Récit de la course : Ultra Lozere Trail - Jour 1 2015, par anthodelb

L'auteur : anthodelb

La course : Ultra Lozere Trail - Jour 1

Date : 23/5/2015

Lieu : Ste Enimie (Lozère)

Affichage : 725 vues

Distance : 52km

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

23 autres récits :

Ballade dans les Gorges du Tarn

Début Janvier 2015 je suis en plein établissement de mon programme de courses de l’année et le choix doit se faire avec objectif d’être prêt pour la TDS de fin Aout. Etant décidé à appliquer les conseils du bouquin de G. Millet que le papa Noël m’a apporté je dois donc caser un WEC (week-end choc !) vers la fin Mai. Le choix se porte vite vers cet Ultra-Lozère qui me parait idéal de par sa distance (108 Km mais en 2 jours), le dénivelé (5500m D+) et surtout le lieu (les gorges du Tarn). Les excellentes vidéos (j’ai encore du boulot avant d’arriver à son niveau) faites par Denis Clerc (alias ZinZin Reporter) sur l’édition 2014 finiront de me convaincre. Le tarif est en plus très raisonnable et le nombre de coureur limité à 200 me convient très bien.

A 2 semaines du départ je me blesse au genou (peut être le TFL ?). Est-ce dû à mon passage chez Hoka ?? Bref, du coup repos pendant les 15 derniers jours et je me présente donc le samedi 23/05 au départ de cette première étape (que l’on dit très technique) pas super serein et ne sachant pas si mon genou va tenir. Pour conjurer le mauvais sort sur mon genou j’abandonne les Hoka au profit de mes Salomon XT6 Softground (en espérant un miracle).


Saint-Enimie, 8h00, le départ est donné. Nous somme environ 170 au départ donc ça ne fait pas un gros peloton. Après un passage sympa dans les ruelles de la ville nous attaquons un single qui doit nous mener en haut de la première difficulté du jour (400 m de D+), pour le moment tout va bien, le rythme est correct et pas de douleur au genou (ça ne va pas durer !). On monte en file-indienne et la vue sur St-Enimie en contre bas est superbe. Après cette montée un court passage descendant permet de courir un peu et on reprend la montée avec encore 300m de D+.  La suite est plus roulante et c’est là que le genou commence à faire des siennes, la douleur est maintenant présente (alors que l’on a fait 10 km) et j’en viens déjà à me demander comment je vais pouvoir finir aujourd’hui et pire encore comment repartir demain ! Après une partie en balcon avec des passages techniques nous descendons et arrivons au premier ravito à Prades (Km 17). Déjà 2h16 de course. Arrêt rapide, un peu d’eau et c’est reparti. On nous annonce que la partie qui vient jusqu’au prochain ravito est la plus technique et la plus dure (et je confirme car il me faudra 1h53 pour faire 9.3 Km !). Nous reprenons 400m de D+ pour remonter sur le Causse, nous sommes exclusivement sur du single et la suite est effectivement bien technique avec des descentes dans les pierriers qui occasionnent à certains des glissades sur les fesses… A ce moment-là je ne regrette pas mon choix des Salomon car au moins je ne me tords pas les chevilles. Ce passage est vraiment magnifique avec une vue permanente sur le Tarn en contre bas mais va clairement laisser des traces pour la suite. Le ravito du Pont de Montbrun est le bienvenue (et dire que l’on a fait que 26 Km) mais c’est juste un point d’eau donc pas de quoi faire des folies ! Il y a ici une barrière horaire en 4h30 et je passe en 4H10 (pas tant de marge que ça) et je dois être dans la première moitié donc je me dis que cette barrière risque de laisser pas mal de monde à l’arrêt.  
La suite est simple : une montée de 400m D+ dans laquelle j’aurais un gros coup de bambou (le cœur qui monte à fond, plus d’énergie, des débuts de crampes aux quadri) qui heureusement ne dure pas, une descente qui nous amène au ravito de Castelbouc au km 35 (ravito dans un endroit vraiment très sympa ou j’en profite pour faire le plein et déguster les tartines de fromage local sur pain d’épices ! Miam !). Enfin pour le dessert (enfin pré-dessert) une dernière montée (qui heureusement pour moi se passe mieux que la précédente) qui nous amène sur le Causse qu’il faut ensuite traverser (je fais toute cette traversée avec un Toulousain bien sympa). Le vent souffle fort en haut et ce n’est pas super agréable par contre les paysages sont superbes et je ne me lasse pas de la vue. Un dernier point de control ou on nous annonce 69eme et 70eme et qu’il ne reste plus que 136 concurrents en course (donc la barrière horaire et/ou le parcours a fait des dégâts). La dernière descente arrive enfin et c’est toujours sur du single. J’essaie d’en finir au plus vite (bizarrement le genou me tire mais ne me fait plus mal sur le TFL, c’est étrange mais je ne m’en plains pas car au moins je peux courir).
J’arrive enfin sur St-Enimie et je passe la ligne d’arrivée seul (mon Toulousain a lâché dans la dernière descente) en 8h06 de course.
Une première journée intense avec des paysages magnifique tout le long du parcours. Beaucoup de singles, des pierres, du vrai trail quoi !

Place à la récup car demain il faudra repartir pour 54km beaucoup plus roulant et il faudra donc être en mesure de relancer et de courir sur les parties planes.

Suite de ce CR dans Ultra Lozère Etape 2.

Et voici le lien de ma vidéo de cette étape 1 : https://youtu.be/sOWnlBgTttE

2 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 01-06-2015 à 22:11:44

c'est vraiment un super beau coin qui nous change bien de nos Alpes : j'aimerais bien y courir un jour...

Commentaire de anthodelb posté le 02-06-2015 à 22:49:39

Il ne te reste plus qu'à prendre date pour 2016 !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !