Récit de la course : La Sagittaire 2022, par DavidSMFC

L'auteur : DavidSMFC

La course : La Sagittaire

Date : 30/1/2022

Lieu : Sucy En Brie (Val-de-Marne)

Affichage : 312 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

2 autres récits :

Retour sur la Sagittaire !

Récit disponible sur mon blog : Mes expériences sportives - La Sagittaire

 

 

C'est peu dire que j'aborde l'Eco Trail de Paris 80km sans aucune préparation alors que la course se déroule dans 1 mois et demi et que mon programme d'ici là ne me permettra pas de caser de sorties longues. C'est donc sur cette course de 22 kilomètres à Sucy-en-Brie que je suis inscrit pour faire un peu de distance tout de même.

La Sagittaire, j'y ai participé il y a 6 ans, lors de l'édition de l'automne 2015 reportée en janvier 2016. Une course sympa, relativement roulante dans mes souvenirs.

Depuis le week-end dernier et ma deuxième place sur le Lum'Yerres Trail, je n'ai couru qu'une fois, comme souvent, à l'occasion de la séance du club sur la piste où j'ai accompagné Alice. La semaine a mal commencé avec un simple plutôt raté à Claye-Souilly en interclub puis un peu de vélo, de marche et de Badminton. Une semaine pas trop chargée en volume sportif mais où j'ai quand même accumulé de la fatigue.

 

Dimanche 30 janvier 2022

Pour un départ de la course à 10h00, j'arrive sur place en avance car je sais que le lieu de départ est distant de près de 3 kilomètres de l'endroit où l'on retire nos dossards. Dès que j'arrive sur place, je croise les FunRunners Antonio, Cyril et Olivier avec qui je discute un peu, essayant de me rappeler du parcours d'il y a 6 ans mais mes souvenirs sont flous. Je sais que j'avais mis 1h53 pour boucler les 21,5 kilomètres.

Je pars récupérer mon dossard et je croise Clément et Geoffrey juste devant le gymnase. Sur les conseils de Geoffrey, je vérifie mon numéro de dossard sur la liste avant de rejoindre la file de coureurs qui attendent pour récupérer le leur. Le mien est le 1416. Je finis par l'avoir auprès d'une bénévole qui me laissera un souvenir mitigé dans sa manière de gérer le contrôle du pass vaccinal... Peu importe.

Je retrouve Geoffrey, on part se changer dans nos voitures respectives avant de s'échauffer pendant près de 6 kilomètres ensemble en faisant le trajet jusqu'au départ et en prolongeant un peu sur le début du parcours avant de revenir. Pour la tenue aujourd'hui, la distance étant plus longue que mes courses précédentes, je préfère quand même porter deux épaisseurs en haut avec un tee-shirt à manches longues et un tee-shirt à manches courtes et des gants aux mains. En bas, un short et mes chaussures de Trail Evadict Race Light.

Les conditions sont vraiment idéales aujourd'hui avec un beau soleil par moments et un froid relatif. Cela change de la grisaille d'une bonne partie de la semaine et nous n'aurons pas de pluie. L'heure du départ approche, nous nous positionnons près de la ligne de départ. Cependant, beaucoup de concurrents restent longuement devant l'arche et finissent par se placer tardivement, ce qui nous fait reculer et nous trouver assez mal placés, en 3 ou 4ème ligne.

Après quelques problèmes et 6 bonnes minutes d'attente après 10h00, le starter donne ensuite enfin le départ de la course !

 

La course

Les premières dizaines de mètres consistent en un slalom entre les concurrents qui auraient mieux fait de partir un peu plus loin derrière. Ce n'est pas évident malgré la largeur du chemin. Geoffrey part vite pour se repositionner, je ne reste pas derrière lui et je peine à me frayer un chemin. Je finis par me décaler complètement sur la gauche où je salue Philippe parti devant moi et j'accélère un peu pour tenter un départ rapide.

Mes sensations ne sont pas très bonnes, j'ai bien remarqué à l'échauffement que je ne suis pas très frais ce matin, un peu fatigué, les jambes lourdes. Je n'ai pas trop l'habitude de faire de la vitesse sur ce type de distance en ce moment en plus donc ça s'annonce difficile. Mais c'est pas grave, je n'ai rien à perdre, autant essayer d'envoyer un peu et voir comment le corps réagit.

Le premier kilomètre est beaucoup trop rapide, je le sais, je le sens. Mais je profite d'avoir un peu de jus pour courir assez vite quand même. Le parcours est assez facile pour l'instant, en forêt, plutôt plat à part quelques faux-plats. En revanche, il y a un peu de boue, pas mal de flaques d'eau. Je suis bien content de mon choix de chaussures cette fois.

Les gars autour de moi avancent bien, je ne suis personne en particulier mais je maintiens un rythme correct sur les premiers kilomètres, pas loin des 15km/h de moyenne. En revanche, mon allure chute d'un coup dès qu'on arrive dans une belle difficulté, sur la gauche... Je suis étonné de ne pas apercevoir de balisage mais tous les concurrents devant et derrière moi ont bien emprunté cette bosse donc je continue jusqu'à ce que j'entende une bénévole qui nous alpague !

Bingo, mon intuition était bonne, ce n'est pas le bon chemin... Une montée pour rien, je redescends ce que j'ai monté pour retrouver le bon chemin où se trouve cette signaleuse qui a dû s'interroger de ne voir passer personne... J'ai essayé de prévenir les concurrents me devançant mais ils ne semblent pas avoir fait demi-tour, j'avais pris un peu de retard donc je ne suis pas sûr qu'ils m'aient entendu.

Bon, ce fait de course a bien cassé mon rythme, la montée suivante bien que peu pentue se fait en marchant. J'essaie de bien relancer mais je sens que la course va être longue puisqu'on a à peine fait 6 kilomètres jusque-là.

Un peu plus tard, j'aperçois d'autres coureurs qui empruntent un chemin plus à gauche par rapport à nous et on finit par les rejoindre encore quelques instants plus tard... Ce sont ceux qui n'ont pas fait demi-tour et ont emprunté un autre passage. Ouf, ils finissent par retrouver le parcours en n'ayant a priori pas eu besoin de s'arrêter... Mais ils ne se sont pas inquiété de ne pas avoir de balisage ? Ou alors il y en avait quand même vu que d'après ce que j'ai compris, il y a eu un changement de parcours ? Je ne sais pas mais en tout cas, je reconnais un coureur qui m'avait dépassé peu avant l'incident donc je pense qu'ils ont fait un tout petit peu plus de distance que nous.

A ce moment-là, je dois encore être relativement bien placé et j'arrive à limiter la casse, à ne pas prendre des éclats vis-à-vis des coureurs qui m'entourent mais j'en laisse filer progressivement de plus en plus et je ne cherche à m'accrocher à personne en étant à la fois en gestion et à la fois dans le doute car on n'est même pas à mi-parcours et je suis déjà bien cramé.

Heureusement, l'essentiel du parcours se fait en forêt dans des conditions idéales donc c'est agréable mais je n'ai pas de fraîcheur et je subis pas mal la course, surtout les moindres montées. Les descentes et le plat me soulagent un peu. Je ressens assez vite ma légère gêne au genou qui revient, qui ne m'handicapera pas vraiment mais qui m'empêche d'être en confiance et d'essayer d'en remettre un peu plus par moments.

Les kilomètres défilent donc, doucement mais sûrement. De toute manière, il n'est pas question de s'arrêter, je vais juste courir tranquillement et tant pis si je peine à rester au-dessus de 12km/h. Mais je reste tout de même assez régulier.

Vient ensuite le fameux moment tant attendu, le passage dans la rivière au kilomètre 16, à plus de 5 kilomètres de l'arrivée ! On descend dans l'eau, les quelques dizaines de mètres sont assez irrégulières avec de l'eau jusqu'aux genoux puis un passage plus cool jusqu'aux mollets avant un court passage avec de l'eau jusqu'aux cuisses. Elle est particulièrement froide quand même ! Je peine à sortir de l'eau, glissant bien sur le rebord boueux et je relance, tant bien que mal ! Les pieds sont bien gelés mais heureusement, le soleil fait du bien et tout réchauffe rapidement en courant.

Je me sens très lent dans le faux-plat montant herbeux mais finalement, j'arrive à retrouver un rythme correct que je vais péniblement tenir jusqu'à l'arrivée.

La fin de course est assez monotone parce que je n'ai plus beaucoup d'énergie. On double pas mal de marcheurs partis une bonne heure avant nous et je me fais aussi pas mal dépasser par des coureurs mais tant pis. La fin est proche. Le dernier kilomètre me semble extrêmement long, surtout que je m'attendais à ce que l'arrivée soit bien après 21,5 kilomètres comme annoncé, d'autant plus que ma montre est bien en accord avec les kilomètres de la course indiqués au sol tout du long... Mais non, la ligne d'arrivée est finalement après quasiment 22 kilomètres. Je suis bien content d'en finir car je suis bien cuit.

Je salue quelques connaissances que je croise, merci à Sylvain pour la photo au passage. Geoffrey est déjà arrivé depuis longtemps puisqu'il a fini 6ème, 11 minutes avant moi. Je ne traîne pas pour rentrer, mon genou un peu douloureux mais bizarrement, je ne ressens déjà plus rien dès le lendemain... C'est vraiment à l'effort en course à pied que la gêne revient. Les 28 kilomètres de ce dimanche étaient un peu rudes pour mon genou droit. En espérant que je sois tranquille à ce niveau à la mi-mars !

Au final, je termine 45ème sur 357 arrivants en 1 heure 41 minutes et 17 secondes pour 21,9 kilomètres et 236 mètres de dénivelé positif. 13km/h de moyenne, ça reste très correct étant donné ma forme du jour.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !