Récit de la course : Sacré Trail des Collines - 17 km 2010, par Génep

L'auteur : Génep

La course : Sacré Trail des Collines - 17 km

Date : 21/3/2010

Lieu : Tullins (Isère)

Affichage : 1336 vues

Distance : 17km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Sacré Trail 2010 !

Salut tout le monde,

voici le compte rendu d'une bien belle journée malgré la petite pluie d'accueil

 

Avant course :

Le Sacré Trail, c’est à la maison, c’est le club qui l’organise et cette année, il part de Parménie qui est un peu mon jardin et ma bulle de décompression pour des sorties improvisées au printemps et en été.

Autant dire que je connais et que j’y suis bien.

Ce 17 km arrive au moment où je retrouve franchement la forme après un hiver blanc (dans tous les sens !).

Les sensations ces deux dernières semaines sont enfin très bonnes et les séances le confirment.

Cardio qui baisse (36 la semaine dernière au repos) et vitesse qui augmente. Bref, les signaux sont au vert.

Je ne suis pas préparé spécifiquement pour cette course mais j’ai retravaillé les fondamentaux.

Le hic, c’est que depuis une semaine, mon ventre me joue des misères, du genre à jouer du djembé dans l’estomac et à faire le grand huit. Pas cool du tout.

Et ce dimanche  matin, c’est la bamba dedans et dehors :(

Bref, je m’arrêterais là pour les détails.

Arrivée sur place à 7h30, les copains sont déjà à 100% pour l’orga. Une averse nous accueille ce matin et le ciel est bien gris. Ca va être gras :)

De mon côté, j’ai balisé une bonne partie du 17 km hier, j’espère que je ne vais pas le payer mais au moins je connais le parcours par cœur.

D’ailleurs, nous l’avons reconnu dimanche dernier avec Fred pour une séance où il m’en a fait bavé le bougre en montée !

Et je suis persuadé qu’on va bien se taper la bourre ce matin !

On retrouve du beau monde sur place notamment Bertrand Cochard vainqueur l’an dernier du 35 km, Nicolas Miguet, Yannick Vittoz, Virgile Gadebois, Catherine Noulette et bien d’autres !

L’heure approche, tout le monde se place et petite attente sur la ligne pour attendre les retardataires.

L’ambiance est toujours bon enfant et décontractée !

 

La Course


9h05, Pan ou plutôt Paf c’est parti et tout le monde est légèrement surpris par le pétard mouillé ;)

Je me suis bien placé avec Fred, Patrice et les cadors du 35 km.

Bizarrement, ça part relativement tranquillement par rapport à l’an dernier.

Je me retrouve tout de suite à donner avec le tempo, Fred me suit et nous faisons rapidement le trou.

 

 

Trop ?

 

La descente arrive, nous avons quelques mètres d’avance, on décide de continuer notre chemin.

On envoie, et derrière ça temporise, logique pour les coureurs du 35 km.

Je mène la descente, Fred est 2,3 m derrière et suit.

Yannick Vittoz, excellent descendeur n’est pas très loin.

Pour connaître très bien cette descente, je ne l’ai jamais faite aussi rapidement dans ces conditions humides !

On tourne à gauche, fin de la première descente et on attaque la transition de plat avant la première difficulté.

Nous sommes toujours avec Fred, on se dit que l’on continue à ce train qui nous convient bien et qui a l’avantage de lancer notre course à notre main.

 

La première montée est là, nous avançons bien, mais on commence à temporiser après ce départ rapide.

Première bosse passée bien grasse et jambes bof bof, souffle nickel, Fred semble mieux que moi niveau jambes.

 

Nous commençons la première descente et je continue de donner le rythme en descente, Fred est toujours juste derrière.

La petite partie de route jusqu’à St Paul d’Izeaux nous amène à la seconde difficulté qui est plus exigeante.

Au bout d’un certain temps, Fred coince d’un coup, je l’invite à s’accrocher mais il ne peut pas alors que j’ai maintenu le rythme.

 

Le peloton de chasse n’est pas très loin mais nous avons 30 secondes environ. Ce peloton est surtout constitué de coureurs du 35 km qui logiquement ne s'affolent pas.

 

Je pars donc devant, je suis bien à ce moment de la course même si mon ventre me fait vraiment souffrir depuis le début. Il va falloir faire avec et je sais que ça va s’empirer.

Mon objectif est d’arriver en tête au ravito et de basculer seul sur le 17 km.

D’ailleurs, je regrette de ne pas avoir pris de petit porte gourde et de gels, j’ai la « sèche ».

 

Au ravito, Pierre, Pepe, Fabien (c’est bien ça ?! J’étais dans ma bulle et dans le dur J ) me motive, Eric, le motard ouvreur m’annonce 28 secondes d’avance sur Fred.

 

Je m’arrête 10 secondes au ravito pour boire un fond d’eau et prendre un morceau de banane et d’abricot.

Je m’en veux de ne pas avoir mon ravito perso :(

 

La suite du programme, c’est montagnes russes avant de basculer sur l’autoroute nous menant aux crêtes.

 

Je souffre mais tout va à peu près bien même si j’aimerai que mes jambes me poussent plus !

Sur le chemin, j’essaie de relancer et je ne vois personne derrière.

 

L’ambiance est assez impressionnante, un brouillard épais est présent et je suis seul.

Belle ambiance  et quel beau sport !

Je sais que le podium doit pouvoir se jouer et je ne vais pas me gêner pour la gagne. Mais c’est une course de reprise et j’ai le temps de craquer surtout avec le final qui nous attend.

 

Position sympa en tête mais pas évidente à gérer, je continue ce que j’espère un travail de saper sans me griller.

Au croisement de retour du 35 km, je commence à être franchement dans le dur. Trop tôt.

 

La route ou plutôt le chemin est encore long.

 

D’ailleurs, dans la bosse sous Marsonnat, je cale franchement et je dois sortir les crocs.

Pfff, c’est dur, je me plie de plus en plus et je marche quelques mètres.

Ça sent l’hypo et je n’ai rien à me mettre sous la dent. Pfff, quel c** !

 

Allez, on ne craque pas et on se bouge les fesses. Sur la crête avant le col, Fred n’est vraiment pas loin (30 secondes à peine) et j’essaie de faire la descente en faisant attention car cette dernière est piégeuse voire très piégeuse sur la fin !

Au col, je souffre de plus en plus, je croise Tanguy et Evelyne qui me motivent.

 

A partir de là, je ne vois pas comment le podium peut m’échapper mais Fred est de plus en pressant !

Nous sommes tous les deux de Renage et nous rentrons dans notre jardin !

La lutte s’annonce belle.

Je me fais violence mais c’est zéro niveau relance ! Les cross manquent à ce moment là L

 

J’arrive au point clé : la montée finale.

Je n’ai plus de jus, on va sortir le mode "je me mets minable."

 

Je ne veux pas craquer là, ça serait trop c** même si je serai le premier content pour Fred qui depuis qu’il est au club m’a bien poussé dans les séances de piste du mercredi soir.

Je suis donc dans ce chemin que j’avais proposé pour le final avec quelques acolytes et que j’avais découvert un peu par hasard lors d’une sortie.

L’ironie va-t-elle me rattraper ?

Pas moyen, plié en deux, mains sur les genoux, puis mains sur les cordes indispensables pour ne pas reculer ou patiner sur place dans ce 50% environ.

Ca sent la gagne et la table d’orientation est juste derrière, je sors de la forêt et pénètre dans un brouillard dense, je vois Sandra qui me motive et qui prend des photos mais également mes voisins rivois, je m’arrache, le plat est là.

 

Mais ce plat se transforme en une fin très difficile, Arnaud m’encourage à son tour et je lui dispense quelques bruits qui signifient « je suis cramé ! ».

Personne derrière, c’est gagné !

La banane remplace un large sourire, Toto et Christian sont devant moi et m’accueillent. Merci les gars !

Je gagne la course en 1h21 qui me tenait à cœur notamment sur ce parcours beaucoup plus exigeant que j’ai vraiment adoré et varié !

Chapeau les traceurs et notamment Christian qui nous a ouvert de nouvelles possibilités mais aussi à Patrick qui a pris le risque de renouveler l’épreuve.

 

Le second arrive 30 s et ce n’est pas Fred. Grosse Surprise, je ne l’ai vraiment pas vu venir !

Un jeune au gros talent !

 

Fred termine 3ième à 50 secondes, superbe perf et très content pour lui. Patrice confirme qu'il est toujours là et termine 6ième.

Autre victoire du club avec le succès de Patricia toujours aussi facile !

Ça promet pour la suite de la saison et on va reparler de lui à coup sûr.

Merci à tous ceux qui m’ont encouragé de près ou de loin et au CMI, une famille plus qu’un club ! Je peux enfin lancer ma saison.

Olivier, c’est pour toi …

 

Compte rendu dispo comme d'hab sur mon blog : http://www.coteadret.com/CoteBlog/index.php/!

 

 

 

4 commentaires

Commentaire de Jerome_I posté le 21-03-2010 à 21:08:00

bravo pour cette victoire. bonne saison de trail (tu ne cours plus sur route?) Jérome

Commentaire de manu3842 posté le 21-03-2010 à 21:42:00

Bravo pour cette belle victoire, c'est toujours dur de s'imposer à "domicile" surtout avec cette montée finale éreintante ...

Commentaire de vogoy' posté le 26-03-2010 à 15:27:00

bravo génep !
belle course, bien géré et avec les crocs...c'est beau !

Une saison qui s'annonce bien alors !!!

une pensée aussi pour Olivier Cordeuil

vogoy'

Commentaire de le_kéké posté le 27-03-2010 à 15:13:00

houahou badaboum, comme d'hab ça envoie du très gros, en plus quand on connait le parcours par cœur ça doit aider. Bravo pour cette victoire qui annonce du très fort cette année !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.39 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !