l’intérêt touristique de cette relation, notamment sur parcours montagneux entre Brioude et Alès, dénommé Ligne des Cévennes :

Il remonte d’abord la vallée de l’Allier, passant à Issoire (km 456), Brioude (km 489,1) et Saint-Georges-d'Aurac (km 512,9 - bifurcation vers Lyon et Saint-Étienne via Le Puy-en-Velay), avant de s’engager dans des gorges sauvages à partir de Langeac (km 520,5) où la voie ferrée est seule dans un paysage grandiose, suivant un tracé en corniche spectaculaire de 67 km au-dessus de l’Allier, jalonné de nombreux tunnels et viaducs.

Après Langogne (km 587,1) la vallée s’élargit à nouveau, puis Le Cévenol remonte l’Allier jusqu’à La Bastide-Puylaurent (km 606,6), point culminant de la ligne (altitude 1 023 m, embranchement ferroviaire vers Mende), franchit la ligne de séparation des eaux Atlantique-Méditerranée, et entreprend une descente vertigineuse à travers les contreforts des vallées Cévenoles, pour rejoindre l’ancien bassin houiller d’Alès (km 674,1), porte des Cévennes, et de poursuivre son chemin dans la plaine du Gardon, qu’il quitte peu avant d’arriver à Nîmes. Cette section de ligne comporte de nombreux ouvrages d’art importants, dont plusieurs viaducs remarquables, souvent en courbe et/ou en pente, notamment à Monistrol-d'Allier (Viaduc de Fontannes - km 545,7), Chapeauroux (km 567,3), Villefort (Viaduc de l’Altier - km 625,4), Concoules (Viaduc de La Malautière - km 632,2) et Chamborigaud (Viaduc du Luech - km 646,1), sans doute le plus impressionnant, car en demi-cercle de 200 m de rayon). Ces trois derniers ouvrages ont été construits par l’ingénieur nîmoisCharles Dombre. (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_cévenol )



Passage en fanfare à Siaugues Ste-Marie avec les encouragements du public !


St Jean de Nay avant d'atteindre Vergezac, son chateau et son église*** pour arriver au 1° ravitaillement de Bains.

  

 

*** Château de VERGEZAC, fortifié avant 1446 par Pierre de QUEYRIERES dit de VERGEZAC, selon la lettre de rémission accordée audit Pierre en août 1446 par le roi Charles VII. Église romane de ST REMY. Une des belles petites églises romanes vélaves. Architecture très originale. Clocher à peigne. Nef centrale à trois travées. Quatre chapelles collatérales et une chapelle faisant office d'absidiole au sud-est. Chapiteaux décorés. Peintures murales. Tombeaux des membres de la famille de Vergezac jusqu'au XVIIe siècle.

 

 

Les bénévoles sont toujours aussi sympa, accueillants et les ravitaillements copieux. Quelques minutes d'arrêt pour saluer les bénévoles, et prendre une photo de l'église ***au style typique à la région.(49kms /1h49' et pas de problème pour l'instant, hormis mon manque de rythme chronique.



*** Église Sainte-Foy de Bains

L’église paroissiale des XIIe et XIIIe siècles présente un portail surmonté d'un arc à voussure polylobée. A remarquer à l'extérieur, un enfeu latéral côté sud, traces d'un titre seigneurial, et les voussures du portail d'entrée.
À l'intérieur, une cuve baptismale et une Piéta. Cette église primitivement dédiée à saint Martial, passa vers 1105 sous le vocable de Sainte-Foy, dépendant ainsi de Conques jusqu'en 1613.

Tout à droite coté route et tout à gauche coté développement pour 2 bonnes cotes sur une des rares routes avec un peu de circulation, juste le temps de voir les éoliennes et la tour du Mont-Devès à gauche, et en croisant un cyclo-randonneur avec sacoches : une autre façon de faire du vélo !!!


A gauche une plus petite route direction St Jean-Lachalm,


sa maison du vent,


ses éoliennes*** et sa belle église au toit coloré. C'est un village qui est à fond énergies renouvelables.





*Bénévoles toujours aussi chaleureux. J'essaie de leur rendre par un petit signe ou un p'tit bonjour


*** EOLIENNES Les chiffres clés :

Mise en service : Novembre 2008 -Puissance électrique totale : 18 MW

-Aérogénérateurs : 9 Enercon E70 -Hauteur totale d’une éolienne  :  120 m

-Production électrique : 36.000.000 kWh/an -Emissions de Co2 évitées : 32.400 Tonnes/an

-6 ans de travail (développement, études, concertations, échanges, …) -Début du développement : 2001

-Dépôt du permis de construire : février 2005 -Phase de chantier : de mai 2007 à octobre 2008

-Investissement total : 22 millions d’€ 


Un peu de plat avant un plongeon sur le Pont d'Alleyras. Au début de cette descente discussion avec un Londonien, loin des J.O., qui est en France depuis une trentaine d'années. Il apprécie la région et fait le 110 kms avec un vélo qui doit être 2 fois plus lourd que le mien (éclairage, garde-boue,...). Je le quitte après quelques infos sur le parcours des 152 qu'il connait déjà. La descente, comme toutes les descentes, est annoncée dangeureuse. Une ambulance et des personnes demandant de ralentir font craindre le pire, mais c'était juste à titre préventif !!! Au Pont d'Alleyras un arrêt pour prendre une photo de beaux rochers (grottes indiquées sur la carte).


Le circuit des 110 prendra à droite en traversant l'Allier et pour nous c'est tout droit sur la même rive et 13kms de montée annoncés. Au bout de 2 kms, quel accueil dans le village d'Alleyras, qui s'échauffe pour sa fête du village qui a lieu la semaine prochaine. Je m'arrête, prends une photo des bénévoles acueillantes, chaleureuses et musicales !!! Quelques mots de discussion et de remerciements, mangé et fait le plein d'eau.




-bye bye Alleyras. Tiens je double un cycliste !!!

Sortie du village, je double (enfin) un cycliste !! Celui ci fait du sur place, et je vois d'autres « pantins » lors de la montée. Fait pour la « Pierre Chany » ? La fête du village la semaine prochaine ? J'ai trouvé l'explication et l'origine de ces drôles de supporters sur internet : http://encamin-alleyras.com (L'association « En camin... » )

 

-de droles de supporters

***Le Chemin fabuleux, marqué par les pantins qu'on rencontre au détour d'un chemin ou bien en entrant dans un village de la commune. Il y a quelques années, un couple de retraités actifs résidant au bourg d'Alleyras, passionnés par la mise en valeur de leur village, a commencé avec l'aide de quelques amis, à créer et réaliser des personnages de paille destinés à animer le village en évoquant les figures traditionnelles de la vie rurale.

Rapidement, des héros de fables, contes, chansons ainsi que des évocations liées à l'histoire des différents hameaux sont venus s'y ajouter.

Le groupe de « voyageurs » placés près de l'hôtel du même nom et de la gare sont devenus le symbole et le logo d'une association, « En camin... » créée début 2009.

Tout en poursuivant et développant cette animation avec la participation de très nombreux habitants, elle a pour but de multiplier les initiatives dans le domaine de la culture et du tourisme pour le plaisir de tous, résidents et visiteurs.



En prenant de la hauteur, une belle vue sur les Gorges de l'Allier et Alleyras***




***Cette église forme avec sa cure un très bel ensemble au centre du bourg d'Alleyras. Cette église âgée de 1000 ans a été identifiée comme clunysienne, ce qui a conduit notre association à adhérer à la Fédération des sites clunisiens

Quelques lacets plus bas je vois 3-4 cyclistes et je rattrape le cycliste de l'Ain qui avait un doute sur le parcours... discuté un peu sur ces belles routes Alti-ligériennes désertes et il file un peu devant jusqu'au « Sommet »..


-encore un petit kilomètre !


-Sommet atteint. Au loin le cycliste de l'Ain

-Quelles sont belles et tranquilles ces routes altiligériennes


Un peu de descente et passage dans le village de Haon, son église, son ravitaillement.


Petite pause, et après un peu de plat, descente sur les bords de l'Allier que je traverse en quittant le Nouveau Monde sur les Chapeauroux !!!



-Grandrieu, on quitte le Nouveau Monde sur les Chapeauroux !!!

Après 90kms, jambes un peu dures, coup de fouet pour essayer de retrouver un second souffle... et j'en aurai besoin, car après un peu de plat, on s'attaque un bon raidar en plein cagnard avec des % entre 9 et 13%.. Petit plateau pour passer sans coincer.. Les 2 cyclistes qui m'accompagnent filent devant.


-A l'attaque d'un bon raidar en plein cagnard


La pente s'adoucit, et sur les hauteurs j'attaque une partie de montagnes russes, en passant le panneau « Arrivée 50 kms », avec une belle vue sur les Monts de Devès et les Gorges de l'Allier.


-Pourvu que la fin du parcours ne soit pas un chemin de croix....


D'après le profil que j'ai collé sur mon bidon, il doit rester 4 côtes, et pas mal de descente. Mais attention aux montagnes russes et aux côtes qui ne sont pas longues, mais « casse-pattes » !!!

Arrivé à un nouveau ravitaillement, à la croisée des parcours 110/152, avec le motard « ange-gardien » et quelques cyclistes qui bouclent leur parcours..


Descente aux portes de Préjet d'Allier, avant de remonter la belle rivière d'Ance, puis de Panis. Passé Croisances et Vazeilles, avec les encouragements et une discussion avec le motard.


A Babonnès, le ruisseau fait de belles courbes dans un pré,

-Chardons cirse laineux qui ont jalonné les bords de route


avant que l'on tourne à droite et que l'on se trouve au pied d'un côte d'un km.... avec le motard qui nous annonce que le sommet n'est pas au niveau du panneau, mais plus loin, histoire de nous remonter le moral... Ca se sent que c'est la fin du classement, car ca monte "piano" voire à pied pour des problèmes de crampes ou de coup de chaud !!!





Encore un raidillon avant Esplantas au passage du ruisseau le Virlange, puis un arrêt à Esplantas pour prendre en photo le beau château d'Esplantas ***


 -Une pause photo rapide pour cette église et ce chateau d'Esplantas, qui m'a fait perdre de vue le cycliste de l'Ain

***XIIIe,XVIe,XIIIesiècles.
Inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Occupant une position très forte, au sommet d'une butte granitique dominant le bassin de la Seuge, le château d'Esplantas a été construit par Odilon de Mercoeur, évêque de Mende de 1247 à 1274 pour protéger le flanc sud de ses possessions Saugaines.
Le donjon cylindrique, dérivé des tours maîtresses érigées par Philippe Auguste, date de 1252 ainsi que l'atteste l'analyse
dendrochronologique d'un poutrage en chêne demeuré en place. Le logis qui enveloppe en partie le donjon, sur un plan
polygonal,a été remanié au XVIe et XVIIIe siècles.
L'ensemble du château a fait l'objet d'importants travaux de restauration. Sauvé de la ruine, il a ainsi pu être ouvert aux visites.

Descente en pente douce vers Saugues en solitaire, à 20 kms de l'arrivée.. Pas vu grand chose du village, si ce n'est qu'il est très fleuri et décoré de dizaines de vélo.. pour la Pierre Chany ???


-Arrivée à Saugues avec des vélos décorés... je cède volontiers le passage



-Allez un dernier vélo, et des villages toujours aussi fleuris... Encore ou plus que 20 kms

Arrêt rapide au dernier ravitaillement pour l'avant dernière côte, et la dernière à 1000m. d'altitude, avant de plonger sur Chanteuges.


 -Avant dernier sommet, encore à 1000m, bien fait d'emmener le profil sur mon bidon

 

 

-Après un énieme cote d'1 km, belle descente sur Langeac

 

-Apercu rapide de l'église de Chanteuges... avant la derniere côte finale


Dernière cote après avoir traversée la voie ferrée du Cévenole, et voilà enfin Langeac et la ligne d'arrivée franchie en 6h47' et 02" pour être précis (avec 10' d'arrêt) !!! Pour la place comme prévu c'est pas fameux : 136° sur 138 !!!

  A titre indicatif les 3 premiers ex aequo en 4h25' soit une moyenne de 34 km/h et 4h56' pour la 1° féminine (plus de 30 km/h)


-Langeac, ici Langeac, terminus tout le monde descend, direction  le Parc de l Ile d Amour... de la p tite reine !!!

Il va falloir que j'oublie ces cyclosportives, et que je me tourne vers les rallyes, randonnées...

Je vais directement dans le parc ou est installé le coin repas (avec une bière!) , podium,... très agréable au bord de l'Allier. Revu mon collègue Ardéchois, surpris par ce parcours pas si roulant que prévu, dis quelques mots à un journaliste du « Cycle ».. et je rejoint ma voiture pour 2 heures de route... sous l'orage qui a eu la bonne idée d'attendre la fin d'après-midi pour pointer le bout de ses nuages !!!

         



          -chateau de polignac avant le puy

En résumé, satisfait de ma journée découverte d'une région agréable, et d'une cyclosportive bien organisée, avec un bel accueil des bénévoles et des spectateurs chaleureux !!!



Regret sur les bouteilles, emballages coup de fouet, etc.. vus sur la route (suggérer aux organisateurs de ne pas donner de bouteilles, ou mettre en place des zones pour inciter les cyclistes à ne pas jeter leurs déchets n'importe où). Et je trouve aussi dommage que les cyclistes, par un petit salut de la main , ou en disant bonjour, ne saluent pas plus que çà les nombreux bénévoles qui sécurisent les carrefours, ou qui assurent les ravitaillements... Un grand merci à eux, qui ont passé des heures à poireauter sur le bord de la route...



 

 

8 commentaires

Commentaire de legillou posté le 09-08-2012 à 14:35:10

Super récit , bravo ,comme toi je trouve inadmissible de jeter les papiers sur la route .
les choses s'amèliore lentement , je parcours souvent le secteur et je ne m'en lasse pas à bientot merci !!!!!

Commentaire de PhilKiKou posté le 09-08-2012 à 16:08:27

merci pour ton commentaire.. j'ai eu un petit apercu de cette région, il doit y avoir d'autres superbes routes à découvrir !!!

Commentaire de Arclusaz posté le 09-08-2012 à 14:50:45

Merci pour ce reportage touristique qui ferait presque oublier ta performance sportive : 152 bornes, c'est pas rien !!!!

Ce genre de récit me confirme que je vais probablement devenir... cycliste !

Commentaire de PhilKiKou posté le 09-08-2012 à 16:10:04

course à pied et cyclisme peuvent être complémentaire pour varier les plaisirs, et reposer les articulations... @ bientot sur l'Ardéchoise ou ailleurs ;-)

Commentaire de Arclusaz posté le 09-08-2012 à 16:15:26

Complémentaires certes mais aussi concurrents en terme de planning.

N'ayant pas énormément de temps pour ma pratique sportive, je diffère donc mes débuts sérieux dans le cyclisme. Mais, j'y viendrai, c'est sûr....

Commentaire de Jean-Phi posté le 10-08-2012 à 16:16:52

Superbe récit (lu en fois !) et superbes photos ! Ca me donnerait presque envie de me mettre au vélo. Mais le temps manque cruellement et le vélo et moi... Bof ! En tout cas, je me suis régalé à te lire. Beau morceau de choix que ces 152 kils et sûrement quelques D+. J'ai adoré !
PS : AU delà du chrono et de la place, je trouve que ce qui compte parfois, même dans nos sports, c'est de savoir prendre le temps de se faire plaisir...

Commentaire de PhilKiKou posté le 10-08-2012 à 17:17:58

merci pour ton comm.

c'est sur que le vélo ca prends plus de temps que la course à pied ;-(

"prendre le temps de se faire plaisir" : je roule avec cette devise !!!

Commentaire de djikai posté le 11-08-2012 à 08:18:37

Superbe balade, sportive et culturelle. Cette "Pierre Chany" est à retenir...
Merci de nous l'avoir fait découvrir.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !