Récit de la course : 10 km Magny-le-Hongre 2020, par DavidSMFC

L'auteur : DavidSMFC

La course : 10 km Magny-le-Hongre

Date : 8/3/2020

Lieu : Magny Le Hongre (Seine-et-Marne)

Affichage : 292 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Ma 2ème au 10km de Magny-le-Hongre !

Récit illustré disponible sur mon blog : Mes expériences sportives - 10km de Magny-le-Hongre


10km de Magny-le-Hongre

A une semaine de l'Eco Trail de Paris, il n'est pas question de risquer une quelconque blessure donc je me prévois un week-end soft. Mais pour autant, fidèle à mes habitudes, il n'est pas non plus question de me bloquer un week-end vide sous prétexte qu'il faille faire un peu de jus car ce n'est clairement pas comme cela que je fonctionne. On profite donc d'une fenêtre météorologique favorable pour faire une sortie vélo avec mon frère samedi après-midi après une semaine allégée notamment pour cause de mauvais temps. Deux petites marches méridiennes de 10 kilomètres comme seules pratiques en dehors du Badminton.

Du coup, je me fais une sortie à VTT de 45 kilomètres en deux temps : 27 en balade avec Nico puis 18 en bonus avec un peu de dénivelé et quelques carrés récupérés sur statshunters... 

Il y a 11 ans jour pour jour, je me faisais une luxation ouverte du ligament latéral du gros orteil aux Championnats de Seine-et-Marne de Judo et il y a 5 ans jour pour jour, je prenais part à la première course de ma première véritable année remplie de compétitions sportives à l'occasion de l'Evry Trail Urbain. Ce 8 mars a donc une petite symbolique, mine de rien.

Mais ce dimanche, ce ne sera qu'un petit 10 kilomètres que j'ai tout de même choisi de faire malgré le fait qu'il se déroule 6 jours seulement avant mon défi du début d'année, s'il a bien lieu : le 80km de l'Eco Trail. La course du jour ne se passe qu'à 15 minutes de la maison en voiture, une course sympa que j'ai eu l'occasion de découvrir en 2018. Je n'ai aucune idée de comment l'aborder mais ça ne peut pas poser de problème que de me faire une petite sortie de 10 kilomètres de course à pied.

Dimanche 08 mars 2020

C'est sur les coups de 9h00 que j'arrive à Magny-le-Hongre. Comme il y a 2 ans, je stationne assez loin du lieu de course car je connais les difficultés pour se stationner et marcher un peu n'est pas un soucis puisque je suis en avance. Je prends mes affaires et me rends au Gymnase que je connais bien pour y avoir déjà fait des tournois de Badminton notamment.

Je croise déjà quelques connaissances et cela va être le cas tout le long de cette matinée, c'est toujours un plaisir de croiser des têtes connues et d'échanger quelques mots ! Je récupère mon dossard, le numéro 32 puis je me prépare très tranquillement en attendant l'arrive de Madjid, le seul autre coureur de l'USTA qui sera sur la course ce matin. Une fois prêt, je dépose mes affaires à la consigne en gardant juste un sweat que je leur ramènerai après (merci aux bénévoles !).

On part alors pour un bon petit échauffement, notamment sur les traces du parcours. Un peu plus de 4 kilomètres en comptant la marche m'ayant permis de rallier ma voiture au gymnase, c'est très rare que j'en fasse autant mais les sensations sont plutôt bonnes et les conditions aussi. Il fait gris, relativement doux mais il y a quand même un peu de vent, nous espérons qu'il ne nous gênera pas pendant la course.

Je perds Madjid de vue lorsque je rejoins le départ alors qu'il finit de se préparer à sa voiture mais je retrouve Stef sur la ligne, pendant que l'échauffement collectif se termine. Pour la tenue du jour, c'est du classique et du léger surtout : juste mes chaussures Kiprun Ultra Light, mon cuissard court, mon maillot de l'USTA et ma montre. 

Le speaker présente les favoris dont quelques kenyans. Il salue aussi la présence de Muriel Hurtis pour son premier 10km ou encore de Jeff qui ne courra cependant pas car il est toujours blessé. Merci à lui pour les photos au passage. Et à 10h16 précisément, le départ est donné !

La course

C'est parti ! Je ne suis pas dans les premières lignes donc il me faut d'entrée de jeu remonter pas mal de monde dont certains coureurs qui s'étaient positionnés devant mais qui partent tranquillement, y compris Muriel Hurtis d'ailleurs. Et voilà que j'aperçois de dos le maillot rouge torcéen de Madjid mais je ne me mets pas dans le rouge donc j'essaie de revenir progressivement.

C'est donc au prix d'un effort progressif de quelques centaines de mètres que je finis par le rejoindre en dépassant quelques connaissances au passage dont Elie de MLVA qui me souhaite une bonne course ou encore Pascal de l'ACPM ou Nouf et Romain de Kikouroù. 

[08/03/2020] 10km de Magny

Après un peu de bitume et de chemins relativement larges, nous retrouvons désormais un terrain un peu plus gras, sur l'herbe, après un premier kilomètre couru en 3'40. Et là, je vais faire l'effort pour rester avec Madjid pendant plusieurs kilomètres très favorables mais aussi par conséquent très rapides. C'est qu'il est en forme le camarade de club ! Mais je me sens bien aussi donc je ne suis pas facile du tout mais je m'accroche sans avoir à forcer.

Surtout que nous arrivons dans la partie la plus favorable de la course avec l'enchaînement de petites descentes et là, je me régale clairement. Les jambes déroulent impeccablement, le ressenti est très agréable. Je peux même passer quelques fois devant Madjid qui est plus régulier. Mais je ne suis pas fou, je sais très bien que je vais payer tout cela dès que cela va monter et je sais très bien que je lâcherai prise vis-à-vis de mon équipier et que ce ne sera alors plus du tout la même histoire.

Mais tout va bien, on dévale gaiement la pente après un peu plus de 2 kilomètres de course, ce qui nous amène en bas, au niveau de nouveaux lacs. Une nouvelle portion très roulante avant un nouveau passage dans l'herbe que l'on négocie bien, avec pas mal d'intensité. Nous bouclons les 4 premiers kilomètres en 14'45 soit 3'41 de moyenne au kilomètre.

[08/03/2020] 10km de Magny

Mais c'est là que le tracé se corse progressivement, avec plusieurs faux-plats consécutifs et des petites bosses qui cassent bien le rythme. Pour l'instant, cela passe bien car on a encore un peu de fraîcheur mais je sens que le coup de bambou approche à vive allure... Je décide donc de ne pas faire le saut pour recoller à Madjid car je le sens, je serai dans le rouge autrement. Je le laisse partir, tant pis. Je suis également entouré de concurrents de Val d'Europe avec qui je peux davantage rivaliser tandis qu'un gars de Provins nous passe et rejoint mon ami torcéen.

Pendant ce temps, on dépasse également les joëlettes, parties 20 minutes avant nous. L'un d'entre elles était pilotée par Eric Leblacher et une autre est menée par la Team Handi Fun Sport dont l'ami Vincent qui me précise en m'encourageant au passage que le jeune qu'ils accompagnent n'est autre que Léo que nous avions côtoyé un moment à l'Oxy Trail avec Julie pendant le 13km en juin dernier.

J'entre désormais dans une phase de gestion. Je garde Madjid en point de mire mais je calme le jeu tout en maintenant ma position au classement. Les autres accusent certainement aussi le coup après ce petit enchaînement de difficultés. Je profite du parcours, assez nature, très sympa, des encouragements des bénévoles et spectateurs au top et serre les dents pour ne pas céder complètement non plus.

A l'approche du kilomètre 7, je n'ai plus le même rythme. Il faut dire que nous sommes passés au kilomètre 5 en 18'45 ! Mais je profite de la descente pour bien relancer. Les sensations redeviennent très correctes par moment. Cependant, cela disparaît vite dans le faux-plat montant qui nous mène vers la dernière grosse difficulté de la course, la pente que nous avions descendue à l'aller.

La montée est rude et casse complètement le rythme mais étrangement, je ne m'y sens pas si mal et la gère plutôt bien. Un certain Vincent revient de l'arrière, se retrouve à mon niveau mais ne me dépasse pas, si bien que je le distance sur la relance dès que nous retrouvons du plat en haut de la bosse. Et ça va m'aider à maintenir une bonne allure sur les trois derniers kilomètres.

Un autre gars, en orange, me dépasse alors que je ne traîne pas sur la portion suivante mais il semble finir fort donc je ne cherche pas à l'accrocher. J'ai davantage en objectif une féminine à qui je reprends pas mal de temps depuis quelques centaines de mètres, j'ai l'impression de pouvoir la rattraper. 

Je retrouve une allure très correcte et me sens plutôt bien sur cette fin de course. Dernier passage un peu délicat à un kilomètre de l'arrivée avec un peu de boue puis on file vers le finish en empruntant exactement le parcours de l'aller en sens inverse, comme depuis la relance après la bosse. Allez, je double la fameuse féminine qui semble en bout de course et j'accélère progressivement alors que le gars en orange se retourne régulièrement pour voir si ça revient de l'arrière. Il sent la menace arriver...

Je ne fais pas l'effort trop tôt car je connais le final et je n'ai pas l'intention de me cramer en cherchant à rattraper un mec pour finalement me faire griller par d'autres car j'explose si près de l'arrivée. Je gère mon effort et augmente la foulée une fois sur le bitume. Je reviens progressivement mais je sens bien que je suis trop loin, surtout que celui que je poursuis a sans doute encore un peu de réserves et guette mon retour.

Je finis donc à grandes foulées mais pas tout à fait au sprint pour franchir la ligne d'arrivée juste après lui et le féliciter immédiatement, tout comme les deux concurrents qui finissent derrière moi : celui qui m'a rejoint dans la bosse et la féminine que j'ai dépassé dans le dernier kilomètre. Pour la première fois, je regarde ma montre et constate mon chrono : 40'32. J'espérais un poil mieux vue la course mais le parcours est rude et j'ai manqué d'un peu de jus donc c'est déjà très bien, 3 minutes 30 de mieux qu'en 2018 !

Je retourne au gymnase rendre la puce de chronométrage contre un sac, je profite du ravitaillement d'arrivée en papotant avec Madjid, Stef entre autres puis je récupère mon sac à la consigne où je croise Elie, Pascal ou encore Antonio. Je ne traîne pas sur place pour ne pas rentrer tard. Retour à la voiture sous une petite pluie qui nous aura bien épargné pendant l'épreuve.

Au final, j'ai 10,14 kilomètres pour un chrono officiel de 40'29. Je me classe ainsi 41ème sur 405 arrivants. Pas moins de 113 mètres de dénivelé positif quand même. Un bon résultat donc dans ces conditions et une bonne forme, en croisant les doigts pour que l'Eco Trail soit maintenu... Autrement, j'ai certainement une solution de rechange. Affaire à suivre...


Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.26 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !