Récit de la course : Les Lieues Foréziennes - 21.1 km 2006, par phil_38

L'auteur : phil_38

La course : Les Lieues Foréziennes - 21.1 km

Date : 11/11/2006

Lieu : Bonson (Loire)

Affichage : 1526 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

9 autres récits :

Le récit

Samedi matin, 08h00, retrait des dossards : il fait seulement 01°C. Ça caille sévère, le froid sera l'ennemi du jour. Bonson est un petit village perdu dans la Loire mais malgré ça, et malgré le froid, nous sommes 700 au départ du semi. Cela fait vraiment plaisir d’assister à un tel engouement populaire. C’est sûr, la Loire est une terre de coureurs.

Echauffement... départ... ça y est, j'y suis. 1er kilo en 3'35. Un peu vite, normal pour un début de course. Objectif, 3’40 au 1000, le plus longtemps possible. Ça me met dans les 1h18 si j’arrive à tenir jusqu’au bout. Au pire, 1h19 si je décline un petit peu, et je serai bien content… J’ai un peu froid aux épaules mais ça devrait passer.

Ça va vite, mais bonnes sensations. 3, 4, 5 km, je suis toujours dans le rythme, tout se passe bien, mais je me retrouve très vite seul. Dommage, on était quand même des centaines au départ.

Borne du 10ème km : 36 min 30 (je devais passer en moins de 37 minutes), soit 3’39 au kilo. Je suis en avance mais c’était prévu. On baisse toujours dans la seconde moitié du semi…
Je ne veux surtout pas avoir de regret en fin de la course, comme de me dire que je suis parti trop lentement, alors… j’appuie sur le champignon.
Les sensations sont bonnes. Le semi commence maintenant, je vais devoir essayer de tenir ce rythme le plus longtemps possible... A part sur les mains, le froid a disparu.

Je suis toujours seul, quand peu avant le 11ème km, une meute de chiens enragés me rattrapent et me doublent comme si j’étais à l’arrêt. Ils sont une bonne demi-douzaine de coureurs. Bizarre, je n’ai pourtant pas faibli et ils vont vraiment plus vite que moi… Avant de les laisser s’éloigner, je me dis que ça serait trop dommage de ne pas réagir. Si je n’essaie pas de les accrocher, je vais finir la course tout seul. Allez, je m’accroche au wagon, on verra bien.

12ème, 13ème km, c’est rapide mais je tiens. Le rythme n’est pas si terrible (entre 3’36 et 3’40 au 1000). Il faudrait que j’arrive à rester avec eux jusqu’au 14 ou 15ème km. Après on verra.

15 km, c’est dur mais je suis toujours dans le groupe. Je reste avec eux jusqu’au 16ème… 17ème… puis 18ème km. Incroyable, je suis toujours avec eux. Maintenant, même si je craque, au pire, je serai de toute façon sous les 1h20. Le fameux mur du 17ème km : ils ont dû le raser, je ne l’ai jamais senti.
Désormais, nous ne sommes plus que trois coureurs. Le reste du groupe a un peu craqué et nous a laissé partir.

18ème km : nous quittons la route pour un chemin rocailleux. Dommage, c’est forcément un peu moins rapide. 2 km dans les cailloux.

Borne du 20ème km : nous revenons enfin sur l’asphalte. J’y suis presque, plus que 1100 mètres. Une formalité après tout ça. Je regarde mon chrono et n’ose y croire. J’ai tenu plus longtemps que je ne l’imaginais.
Je jette mes ultimes forces dans les derniers 1100 mètres. Cette fois, mes deux compagnons ont pris quelques secondes d’avance sur moi, mais pas grave, seul le chrono m’importe. Je sais que mon objectif sera atteint.

Je reconnais la ligne d’arrivée, un dernier sprint, je passe la ligne et arrête simultanément mon chrono.
Je voulais terminer en 1h19, voir éventuellement 1h18… résultat : 1h 16min 45 secondes !
Je n’arrive pas à y croire. Après vérification, ma montre ne débloque pas, le chrono officiel le confirme. Je termine en 1h 16min 45secondes.

Que dire sur le parcours ? A part deux ou trois dos d’ânes, le circuit est relativement rapide, bien fléché et surtout, les bornes kilométriques sont bien visibles et placées avec précision. Ça aide vraiment. La seule difficulté rencontrée tenait dans la fin du parcours. Entre le km 18 et le km 20, on nous fait quitter l’asphalte pour un chemin plat mais rocailleux. Un peu pénible et j’étais vraiment content de retrouver la route au 20ème.
L’organisation fut très bonne. De très nombreux bénévoles étaient présents et on sent l’équipe bien rôdée. J’avais choisi cette course par internet et je ne regrette vraiment pas d’avoir fait le déplacement.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !