Récit de la course : La Course des Pélerins 2007, par breizhman14

L'auteur : breizhman14

La course : La Course des Pélerins

Date : 17/11/2007

Lieu : Le Val Saint-Père (Manche)

Affichage : 715 vues

Distance : 40km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 autres récits :

raid des pelerins

Petit compte rendu de notre expédition:

Nous étions 3 venus sans aucune prétention puisque mes 2 collègues sont des purs bitumeux, habitués aux 10km et semis, sans aucune expérience de trail, ce CO, de course nocturne, ni d'auto-suffisance... J'avais choisi pour les initier, une découverte au format Ranger! Beaucoup d'interrogations donc sur la gestion d'effort et le matériel pour eux; beaucoup de stress aussi...
Comme toutes les équipes, nous prenons nos cartes à 22h et premier boulot, tracer 13 balises sur la carte avec azimuth et distance. Ces 13 balises placées, c'est mainteneant le choix stratégique de l'itinéraire. 40 balises à pointer au total. Je choisi un départ plein sud vers l'embouchure de la Sélune, une remontée Nord-Ouest vers la Sée, ensuite plein Est vers le Val St Père puis plein Nord vers Avranches; ensuite tout dépendra de l'état des troupes!
Nous prenons donc nos premiers chemins où mes compères cherchent leurs marques sur un sol qui leur paraît bien étranger! Nous ramassons les premières balises sans difficulté dans les chemins et je sens la confiance s'installer dans le trio. L'aventure ne leur semble plus si démesurée. Après avoir ramassé les 3 premières balises nous atteignons les herbus le long de la Sélune en suivant le GR. L'allure est bonne malgré le terrain instable, l'ambiance au beau fixe! La température voisine de 0° ne nous gène pas, le Mont St Michel brille au ponant, quoi de mieux?
Après avoir pointé la balise la plus méridionale nous remontons le GR en sens inverse pour aller chercher une balise à plus de 200m dans les herbus, juste au bord de la rivière. Nombreuses sont les équipes qui montent, descendent, sifflent, s'appellent. Nous allons chercher cette balise sous un bon cap. Elle est située le long d'une "criche" (au passage si quelqu'un peut me dire ce que c'est...) et nous quittons la Sélune pour aller vers la Zone de CO.
1Km de long et 500m de large pour cette zone uniformément plane. Les seuls points de repère sont de minuscules cours d'eau qu'il faut rallier en gardant là encore le bon cap, franchir sans trop s'envaser... Ici aussi les équipes se croisent dans tous les sens, appels, cris, coups de sifflet.. Le terrain est étoilé de lucioles en mouvement... Nous poinçonnons nos 10 balises sans grande difficulté, tournons le dos au Mont St Michel et direction plein Est vers le Val St Père.
Jusqu'à présent nous avions parcouru une bonne distance avec peu de balises, maintenant la tendance s'inverse et le carton de pointage se rempli rapidement. Trop rapidement d'ailleurs et je commets ma première erreur qui nous vaudra 500m supplémentaires! La balise 13 ne m'a pas porté chance! Elle est plantée dans un chemin montant que je grimpe rapidos furieux contre moi-même!
Petit ravito et nous repartons Nord-Ouest, direction la Mairie, puis balise 8 où nous croisons 2 équipes du 25km qui s'en retournent chez eux, nous encourageant à grands coups de klaxon! Merci DSN et Vik'Azim!
Nous reprenons notre progression vers la Sée, dans les herbus, vers la balise qui me semble la plus difficile. 500 m à parcourir dans les herbus, loin de toute lumière, avec comme seul repère une vague piste tracée dans l'herbe. Nous la suivons, la voyant progressivement s'effilocher jusqu'à ne plus devenir qu'une vague trace d'herbes légèrement couchées... Le terrain descend doucement et nous atteignons le bord de la Sée que nous remontons, plus souvent marchant que courant, les yeux crispés à force de vouloir déchirer le voile de la nuit noire. Finalement la balise est là, plantée dans le sable au milieu de rien, bout d'étoffe dérisoire sur l'étendue sabloneuse...
Nous repartons sur la route, direction plein Nord vers la gare puis le centre ville d'Avranches. Je sens l'énergie de mes collègues s'émousser, les relances leur sont plus difficiles et le raidillon qui mène aux remparts les assassine!
Nous grimpons une volée d'escaliers en pierres, une balise, longeons un vieux mur fortifié, 2ème balise, un 2ème escalier au fond d'une impasse, 3ème balise, encore un escalier, 4ème balise, puis redescente sur une place où la 5ème balise nous amène à la sortie de centre ville. Nous y croisons 2 équipes, petits mots d'encouragement, ca fait du bien, nous n'avions vu personne depuis un bon moment, solitude pesante... nous ne reverrons personne d'autre d'ici l'arrivée au gymnase.
Mes compagnons sont de plus en plus silencieux, je vois les yeux de Dany qui se creusent... Nous attaquons maintenant une partie de terrain où les D+ succèdent aux D-. Je sais que sur ce terrain ils vont laisser des plumes, que si je me régale à monter et descendre, eux n'y sont pas préparés. Nous alternons alors la course dans les descentes et la marche en montant. Avant d'entrer à St Martin des champs, il m'a semblé voir au bord de la route un panneau "descente 24%"... Etait-ce réel, ou alors ma mémoire me joue des tours?
Nous progressons de plus en plus lentement, chaque montée les met à la peine, chaque descente leur fracasse les jambe. Nous engrangeons malgré tout balises sur balises sans commettre d'erreur de parcours! Ils s'en remettent entièrement à moi pour l'itinéraire, me font une confiance absolue. Rester concentré! Ne pas leur rallonger un parcours qui leur est de plus en plus laborieux!
Arrivé au centre de St Martin des champs j'effectue un rapide calcul: 2 balises sont situées plein est; pour aller les chercher et revenir, près de 5km à vol d'oiseau. Je trouve que c'est cher payé pour 2 balises, et l'état de fatigue de mes équipiers m'incite à la prudence. Nous décidons de ne pas aller les chercher et effectuons donc un repli stratégique pour récupérer une dernière balise assez proche avant le retour. Une tentative de raccourci hasardeux se solde par un échec! petit rab de 500m...
Enfin nous nous dirigeons vers le final, et c'est là que je commets ma 2ème erreur! Nous atterrissons dans un champ bordé de haies de ronces! A l'une des extrémité une partie de la haie semble moins drue. Quelques grands moulinets de jambe bien placés nous permettent de nous frayer un léger passage et d'enjamber les barbelés.
Retour prudent et laborieux jusqu'au gymnase, le dernier km leur paraît bien long.
Enfin nous entrons sous les applaudissements des quelques derniers organisateurs et coureurs qui ont eu la patience de nous attendre jusqu'à... 6h15 !!!
Là je dis bravo à mes 2 collègues, ils s'étaient lancés un sacré défi dans l'inconnu, ils ont eu froid, ils se sont faits mal, ils ont osé et ont gardé la banane jusqu'au bout! C'est ça la victoire des derniers!

Un grand bravo et un grand merci aux organisateurs, vous nous avez offert une belle épreuve!

4 commentaires

Commentaire de la panthère posté le 15-10-2008 à 18:09:00

mieux vaut tard que jameis....merci pour ce cr, c'était censé me rassurer......
6h15, tout de même!

Commentaire de Mustang posté le 15-10-2008 à 19:01:00

eh beeee!! toute la nuit!!! bon !!! merci pour ce cr!! ça promet pour l'édition 2008

Commentaire de robin posté le 16-10-2008 à 15:29:00

La vision du Mont Saint-Michel by night, cela doit être bien sympa !

Mais 6h15 Ah oui quand même !

Merci Breizhman pour le CR !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 18-10-2008 à 08:08:00

Ouf ! j'y vais pas !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !