Récit de la course : Le Tour pédestre du Lac de Paladru 2008, par vial

L'auteur : vial

La course : Le Tour pédestre du Lac de Paladru

Date : 31/8/2008

Lieu : Paladru (Isère)

Affichage : 1210 vues

Distance : 15km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

12 autres récits :

Retour aux sources de nos ancêtres

Décision de dernière minute. Après avoir déjà vibré derrière l’écran plusieurs heures pour l’UTMB et m’être couché tard, ce qui n’est pas dans mes habitudes, je me lève tôt samedi pour filer à l’entrainement. J’ai entamé la prépa du semi de  LYON qui sera support au championnat de France. Déjà qualifié,  je n’ai guère le choix pour honorer mon club et mon entraineur compte tenu de mon niveau, mais je ferais acte de présence. D’autant que les jeux sont faussés : sur un championnat le niveau est très élevé, et cette année le semi  tombe en plein ramadan. Donc beaucoup de bons coureurs ne pourront lutter à armes légales….. Tant pis pour l’autre alternative, celle de la ronde de Crussol et d’un bon moment chez kanardho, roi du off sur la région Rhône Alpes..

Me voilà à Parilly, lorsqu’on me fait une proposition malhonnête. Venant d’une dame, cela ne se refuse pas : je lui dit oui tout de suite….Et c’est comme cela que je me fais (bêtement) embarquer sur le  lac de Paladru, course  qui se court le dimanche. Je fais deux déçus, mon entraineur qui n’apprécie guère ce changement de programme, et moi-même qui réduira mes heures devant le pc à l’heure où les copains ont le plus besoin d’un soutien en plein finish de l’UTMB.
Après l‘échauffement je fais craqué la série des 3400 m, censée m’apporter la vitesse qui me manque ces temps-ci. Depuis une quinzaine de jours, la reprise est dure et je n’avance plus. Même pas capable un km en 4 mn ! Mon entraineur n’apprécie pas du tout, mais je lui explique que, m’entraînant seul la semaine, ce 15 km bien que « bosselé » me rassurera pour la vitesse sur le semi.

7 heures du matin. Après un rapide passage sur le live de l’UTMB, nous voilà partis à 6 en filant sur Paladru. Et miracle même sans GPS, on trouve le lac. Clin d’œil à une petite anecdote des copains du club. En 2007 parti pour faire cette course à Paladru, ils avaient atterri (ou amerri ?) au lac d’Aiguebelette.  Ceux qui connaissent la région comprendront bien que c’est le genre de « quiche » qu’il ne vaut mieux pas avoir en course d’orientation. Même dans la musette ce genre de quiche ne vous apporte rien !! l’Espace roule bien …. Arrivée à Paladru, inscription, superbe maillot dont la couleur ne permettrait même pas de les placer en solde !! Mais j’arrête là mon côté moqueur car ils sont d’un bon tissu technique, appréciable. Fini les vieux maillots coton XXL, que c’est coton à offrir à ta compagne. Tu offres ça en nuisette et c’est la séparation assurée !!! Bon y’a au moins 140 heureux : ceux qui n’en n’auront pas car pour un tirage de 1060 maillots, l’organisation va devoir gérer 1200 inscriptions.

6k600 d’échauffement, à faire les trois derniers km en aller/retour. Reconnaître les derniers km  de l’arrivée nous évitera la déconvenue de beaucoup.  Le 14ième KM est marqué  discrètement à moins de 100 mètres de la ligne et certains naïvement découvriront en fin de course qu’à cet endroit il y a encore une boucle de 1 km dans le village.

Retour au véhicule et on file sur le départ. Rapide retour en arrière pour ma pomme, afin de prendre un gel « coup de fouet » en course de course (qui a dit que la course à pied est un sport de maso), fermée une portière qui était restée grande ouverte alors que j’avais pris soin de planquer les clefs après  verrouillage du véhicule..

J’arrive à peine 2 mn avant le départ dans un paquet déjà compact,  j’ai perdu les copains du club qui (je l’apprendrais à l’arrivée) se sont placés très en avant. Grapiller plusieurs   mètres en m’excusant ne me servira pas à grand-chose. C’est parti en très légère montée dans la ruelle avec un virage à droite pour dérouler dans le village. Je suis piégé, bien enfermé, à tenter  de trouver les passages au milieu de coureurs de tous niveaux. J’enrage en pestant que certains n’ont rien à foutre là, à bloquer tout le monde, reportant ma propre responsabilité de mon départ raté sur les autres !!!  La tentative à remonter le long du trottoir, périlleuse s’avère un peu payante.  Plus de 4mn30 s sur le premier km alors que je pars souvent en sur régime sur des 3 mn 40. Je rejoins après le 2ième km Michel du club et je m’accroche  à son train. Nous sommes sur une grande ligne droite en faux plat montant avec,  la proximité du camping aidant, bon nombre de familles agitées et bruyantes. Une bonne ambiance de course des familles pour un parcours bucolique c’est autre chose que les courses bitumées en plein ville, à côtoyer les automobilistes pestant contre notre présence. Notre présence est plutôt bien ressentie si j’en crois  les précisions d’un papy au passage d’une concurrente lyonnaise gratifiée d’un compliment « elle court bien et p… (censuré)….qu’elle est bien fichue ». Connaissant Sylvie, je m’aperçois que Monsieur est connaisseur et j’en informerai Sylvie à l’arrivée !! Nous filons un bon train proche du  4 au km, ce qui me rassure pour le prochain semi. Les bosses se succèdent, variant le rythme , en me permettant de marquer quelques points en poussant la mécanique dans les bosses et en relançant plus vite en haut des côtes. On vire à droite et traversons une localité par une piste cyclable qui nous est réservée.  Je pense qu’il s’agit de COLLETIERE. Michel n’a plus pris les relais et laisse filer. Il faut savoir que la veille, si j’ai réduit l’entrainement, lui a eu la riche idée d’aller faire un p’tit tour en vélo sans forcer. Je pense qu’il doit avoir le compteur qui lui remonte dans les mollets : 50 km la veille ça se paie le lendemain.. Nous arrivons à un giratoire et je reconnais la route d’arrivée au village de Paladru. Nous longeons toujours le lac (hé oui puisque nous en faisons le tour !).  Je sais qu’il reste encore deux  petites  bosses et quelques 4 km. Comme je me sens bien, je booste un peu depuis le 10ième km, passant de nombreux concurrents dont l’équipement trahit la pratique de la course loisir. Bien que respectant tous les niveaux de pratique de notre sport, je les passe quand même. En pensant que toute expérience est positive, et que certains, partis sur des bases beaucoup trop rapides, paient chèrement la distance : 15 bornes ça n’est pas un 10 km et c’est sur les derniers 5 km que la course se joue. Je me la joue un peu, je passe du monde mais au 13ième je pioche un peu et laisse trois places. Un petit coup de mou alors que je reviens petit à petit sur une fille de mon club, au bénéfice de petits  faux-plats montants. Une petite pensée à ceux qui en bavent dans l’UTMB et hop ça va beaucoup mieux. Au km 14 je suis presqu’au contact d’un petit groupe qui va bien,  composé de Françoise et Nono, tous deux de mon club et de deux gars. Françoise est un vrai métronome et file sur une base de 4,10 au km. La première fille est annoncée sur la ligne d’arrivée, située à 200 m d’ici, mais nous devons encore accomplir une boucle d’un km. On vire à droite légèrement descendant, nouveau virage à droite  avec petite ligne droite et deux gars en moins, un coup à gauche, la petite grimpette pour déposer –avec un petit mot pour eux- Françoise et Nono, et virage à gauche 30 mètres : la ligne est là avec 15,060 km annoncés –un peu plus à mon GPS du aux zig-zags du premier km ?- et un chrono de 1h04mn10s. Par contre les résultats officiels me placeront à la 136ième place et 14ième V2H ! Avec un  chrono de 1h04mn55 s ? La remise des prix –très cahotiques compte tenu de problèmes informatiques et de calage de places pour dossards perdus, doublé d’un vol de la sacoche contenant les  feuilles de résultat- confirmera néanmoins un sacré niveau. Tous les clubs du département sont là et ça a cartonné devant. Je ne verrais même pas les handisports partis 10 mn avant nous. Et les temps pratiqués par la marche athlétique 1h11mn10 s n’ont rien à envier aux nôtres. Dans l’attente des résultats les coureurs profitent de la plage –entrée offerte par la municipalité- ou vont polluer le lac avec trempette après 15 bornes de courses à pied…

Ca a cartonné devant, ça cartonne aussi à l’arrière mais tout autrement. Certains  coureurs paient  un  lourd  tribu à la chaleur. Plusieurs départs des secouristes dont un cas assez alarmant –il sera sorti néanmoins de ce mauvais passage après soins prodigués par le SAMU- pour des  coureur s en détresse. Vraisemblablement certains mal préparés ou bien négligeant sur une bonne hydratation sont à la dérive. Tout rentrera dans l’ordre. Et ne restera que le souvenir d’un circuit plaisant autour d’un lac d’un bleu extraordinaire, dans un coin charmant, un des berceaux de notre civilisation puisque Paladru, à son origine, était une cité lacustre.

5 commentaires

Commentaire de titifb posté le 02-09-2008 à 05:23:00

Merci Michel pour ton cr humoristique comme je les apprécie : "coup de fouet, en course de course (qui a dit que la course à pied est un sport de maso)" !!!
Bon la forme n'est pas loin à ce que je vois, c'est de bon augure pour les France de Semi. Dommage pour le OFF...
A bientôt !

Commentaire de bibiche posté le 02-09-2008 à 06:42:00


toujours l'humour présent
comment vas tu michel ?
bonne chance pr le semi

Commentaire de Davidou le minou posté le 02-09-2008 à 10:04:00

Bien joué Michel !! 1h04 sur 15km avec relief et chaleur ! espoustouflant. Et t'as même pas l'air fatigué. Y avait aussi mon père à cette course, mais tu l'as éclaté :-)

A bientôt

David

Commentaire de jaclac posté le 02-09-2008 à 18:32:00

Hello,
Merci pour ce super récit très coloré. J'y étais aussi mais dans le gros du peloton, car amateur découvreur. Je n'ai gêné personne car n'ayant aucune référence comme toute première fois.
Pris envie la veille de la course de faire comme mes voisins, coureurs hebdomadaires avertis, eux, aux cuissards moulants. Pourquoi pas moi ? Connaissant la beauté des lieux car cycliste du dimanche. 2 footings en 2008 à mon actif de 6km en mars et juin. Etait-ce bien raisonnable? Habitué au vélo un peu en été et au basket l'hiver avec un physique peu enclin au fond (1,85m et 87 kg). Mais motivation sans faille et coeur gros comme ça!
Résultat 1h25 en sprintant les 500 derniers mètres + mal aux mollets adducteurs + petite ampoule + grande joie (un peu surpris par le dernier km)...
Soit 3 mn derrière et devant mes voisins entrainés. Objectif 2009 : moins de 1h15 et la pâtée à mes voisins.
Merveilleux souvenir de ce tour de lac et baignade. A refaire. Vivement la course !
Personnellement j'ai beaucoup aimé la couleur du tee-shirt. Tous les goûts sont dans la nature !
Jacques

Commentaire de coco38 posté le 02-09-2008 à 21:22:00

J'y étais aussi.
Traileur habituel, j'ai décidé la veille, après une sortie en VTT de 42km et 1100+ de faire ma première course sur route (sur les conseils d'une amie)
Rythme de 1h20 au départ, j'ai fait 1h30 à l'arrivée (jambes lourdes à la fin dues certainement au VTT!!)
Pour info, le village traversé sur la piste cyclable c'est CHARAVINES.
Sinon super le tee shirt.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.23 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !