Récit de la course : 100 km de Vendée 2007, par l'hippopotame

L'auteur : l'hippopotame

La course : 100 km de Vendée

Date : 19/5/2007

Lieu : Chavagnes En Paillers (Vendée)

Affichage : 1410 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 autres récits :

Le CR de L'Hippo

Chavagnes 2007 est ma troisième tentative de 100k.

A Royan en 2005 je finis en 13h avec de grosses hypo dés le 65ième.
Je me lance au Loire-Beconnais en 2006 en ayant peu couru avant le printemps, je tourne bien jusqu’au marathon  puis je commence à avoir chaud, je passe au 50ième en 5h30 en me sentant pas mal pour finalement exploser et abandonner au 64ième.
Pour ces deux premiers essais je cours avec un sac à dos pour me ravitailler essentiellement en eau améliorée au malto.
Les souvenirs des bonnes sensations sur la première partie du Loire-Beconnais m’incites à retenter ma chance sur la distance. Et puis surtout je n’ai pas envie de rester sur un échec. Ce sera mon objectif sportif de cette année.
Je choisis Chavagnes pour sa platitude, le support du championnat de France, et aussi parce que le circuit du Loire-Beconnais ayant changé je ne pourrais de toute façon pas y prendre réellement revanche.


Le problème sera de partir à la bonne allure. Le but est de d’arriver à boucler la distance sans jamais la subir. Je me suis fixé comme vitesse de départ… une fréquence cardiaque à 130puls/mn pour un max d’environ 187.
La préparation a commencé fin novembre par des scèances de pistes et des footings rythmés suivi fin janvier par une préparation semi-marathon que je bouclerais en 1h35 mi mars avant de commencer à rallonger les scéances en vue du 100k.
Ma plus longue sortie est faite au marathon de l’huitre, couru un peu trop rapidement en 4h, trois semaines avant le 100k.
Ce n’est qu’après le marathon que je me sentirais à l’aise a 130puls. A cette fréquence je suis entre 10 et 10,5 km/h, avec la dérive et les pauses je pense pouvoir faire un chrono autour de 11h.
Le jour J je part bien sur du fond du peloton à la FC prévue. Cette fois-ci j’ai décidé de faire toute la course au gatosport. Une grosse part engloutie au p’tit dej puis une part les tours suivants que j’irais chercher dans mon sac accessible à la consigne en début de boucle et que je grignoterais en arrivant aux ravitos.


Après deux heures de course je prends 5puls de plus sans avoir accéléré. Mais c’est normal, c’est le tarif pour moi à chaque sortie de plus de deux heures.
Je me sens très à l’aise et je remonte un paquet de coureur en permanence qui me rattrape systématiquement, d’abord aux ravitos, je m’y arrête assez longtemps systématiquement par principe et aussi à la faveur de mes nombreux arrêts dans les buissons (c’est mon coté sauvage) sur les deux premiers tours. De ce fait je yoyote avec pas mal de monde et c’est tant mieux, j’aime bien avoir du monde devant et puis ça créée des liens.
Je boucle le second tour en 5h10, frais comme la rosée. Mes puls ont encore augmenté mais je reste tranquillement dans mes plages d’endurance.

Encore une fois en 10km les sensations changent radicalement, j’atteins le 60ième en 6h10 et je sent venir le coté sombre de la force, le mur est prêt à me tomber sur le coin de la figure et j’entends même les premières pierres dégringoler. Je m’accroche jusqu’au 65ième mais ça ne va plus. J’ai l’impression d’avoir énormément ralenti cela me semble tôt pour faiblir, ça m’agace passablement, je chasse les idées noires et les envies de bougonnage,  je traîne encore un peu plus aux ravitos pour faire surtout le plein de bonne humeur et marchotte de ci de là mais l’essentiel de la boucle est fait en courant.


A la fin de cette 3ième boucle je ne suis pas au mieux moralement pourtant je boucle le troisième tour en 7h51 d’après la puce, j’ai donc mis 1h40 pour faire 15km mais manquant de lucidité à ce moment je compte 2h entre le 60ième et le 75ième. Je me mine le moral tout seul en me disant que j’ai perdu définitivement ma vitesse de départ alors qu’en fait je ne met que 7’ de plus qu’au tour précédent.
Cela m’apprendra à jouer avec mon chrono.

Je repars reboosté par Robin membre actif des  UFO et ADDM. C’est fou comme quelques tranches de saucissons, un sourire et une tape dans le dos peuvent faire repartir son bonhomme, cahin-caha peut être mais en mouvement quand même.

Je repart donc pour la dernière boucle au 8h de course pétante. J’ai trois heures pour finir dans le chrono que j’envisageais au départ, c’est jouable mais à ce moment je trouve ça décevant de ne plus être dans les temps du début de course.
Je laisse tomber le gatosport, j’attribue mon coup de moins bien a un manque de sucre rapide et je décide de finir aux fruits sec modèrement  et au coca.
Pour la dernière boucle je décide de partir en alternance course/marche 3’/1’ avec quelques passages ou je rallonge la durée de course.
J’avance, j’avance et je continue en fait à remonter du monde, une fois lancé j’arrive à courir, et j’ai trouvé le bon mouvement d’épaule qui me permet de démarrer.


Passé le 85ième  le problème est que je ventile mal. Je n’ai pas l’impression d’un problème cardiaque mais plutôt mécanique. Gonfler la poitrine devient gênant, j’ai l’impression d’avoir la poitrine dans un moule rigide et c’est cette sensation qui me contraint à la marche.
Au niveau des jambes j’arrive à gérer en limitant au maximum l’amplitude de la foulée (à l’origine elle n’est déjà pas très ample, ça aide) et en augmentant la fréquence.
La difficulté pour moi à ce niveau de la course est l’extension, les tendons sont trop raides. Ils ne veulent plus jouer et je les comprends, moi aussi j’en ai marre. Plus que les faux plats se sont les devers qui me tue. Je voudrai que cela se termine là maintenant, je sais que je peux aller au bout, mais pour quel plaisir ? A chaque fois que j’ai cette pensée je me réponds qu’il me suffit d’avancer plus vite pour en finir plus vite et ça me relance un peu.


Au panneau 95 c’est gagné c’est sur, la fin est toute proche et en gérant un peu je suis sur de passer la ligne en 11h. Je n’ai pas du tout envie de courir pour gagner 5’, 10h50, 11h, pour moi cela revient au même. Et puis je viens d'avoir une petite hallucination, un truc irracontable, et je me dit qu'il est plus prudent de finir tanquillement. Je marche donc presque intégralement les deux derniers kilos en ne relançant que ponctuellement pour assurer un chrono en 11h.

Finalement je prends ma plus belle foulée disponible sur les 150 derniers mètres pour finir en 10h58.

A l’arrivée je suis accueilli par l’Ourson,  il avait dit qu’il viendrait, et il est venu ! je pensais pas le rencontrer à l’arrivée vu la durée de la course, et bien c’est vraiment sympa de se faire claquer la bise par un Zoo quand on vient d’en chier ;) .

Je parle beaucoup chrono dans le CR, il se passe bien sur pleins d’autres choses, pas forcement facile à raconter, pendant ces onze heures, des instants éphémères qui marquent tout autant que tous ces instants interminables ou on s’efforce de rejoindre un ravito, un panneau kilométrique, le prochain tournant, le type la bas au bout, ….

L’Ourson pourra témoigner que j’ai juré de ne plus jamais y retourner. Trop de douleurs pour le plaisir  éprouvé. Il pourra donc aussi témoigner que je ne suis qu’un menteur quand je prendrais le départ de mon prochain 100K en esperant cette fois-çi être capable de maitriser la distance de bouten bout.


Je vous laisse…. Faut que j’aille m’entrainer…

 

 

7 commentaires

Commentaire de may posté le 24-05-2007 à 14:23:00

bravo pour ta course!
j'ai bien aimé "L’Ourson pourra témoigner que j’ai juré de ne plus jamais y retourner. Trop de douleurs pour le plaisir éprouvé. Il pourra donc aussi témoigner que je ne suis qu’un menteur quand je prendrais le départ de mon prochain 100K";
finalement, on est tous pareil: des gros menteurs ;o)
may_chaussette_qui_hurle_vivement_le_prochain_100!

Commentaire de calimero posté le 24-05-2007 à 19:01:00

Magnifique ta course, ton CR et tes remarques!!

Je vais finir par être tenté si çà continue avec tous vos CR.

Commentaire de l'ourson posté le 24-05-2007 à 20:19:00

Encore bravo l'Hippo pour ta perf, c'est vraiment géant ce que tu viens de faire !! et merci pour ce CR qui donne bien envie d'aller aussi titiller un jour la distance du 100k tout en étant bien prévenu qu'il s'agit d'un plan galère ;-))

L'Ourson_au_plaisir_de_te_claquer_la_bise_sur_la_ligne_de_départ_la_prochaine_fois_;-)))

Commentaire de momoVH3 posté le 24-05-2007 à 21:24:00

Bravo l'Ourson, joli CR. Tu as bien exprimé ce qu'on peut ressentir. Les passages rapides du bien au bien moins bien. Bravo pour ta ténacité et ta force morale. Tu es allé jusqu'au bout. Là est l'essentiel.
momoVH3

Commentaire de agnès78 posté le 24-05-2007 à 21:33:00

Un énooorme merci pour ce récit très touchant au coeur de cette épreuve si difficile qu'est le 100kils... Quelle volonté, quel mental et quelle ténacité! Un très grand BRAVO à toi!
Bonne récup!
Gros poutoux!
agnès_admirative!

Commentaire de taz28 posté le 25-05-2007 à 19:05:00

Superbe course mon cousin, et je suis surtout ravie de t'avoir enfin rencontré !!!
Mon raztazboule, au plaisir de te revoir sur une autre course
Bisousssssss
Taz

Commentaire de l'ourson posté le 06-02-2010 à 19:21:00

Espéce de menteur !!! Je me suis laissé dire que tu revenais à Chavagnes le 15 mai 2010... :-))

L'Ourson_ki_t'attend_avec_un_dossard_pour_se_claquer_la_biz_sur_la_ligne_de_départ_;-))

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !