Récit de la course : Trail de la Vallée de Chevreuse - Aventure - 51 km 2008, par Sandrine74

L'auteur : Sandrine74

La course : Trail de la Vallée de Chevreuse - Aventure - 51 km

Date : 6/4/2008

Lieu : Auffargis (Yvelines)

Affichage : 1870 vues

Distance : 51km

Objectif : Se dépenser

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TVC Course en solitaire

 

Trail de la Vallée de Chevreuse

Dimanche 06 Avril 2008

"Course en solitaire"

 

Il neige, j'ai les yeux dans le vague, repensant sans cesse à cette journée, et ces derniers mois passé...

La neige, c'est beau, c'est cotonneux, j'aime voir ces flocons se poser. Je retourne en enfance.

Mais pour l'heure, je les regarde au travers d'une vitre, la vitre de notre voiture, qui nous ramène chez nous, c'est comme de la magie, comme si cette journée voulait être marquante.

 

Le réveil à 4h40 est déprimant, j'serai bien resté quelques heures de plus. Je me sens lourde, certainement l'overdose de pâtes mangées entre avant-hier et hier. La balance ne fait que confirmé ce à quoi je pense...

Enfin après un bon petit déjeuné, nous voilà déjà parti, pas le temps de s'attardé, le plus dur en cette matinée c'est de trouver un station d'ouverte pour faire le plein de la voiture (surtout que celui-ci est urgent !).

 

Et après ? Ben, c'est simple... Eviter de perdre du temps, déjà que nous n'en avons pas des masses. Là pour le coup, il ne faudrait pas avoir un problème en cours de route.

 

Auffargis, juste après le petit tunnel, nous voilà déjà en plein dans les embouteillages. Normal, tout le monde arrive en même temps, et vu les litres et les litres d'eau qui se sont acharnés sur le coin ces dernières semaines, ce n'est même pas la peine de compter aller se garer dans un champ comme l'an dernier.

 

L'option était déjà prise à l'avance, nous prenons toutes les affaires dont nous avons besoin et nous ferons nos derniers ajustages sur place. Alors là, je dois dire que de bon matin nous avons de riches idées !

Nous sommes garé à un gros km du départ, et donc, cela nous évite de faire des aller et venus juste destiné à nous faire perdre une précieuse énergie.

 

Il fait frais, les signaux sont tous au vert, à part le fait d'aller courir avec une paire de chaussures que je connais trop peu, et toujours cette impression qui ne me quittera pas, d'avoir trop mais vraiment trop manger de pâtes ces derniers jours.

Enfin au moins je n'aurai pas faim. En attendant, ça se bouscule dans le coin ! Il y a beaucoup de monde, je récupère vite fait mon dossard, fait mes derniers ajustages...

J'ajuste bien mon dossard 39.

 

C'est un moment assez chouette et un peu bizarre en même temps, l'avant départ... Il y a les ami(e )s, les potos ! Et tous ces visages, ces regards inquiets, crispés, il est possible de lire cette appréhension, c'est palpable, et c'est indéfinissable.

Certains me trouvent bien silencieuse, ou plutôt pas trop bavarde. Moi aussi, j'ai des appréhension, "Et si tout cet entraînement fourni ne donnait rien", "et si je ni arrivai pas".

Pendant une bonne partie avant le départ je reste avec Paulo et LePiou (cette dernière bien malade).

Avec Emmanuel, nous avions parlé des temps possible, l'an dernier c'était 9h19'44", il faisait beau, bon et sec.

Cette année c'est un peu l'inverse, il fait frais, voire froid, gris, pluvieux voire pas du tout beau, et très humide !

 

7h17.... Les dés sont jetés.

Beaucoup de conseils se bousculent dans ma tête. Et moi je ne souhaite qu'une chose, y arriver. Aller au bout. Mais aussi améliorer mon temps malgré les conditions !

 

Bon ben, en parlant de conditions, bien vite il faut se rendre à l'évidence que ça sera Boue et re Boue ! Ce n'est pas pour me déplaire, car là où beaucoup font des détours, je finis pas passer tout droit histoire de gagner du temps, et beaucoup de place.

Il n'y a personne que je connaisse dans le coin, je cours en solo, assez enfermé sur moi, à me concentrer, pour ne pas me faire mal.

Le groupe est assez dense pour le moment et c'est là que résident les risques.

Je tiens fermement mes bâtons, je n'ai en tête qu'une chose courir, relancer, ne pas s'arrêter.

Si je m'enferme sur moi, c'est pour prendre mon rythme, et pas celui des autres, et comme certains se casseront les jambes en tentant de prendre ce rythme qui me fait avancer.

 

Je double, en montée et en descente principalement. C'est bon... La boue recouvre tous les bas des jambes, les chaussures sont lourdes, très lourdes.

Je croise à un moment Marc, l'ami Belge, que je passe bien vite.

 

Et le paysage défile, sur cette première boucle de 16 Km, quand j'arrive au ravito, le premier du 17 Km nous passe comme une fusée. Un peu le coup de grâce avant l'heure, mais je continue.

Je m'attends à voir Isa qui m'avait dit qu'elle s'arrêterait rapidement certainement.

2h22' de course, contre 2h31 l'an dernier. Je ne vois personne. Je sais qu'il me reste assez d'eau, je bois l'eau du ravito et je suis déjà loin.

 

Repartir, comme ça, c'est bizarre, sur les autres trails, je connaissais souvent quelqu'un, je pouvais ainsi échanger un peu. Mais là ! Rien, je m'étonne même car j'ai l'impression que le groupe dans lequel je suis éclate de plus en plus.

Ah ! Jusqu'à un moment où un groupe de coureur arrive d'en face, (erreur) et vienne reprendre le bon chemin cette fois ci en prenant garde au balisage !

 

Quand je passe des personnes, j'essaye toujours de lancer un mot d'encouragement, bon parfois les personnes manquent sérieusement de répondant, voire lance un regard tueur...

 

Je poursuis mon chemin, et sans cesse cette impression, de passer pas mal de personne.

En tête toujours ces conseils qui résonnent, "marcher dans les monter", "relancer dans les descentes et sur le plat".

S'il m'arrive de manquer de motivation, ça me revient en tête.

Le temps change, le soleil laisse place aux averses de grésils, ça me refroidit pas mal, mais je ne suis pas la seule.

4h27' de course, contre 4h48' l'an dernier. L'impression déjà d'avoir marqué la différence.

 

Il était temps, je m'impatientais ! Allez comme d'hab, c'est un peu n'importe quoi, je prends ce qui arrive, et en voulant boire le coca trop vite, il repart aussi sec ! Mince alors quel gaspillage !

 

C'est bon, le plein est fait en un minimum de temps, je peux repartir, en marchant un peu le temps que tout descende....

 

J'aime bien cette boucle, qui peut paraître interminable parfois.

Enfin, en tout cas, je cours toujours. Les sentes bien sauvages nous amènent à Dampierre, là il faut prendre quelques secondes pour admirer.

Après, j'ai l'impression que c'est long mais que c'est beau ! Je prends même le temps d'admirer une poule faisane, que mon pas ne semble pas effrayer.

 

De traversée de petit hameau, en marche forcée dans les montées. Le soleil essayant de faire une mince apparition, mais je pense que pour aujourd'hui c'est fini !

Je me souviens, simplement, les chemins au fur et à mesure que je les arpentes. Je reconnais ces lieux, ces parfums, mais surtout je m'aperçois que mon allure est bien meilleure, que j'ai un rythme bien différent.

L'an dernier dans ces endroits je marchais, je peinais même. Cette année nulle comparaison, je cours, j'avance. Parfois une pensée s'évade vers Emmanuel "que fait-il ? Il est peut être déjà arrivé ?".

C'est aussi mon letmotiv, j'avance je suis pressé de le voir, de l'avoir auprès de moi.

 

C'est ainsi que la boucle passe vite, et que Martine, la femme de Marc m'encourage une fois encore.

6h45 de course, contre 7h30 l'an dernier. Je suis de nouveau dans le périmètre du ravito.

Il n'y a pas foule, et en plus il y a de quoi boire et manger.

Je plaisante avec une ou deux autres personnes... 5' plus tard je suis déjà sur le départ.

 

Plus que 9 gros km. 1h30 je me donne. Certains repartent comme des fusées. D'autres ne supportent pas l'idée qu'une femme vient les dépasser à ce moment là de la course.

 

Je suis fidèle à mon rythme, de toute façon si je mets le turbo, il va très vite tomber en panne.

Un pied devant l'autre. Pas à pas...

 

A mince, voilà que ça reprend, il grésil, il pleut, il fait frais, mais ce coup-ci, ce n'est pas prêt de s'arrêter. Rester en mouvement devient indispensable à ce moment là, car autrement j'ai vite froid.

 

Je passe d'un groupe à l'autre, dépassant continuellement, même les coureurs croisé au ravito.

 

Une des personnes déjà croisées tout à l'heure, à un regard adoucit. Je passe et j'avance après un échange bref.Il doit rester peut être 5 km.

 

Je ne veux qu'une chose maintenant, en TERMINER ! Oui, en finir, voir l'arche.

Mais ces derniers kms qui ne nous paraissent pas si long à la fin de la première boucle, prennent une autre dimension.

Et puis l'émotion arrive, à deux kms de l'arrivée, le fait de courir encore, de savoir qu'Emmanuel m'attend à l'arrivée. Toute la course me repasse dans la tête, l'émotion est là... La respiration est haletante, il faut vite que je me reprenne...

Bon je suis quitte à terminer sur une bonne respiration bien sifflante ! Mais malgré cela je suis heureuse.

 

Je me bats contre moi-même, et moi seule en aura la victoire, c'est stupide mais j'avance comme ça !

Je veux faire une heure de moins. Plus je cours, plus il y a d'émotion.

Je veux tout donner, pour savoir ce que je vaux, ce que l'entraînement de ces derniers mois a pu donner.

 

Les derniers kilomètres d'une course, sont toujours haut en émotion et aussi en pensé, et là ! Et Paulo... Où est il ? Il aurait dû me rattraper... Et Isa... J'espère qu'Emmanuel a réussit à faire ce qu'il voulait.

 

Je ne m'en suis même pas aperçu, mais il s'est arrêté de pleuvoir...

 

Je vois enfin, ce petit garage à l'orée du bois, pour moi cela signifie, quelques dizaines de mètres.

Je fournie un dernier effort, je donne tout, je bifurque sur la droite, mes yeux se lèvent pour ce poser sur Emmanuel qui m'attend, Isa aussi est là....

La joie, je dois avoir un beau sourire, et j'ai un bon mal de jambes.

 

52 km, 2000m+ et aussi -, 8h19'26", soit 1h00'18" de mieux que l'an dernier. Allure moyenne 6,3 km/h.

Au niveau du classement... 293ème, 20ème  femmes sur 44 arrivées, 10ème Senior féminine.

 

La suite tout le monde la connaît, nous attendons Paulo, sous la pluie, pendant ce temps là le tirage au sort à lieu. Nous formons une bonne tablée avec Isa, Jean Paul, Yves, et aussi Rémy qui nous rejoint.

 

Il faut déjà rentrée la journée est terminée. Le ciel éparpille des beaux flocons de neige. Je pourrai m'assoupir. Mais non, je ne manquerai pour rien au monde une miette de ce magnifique spectacle.

 

J'ai encore de la marge pour progresser....

 

Un grand merci à Emmanuel. A toute l'organisation, vraiment aux petits soins et avec le sourire.

A Jean-Paul et Isa.

 

Ce que j'ai le plus aimé... L'ambiance, cette forêt...

Ce que j'ai le moins aimé... La même chose que l'an dernier...

Et si c'était à refaire... On verra le programme de l'an prochain... Mais pourquoi pas !

 

http://www.kikourou.net/recits/recit-2698-trail_de_la_vallee_de_chevreuse_-_aventure_-_47_km-2007-par-sandrine74.html

 

J'espère que la lecture aura été bonne.

 

Amicalement,

 

Sandrine...74, UFO, CMBM.

7 commentaires

Commentaire de gdraid posté le 19-04-2008 à 09:07:00

Bravo Sandrine pour ta perf en solitaire !
1 heure de moins qu'en 2007, c'est énorme, sur ce parcours très difficile, et même glissant cette année, avec les pluies incessantes.
Ton régime forcé de pates, et la relative fraicheur du temps, t'ont peut-être bien aidé.
Merci pour tes récits 2007 et 2008 réunis, très intéressant à comparer.
JC

Commentaire de Sandrine74 posté le 19-04-2008 à 09:14:00

Salut !
Oui et encore j'ai loupé plein de truc... Les descentes hyper glissantes, j'en ai vu descendre en faisant des roulades !
De la boue nous ne avons eut ! Mais que c'était bon !
Bises et merci
Sandrine

Commentaire de Coach Cyril posté le 19-04-2008 à 09:32:00

félicitations à toi !! belle promenade de santé lol !!! et bonne progression en tout cas..

++ Cyril

Commentaire de JLW posté le 19-04-2008 à 11:14:00

Belle progression, beau récit qui me replonge dans mes souvenirs des 2 éditions précédentes. Merci pour partager tes émotions et encore bravo. La prochaine édition tu seras dans les 7h... c'est sur.

Commentaire de la panthère posté le 19-04-2008 à 11:33:00

joli chrono, ravie de t'avoir croisé à cette occasion.........bel exemple!....ça me plairait bien de gagner une heure l'an prochain....à+

Commentaire de hagendaz posté le 19-04-2008 à 18:50:00

bravo pour ta performance

Commentaire de Mustang posté le 20-04-2008 à 19:18:00

bravo pour ta détermination

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !