Récit de la course : Marathon des Glières - 42 km 2008, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : Marathon des Glières - 42 km

Date : 16/3/2008

Lieu : Thorens-Les Glières (Haute-Savoie)

Affichage : 1591 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

Marathon des Glières 2008

MARATHON DES GLIERES 2008

      Comme d'habitude mon Papa m'inscrit (encore merci) et il m'annonce cette bonne nouvelle : cette année je suis première ligne !! (les 150 de l'année dernière, et moi j'étais 140e... tout juste)   Cool, ça y est, c'est mon tour, mais en même temps ça me stress, car depuis 1 mois que j'ai fait la transju, je n'ai fait que 3 sorties de ski de fond, dont deux 20 km en compét. J'ai donc peur de ne pas la mériter. C'est dommage quand même, une grippe et 2 semaines de formation dans un pays plat et voilà un entrainement perdu.

       Bon d'un autre côté la semaine dernière on a fait un bon résultat malgré tout. Donc ne pas stresser, on verra. En plus, un couple d'amis parisiens sont à la maison pour le we et viennent m'encourager, faut que j'assure !

       La veille a également été lourde en émotions : ça a commencé par les funérailles de Lolo très émouvantes avec des musiques et des discours vraiment poignants. Beaucoup de kikoureurs mais aussi une foule immense qui prouve sa popularité. Puis on est allé dire au revoir à Oliver, le Labrador d'Amélie, qui va être piqué prochainement suite à un cancer généralisé. C'était mon plus grand fan et ça a beau n'être "qu'un chien" ... je suis vraiment très triste  . Il avait même partagé, pendant ses beaux jours, mes entrainements de course à pied.

 

      Ce dimanche il fait un temps pourri : froid, beaucoup de vent et on sent les précipitations pas loin. Je plains mes supporters qui vont devoir supporter tout ça sans bouger.

Pas le temps de s'échauffer, je me mets en place EN PREMIERE LIGNE  et j'attends le départ

 Au départ, j'ai l'air concentré, non ?

       Et là j'ai même pas le temps de comprendre que le départ est donné que y a déjà des tonnes de coureurs devant moi... mmm... j'ai quand même plus grand chose dans les bras moi... je fais ce que je peux pour aller le plus vite possible. Le départ est très large et descendant et la neige est très très molle et mouillée. J'ai rarement vu ça, par endroit, c'est limite si la chaussure ne passe pas sous la neige... c'est donc très physique, mais aussi très technique et il y a de nombreuses chutes. Les 42 km vont être longs !!! Surtout que plus j'avance et plus je me sens "pas la pêche" : je paye là mon manque d'entrainement. Avant la montée des mouilles, je me sens "vide" et le mot "abandon" surgit dans mon esprit. Je le refoule aussitôt : je suis quand même première ligne, ça se mérite, et puis je pense à Lolo qui aimait ce sport et qui n'aurait pas abandonné. Abandon = casse technique paralysante ou casse "physique" paralysante . Dans la montée je parviens quand même à tenir le groupe dans lequel je suis. Puis la descente est TRES difficile et là encore un nombre de chutes inimaginable et surtout très esthétiques !  Les organisateurs devraient placer des caméras dans les descentes, ce serait hilarant, car un fondeur qui tombe ça vaut le coup d'oeil, surtout quand celui derrière en voulant l'éviter reproduit une autre figure acrobatique .  Les descentes de la transju à côté, c'était "piece of cake" !!! : une neige molle et mouillée qui ressemble plus à un paté de semoule mélangé avec de l'eau. Dans les virages il n'y a absolument aucun control. Je parviens finalement en bas sans encombre et je profite des encouragements de ma douce, Gwen et Nico pour reprendre des forces. Je me demande quand même comment ça va se passer pour le deuxième tour car je pense avoir eu un peu de chance.

en plein effort en plein effort

        On part ensuite au loin vers un plateau, et un vent de face assez violent. Je me cache derrière un coureur et regarde les autres fondeurs de l'autre côté qui reviennent déjà. Et d'un coup je vois des skis et des batons qui volent, c'est encore un skieur qui a raté un virage ! C'est vraiment une hécatombe aujourd'hui va falloir être très prudent. 2e ravito : je ne m'arrête pas mais en profite pour me sortir une pate de fruit. Ca commence a descendre, je met vite la pate de fruit dans la bouche et me concentre, mais ça loupera pas : dans le virage j'arrive très vite, au lieu d'un pas alterné je tente le dérapage, mais la neige est tellement lourde et profonde que je m'enfonce et je suis catapullté la tête la première et je fais une belle roulade : ba voilà, fallait bien que ça m'arrive aussi !  Je me relève vite, un peu sonné mais pas blessé, je constate malheureusement que ma dragonne s'est déchirée.... zut flute et rezut flute (pour rester poli) cette année j'ai pas le droit de faire une course en entier sans avoir un problème de bâton ????  Déjà que mon Papounet m'a amoureusement recollé une rondelle à 2 reprises (oui je sais, je suis un peu un assisté, mais ça sert à ça les parents ? non ? me trompe-je ? ).

       Je finirai le 2e tour sans soucis, la forme de plus en plus présente et je remonterai même quelques places. Pourtant la neige se met à tomber, et dans la 2e montée des mouilles, la neige fraiche colle au ski, une catastrophe. Au vue des conditions très difficiles de glisse et de météo, le 2e tour sera donc raccourci et on ne fera je crois que 37 km.

 

       Je termine 81e en 2h00 !! Bon ben j'ai limité la casse. Mon classement est super, malgré une sensation vraiment pas terrible au début. Peut-être que Lolo m'a poussé dans le 2e tour .

La récompense du sportife rien que pour ça, ça vaut le coup de faire la course, non ?

 Mes supporters mes supporters

      Je dédicace aussi ce récit à ma Maman qui a fait sa première compétition, sur le 21 km, et on peut dire qu'elle n'est pas tombée dans les meilleures conditions. en parlant de "tombée", elle n'a d'ailleurs même pas chuté dans les descentes. Je suis très très fier d'elle, surtout qu'elle termine quand même 4e vétérante en 1h50.

Moumoune Elle se fait même plaisir malgré ces conditions difficiles.

Papounet Papa a l'air de souffrir... normal, il essaye de me rattraper

 

Les parents d'Amélie étant arrivés également, on ira tous ensemble au resto et la journée se finie au chaud devant un bon film.

 

Prochaine course : l'Etoile des Saisies, le 6 avril.

 

 

8 commentaires

Commentaire de pedro38 posté le 17-03-2008 à 22:44:00

hello Davidou,
joli récit et belle progression! s'il en est de même en càp, l'année prochaine, je ne pourrais pas te suivre à Voiron!
Bonne chance pour ta prochaie course
Pedro38

Commentaire de Mimie la minette posté le 18-03-2008 à 16:39:00

Super mon coeur ! Horribles conditions pour les suppoters mais on est toujours là pour te soutenir...
Bisous
Mimie

Commentaire de muty posté le 18-03-2008 à 23:21:00

on aurait pu se fêter notre anniversaire en amoureux....mais une telle compétition, dans de telles conditions...et avec de tels stars... ça valait bien un détour par le plateau des Glières ! d'autant que c'est superbe...
gros bisous à notre grand sportif et bravo à ses parents !
Mutie

Commentaire de Lolarun posté le 19-03-2008 à 00:31:00

confirmation de plusieurs éléments : 1_ oui tu as l'air concentré au départ !! 2_ oh sûr qu'il en a fallu du courage à tes supporters avec ce temps.. ouch! 3_ Oliver, fan de premier ordre! ai vu ça de mes propres yeux au cross des enfants malades! une grande et tendre pensée pour lui. et bravo à toi pour cette superbe perf une fois encore,cela malgré le contexte difficile de cette fin de semaine si tragique.
bises

lola

Commentaire de titifb posté le 19-03-2008 à 06:07:00

Une famille de champions !!! Bravo pour ta course et les pensées que tu as eu pour Lolo...

Commentaire de flapi38 posté le 20-03-2008 à 21:42:00

Je comprend bien l'effet première ligne. J'y ai eu droit aussi ce week-end. C'est vrai que quand ça part, ça déboule sévère.

Bravo pour ta course, et comme la neige finira par manquer, a bientôt sur un trail.

Commentaire de vial posté le 25-03-2008 à 19:25:00

Sans regret d'avoir rangé les planches après la transju.
et j'ai souffert avec toi pour les sensations de manque de prépa: j'ai connu ça sur ma saison 2007/2008, m

Commentaire de vial posté le 25-03-2008 à 19:28:00

je reprends ma prose interrompue par une fausse manip. Donc
Sans regret d'avoir rangé les planches après la transju.
et j'ai souffert avec toi pour les sensations de manque de prépa: j'ai connu ça sur ma saison 2007/2008, mais j'ai pu échapper à la soupe car j'avais quitté le "circuit" assez tôt
Et maintenant la neige qui tombe en début de printemps
ce mardi soir 25/03/2008 de 70 à 100cm sur l'isère
Une saison de fou

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !