Récit de la course : Vonnas - Châtillon 2016, par Eddy_87

L'auteur : Eddy_87

La course : Vonnas - Châtillon

Date : 8/5/2016

Lieu : Vonnas (Ain)

Affichage : 512 vues

Distance : 21.1km

Matos : Mizuno wave Rider 17, pas de portage d'eau

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

Sous le soleil

[Edit: Ajout de photos]

Départ du semi

Comme annoncé sur le fil dédié au "conseils 1er semi", ce Vonnas Chatillon du dimanche 8 mai 2016 est mon 1er semi. Petite blessure à la cuisse à J-14 lors de ma dernière sortie longue. S'en suit une semaine et demi de repos puis sortie vallonnée de 45 min (le mardi) où j'ai ressenti ma cuisse dans les descentes. ça ne partait donc pas très bien pour un 1er semi. Le mercredi je choppe une gastro...OK ça ne va vraiment pas être une partie de plaisir cette affaire...

A partir du jeudi la forme est revenue plus ou moins, petit footing tranquille vendredi, j'ai ressenti encore un peu ma cuisse...

Pas mal de jardinage en plein soleil pendant le long weekend de l’ascension histoire de ne pas faire trop de jus ;)

Dimanche jour de la course, il fait chaud, la course est à 14h (pourquoi un tel horaire ?). Je discute avec deux gars de mon club, ils ont tout comme moi des courbatures aux isquios pour cause de jardinage ;) L’un d’eux a fait 1h38 au semi du Beaujolais en novembre mais il n’est pas au top aujourd’hui. Je me dis qu’essayer de le suivre serait une grosse connerie. Vu ma forme, vu mon entrainement, vu la chaleur, vu le dénivelé (180 m D+), vu que c’est mon « dépucelage » sur la distance, que je vaux 45 min au 10 km, 1h45 aurait été l’objectif initial mais aujourd’hui je me contenterai d’un 1h50.

Ça y est le départ est donné, je suis vers l’avant du peloton, je pars tranquillement, tout le monde me double. Dans ma tête je sais que si je tiens mon 12km/h je vais les redoubler à la pelle. Je reste sur mon rythme, je tourne aux alentours de 4:54 / km, c’est parfait. Je me sens étonnamment très bien. Très très bien même. Habitué à courir des 10 km, ce n’est pas du tout le même rythme. Sur un 10k je suis rapidement (3-4 km) dans un état « désagréable » (normal car c’est + rapide que le seuil), alors que là j’ai l’impression de voler (mes 4 kg perdus ces derniers mois y sont sans doute aussi pour qqc).

Le parcours est vraiment agréable, petite route de campagne au bord des prés, on longe la rivière (le Renon). La première côte arrive (côte de Marmont), je la connais bien car mes beaux-parents habitent ici. Ils sont là à m’encourager avec ma fille et ma compagne. J’avale la montée sans difficulté et je double pas mal de coureurs qui peinent déjà (mon entrainement en côte autour de mon boulot vers Tassin doit y être aussi pour qqc).

Je vois toujours à environ 200 m devant mon collègue du club, Thierry. J’ai repéré aussi une fille qui a un niveau équivalent au miens sur 10 km mais qui vaut environ 1h40 sur semi. On attaque la 2e montée en direction de Sulignat, la fille s’arrête au bord de la route et marche. Je lui demande si ça va, elle me dit oui (après vérification elle n’a pas été classée). Cette montée commence sèchement, c’est plus dur, plus long mais je suis toujours très facile, je rattrape Thierry, il me dit qu’il a trop chaud. On descend derrière le château, c’est assez pentu, je retiens un peu ma foulée car j’ai peur pour ma cuisse. On arrive au premier ravito (5e km), je prends mon temps car je sais qu’avec de telles conditions l’hydratation et l’alimentation va être très important. Je prends 3 verres d’eau, un morceau de banane et deux tranches de pain d’épice. Thierry me double. Le pain d’épice n’était pas judicieux, trop sec, difficile à avaler. Je redouble Thierry rapidement.

J‘enchaîne les km toujours aussi facilement mais je ne sais pas si je vais pouvoir tenir ce rythme sur la distance vu que je pars dans l’inconnu. Je rattrape un petit groupe de Biziat Endurance qui essaie d’emmener une fille de chez eux sur le podium. Je connais un coureur du groupe, je lui dit que le kilométrage annoncé ne correspond pas à ma montre (comme si la course n’était pas un semi mais un 22 km). Quelqu’un du groupe me dit qu’il a fait la reco et que c’est bien un 22. Je reste sceptique.  Il me semblait que dans sa nouvelle version il s’agissait bien d'un semi et non plus un 22 km. Je décide de ne pas rester dans le groupe car la fille semble être à la peine et j’ai peur de rester sur un faux rythme (elle finira 3e tout de même). Une dame sur la route compte les coureurs, il me semble être 63e. Je suis assez surpris car sur + de 200 inscrits je ne pensait pas être autant devant.

Nous arrivons à Neuville les dames et sa fameuse côte, pas très longue mais très pentue. Beaucoup de monde pour nous encourager c’est agréable. Des gens de mon club sont là en spectateur ça me booste. Encore une fois je me sens à l’aise. Ma compagne me tend une bouteille d’eau avec laquelle je m’asperge. Elle m'aura été d'une aide précieuse tout au long du parcours ! On traverse la nationale et on arrive au 2e ravito. Encore une fois je prends bien le temps de boire (eau) et de m’alimenter (banane, pruneaux, abricots). Je passe le 10e km en 50 min tout pile, parfaitement dans mon objectif ambitieux.

Je continue sur le même rythme et je continue de remonter des coureurs, notamment un qui s’arrête pour une pause pipi. J’ai également une petite envie, ça m’arrive souvent sur les courses lorsque je bois beaucoup, je sais que je peux finir la course sans que cela me gêne plus que ça (d’ailleurs l’envie a fini par partir, comme si le corps en manque d’eau allait puiser dans la vessie, je ne sais pas si physiologiquement c’est possible ?).

Je repère 7 coureurs devant moi, étalés sur environ 300-400m. Mentalement je me dis que je devrai les dépasser en continuant sur ce rythme. Les km sur les routes de campagne défilent, il fait chaud, le 3e ravito pointe le bout de son nez un peu après le 14e km. Toujours la même tactique.

Ma compagne et son père m’attendent à plusieurs points de parcours, j’en profite à chaque fois pour m’asperger la tête et boire une petite gorgée. Après la course mon beau-père me dira qu’à ma foulée je semblais moins souffrir que les autres. C’est intéressant, cela confirme mes sensations, j’étais vraiment à l’aise sur ce rythme qui me correspond mieux que celui du 10k.

On continue d’enchaîner les petites côtes, je continue de doubler, notamment les premières féminines. Les montées commencent à me faire souffrir, ma cuisse tient bon (pas de douleur particulière) mais je commence à avoir mal aux adducteurs.

Ça y est on arrive vers la grosse descente, dernier point de contact avec mes « supporters », on me dit « tu as fait le plus dur ». Je souris mais je sais que les 3-4 derniers km vont être difficiles, c’est maintenant qu’on va voir si l’allure était bonne. Je suis face au « mur » du semi. Après la descente dernier ravito du 18e km, seulement un point d’eau puis on passe sur un petit sentier qui longe la rivière. Ça commence à piquer sérieusement, j’ai très mal aux adducteurs. L’allure commence à diminuer, j’ai du mal à garder le 5:00 / km.

On arrive dans chatillon, le centre historique est très beau, notamment les fameuses Halles. Derrière moi j’entends quelqu’un qui me colle, je pense qu’il s’agit de la première féminine étant donné les encouragements. Devant moi 5-6 coureurs  un peu éparpillés. Je sais qu’il sera difficile d’aller les chercher mais ils ont l’air dans le mal autant que moi.

Entrée dans Chatillon

On passe le champ de foire et on attaque la « montée de la mort », j’en avais bavé l’an dernier sur le 12 km. Mais cette année on ne continue pas, on bifurque sur la gauche, ça redescend un peu, virage et droite et là on se retrouve dans la montée vers le collège en plein cagnard. C’est très dur, je n’avance plus beaucoup, derrière moi c’est toujours collé à mes basques mais personne ne double. Je double quelqu’un dans la montée.

Ça y est on arrive au collège, on voit l’arche d’arrivée et on entend le speaker. Ça sent bon tout ça. Manque de bol il faut faire un dernier tour de stade avant d’avoir le droit de passer l’arche ! Dur pour le moral ! Je n’ai pas envie d’accélérer mais simplement d’arriver. Beaucoup d’encouragement c’est agréable. Il ne reste que 150 m (au fait c'est bien un semi, j'avais 21.2 à ma montre), je décide tout de même d’accélérer pour grapiller une place, le gars devant moi réagit et accélère aussi, je finis au sprint et le dépasse, heureux d'être allé au bout :)

Arrivée au sprint

1h47min30 sec et quelques, 11.76 km/h de moyenne et une belle 45e place sur 227 arrivants (un peu plus de 240 pré-inscrits, je pense qu'il y a eu quelques abandons) Pour un premier semi dans de telles conditions je suis très satisfait ! C’est sûr je reviendrai les années prochaines. Très satisfait également de ma gestion de course, avec un départ prudent sans se faire embarquer par le peloton, le respect d’une bonne hydratation et alimentation. Certes je souffre en fin de course mais pour une première approche de la distance je pense que c’est normal. Je ne pratique encore pas assez les sorties longues. C’est ma première course depuis ma perte de poids initiée il y a un peu plus d’un mois (je suis ma compagne dans un ré-équilibrage alimentaire) et j’ai vraiment été bien, il va falloir valider ça sur un 10 km.

Pour l’orga, une course le matin serait préférable à cette période de l’année. Des bouteilles d’eau aux ravitos serait un plus également (c’est très rare sur les courses). Le parcours est top, si ce n’est le tour de stade à l’arrivée. Le public est là notamment dans la côte de Neuville c’est agréable. 

4 commentaires

Commentaire de Eric Kb posté le 10-05-2016 à 19:07:06

Un récit dans l'Ain qui n'est pas de Gibus !!! De jolies souvenirs aussi sur cette course, merci pour le récit !

Commentaire de Eddy_87 posté le 10-05-2016 à 21:11:51

Et oui je prends la relève du Gibus départemental :) Très belle course effectivement qui mérite de grandir un peu plus.

Commentaire de Gibus posté le 10-05-2016 à 21:57:50

Ah ba bravo. Çà y est tu es dépucelé sur le semi.
Vonnas Châtillon (qui était un 22 kil) est une belle course et c'est vrai que l'aprèm c'est pas le top, en plus il faisait chaud.
Tu l'as fait.

Commentaire de Eddy_87 posté le 11-05-2016 à 13:35:58

Merci Gibus. Pour faire ça "en mode Gibus" j'ai ajouté quelques photos. A quand ta prochaine course dans l'Ain ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.25 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !