Récit de la course : Le Printemps d'Ozon Courir - 10 km 2014, par Badajoz

L'auteur : Badajoz

La course : Le Printemps d'Ozon Courir - 10 km

Date : 9/3/2014

Lieu : St Symphorien D'Ozon (Rhône)

Affichage : 727 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

La Kotkitu à SSDO

L'année 2014 commence enfin. Première course de l'année : un 10km, la distance étalon. Rien de mieux pour savoir où on en est vraiment. Après une coupure involontaire de novembre à janvier à cause d'une blessure, j'ai repris l'entrainement en axant sur la preparation 10km pour commencer. Mon objectif principal est le marathon du Mont saint-Michel le 25 mai. Ce 10km va me permettre de voir où j'en suis niveau vitesse et savoir sur quelles bases préparer mon marathon.

J'ai donc bouffé des 1000 et 2000 en vitesse 10km (4'-4'05/km), des séances au seuil et des sorties longues en endurance (pas plus d'1h20). Surtout pas de Vma courte, personnellement, ces séances ne m'apportent que des blessures. Je n'y vois aucun intérêt.

J'ai coupé complètement la semaine précédent la course, pour cause de vacances au ski, ce qui m'a permis d'arriver frais, dispos et avec beaucoup d'envie.

Sur son site internet, la course est décrite comme vallonnée avec des passages sur chemins et une belle côte au km 4. Va donc falloir gérer les 3 premiers km et tout lâcher au sommet de la côte (au figuré bien sur).

Lever à 6h du mat, petit dej léger et c'est parti pour une heure de trajet branché sur Radio Nostalgie ( "fais commeuu l'oisoooooo..."). Je chante à tue-tête pour faire passer le temps et, je l'avoue, me destresser un peu. Heureusement je suis seul dans ma voiture et personne n'a à subir ma voix de Barry thon.

Arrivée à Saint-symphorien d'Ozon, il fait froid, j'ai mal à la gorge, je ne me sens pas prêt. Je m'échauffe, les jambes sont lourdes. Rien ne va, je suis pas heureux d'être içi. Bon, va falloir chasser ces pensées négatives à la con ou bien je vais me planter en beauté...

Je fais quelques accélérations, je me fais plaisir, le sensations reviennent doucement, le soleil commence à pointer son nez. Le moral remonte et avec lui l'ail of the taÏger.

Je me positionne prés de la ligne de départ, au second rang. Je n'ai pas de stratégie de course très précise, je vais partir aux alentours de 4'/km et puis on verra bien. J'espère faire entre 41 ou 42' vu le profil du parcours. Au fond de moi, je rêve de descendre sous les 40 minutes mais la côte du quatrième km risque de réduire mes ambitions au néant.

Le départ est enfin donné après une succession de discours aussi longs qu'inutiles.


KM 1 : 3'52

Ca part vite, je suis le peloton de tête pendant quelques dizaines de mètres puis je reviens à la raison et ralentis légèrement.

KM 2 : 3'58

Les deux premières féminines me doublent, belles foulées. Je peux pas les suivre.

KM 3 : 4'21

La troisième féminine me passe ainsi qu'un type barbu et baraqué qui respire comme une chaudière. Toi, je te revois dans la première montée, pensai-je.

KM 4 : 5'21

Bam, on se prend la cote dans les gencives. Elle fait très mal. Je repasse la troisième féminine mais le barbu reste devant.

KM 5 : 4'24

Après la côte, le faux-plat montant. C'est dur. Le barbu est devant.

KM 6 : 4'30

Je commence à souffrir mais je réussi à garder le rythme.

KM 7 : 3'59

On amorce la descente, ça fait du bien. Je déroule mais le barbu est toujours devant.

KM 8 : 4'07

Allez, c'est tout plat maintenant. On lâche rien. J'ose pas regarder derrière moi, je veux pas risquer de pertuber mon rythme.

 

KM 9 : 1'49 (gros bug)

 

 Je sais pas ce qui s'est passé au km 9 : erreur de chrono ou mauvais placement des bornes de kilométrage. Ou alors j'ai peut-être battu le record du kilomètre. Le barbu, lui, est toujours 50m devant moi.

KM 10 : 3'38   (total : 39'55)

Petit sprintounet histoire de dire. Je suis surpris de mon chrono. Je comprends toujours pas ce qu'il s'est passé au neuvième km. Mystère. Mais je suis content d'avoir couru en moins de 40 minutes.

La côte du quatrième km était effectivement longue et difficile et suivie par un faux-plat montant casse-pattes.

Je vais pouvoir débuter ma prépa marathon sur des bases de 13 km/h. 

A suivre.


PS : en fait le parcours, fait 9.5km, voilà la clé du mystère...

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !