Récit de la course : Raid Leclerc de Lune 2005, par L'Dingo

L'auteur : L'Dingo

La course : Raid Leclerc de Lune

Date : 28/5/2005

Lieu : Pelissanne (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 3658 vues

Distance : 45km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Au Leclerc de la Lune

Voici un "raid de lecture" (endurance nécéssaire )

Mi mai, cela fait déjà quelques semaines que je me suis "inscrit" sur le Kivaou de Kikourou mais mon équipier potentiel est de nouveau blessé (l'an dernier on l'était tous les 2 en meme temps sur petits claquages et cela avait fichu tout mai et juin en l'air).

Cette année on doit faire le Mercantour donc pour moi prise minimum de risque physique. La moindre "douleur" je leve le pied.


Tel Jim Phelps dans Mission Impossible je sors mon paquet de photos pour rechercher mon équipier. Quelques moments choisis du casting:
Sherpa ? non, trop tibétain.
Matt Mahonney? non, trop américain
Jaquerod? non, trop Alpin.
...

Au final,c'est Cyrille, souriant sous son bob sur la photo, qui m'apparait comme le compagnon idéal pour ce raid.



Cyrille, que je connais depuis le début de cette année m'a fait mention que son équipier Run&Bike ,yoyo, sera indisponible pour le raid.
Je lui propose donc de former un tandem (à pied :-) ) pour cette sortie nocturne.
Je rappelle à tous, amis lecteurs, que en tandem: ya le "moteur" et "le porte-bagage" caché derrière , qui dit "c'est bon, je te suis" en soufflant comme une forge :-))


Samedi, 19h30, j'arrives à Pélissanes , petit village près de collines, non loin de Salon de Provence.

Tout d'abord, je vais à la récupération des dossards (et du sac multiproduit publicitaire offert avec), puis je me dirige vers la salle de la pasta-party.
La-bas, légère deception, les brésiliennes 2005 sont en jeans, chemises à franges, chapeaux cow-boy et bougent au gré de la country-music. :-( . Mais bon l'ambiance est là.

20h
dring !!! , un coup de téléphone.
C'est Steve , un joyeux luron kikoureur, que je vais me faire une Joy :-) de rencontrer.
On appréciera la technologie du nouveau millénaire puisque on s'entend comme si l'on était à 10m alors que 72000,010km nous séparent.( et oui on rajoute le trajet A/R terre-satellite).

je raccroche, laisse tomber le combiné et là c'est le téléphone qui en prend un coup!! vlang! çà y est j'ai 2 demi-portables. Je rafistole comme je peux, ça marche.

20h30
Ayant pris, une patée de platres (une platrée de pates), je rejoint Joy et ses accolytes VTTistes.
Les présentations faites, je m'interroge sur la couleur de mon maillot pour le Raid: noir ou blanc?
C'est le plat de bolognaises (Splash!)renversé sur le tissu noir (qui me sert à dissimuler des abdominaux autrefois existants) qui me fait opter sans erreur pour la couleur blanche!! décidemment ça commence bien!!

21h:
je file à la voiture m'équiper et suivant les conseils de cyrille, je fais dans le léger. Pas de camel-back, juste 1 bidon 750ml de, 2 gels au cas où, et ma frontale neuve (avec les piles neuves aussi et la polarisation adéquate :-)) )

21h30:
De retour sur la ligne de départ, je cherche mon équipier du regard.
Pas facile car en trente minute l'espace s'est rempli d'une multitude de casques sous lesquels on trouve des VTtistes multicolores et chamarés, sous lesquels on trouve des VTT tous "plus compétition que moi tu meurs"! un instant je crois m'être égaré dans les rayons de "Véloland".
Si le repérage visuel est difficile , le sonore ne l'est pas moins car essayez de couvrir les 200 000 watts de la sono qui donne du Nadya à fond et vous comprendrez.

Mais pas fou le dingo, le rendez vous était sous l'arche de départ et je retrouve donc cyrille dans un super maillot Kikourou bleu turquoise et jaune. L'equipe "Les Ufos de Kikourou" est fin prête.




10h00:
Depart des VTT.Ils sont près de 450 équipes de tout niveau.Les premiers sur la ligne s'arrachent comme pour un sprint alors qu'à l'arrière du peloton c'est pour une longue ballade nocturne que l'on se lance.

10h10:
Départ des Run&Bike.
Joy est d'attaque sur la ligne. Vétu d'un maillot et d'un short aux couleurs de la bannière étoilée, il est prêt à en découdre avec ses temps précedents ainsi qu'avec ses compagnons des différentes équipes Patoupistou Team. cet instant , il vise moins de 5H.



Nous encourageons aussi Akunamatata et son amie Jacqueline qui franchissent l'arche.La Jacq à la course et Akuna
déjà en équilibre sur le VTT en train de photographier la course comme à son habitude.

10h15:
Top!
C'est parti pour 45km dont le parcours est inconnu.
On nous a delivré une feuille road book mais elle n'a du être etudié seulement par les VTT de premières positions. Ils ouvriront le chemin à près de 20 km/h de moyenne. Pour eux, mieux vaut être averti à l'avance des secteurs difficiles et des bifurcations.

Les premiers kms s'effectuent sur une route forestière plate en direction de la première grosse montée. Nous courons en groupe, frontales éteintes car le ciel est clair et nous beneficions de l'eclairage de nos accompagnateurs. Le sol est inégal, des racines traversent le chemin par endroits et c'est le moment de s'habituer à "voir" le terrain avec les pieds également.

Cyrille essaye tant bien que mal de modérer mon allure car j'aurai tendance à vouloir doubler tout ce qui se présente devant moi.
Il n'y pas pas d'autre lien entre nous que la voix. Pas de laisse car au départ il faudrait qu'elle puisse se dérouler sur plusieurs centaines de mêtres. Et puis en fin de course par contre, a t on déjà vu le maitre tirer le chien ?? :-)))

La première montée apparait bientot et c'est un long serpent lumineux rouge pour l'essentiel que nous voyons au dessus de nos têtes. Dès le premier virage, des VTTistes, pied à terre, poussent leur engin . Que ne ferait on pour faire durer le plaisir! Eh oui, des coureurs les dépassent. On leur aurait donc menti ! :-))

Slalomant de-ci de-là, nous passons devant Akuna à mi-montée, arrêté sur le coté il prend quelques clichés (on le soupçonnera de prendre quelques bouffées d'oxygène aussi :-))) ).

La seconde partie de la cote est faite à la marche (marche rapide pour Cyrille et marche forcée pour moi) dans le but de ne pas trop griller d'energie. Il restera presque 40km et on ne connait pas vraiment le profil.

Arrivé au point culminant du raid on découvre au loin une etendue lumineuse, ce doit être Salon de provence (?).
La descente s'effectue sans trop grande difficulté car la pente est douce, le chemin assez large c'est un peu plus dur pour les vélos qui doivent maitriser leur vitesse, le terrain et les obstacles (autres vtt et runners).
Nous rencontrerons pas mal de vélos avec 2,3 personnes autour s'affairant dans le halo d'une torche pour changer, ici une chambre, là un rayon cassé etc..
une sorte de "Dakkar" de Provence en fait.


Pour le retour sur Pélissanes pour la premiere boucle (15km), nous passerons en bordure de lotissements , ce qui permettra à Cyrille très à l'aise, de saluer et taper dans les mains des nombreux spectateurs qui nous encouragent devant chez eux (Il est pas encore minuit et il y a foule dehors).
On traversera aussi le mignon petit village d'Aurons, pas très loin de la Cyrille's House.

En pas loin de 1h30, nous passons une première fois sous l'arche d'arrivée. La sono et les supporters sont encore là. A ce moment nous avons été comptés comme coureurs 51 et 52eme.

désormais le raid commence car il reste 30km à faire, et il va falloir gérer la distance,l'approvissionnement etc...
A part quelques portions très courtes en bitume, nous traversons un paysage, plutôt de type plateau, par de larges chemins de terre.
De temps à autre des petites cassures vallonées, la traversée d'un canal... La nature embaume les parfums de garrigue, ou bien alors l'odeur caractéristique des bètes à cornes (:-) ) quand nous passons à proximité de fermes.



Si dans la première heure, on plaisantait, cette portion toute agréable qu'elle soit, nous parait longue car il est près d'une heure du matin, la fatigue et la lassitude propre à toutes les epreuves d'endurance se fait sentir. Personnellement, je subis une sensible baisse de rythme que j'analyse à posteriori du à un début de course un peu "dinguesque" et à une hydratation trop faible.
Comme il ne fait pas une chaleur accablante et que la vitesse nocturne n'est pas très elevée, j'ai plus porté l'eau dans mon bidon que je ne l'ai bu.

Heureusement Cyrille est là pour à la fois maintenir un certain tempo et en plus pour prodiguer à la fois encouragements et conseils (boire par ex). C'est dans ces périodes que l'on apprécie encore plus la valeur de son équipier.

Par la suite à partir du 30ème km, est ce "l'odeur de l'écurie" ou bien la présence de quelques équipes de coureurs qui nous stimulent, mais les sensations sont meilleures. Nous profitons désormais chaque fois qu'une équipe vélo nous rattrape pour profiter son éclairage pendant une trentaine de mètres et maintenir ainsi le rythme.

Il faut dire que certains cyclistes sont équipés façon "Lancia-Stratos dans le Turini": 2 torches fixées sur le casque et "500Watts" de projecteur sur le guidon. Tiens,il fait déjà jour ? :-))) Et Non.

Mais alors qu'on se rapproche de l'arrivée et de Pélissanes avec la sono qui s'amplifie (c'est une discotheque ),nous sommes déviés de nouveau vers la colline. Ainsi à la lutte avec 2 autres équipes, nous arrivons devant eux au dernier ravitaillement. Ou en sommes nous? certains disent 38eme km d'autres 41eme.

Cyrille a imposé un dernier ravito à prendre correctement et il a eu bien raison (les 5 derniers km le diront), alors que j'aurais eu tendance à l'abréger quand je vois nos 2 équipes poursuiteuses le shunter et repartir devant.

peu après la sortie du ravito, nous attends une montée. Celle ci est gravie en semi-marche et là, sur le haut, nous rattrapons le 2eme coureur de l'équipe qui nous précede. Il a l'air explosé et son camarade plus en forme marche 25m devant lui en l'attendant.

Soudain le panneau 40km au pied d'un raidillon dans une gorge. C'est très court (150m max), mais c'est escarpé. Et pour les VTT c'est du portage/poussage de la plus pure espèce.

Cyrille grimpe comme un cabri cette portion, moi je me motive avec le secret espoir de voir en haut l'autre équipe que nous poursuivons. Il n'en est rien.
Toute la redescente de ces 5 kms va se faire pour moi en essayant de maintenir un rythme pour ne pas se faire rattraper, en scrutant l'obscurité pour deviner si les formes devant nous sont Run&Bike ou nos 2 "cibles", et également en essayant de maitriser les signes annonciateurs de crampes dans les mollets. Il faut courir comme une machine , une foulée après l'autre, sans réfléchir.

Mon équipier sera encore là pour m'épauler en portant mon bidon récalcitrant qui ne veut plus se remettre en place après 3 dernières gorgées.

Rentrée dans Pelissanes. Le raid se termine par une longue ligne droite (de plus d'un km) à travers le village, Cyrille monte un peu l'allure afin de rattrapper les points au loin (sait on jamais), mais pour moi c'est trop rapide mes jambes dures m'interdisent cette dernière velléïté.



Finalement nous franchissons l'arche , les bras levés, contents de cette aventure nocturne.
Classement officiel 7ème en 4h30'45

Et là, qui nous attend, en train de faire quelques étirements: Joy himself. Le bougre visait moins de 5h et il est arrivé bien devant nous. Et à la course uniquement. Clap, Clap, Clap. (Il a du se faire tracter attaché derrière le VTT comme les outlaws derrière le cheval du sheriff:-)) ).

Pour finir une partie de moins bien: Au bout de 10mn, ayant bu pas mal de sucré, allongé sur la pelouse, je me sens pas trop bien, palot, et je renvoie à dame nature toute l'eau ingurgitée. C'est le contrecoup de l'hypoglycémie.
Grosse faiblesse. Une toubib secouriste prend ma tension (11 au max), je lui dit que ça va maintenant, et elle me laisse aller.

Dix mn plus tard à rester debout et boire un peu, nouvelle alerte.

Le doc me fait rentrer dans la salle de sport. Elle me fais prendre du sucre (confiture) mais par petite quantité et pas en liquide et au repos sur un matelas mousse pendant une heure je vais récupérer avec l'accompagnement bienveillant de mon coéquipier Cyrille à qui j'ai volé ainsi un peu de sommeil.




Entre temps Akuna et son amie Jacq, viennent d'arriver , il se restaure un peu avec du café, des gateaux..
Nous en profitons pour faire les clichés finaux, et tout le monde se dit au revoir à la prochaine.



Que conclure:

Cette êscapade nocturne fut d'un réel agrément, les conditions de course et la météo étaient propices.

L'organisation fut impéccable de mon point de vue, avec des bénévoles agréables, positionnés tout au long du parcours (certains resteront par ex toute le nuit près d'un cable tendu assez bas afin de préserver les coureurs et les VTT surtout de toute blessure dans ce qui pourrait etre un piège en cas d'ecart), animant les ravitos avec gentillesse ainsi que la salle d'arrivée. Jusqu'au matin ils assureront ainsi le bien etre de tous.

Enfin, que de bout en bout je fus accompagné par mon coéquipier Cyrille, exemplaire à tout point de vue et qui est pour beaucoup dans le plaisir que j'y est pris. (j'arrete là les lauriers car sa modestie en souffrirait et vous allez me le voler pour la prochaine édition :-))) )



La prochaine, c'est le Mercantour et ça va être du lourd. Vaudra mieux faire la "fête" et les photos avant, parce qu'à l'arrivée ..?

L'Dingo_qui_a_hanté_le_Leclerc_de_lune :twisted:

3 commentaires

Commentaire de joy posté le 14-06-2005 à 11:04:00

Bravo LDINGO super CR a bientot de courir avec toi et cyrille et bon MERCANTOUR les gars.
A+
JOY votre fervent supporter...

Commentaire de Cyrille posté le 14-06-2005 à 11:07:00

Ah je l'ai attendu longtemps ce CR mais ça valait le coup.
Merci Didier de m'avoir fait revivre cette course avec ton humour.
Aglagla gla la pression monte pour le Merc'. J'ai une boule au ventre alors que je suis en train de composer ma chek-list pour ne rien oublier.

Cyrille.

Commentaire de akunamatata posté le 14-06-2005 à 19:56:00

super CR L'Dingo

j'ai pris plein de cliches nocturne, et j'ai surtout de la poussiere.. pas d'etoile mais de la bonne poudreuse de terre.
dommage.

a bientot sur le mercantour
Akunamatata

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !