Récit de la course : Trail du Parc du Gâtinais 2007, par nanardandyvette

L'auteur : nanardandyvette

La course : Trail du Parc du Gâtinais

Date : 15/9/2007

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 1951 vues

Distance : 52.5km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

18 autres récits :

Le TRAIL du Gatinais 2007

 

  

La matinée commence à peine que nous voilà partis avec JG (prononcer dji djay)  pour une aventure dont l’issue semble incertaine. La préparation minimum entreprise ne permet pas d’envisager une perf mais la prudence et la volonté seront ses alliées et la voix de son « maître » sa raison.

 

J’avoue être plus inquiet que pour moi-même et commence à m’en vouloir de n’avoir pas tenté de faire renoncer ma progéniture à ce défit un peu téméraire. Enfin je serai là au cas où et jugerai au moment opportun si le besoin s’en fait sentir, du moins j’essaie de m’en persuader.

 

Je cherche les mots justes pour conseiller et trouve enfin le leitmotiv que j’assénerai si longtemps que ses pauvres oreilles doivent encore les entendre à Lille

 

Ø      le premier tour c’est le chauffage  

Ø      le deuxième c’est le réglage

Ø      le troisième c’est le  courage

 

Ou quelque chose d’avoisinant.

 

Mais déjà le départ est donné et les consignes respectées  au plus près ; je pense qu’il avait  bien préparé son affaire mentalement et physiquement. Je fais quelques sauts à des endroits stratégiques afin de me rendre compte de l’évolution de la situation, et je constate que le dit fiston est plus raisonnable que je l’aurais pensé et que je dois ravaler illico les conseils de ralentissement que j’avais préparé, finalement son compagnon de course lui fait adopter l’allure adéquate. La seule incertitude sera sa capacité à gérer son carburant car arrivant le samedi soir vers minuit après les périples du voyage l’alimentation pré-compétition  a été occultée et cela risque d’être le tendon d’Achille ne connaissant pas sa réaction en ce domaine

 

 Ballancourt : Je viens de réveiller maman et nous guettons son passage au pied de la côte des italiens. Nous voyons passer le peloton pas encore totalement égrené. Nos encouragements redonnent du moral à certains mais la fraicheur est encore là pour la plupart. Les deux espoirs passent de conserve les derniers ne sont pas loin mais le challenge est à venir. Maman  rassurée va se recoucher c’est sa façon particulière de se motiver pour la 9,1 …

 

Champcueil : Je gare la voiture et vois passer quelques connaissances le Papa du petit gars qui accompagne JG  me rejoints carte et chrono à la main il semble plus confiant que moi mais pas beaucoup. Le duo arrive sans stigmates, rassurant. Nous remontons à Noisement (en voiture c’est facile) notre paire arrive, le co-père me tend une photocopie de la carte, c’est super ce sera plus facile à suivre, je suis c…  de ne pas y avoir pensé ! Je calcule cela devrait faire un peu moins de 2H pour la 1ere boucle c’est juste comme il faut.

 

Ramassage pour la 9,1 la dame se fait prier car elle est inquiète  enfin elle se décide nous repartons  

 

Mondeville 1 :   Nos deux progénitures sont déjà reparties en Solo selon mon indic, la course va commencer les voilà seuls face à leurs destins. La 9,1 s’élance ces dames reviendront dans ¾ d’heure. Je m’accorde un peu de répit. La copine de JG arrive elle est un peu inquiète je la rassure et lui narre le début de l’histoire la chute semble encore lointaine. Philippe arrive mais il est au bord de la rupture, il hésite puis prend la tangente après tout il faut savoir dire stop, c’est plus raisonnable. Maintenant je sais que maman sera la première à mondeville, je vais à son devant. Un bon kilomètre plus loin elle arrive 2eme mais pas au mieux. Je la suis à distance prends de ses nouvelles et retourne chercher le fiston. Je ne verrai pas le podium mais c’est pour la bonne cause.

 

Mondeville 2 : Il arrive un peu usé mais l’allure est correcte. Je suis, encore à distance et le rejoins au stand.

Il pense s’arrêter ¼ d’heure puis se ravise au bout de 5 minutes, je ne suis pas contre car le risque de démobilisation guette. Il reprend son harnachement et repart de bonne façon.

 

Je repars vers le prochain point, à mi boucle. Les visages se creusent les inquiétudes grandissent et la plupart m’interrogent sur la distance  restante. Le temps défile, de brefs calculs commencent à m’inquiéter  il devrait arriver, le voilà un petit coup de moins bien, l’allure est plus difficile. Je le laisse à son triste sort et me repositionne  au lieu-dit Marbois. Il reste les Pis kms (entre 3 et 4), à part quelques exceptions les corps sont meurtris,  la foulée est difficile et les rayons du soleil tapent violemment sur les silhouettes qui traversent cette mini death valley. Je m’engage dans la plaine et l’inquiétude me gagne car le temps passe. Je tente de rassurer les concurrents avec ma réponse à leur question 3 kilos  à la ferme, vous aurez compris que ce point de repère devient précieux car que la ligne d’arrivée semble loin !! Alors ce petit point reste un jalon accessible qui redonne du tonus.  Enfin le voilà pas frais l’artiste enfin savait ce qui l’attendait, peut être pas tout quand même ?!.

   

Mondeville 3 : La dernière descente et la dernière ligne droite OUF !  6H12’ je lui avais dit entre 6H et 7H sans défaillance, Super !

 

Je suis plus nase que si j’avais couru  je suis soulagé sauf que la dernière déclaration au micro résonne encore à mes oreilles

 

‘’Oui c’était bien encore 2 ou 3 ans et je reviens pour le Trail 91’’

 

Cela laisse augurer d’autres péripéties, d’autres doutes  mais je tenterai de tenir le coup aussi, c’est aussi ça être parents, c’est beau et difficile à vivre parfois !

 

Que ceux que j’ai oublié d’encourager au passage ne m’en tiennent pas rigueur j’avais la tête un peu ailleurs pour les jambes on verra plus tard pour m’y essayer ! Un grand bravo à tous les finishers que ce soit le 9,1 le 19 le 52 ou le 91 la volonté était au rende-vous et pour ceux contraints d’abandonner ils reviendront j’en suis sûr pour un nouveau défi !

 

Plus vite, plus haut, plus fort, plus loin …..

  

Tous les  espoirs !  JG et  B Sevestre (qui sera victime d’ampoules)

 

   gg1_gat.jpg          

Et pourtant elle court !! Bientôt sur la 9,1 ?                                                                                        

gg2_gat.jpg

 

 

 

 



 

       

 

 

6 commentaires

Commentaire de gdraid posté le 04-10-2007 à 19:50:00

Bravo Bernard, sympa ton CR !
JC

Commentaire de JLW posté le 04-10-2007 à 22:05:00

Merci nanard, voilà un récit original qui parle de son fiston et de tout le stress que cela peut endgendrer à voir son "petit" (bien grand maintenant) s'engager sur ce type d'épreuve. Il s'en est bien sorti et je le vois parti pour de grandes et belles épreuves, n'en déplaise à son papa !

Commentaire de titifb posté le 05-10-2007 à 07:12:00

Merci pour ce CR original !!! Et bravo au fiston qui donne des émotions...à son papa !

Commentaire de phil77 posté le 05-10-2007 à 10:32:00

Merci Nanard pour ce beau CR original.

Encore bravo à Jérôme pour sa course parfaitement maitrisée malgré le peu d'entrainement sur cette distance.

Au fait, bienvenue sur Kikourou ;-)

Commentaire de agnès78 posté le 05-10-2007 à 19:41:00

Merci pour ce récit très sympa!
Bah, je l'ai encouragé à maintes reprises le fiston! Et il allait bienggg! Toujours souriant et toujours un ptit mot sympa! Merci à lui et BRAVO pour sa course!
bises
agnès

Commentaire de Say posté le 09-10-2007 à 00:00:00

AH ça alors... C'est très original : je n'avais jamais lu de récit de course venant d'un des parents d'un coureur. Bravo pour l'inquiétude : ça prouve que tu y tiens à ton JG :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !