Récit de la course : Triathlon des Neiges de la Drôme 2010, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : Triathlon des Neiges de la Drôme

Date : 21/2/2010

Lieu : St Martin En Vercors (Drôme)

Affichage : 462 vues

Distance : 26km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Triathlon des Neiges de la Drôme 2010

 

Triathlon des neiges 2010

 

         C’est ma première participation à cette épreuve, mais ma troisième à ce genre d’épreuve. Je les affectionne particulièrement car j’aime varier les épreuves sportives, et le plus souvent il faut participer à des RAIDS. Mais la logistiques est beaucoup plus lourde, les frais également et surtout faut s’y connaître en orientation. Là, c’est parfait pour moi, y a qu'à suivre les flèches !


          Problème, depuis le dernier triathlon, j’ai mal au dos et des plaques de boutons dans le dos. Je fini par faire un rapprochement et je vais voir mon médecin : j’ai un zona. Me voilà plus ou moins rassuré, car au moins je sais ce que j’ai, mais

            1- à priori les douleurs ne sont pas prêtes de partir

            2- c’est sensé fatiguer… bon j’ai effectivement des gros coup de mou, mais de là à faire la différence avec une quelconque « fainéantise », c’est plus complexe ;-)


            Peu importe, je ralenti sérieux mon entrainement et je ne fais que 3 ou 4 sorties en 2 semaines, et surtout à un rythme ultra cool. L’inscription pour le triathlon des neiges étant déjà envoyée, je me fixe cette épreuve comme « test » quant  à savoir si je me repose le reste de l’hiver pour guérir.
             La veille on a une soirée chez une amie, mais très gentiment, elle me prépare du riz rien que pour moi :-D. On ne rentre pas trop tard, mais la nuit est malgré tout TRES mauvaise, je n’arrive pas à fermer l’œil. A 6h30 quand le réveil sonne, je n’ai ABSOLUMENT pas envie de me lever, je suis archi crevé, d’ailleurs si je ne m’étais pas inscrit, je serais resté couché !
             Je me force tant bien que mal à me lever, préparation rapide, p’tit déj avalé, le VTT dans la voiture et zou, c’est parti pour le Vercors. Je me sens tout naze et conduis comme un robot. Mais arrivée dans la montée du Vercors je commence enfin à me réveiller, le soleil arrive, un ciel bleu, un temps magnifique, mon esprit se moule à la météo, ouf, ça va mieux, car faire un test sur une course pour vérifier si la maladie m’handicap en étant crevé et peu entrainé, ça va pas beaucoup m’aider à dissocier tous ses facteurs. A villard de Lans, j’attaque la montée de Bois Barbu pour rejoindre le col d’Herbouilly… et là IMPASSE… je sors vite demander de l’aide, et un gentil prof de ski de fond m’explique comment rejoindre le col : EN SKI DE FOND !! Argh, en fait la route est fermée en hiver, faut faire tout le tour pour rejoindre le col de l’autre côté… sauf que le départ est dans 45 min, et qu’il y a au moins 30 min de voiture encore… je saute au volant et c’est parti, à fond dans les gorges de la Bourne… pas évident :-D
             J’arrive 20 min avant le départ, mais ils ont déjà bloqué la route pour accéder au site car on emprunte ce passage en VTT. Obligé de me garer en bas, une navette embarque mes skis et mes affaires et je suis obligé finir le km de montée en VTT. En haut c’est la course : retrait du dossard, installer le matériel dans le sas, tout le monde est déjà en train de s’échauffer voire déjà en place au départ. On me laisse pas entrer dans le sas : « faut mettre votre casque sur la tête monsieur » « ah bon ? », je m’exécute rapidement, « c’est bon là ? » « faut attacher aussi votre jugulaire » grrr, il voit pas que je suis pressé là ! Je suis encore en train de préparer mes affaires que le briefing commence déjà au départ. Mais ouf, je serais sur la ligne avant le coup de feu. J’y retrouve d’ailleurs Hugo, le jeune qui avait fini juste derrière moi y a deux semaines

 

Course à pied 


            Le départ est donné et encore une fois ça part à toute vitesse pour se placer devant. Je n’arrive pas à accrocher et me retrouve dans les 20 premiers. Le parcours est EXCELLENT, vallonné, ludique, dans un environnement magnifique. La neige est bien tassée dans le single track, donc même si les dépassements sont délicats dans la poudreuse, dans la trace on court bien. Ca m’empêche pas en descente de me prendre une grosse buche, je rentre la tête, roulade avant et hop, je me relève juste derrière le mec qui me précède : 0 sec perdue :-D.  Le classement ne change pas trop puisque le rythme me va bien. Les sensations sont bonnes, et je termine cette partie avec beaucoup de plaisir tant le parcours était sympa.
            La transition est rapidement effectuée : une gorgée d’eau, un gel, et hop on prend le vélo.

 

VTT


           Cette fois-ci c’est beaucoup plus roulant que la fois précédente, mais pédaler demande pas mal d’énergie : dans les montées il me semble donc être plus efficace à pied, et sur le vélo en descente. C’est dans tous les cas très casse-gueule et très difficile d’aller droit. La roue avant se dérobe souvent. Un type en VTT me dépose sur le vélo, mais je préfère pousser et finalement je le remonte. Cette partie VTT se compose de 2 tours, dont une première partie vallonnée, puis une faux plat descendant  et une remontée par la route (celle que j’ai faite pour venir).  C’est donc dans la partie faux-plat descendant que le VTTiste me redépose, mais alors y a pas photo. Il a tout simplement disparu devant moi, comme Solo quand il passe en mode vitesse de la lumière dans la guerre des étoiles, ou comme bip bip, quand il montre au Coyote qu’il peut encore accélérer. Pourtant j'avais l'air de bien avancer sur mon vélo... Mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Dans la montée je suis repris par le dossard 5 et je m’accroche. Puis on attaque le deuxième tour. Là, la piste est maintenant labourée par tous les VTTistes qui sont passés et on remonte d’ailleurs déjà les derniers de la course. Cette fois-ci pour moi c’est clair, faut pousser le vélo, à commencer parce que monter/descendre de celui-ci fait parfois perdre plus de temps que le temps gagné en étant dessus.  Je fais donc tout en courant et ça paye puisque je remonte le VTTiste fou et lâche mes poursuivants. Ensuite c’est plus difficile de faire la part des choses car remontant beaucoup de derniers, je ne suis pas sûr de gagner des places au classement. Dans la montée sur route le 5 me reprend à nouveau et j’essaye encore de m’accrocher mais il envois et j’ai du mal. Je le garde en visuel. Arrivés au sas, changement pour les skis de fond, on ressort ensemble et on chausse côte à côte.

Ski de fond

            C’est parti, je décide de le doubler, je n’ai pas de crampe, je le sens bien le ski de fond. Mais il s’accroche et finalement me redouble, je n’ai pas assez de force, je le laisse s’échapper lentement. Je l’encourage au passage, y a deux autres concurrents en visuel devant, je sais qu’ont peut les reprendre.  Je fini donc par les remonter. D’abord un puis deux. Le 5 lui a disparu loin devant, bravo à lui. Le parcours est encore une fois excellent, vallonné et roulant, c’est un régal, la glisse est bonne. Le retour est plutôt descendant, mais on se fait un petit mur casse-pattes au milieu et je reprends encore un concurrent. J’accélère pour qu’il n’essaye pas de m’accrocher, je suis à fond dans cette montée, je sers les dents, je pense à mon zona, je suis en train de le tuer, ma guérison se joue maintenant ! et je termine cette course très content de moi, 11e/94 en 1h40. Hugo termine juste devant moi, j’ai failli le reprendre, va falloir qu’on fasse la belle :-D. Le 5 l’a doublé avant l’arrivée… et j’apprends qu’il est tout simplement le père d’Hugo. Trop fort la famille !

           Une SUPER COURSE !! Le parcours, l’organisation (tout est axé sur l’écologie, une super paire de chaussettes d’hiver en cadeau, un repas d’après course sympa, etc.), la météo… et ma forme ! Je suis rassuré, le zona n’a eu je pense aucun impact sur ma performance. Je vais donc continuer comme ça, et laisser faire les choses.

 

 


6 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 25-02-2010 à 23:51:00

Quel suspens ! En tout cas ça a été chaud-chaud la logistique !
Fallait vraiment être motivé en tout cas, chapeau l'min's !

Commentaire de @lex_38 posté le 26-02-2010 à 08:54:00

Davidou invente une nouvelle discipline: La course à pied acrobatique!
Tu as fait une superbe course malgré tes craintes du départ! T'as vraiment la caisse!
Bonne chance pour le Run&Skate ce week-end!

Commentaire de marmotte_parano posté le 26-02-2010 à 10:43:00

Belle course David.
On se voit à la Savoyarde sur le 74 !!

Commentaire de Petit Nuage posté le 26-02-2010 à 11:08:00

Encore une fois ça donne envie... ça va mon cross était un peu moins pénible ce jour ci. Tu seras dimanche à Rencurel? moi oui je penses.
à bientôt
gaëtan

Commentaire de maï74 posté le 27-02-2010 à 10:44:00

Finalement t'as bien fait de te lever ! Tu as l'air de t'être régalé, avec un beau classement à la clé, bravo !

Commentaire de lulu posté le 27-02-2010 à 14:13:00

Bravo à toi !!
Dopé au zona, c'est autorisé !!???

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !