Récit de la course : Courchevel Xtrail - 54 km 2014, par Philippe8474

L'auteur : Philippe8474

La course : Courchevel Xtrail - 54 km

Date : 3/8/2014

Lieu : Courchevel (Savoie)

Affichage : 771 vues

Distance : 53km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

17 autres récits :

Le récit

Lien sur le récit sur mon blog : X Trail de Courchevel


Bon ce trail ça fait 2 ans que je l’ai dans la tête. Depuis 2012 où je ne m’étais pas présenté au départ (blessé la veille dès le départ au Trail Frison Roche de Beaufort alors que je voulais me faire l’enchainement des deux pour préparer l’UTMB) !

Donc voilà ça fait 2 ans que je me dis, faut que j’arrive à me le boucler !

Parce que le ratio distance / dénivelé fais pas rigoler, parce que Fredo avait fait le 33 et avait adoré et parce que j’avais les images d’une vidéo de la crête du Mont Charvet et que Wahouuuu j’ai envie aussi de passer là !

 

Donc 2 Août,  vers 3H30 du mat’ je récupère mon dossard... sauf que :

-       ben depuis Faverges ça n’a pas été l’idéal côté entrainement… de la récup d’abord puis un week-end à Avignon pour le Festival (jamais bien propice à aller courir), une semaine consacrée au Xtriathlon de la Tournette (bel entrainement mais un peu isolé une semaine avant Courchevel !)

-       la semaine avant la course était ma dernière semaine de taf avant 3 semaines de congé... qui dit dernière semaine, dit semaine un peu dense, un peu de sommeil en moins pour aller plus tôt au boulot… bref un déficit de sommeil : pas idéal de nouveau !

-       un trajet donné à 2H00 pour aller à Courchevel, un départ de la course à 4H00… ce qui fait un levée avant 1H00 du mat’… donc une dernière nuit très très courte

-       Le trajet se passe super bien… sous la pluie battante ! Désespérant ! Je m’arrête quelques minutes sur le bas-côté pour un besoin naturel, je remonte dans la voiture presque trempé, je vais retirer mon dossard avec le parapluie, je ne me gare par sur le parking du trail car à 3 H00 en arrivant j’ai peur de m’embourber… Bref c’est un peu la misère

- un bon point quand même pour le trail avec le cadeau coureur sous forme de deux choix sur trois entre un bonnet, des gants ou des manchettes… sauf que je n’aurais pas la possibilité de choisir les manchettes… et que c’était ce qui m’aurait le plus intéressé… Mais bon en retirant le dossard un peu au dernier moment on ne peut pas tout avoir (déjà la possibilité de le retirer le dossard au matin de la course c’est pas mal !)

 

Bon malgré tout dans la chaleur de la voiture je me prépare tranquillement tout doucement et ne fais que 300, 400 m d’échauffement. Puis je file rejoindre les autres concurrents sous la tente pour attendre le départ !

J’ai la bonne idée 5 minutes avant le départ de quitter mon coupe vent sans manche sous ma veste de pluie. Je vais donc partir en Short - T–shirt + manchette + gants + veste de pluie ! Cela s’avèrera le combo parfait pour moi !

 

5 minutes de consignes avant départ, pointage et nous voilà sous l’arche de départ…. Et sous une bonne petite pluie déprimante… à se demander si les torches allumées sur le début du parcours le long du le petit tremplin ne vont pas se détremper avant notre passage !

 

Allez c’est parti, nous ne sommes pas très nombreux (198 partants sur 256 inscrits), avantage je suis très bien placé, mais inconvénient vu mon état de forme mon départ va être laborieux !

 

Effectivement dès la grimpette du tremplin je me sens très juste… mais je ne me focalise pas là-dessus et me languis juste de passer cette première heure (qui durera plutôt 2 H00 et plus) pour me sentir bien !

 

J’avoue que je me mets totalement dans ma bulle, et ce matin elle est assez hermétique !

 

Passage au premier ravito, Col de la Loze en 1H52 (113/198). Je bois, recharge mes soft-flasks, écoute d’une oreille distraite et un peu dépité certains annoncés notre classement, prends 2 tucs en partant et continuent ma route.

 

On finit l’ascension jusqu’au rocher de la Loze, où le jour s’est enfin levé et où je peux ranger enfin la frontale prêtée par Yo (dommage je n’aurais pas pu la tester en descente pour voir vraiment son efficacité (en montée l’éclairage est moins primordial !)).

 

Salut au bénévole bien courageux avec la météo. C’est parti pour la première vraie descente.

Ca me fait du bien, je me relâche un peu et les sensations semblent meilleures. Je me sens un peu plus à l’aise et reviens un peu plus.

Fin de la descente, je suis presque revenu sur un cheveu blanc et une concurrente. Mais je temporise tout de suite et me remet dans mon rythme qui me semble un peu plus efficace que celui du le départ.

Je reviens un peu et me fait doubler pour la première fois par un barbu avec qui nous allons jouer à "je te double - tu me doubles" une bonne partie de la journée.

La première partie de la montée se fait sur une piste 4x4, puis sur les pistes de ski jusqu’au sommet de la Saulire. Belle grimpette, à l’amorce des pistes, je me fais doubler par 2 gaillards ayant un bon tempo. La fin sur les pistes est très très minérale, bon la météo n’est pas avec nous, mais j’aime bien  et j’ai vraiment l’impression de participer à un trail de montagne. On arrive au sommet de Saulire, petite pensée à Gillou avec qui j’avais fait une sortie de ski à Courch et on s’était bien régalé dans le couloir sous le téléphérique il me semble !

 

Ravito bienvenue ! J’ai bien noté de prévoir de remplir mes 3 flasks car le prochain ravito est loin.

Je bablotte un peu à ce ravito et est du mal à être vraiment efficace ! Je laisse même tomber mes gants, et les récupère par chance en repartant. Seul moment d’ailleurs où la sensation de froid se sera vraiment fait sentir (à l’arrêt avec la température on se refroidit vite) !

 

Bon je repars avant mes 2 gaillards, m’arrête pas loin pour une pause pipi et c’est reparti. Cheminement vers le col du Fruit, puis c’est la descente je reste tranquillement derrière mes 2 gaillards (après avoir été tenté de faire l’effort pour les passer) dont le rythme me va finalement nickel et nous permet de revenir sur mon cheveux gris et la concurrente l'accompagnant. Fin de la descente on attaque un grand plateau direction refuge du Saut, petit arrêt pipi, puis je me force à trottiner. Bien m’en prend, personne ne s’y met ce qui me permet de creuser l’écart !

 

Bon mentalement je me force un peu mais si on peut faut vraiment courir sur ces portions car sinon en marchant la sensation du temps et de la distance peut –être très longue.

Premier plateau franchi, un petit raidillon, puis deuxième plateau. Allez je tiens bon jusqu’au refuge !

Et c’est parti pour l’ascension au col de Chanrouge.

Dans les premiers lacets, je vois que j’ai creusé un petit écart avec mes 2 gaillards et avec cheveux gris et la concurrente (qui s’avèrera définitifs pour ces deux derniers).

Je reste dans mon rythme, avec les mêmes sensations que Saulire et poursuit mon petit bonhomme de chemin.

Passage au Col, je passe un gars qui me dit en baver un peu avec l’altitude, petite portion de jonction pour le Col du Rateau avec un bénévole bien sympa.

Quand même ce coin là par beau temps, ça doit donner quand même ! J’adore cette ambiance montagne et apprécie ce moment (je pense à ces cols faits en rando avec mon père, ou plus tard en trail On ou Off).

Dans le Col, mes 2 gaillards me rattrapent et me passent peu avant le Col. J’essai de ne pas trop prendre d’écart à la bascule, mais il discute un bout au sommet, on amorce la descente ensemble après un petit chambrage sympa.

Névé, glissades puis descente jusqu’au ravito.

Petite discut avant le ravito avec mon barbu et mes 2 gaillards.

Par contre je veux prendre le temps au ravito car je me sens le besoin de recharger un peu, surtout peut-être mentalement. Mais je suis assez efficace et c’est à peu près regroupé que nous repartons.

Par contre je ne veux surtout pas me faire emballer et surtout garder mon rythme. Je sors mes bâtons (pour la première fois depuis… pffff) et mets le mp3 en route. Pourtant mon barbu semble décidé à faire un bout de chemin avec moi.

Premier tiers de la montée ensemble, mais j’ai besoin de m’isoler un peu dans ma course… je profite donc d’un replat (Col des Saulces ?) pour aller m’isoler pour une pause technique nécessaire également.

Je repars avec un petit écart et me remet dans le « flux ».

 

Tout va bien, je reviens tranquillou sur les personnes m’ayant doublé pendant ma pause !

 

Je finis par arriver au Passage de Plassa, je demande confirmation au bénévole car je m'attendais à vraiment pire comme montée. Oui, oui c’est bien là mais il reste encore une portion de montée avant de basculer.

Petite portion vite emballée dans « l’euphorie » d’en avoir finit avec la dernière grosse côte du parcours.

 

Allez c’est la bascule, un peu de névé, bien raide et technique, un passage avec une corde en guise de main courante, puis une descente dont je me rappelle plus grand-chose à vrai dire aujourd’hui.

 

Idem pour le petit bout de remontée qui suit et qui heureusement je me souviens ne doit pas trop duré.

Effectivement ça passe bien, et au Col de la Grande Pierre, je retrouve mon barbu et mes 2 gaillards qui s’arrêtent un peu. Pas d’arrêt pour moi et j’enquille les crêtes du Mont Charvet !

Je suis venu pour cette portion Crébondieu… sauf que même si j’apprécie, je suis de nouveau bien en course, le temps est maussade et le chemin demande quand même de l’attention ! Bref j’enquille et je profite du profil descendant.

Puis petite portion en forêt ou je double un gruppetto de 6, 7 personnes qui du coup explose un peu.

 

Allez pied du dernier raidard, ravito de 500 ml max par coureur, et je repars derrière mon barbu. Les 2 gaillards arrivent au moment où l’on repart ! Tout ça m’a un peu miné car j’avais l’impression de ne pas avoir trainé…

Mais bon je m’accroche à mon barbu, même si je cède une dizaine de mètres sur la fin.

 

Dent du Villard enfin… J’ai dû malgré tout donner un peu dans cette montée et je m’oblige à m’arrêter un peu pour une pause pipi, me changer (je quitte enfin ma veste de pluie et mon bandeau) et je repars. Mais je m’arrête dix mètres plus loin pour enfiler ma veste sans manche (le fond de l’air est frais et me connaissant c’était une erreur de redémarrer avec simplement un T-shirt et le ventre mouillé). Bon bref mon arrêt a été un peu mal géré et je me suis fait déposer par mon barbu et fait passer par quelques uns du gruppetto.

 

C’est parti pour une belle descente. Je reviens sur un gars avant qu’il ne me pose de nouveau. Descente superbe en forêt, sur un joli sentier, avec une déclivité idéale pour courir… mais par contre le dénivelé n’évoluent que tout doucement…

Malgré tout cela me mine de ne pas revenir sur les gruppetto ! Ils étaient à la « dérive » dans la forêt et là je n’arrive pas à revenir ?

Je finis par repasser mon gars qui venaient de me poser et enfin passe un après l’autre les membres du gruppetto ! Ouf ça va mieux et je continue sur mon rythme !

Sur la fin le chemin change et la pente aussi.

Allez dernier ravito au Lac de la Rosière !

Je bois un coup, remplis une flask et repart aussitôt ! Faut finir !

Petit raidard à la sortie du ravito, puis c’est reparti dans la pente !

Je me mange vite fait deux gels car je sens un coup de moins bien venir !

 

Première partie en pente sur un chemin raide, je me fais une frayeur à la cheville mais rien de grave et arrive à passer 2, 3 concurrent(e)s.

 

Puis on passe au retour proprement dit sur Le Praz : chemin à flanc, relance, faux plat… tout y passe… c’est dur à ce moment-là mais je tiens bien et reste en cap un max et relance dès que possible.

 

Ca y est, on approche de Le Praz... et je me fais passer par un concurrent au taquet… bien joué car il me passe très fort pour que je ne puisse pas m’accrocher, et suffisamment longtemps pour que je ne puisse pas revenir… vraiment bien joué! Bon et même si j’essai parfois aussi de gérer mes dépassements comme cela (en référence aux récits du Bouk sur kikourou), ce n’est surement pas aussi saignant !

 

Allez je profite des derniers mètres, ligne d’arrivée

C’est fait !

10H36

64eme/173 arrivants

 

Super content !

Et pas facile avec les conditions du jour !

 

Je bois un coup au ravito d’arrivée, discute le coup avec mon barbu qui m’aura mis plus de 5 minutes dans la vue dans la descente ! En tout cas bien sympa !

 

Je file à la douche, manger un bout dans le bâtiment jouxtant l’aire d’arrivée des tremplins (avec des sauteurs en train de s’entraîner)… Vraiment la classe ce complexe !

 

En partant je croise mes 2 gaillards, bien content de leur course aussi !

 

P’tit bilan :

-       Bien content d’avoir bouclé ce trail qui me tarabustait depuis mon inscription en 2012... Par contre en 2012 j’aurais morflé avec l'enchainement après le trail Frison Roche à Beaufort !!

-       Beau coup de cœur pour un trail bien typé montagne. Organisation nickel avec pourtant les conditions météo pas évidentes !

Gros coup de chapeau aux bénévoles plantés en altitude !

Une arrivée un peu confidentielle entre soi… on est en plein cœur de l’été, en plein dans le foisonnement de toutes les courses trail, Ca se sent aux nombres de participants et à l’engouement qui mériterait d’être un peu plus fort pour récompenser les organisateurs… mais l’offre de trail est tellement importante aujourd’hui …

Allez 2 petits moins :

  • Je regrette de ne pas avoir pu avoir les manchettes
  • Le cadeau d’arrivée (un tapis de sol sérigraphié finisher) ?

-       La météo : on rêve mieux au départ d’un tel trail !

De la pluie battante une bonne partie de la matinée, des nuages, des vues bouchées, une ambiance automnale sur certain col… mais un final sous le soleil !

J’ai pu au moins définitivement valider ma veste de pluie Gore : porté durant 9H00 env. ; nickel même en transpirant et donc en mouillant le t-shirt je n’ai pas eu de sensations désagréables.

-       Le retour des bâtons : une éternité que je ne mettais plus présenté à un trail avec des bâtons (TAR 2013 et avant ça UTMB 2012).

Bon les premières minutes, je me suis demandé qu’est-ce que je fais avec ça ! Et puis comme le vélo, ça ne se perd pas et j’ai les ai apprécié dans la montée de la Plazza et de les ressortir sur les deux derniers raidards.

Mais je suis vraiment satisfait de ma manière de les utiliser aujourd’hui : ne pas les sortir en début de course (j’ai l’impression de vraiment mieux respecter mon cardio, de moins forcer) et de les sortir mi-course comme une assistance supplémentaire.

-       La validation complète du sac à dos Salomon S-Lab Advanced Skin Hydro 12 Set, avec la facilité d’accrochage et décrochage des bâtons (après avoir pris le coup de main).

-       Mon alimentation : basé essentiellement sur des gels (un tous les 45 min env.) c’est vraiment bien passé.

-       La petite galère les deux premières heures… A se demander ce que je fais là, si j’aime ça partir pour 10H00 d’effort, les sensations moyennes… Pas très agréable, mais bon j’ai vraiment du mal à arriver frais sur mes courses, ça se paie aussi

-       Mais satisfait de ma course après ce départ laborieux, telle qu’aujourd’hui je cours : un départ prudent respectueux de mon cardio, en profitant de la fin !

Par contre un classement un peu en deçà de mes espérances (même pas dans le premier tiers / 37% par rapport aux arrivants) et un chrono supérieur à mes ratio habituels (56.7 % par rapport aux vainqueurs).

Mais bon va falloir s’y habituer peut-être aussi !

Par contre trail « bien typé montagne », peu de participants, condition météo compliqué… le niveau des concurrents était aussi en adéquation

-       Derrière j’enchaîne avec 3 semaines de vacances dont la première consacré à la réalisation du carrelage sur mon balcon… Passé 5 jours dessus… ben j’ai morflé physiquement, le dos les jambes,... explosé le soir. Pas l’idéal pour la récup !

Et du coup, une grosse pensée à ceux qui pratiquent le trail avec des métiers physiques !!!

4 commentaires

Commentaire de FLØ posté le 27-08-2014 à 10:18:10

Salut Philou,

bien content pour toi que tu es pu en profiter malgré le temps. Course vraiment magnifique effectivement, un belle envie de la refaire...

Bonne continuation à toi.

A+

ps : la vidéo de la Crête du Mont-Charvet dont tu parles, c'est celle ou on voit V.Dellebarre, non ? Car bon sang, j'ai du me la passer au moins 80 fois celle-la !!!

Commentaire de Philippe8474 posté le 27-08-2014 à 11:09:09

Hey salut Flo,
Comment ça va? Et les Croqs?

J'avais vu sur un post que t'avais plutôt bien apprécié ce trail! Effectivement je pense qu'il vaut vraiment le détour... mais j'aimerais bien voir ça sous le soleil:-) A voir dans l'avenir ...

Pour les crêtes, ça vaudrait vraiment le coup de les faire en Off (sous le soleil) pour les apprécier à fond!

Salute

PS:Et toi qu'est-ce tu deviens? T'as le temps, la motiv de courir un peu, de préparer quelque chose?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 28-08-2014 à 13:28:39

Le tapis de sol, c'est pratique quand même !! Moi je le mets sous mes fesses quand je reprends ma voiture avec le cul mouillé !!!

Merci pour le récit, champion !

Commentaire de Philippe8474 posté le 28-08-2014 à 14:04:22

Pour le tapis de sol: Trop fort! Je cherchais mais t'as raison, c'est génial! Hier soir encore je glissais un sac de course sous mes fesses pour m'assoir dans ma bagnole après une petite séance running... C'était en fait pile-poil le gadget qu'il me manquait!!!

Allez rdv à l'UTV!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !