Récit de la course : Trail givré de Montanay - 23 km 2015, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Trail givré de Montanay - 23 km

Date : 1/2/2015

Lieu : Montanay (Rhône)

Affichage : 782 vues

Distance : 23km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

26 autres récits :

Ils sont tannés à Montanay

Ils sont tannés à Montanay


Oh la la que de neige.

Toute la nuit c'est tombé et devant chez moi c'est presque impraticable.

Je vais regarder sur internet si la course n'est pas annulée, mais il n'y a pas d'électricité.

 

Je me dépêche pour partir plus tôt.

Le Kangoo dérape mais j'arrive en glissades à sortir de mon quartier.

Je n'arrive pas à m'arrêter au stop. Personne, ouf.

Que ça glisse.

 

J'arrive à St Jean le Vieux, il y a moins de neige et les routes sont un peu plus dégagées.

Finalement, arrivé à Ambérieu, cela va beaucoup mieux.

 

Je zappe le rendez vous devant Inter et taille sur l'autoroute.

J'arrive à Montanay en une demi heure seulement et les gens sont étonnés de mon histoire de neige et d'électricité.

 

Je me gare comme d'hab sur le pont du TGV et taille au gymnase.

Il y a du vent et ça caille.

 

Je retrouve Pascal de Photogone. Annette est derrière les tables aux dossards.

Les gars du club arrivent. Nous sommes une bonne quinzaine avec ceux qui ne courent pas.

 

La petite distance a démarrée et Cédric et aux avant postes. Je l'encourage. Il finira 9°. Chapeau.

 

Petit échauffement et nous nous plaçons bien devant.


Pas comme il y a 2 ans où je suis parti derrière et que j'ai chopé les bouchons.

 

Le départ est donné à l'envers d'avant. Je frôle Pascal sur le trottoir.

Il y d'abord une boucle de 5 kilomètres.

 



Sur la route, le peloton s'étire et au bout de quelques minutes nous dévalons une pente en sous bois, hyper glissante. Peu de boue mais une vraie patinoire.

Joshua01 va d'ailleurs s'y blesser ici.

 

On en ressort pas indemne déjà un peu entamé.

 

Nous revenons vers le gymnase.












Jean Pierre est à droite, Pierrot et Morgan à gauche.

Ils ne me voient pas.

Je les récrie. Ils râlent. Trop tard pour la photo.

 











Nous repassons entre les voitures et taillons sur la droite dans le chemin. 5° kilo.

 

Le rythme est toujours bien soutenu.

J'ai un coup de chaud car je suis trop couvert je pense.

Je dégaine mon bonnet et le buff. J'étouffe.

 

Je reprends mon souffle et repars après avoir perdu pas mal de places. Pas grave.

Cela vallonne un peu.

Nous arrivons le long du cours d'eau à sec.

C'est de nouveau Holiday on boue.

 

C’est long et dangereux. Pas mal de gars se vautrent.

Je reste sur mes cannes mais cela demande une très grande attention.

Vraiment crevant.

 

Nous arrivons à la première côte. Tout le monde marche.

 

Cela redémarre en haut dans les marches.

L'allure est vraiment bonne.

 

Nous sommes sur le trottoir et dans un lotissement. Cela va redescendre vraiment secos et nous rentrons dans le must du parcours : le ruisseau des Echets.

 

Ce n'est pas la peine de vous dire que c'est de nouveau impraticable.

Les trails en canards nous arrivons en haut, ouf.

 

La suite va être assez dure pour moi car j'ai plus de jus.

Des gars me passent dans les méandres des chemins boueux.

 

Gauche droite et c'est la 2° montée km 17.

Dire qu'en 2006, j'avais tout explosé en courant partout et bouclant le parcours alors long de 19,5 km en 1h23'.

 

Mais c'était avant.

 

Nous repartons sur la route et plus loin Sandrine me passe.

Tient, elle n'était pas devant ?

 

Je la repasse en remontant.

Elle me rattrape. Elle a mal au ventre.

Elle ralentit de nouveau, je ne la reverrais plus.

 

Ravito, puis descente. J'ai repris du poil de la bête et la montée sur le macadam ne se passe pas mal du tout, en trottinant.

Il y a pas de coureurs qui en ont leur claque.

Ca me rassure, il n'y a pas que moi.

 

Nous remontons une butte et Audrey et Aude me passent.

Petits gabarits et bonne allure.

 

Dans le virage suivant je vois Aude qui manque de se gameller.

Bon, elles aussi.

 

Je n'arrive pas à les suivre.

Il reste trois bornes dis-je au gars à côté. Ca va être long pour rejoindre l'arrivée.

 

En effet les longues lignes droites précédant la fin sont visuellement interminables.

















 


Fred qui a fini revient m'encourager. On fait un kilo ensemble.

 

JPP, Morgan et Pierrot sont là. Il faut sourire pour la photo, c'est dur.









Je passe un gars sur le macadam avant de tourner à droite et d'escalader le faux plat avant l'arrivée.

 

Ca y est 2h14'. Dingue. 23 bornes et tellement rincé.

Photos Ambérieu Marathon 

Oups, vite, allons nous doucher et récupérer pour la suite de la saison car cela je ne le ferai pas tous les jours.

 

 

3 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 20-02-2015 à 15:25:33

glissades, trop couvert mais bien arrivé ! Bravo !

Commentaire de Mamanpat posté le 21-02-2015 à 06:43:35

Plus dur peut-être mais toujours présent le grand Gibus ! Et encore debout !

Des gants de ski... Quelle drôle d'idée !

Commentaire de Arclusaz posté le 21-02-2015 à 16:19:50

Bon, au moins t'as pas perdu ta chaussure.....

des nouvelles de Joshua ? c'est pas trop grave ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !