Récit de la course : La Montée de la Bastille 2004, par LtBlueb

L'auteur : LtBlueb

La course : La Montée de la Bastille

Date : 2/10/2004

Lieu : St Martin D'Heres (Isère)

Affichage : 2246 vues

Distance : 10km

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

15 autres récits :

Montée de la Bastille 2004

Yo,

Je n'avais jamais fait cette course, grande classique qui en est pourtant a sa 12eme édition : c'est désormais chose faite ;-)
Partant du campus de St Martin d'Heres, ce 10km permet de rallier le sommet de la Bastille, qui surplombe Grenoble.
Les 7 premiers kilometres sont entierements plats (bitume), les 3 derniers empruntent un chemin en lacets qui permet de gravir les 300m de D+.
Cette course est organisée par le Spiridon Dauphinois au profit d'une association en charge du développement de structures scolaires au Perou.

Départ 15h, sous le soleil et une forte chaleur (25°C a l'ombre), assez exceptionnelle pour un mois d'Octobre, ce ne sont pas mes conditions préférées, plutot adepte de la fraicheur matinale, d'autant plus que l'apéro de midi (2 coupes de champagne) a laissé quelques traces...Comme gérer cette course au profil si particulier ? Finalement je décide de courir légèrement en dedans sur le plat, de facon a pouvoir mettre les gazs dans la montée finale...
Pan, c'est parti, je suis comme souvent au fond (pres du radiateur ;-)) : je me demande d'ailleurs quel plaisir ont les 300 coureurs devant moi a s'agglutiner tels des sardines au moment de l'ordre de départ. Je veux bien admettre que les 15/20 premiers au scratch (la premiere ligne du troupeau) préferent ne pas perdre 15 secondes au démarrage. Ok, mais les autres ?? ils sont a 10 secondes près ? bref ca m'enerve de voir ca et je prefere l'ombre d'un arbre, a une dizaine de metres de la, en compagnie de 2/3 coureurs... Je disais donc, "pan c'est parti"... ca bouchonne mais les exterieurs sont larges,alors je trouve assez rapidement ma vitesse de croisiere.
Km 1 en 3'59, c'est un petit peu rapide (je mets ca sur le compte de l'enervement ;-)) ). Km 2 en 4'07, ca c'est mieux. je remonte régulierement et lentement des grappes de coureurs, dont le souffle trahit parfois un debut de surrégime. Km 3 en 4'20 : normal que je me sente super bien, j'suis en train de ralentir ;-)
Km 4 en 4'10, le rythme parfait (allez encore un petit peu moins de 3 km et je lache les gazs ;-)) ), je ne bouge pas de cette allure...
Km 5 en 4'10, toujours de bonne sensations. Le Pont des Sablons nous permet passer sur l'autre berge de l'Isère, puis on longe l'Hopital avant d'arriver a un 1er ravitaillement . Pourtant bien hydraté avant la course, j'ai la bouche ultra-sèche et je me jette sur un verre d'eau. Km 6 toujours autour des 4'10. On s'approche de la Porte Saint Laurent, a 2 pas du centre-ville, qui a priori va marquer le début de l'ascension. Un virage a gauche, puis un virage a droite, ca y est c'est parti pour la grimpette... je cherche la poignée des gazs, apres 300m de montée, y'a deja plus de gaz (-: Km 7 (j'esperais l'avoir loupé celui la ;-)) en 5'. Pile poil 30' de course. Ben ca va etre dur pour etre FORT 10km aujourd'hui ;-)))) Alors que j'avais toujours remonté des coureurs jusqu'en bas de l'ascension, maintenant je suis scotché, je n'avance plus : ca grimpe et il fait chaud de plus en plus chaud . Je reve d'une tissu glacé a ma passer sur la tete... Je ne regarde meme plus ma montre au passage des kilometres... Je décide de marcher jusqu'au passage obligatore des escaliers. Ensute c'est plat sur quelques centaines de metres et j'arrive a relancer jusqu'aux lacets suivants. Km 9, habituellement sur de telles distances (<15km) , je parviens a me transcender et a accomplir un bon dernier kilometre . Aujourd'hui vu le profil , il est inutile d'esperer, j'atteinds l'arrivée du téléphérique, et je parviens juste a accélérer dans le faux plat de 250 metres qui mene a l'arrivée ....

Au dela du temps (47'10) et de la place (115 sur 350 partants) , je suis surtout décu par les mauvaises sensations ressenties pendant les 3 km et quelques d'ascension : aucun peps, l'impression étrange d'etre bridé quelque part (-: Le perspective d'une 3eme course en 3 weeks ends consécutifs m'avait pourtant laissé espéré une issue et des sensations plus favorables...

Finalement, avec le recul, j'impute ce semi-echec a de multiples causes :
- une erreur de stratégie : j'ai pris de la marge sur le plat, marge qui n'a servci a rien. Si c'etait a refaire, j'aurais été plus vite sur le plat , je ne suis pas sur que j'aurais été moins vite dans la montée tellement il s'agit d'une 2eme course.
- 3 courses courtes en 3 weeks ends alors que je n'avais pas fait de "vitesse" depuis quasi 2 ans : serais-je déja émoussé ?
- la chaleur, je le répète je n'aime pas ca et je préfére largement la froidure du Raid28 ;-))) Bon a priori, j'ai pas révé, meme sur le site des résultats, ils disent que la chaleur a limité les performances ;-)
- courir a l'heure de la sieste demande certainement une adaptation spécifique (repas a 11h ?)
- ce type de grimpette n'est pas vraiment ma tasse de thé : la prochaine fois faudra que je vois a m'organiser pour laisser 20kg au bas de la côte ;-)))

Bon bref tout ca fait plein de petits trucs a essayer/adapter pour la prochaine...chic alors ;-))

Pour ceux qui veulent en savoir plus, voici le site de la course :
http://spiridon.dauphinois.free.fr/bastille.htm

Bon je vais arreter de vous "gaver" avec mes CRs . Merci d'avoir lu jusqu'ici !!

Bye,
L'Blueb







Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !