Récit de la course : Trail de Montagne Canfranc-Canfranc 2014, par laulau

L'auteur : laulau

La course : Trail de Montagne Canfranc-Canfranc

Date : 13/9/2014

Lieu : Canfranc (Espagne)

Affichage : 745 vues

Distance : 42km

Matos : bâtons

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

una carrera por montana mas difficil !

Patrick, Ben et moi, nous débarquons à 7h30 du matin à Canfranc Estacion, juste à la sortie sud du tunnel du somport pour un trail montagne de 42km et annoncé à 4500m+. Pas grand monde autour du site du départ, une table pour s’inscrire, une autre pour retirer le joli tee-shirt offert. Quand on va courir en Espagne, il y a très souvent du monde, du bruit et là, c’est tellement calme que c’en est surprenant. On se prépare tranquille, la voiture à 50m du départ ! Dernière surprise avant le départ, l’organisateur, avec son petit ordi à la main, fait l’appel des concurrents un par un ! On voit qu’on est peu nombreux, c’est confirmé. Il a du mal à prononcer mon nom et cela fait rigoler tout le monde ! Il prononce parfaitement des noms basques espagnols à rallonge sans problème…mais le mien, ça passe pas !

Tout d’un coup, les gars devant moi partent en courant, c’est bien le départ ! J’en oublie de démarrer mon garmin, ce que je ferai quelques minutes plus tard.

Un peu de route, du sentier, de la piste au frais sous les arbres avant d’attaquer très vite les 1500m+ d’un seul tenant en 6 km du Pic de La moleta. Le sentier serpente dans la forêt en lacets réguliers. Peu à peu, Benoît et Patrick me lâchent. Je pense à la suite mais de toute façon, je ne pourrais pas aller beaucoup plus vite ! Je transpire pas mal et comme la journée s’annonce chaude, je crains déjà ce qui risque de se passer plus tard ! Je me fais doubler régulièrement, j’aime pas trop…mais je peux rien y faire ! On est encore dans la partie forestière de la montée, 3 espagnols me collent au train depuis quelques lacets. Vu la façon dont ils discutent, j’ai comme l’impression qu’ils ne sont pas dans le rouge, plutôt même dans le vert clair. Au bout d’un moment, même s’ils ne disent rien, je me sens quand même comme celui qui bouchonne un peu. Je les laisse passer…et hop ! plus un mot, les trois types embrayent, ça rigole plus. Ils s’éloignent peu à peu ! Heureusement pour mon moral, quelques coureurs montent à mon rythme et j’arrive même à en rattraper un ou deux. Je distingue même Benoît qui n’est pas loin au dessus de moi. Il en faut peu pour être heureux !

Fin du bon sentier, fin de la rigolade : plus on monte, plus c’est raide, plus c’est droit dans la pente ! Un petit coucou aux bénévoles au sommet de la Moleta (j’ai appris un mot nouveau en espagnol, noventa y seis, 96, mon dossard)

 

sommet de La Moleta

Et me voilà reparti dans la descente, tout d’abord technique dans les cailloux puis dans des pentes herbeuses. Le haut est magnifique avec un panorama époustouflant. Le balisage est un peu faiblotte, il faut quand même chercher un peu les fanions mais peu à peu on rejoint un sentier qui emprunte le haut de parapets en pierre, sûrement des paravalanches. Au premier petit ravito, Benoît est là, il s’est un peu planté dans la descente et il m’attend. On finira la ballade jusqu’à Canfranc ensemble.

dans la descente de La Moleta

On aborde la forêt de pin avec d’innombrables lacets. Nous descendons à allure modérée mais il suffit d’un passage un petit peu plus raide pour qu’une crampe vienne faire la maligne sur le côté intérieur de la cuisse, c’est un grand classique. Je me sens bien, pas du tout fatigué et paf ! je sens que la course va virer à la galère à chaque descente ! On n’en est qu’au 13ème km, c’est décourageant. La descente se poursuit jusqu’au premier ravito solide puis cela remonte doucement dans le fond de la vallée avant d’aborder la 2ème grosse montée, celle de La Raca, sommet de la station de ski d’Astun. On grimpe doucement dans la forêt puis sur des pelouses, c’est superbe mais très chaud car plein sud. Je passe devant car Benoît a un coup de mou et j’ai l’impression qu’on fait quand même une bonne montée. Personne nous double…et inversement. La dernière montée d’une centaine de m + est directe dans la pente et nous fait courber l’échine mais ouf, on est au sommet.


 

 dans les dernières pentes sous le sommet de La Raca, avant la montée finale très raide






Vue sur les sommets de la Vallée d'aspe


et sur l'ossau)

Maintenant, c’est descente tout droit à travers les pistes d’Astun.


C’est pas top mais ça passe assez vite sauf qu’une nouvelle crampe a le bon goût de se déclencher au même endroit. En plus d’être pénible, c’est sacrément douloureux ces conneries ! Je laisse partir Benoît. Après un vague sentier dans les hautes herbes et un bout de route, on se retrouve au ravito du col du Somport vers le 28ème km.

C’est tranquille, un petit ravito sur une table de camping sous un parasol mais il y a tout ce qu’il faut, sourires et mots gentils compris. Tout le monde a l’air content de voir des Français sur la course. On refait les niveaux et hop, c’est reparti. Un joli sentier nous amène sur les pistes de Candanchu. Commence ici la partie la moins sympa de l’itinéraire puisqu’on remonte au milieu des remontées mécaniques d’abord une large sente en herbe puis une piste en caillasse bien droite. C’est vilain mais je m’en doutais au vu de la carte du parcours. Heureusement, arrivés en haut, nous retrouvons un paysage plus sauvage et plus vert. Après une belle traversée descendante où madame Lacrampe se distingue à nouveau, nous rejoignons un plateau herbeux où, à priori, il doit y avoir un petit lac. On est dans un petit cirque au pied du Pic de la garganta de Borau et du Pic d’Aspe. Il reste un marécage tout sec.



On devine où on doit passer pour rejoindre le prochain col, il faut suivre les fanions droit dans la pente ! Arrgh ! Benoît et moi grimpons doucement et sûrement ce dernier mur, plutôt doucement d’ailleurs.


Il y a du balisage mais le sentier est inexistant ou alors très très discret ! Un bénévole nous attend en haut d’un ressaut pour nous indiquer le cheminement à suivre : Un peu de travers ascendant puis une montée vers la ligne de crête où nous attend un autre bénévole. Il est content de nous voir…il doit un peu s’ennuyer !


Une belle ligne de crête avec un panorama génial et nous apercevons Canfranc loin en contrebas.

Une très longue descente nous attend.

 crête finale

C’est un sentier aux innombrables lacets, cela n’en finit pas. C’est joli, pas technique mais le problème, c’est que l’on perd très peu d’altitude. Et comme je dois gérer les crampes et Benoît un genou douloureux, je dois avouer que c’est un peu longuet ! Peu avant l’arrivée, dans le magnifique sous-bois, un moment d’inattention et je valdingue en avant ! Quelques égratignures et puis à nouveau une crampe, Benoît m’aide à me relever ! Je crois qu’il est temps d’arriver ! ça y est, une bonne ligne droite sur la route dans Canfranc et Patrick nous accueille après l’arche d’arrivée: il fait office de bénévole, va nous chercher à boire, à manger. Il est aux petits soins pour nous. Il a eu le temps de se restaurer, de se reposer… il est arrivé 1h20 avant nous !

42km 3500m+ 7h41 (crampes comprises !)

Les Basques, béarnais, Bigourdans, landais et girondins, vous avez là un très beau trail montagne à faire !


7 commentaires

Commentaire de philkikou posté le 19-09-2014 à 10:12:36

MA-GNI-FI-QUE !!!! Quel beau récit avec de superbes photos et un paysage à couper le souffle (c'est pas facile pour courir ..) . Dommage pour les crampes, mais m^me avec ce problème tu as l'air d'avoir pris ton pied sur ce trail espagnol !!!

Commentaire de laulau posté le 19-09-2014 à 17:25:03

Merci Phil pour ton com, j'ai cru un moment que j'allais fonder l'asso des récits qui restent désespérément sans commentaires !! ;)

Commentaire de philkikou posté le 19-09-2014 à 17:33:36

y'a tellement de récits à lire en ce moment !!! Mais c'est bien de lire et de voir qu'il n'y pas que l'utmb ;-))

Commentaire de Berty09 posté le 24-09-2014 à 22:20:16

Ca avait l'air d'être dur mais quand je vois le dénivelé je comprends mieux. Bravo et que les crampes se calment!

Commentaire de laulau posté le 30-09-2014 à 22:35:33

C'était dur mais c'est vrai que les crampes m'ont gâché toutes les descentes !

Commentaire de xixon posté le 26-09-2014 à 22:51:52

Bravo à vous 3 ! C'est bien ça qui est beau : il y a encore tant de courses à découvrir !!!
A bientôt !

Commentaire de laulau posté le 30-09-2014 à 22:37:58

Tu as raison, c'est ça qu'il y a de bien en trail, on a toujours envie de découvrir de nouveaux horizons à travers les courses !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.3 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !