Récit de la course : Les Foulées des Miracles 2010, par Bruno CATANIA

L'auteur : Bruno CATANIA

La course : Les Foulées des Miracles

Date : 11/7/2010

Lieu : Savines Le Lac (Hautes-Alpes)

Affichage : 571 vues

Distance : 12.4km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

Le récit

LA 1ER FOULEE DES MIRACLES

 

foulee.jpg

 

SALUT LES KIKOUS

 

 

Une fois n'est pas coutume me voila fort loin de mes bases du 13. En effet, profitant de mes vacances d'été dans les Hautes Alpes et voulant renforcer mon expérience de coureur de pleine nature, en vu d'un futur trail, en farfouillant sur le net, je tombais (un peu par hasard), coincée entre l'Ultra-Trail du Champsaur et la MERELL SKY Race, sur la 1er Foulée des Miracles reliant SAVINES le Lac sur les bords de la retenue de Serre-Ponçon et le tout petit village de PONTIS, pas loin des demoiselles coiffées de SAUZE le Lac (pour ceux qui connaissent les environs).

 photo_1098_1.jpg

 

On est bien là, loin des courses de masse (66 partants) mais ce n'est pas plus mal, on se trouve aux sources de la course à pied seul avec soi-même. Et puis avouons le, courir au milieu de la forêt sur les pentes d'un massif alpin, ça me change bien de mes parcours habituels bitumeux et urbains.

(Merci à l'Association le Morgonnet pour les photos)

C'est donc en ce Dimanche 11 Juillet que je rejoins SAVINES le Lac, lieu du départ de la course. Je sais d'ores et déjà que c'est pas la peine d'envisager une quelconque performance, je suis assez fatigué par notre trajet et notre installation.

Mais ce n'est pas non plus le but du jeu, cette course ne constitue pas un objectif particulier et je reste encore trop inexpérimenté sur ce type d'épreuve.

Et puis avec 660 Mètres de dénivelé positif, il y a aussi 300 m de dénivelé négatif dont chacun sait qu'il constitue toujours un véritable régal, qu'importe je suis là pour profiter de la course.

 

SAVINES est un gros village (ou une petite ville) des Hautes Alpes, pour la petite histoire l'agglomération a été entièrement constitué dans les années 60, lors à l'engloutissement du village original par la montée des eaux de la Durance due à la construction du barrage de Serre-Ponçon.

 

Comme je le disais précédemment il n'y a pas énormément de monde mais à priori le plateau semble assez relevé, beaucoup de maillots de clubs régionaux-club de trail et d'athlé de gap, club de triathlon d'Embrun, des gens de Veynes  quand même un club de Lille, un club de trail de Viennes...mais pas l'ombre d'un autre kikoureur (ou alors bien caché ).

 

Les organisateurs sont dans leurs petits souliers , car c'est une première et à priori ils n'ont guère plus d'expérience que moi dans l'organisation des courses, mais ils ont bien fait les choses, les copains des copains ont été rameuté, à vue de nez il y a un bénévole pour 2 coureurs, un beau pied de nez à ceux qui estimaient qu'il y avait  une crise des vocations dans le bénévolat . De quoi rassurer sur la pérennité de l'épreuve.

 

Je profite de mon arrivée avancé pour reconnaître les deux premiers kilomètres du parcours, on ne m'avait pas menti, ça monte sec plus de 10% en moyenne sur cette portion et d'après le profil c'est du même tonneau sur encore plus de 4 kilomètres.

 En effet pas vraiment plat

Autant dire que la partie s'annonce serrée et qu'il ne va falloir trop s'enflammer par un départ au coté des meilleurs.

En conséquence de quoi, départ diésélissime et "au cul" du peloton. Mais quand même, pou une fois  je me serais bien fait un petit plaisir, du genre départ à fonds les ballons et premier virage en tête, bon c'est trop tard pour regretter. D'autant que je me suis déjà pris 100 m dans la figure.

 

 Vu d'ensemble du départ (on se marche pas vraiment sur les runnings)-Photos : Association le Morgonnet

 Tiens à droite un kikou en vacances qui s'est perdu (photo: Association le Morgonnet)

 

1er kilom. :

10 KM/H pente à 6%, je suis quand même parti trop vite sur cette pente, le palpitant monte vite mais pour l'instant nous sommes toujours sur le bitume, comme je sais que cela ne va pas durer j'en profite, je mène un petit peloton de 5/6 éléments dont deux féminines.

 

2eme kilom. :

Pente à 13% , ça y est on est dans le dur, du coup il fallait s'en douter la moyenne est tombée à 8.6 KM/H, elles sont où mes séances à 14 km/h - ah oui c'était sur une piste toute plate...et là pour le coup on quitte la route pour s'engager sur un chemin forestier, les réjouissances vont commencer. Le petit peloton a explosé les deux féminines se sont envolées devant avec accrochés à leurs basques deux coureurs de GAP athlé.

 

3eme kilom. :

La pente est retombée (si j'ose dire )  à ... 6%, c'est guère plus facile, mais nous cheminons au coeur d'une superbe forêt de mélèze, même si il fait un peu chaud - quoique en plein mois de juillet il eut difficile de trouver de la neige – mais comme cela fait plus de un mois que je m'entraîne en pleine canicule, je ne suis pas trop handicapé.

Enfin heureusement, le premier ravito est là, vive les rafraîchissements, les bénévoles sont extrêmement prévenants et pas avares de leurs encouragements. Un grand merci à eux sans qui nous ne pourrions, nous coureurs, être présents.

 

4eme kilom:

Pente à 8%, aux passages en plein soleil se succèdent des passages ombragés bienvenus, au détour une superbe vue sur le lac de Serre-Ponçon, de quoi regretter d'avoir laisser mon APN dans le sac (trop peur de le casser sur la course). J'arrive quand même à maintenir la cadence à 8.6 km/h et garder le contact avec pas mal de coureurs.

 

5eme kilom:

Pente à 9%, dur, dur de maintenir la moyenne, à coté la montée à ND de la Garde c'est une partie de plaisir, il faut quand même reconnaître que les organisateurs ont bien fait les choses deux motos ne cessent de remonter le peloton pour s'enquérir des coureurs. Au passage l'un des motards me tends une bouteille d'eau bienvenue, on se croirait au Tour de France, il ne manque que les spectateurs. Je commence un peu à accuser le coup la moyenne est tombée à 7.5 KM/h.

 

6eme kilom:

Pente à 7%, ah du mieux dans la pente, on est presque intégralement à l'ombre, je croise quelques randonneurs quelque peu interloqués de voir des gens faire le parcours en courant que eux font déjà difficilement en marchant. Je repère du coin de l'oeil un superbe sous-bois ombragé qui semble nous tendre les bras. Il faudra que revienne avec ma petite famille, c'est un endroit parfait pour un pique nique. Mais dur de relancer, je reste fixé à 7.5 km/h

 

7eme kilom.:

Pente à 3%, c'est presque plat, je tente une relance mais monsieur acide lactique a pris ces quartiers d'été dans mes cuisses, et comme tout bon squatteur, difficile de l'en déloger. Enfin 7.9 km/h c'est mieux que de marcher comme certains coureurs que je croise.

 

8eme kilom.:

Youpi ça descend du coup la moyenne au kilo remonte prestement à 12 km/h, ce qui constitue pour moi piètre descendeur une superbe performance

 

9eme kilom.:

La pente est toujours aussi forte mais dans l'autre sens (-8.5%), en plus pas mal de cailloux, c’est ces parties là que j'ai le plus de mal à gérer du coup on me rattrape et la moyenne reste à 12 km/h.

 

10eme, 11 kilom.:

Je tiens le bon rythme presque 13 km/h mais pente toujours aussi raide.

 

12eme kilom.:

Ah oui j'avais oublié les 11.6 Kilomètres initiaux annoncés se sont transformés en 12.4 Kilomètres, un peu de rab supplémentaire, d'autant que l'on a retrouvé le bitume et du coup ma moyenne remonte prestement. Mais c'est sans compter sur un dernier raidillon à 8%, qui n'est pas sans rappeler la côte des pompiers de Marseille Cassis. Je m'arrache pour faire honneur à la course sous les applaudissements des spectateurs.

 

Vu du dernier kilo dans la forêt de Pontis (Photos Association le Morgonet)

 

Arrivé sur la place de Pontis, j'ai même droit à un accueil personnalisé de la part du speaker, il était temps. 1h19 loin d'être LA performance, 41eme sur 66 et avant dernier de ma catégorie oupppsss !!! mais qu'importe je le savais d'avance, j'ai bien profité, je me suis défoncé dans la pente

.photo_1101_1.jpg

Et puis avouons, une petite course sans prétention, hyper bien organisé, même si le départ à 10h30 me semble un peu tardif en plein été. Les bénévoles se sont dévoués sans compter et certains d’entre eux pour assurer le co-voiturage et nous ramener à SAVINES.

On a même eu droit à un repas gratuit pris en groupe sur la place de PONTIS et une récompense supplémentaire remise individuellement, en plus du traditionnel tee-shirt, pour chaque participant. De la super convivialité….

 

 

Franchement si l'année prochaine, la course est organisée et que je suis dans la région, je re-signe des deux mains et je ferais de cette épreuve un véritable objectif, de quoi faire de mon avant dernière place un lointain souvenir.

 

De toutes façons, prochaine course MARTIGUES CARRO, Bruno sera de retour dans le 13.

A bientôt.

3 commentaires

Commentaire de RogerRunner13 posté le 13-07-2010 à 18:47:00

Merci Bruno pour ce récit, voilà une course qui a l'air bien sympa, rien de tel que ces petites courses pour revenir à l'essentiel, c'est à dire au plaisir de courir sans objectif de chrono et en plus si la convivialité ets là c'est le top.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 16-07-2010 à 17:38:00

Ca fait du bien de changer d'air. Merci bruno


Commentaire de Rudyan posté le 18-07-2010 à 14:18:00

Bravo Bruno! ça fait plaisir de te voir sur des profils un peu plus pentus ;) Attention, tu risques d'y prendre gout!

A bientot!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !