Récit de la course : Ultra Tour du Mole 2011, par Ultra-Steph

L'auteur : Ultra-Steph

La course : Ultra Tour du Mole

Date : 22/5/2011

Lieu : Marignier (Haute-Savoie)

Affichage : 670 vues

Distance : 30km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

UTM, un concentré d'Ultra

http://stephanecouleaud.blogspot.com/2011/05/utm-un-concentre-dultra.html

 

En 34 km et 2.700D+, le Môle vu par  Stéphane Roguet est un concentré de tout ce que l'on peut espérer trouver sur un trail. L'Ultra Tour du Môle, un petit bijoux apprécié des 130 chanceux au départ t remporté en 4h10 par le Suisse Alain Bartoloni.

Le Môle, c'est Céline et Manu qui me l'ont fait connaître un certain 1er janvier 2010 à 3h du mat. De la Roche-sur-Foron, ils le pratiquent sous tous les angles, toutes les formes, toutes les envies. Une sorte de Ventoux de Haute-Savoie, sauf que ce dernier culmine seulement à 1.850 mètres. Franchement ridicule à côté du Mont-Blanc voisin. Et bien à défaut de faire fantasmer les alpinistes du monde entier, Stéphane Roguet l'a sublimé en profitant de tout ce que ce petit sommet pouvait donner. Un parcours fait de mono-traces en forêt, de larges relances sur chemin forestier, un mur à découvert pour "grimper" sur le Môle, un peu de route mais à l'ombre des arbres, une descente vertigineuse et interminable pour conclure. Ca c'est pour la partie technique. Pour les voyageurs, le parcours tourne autour du Môle, autorisant des vues incroyables du Leman au Mont-Blanc et toutes les montagnes environnantes.

La course selon Stéphane, c'est assez simple : d'abord un balisage hyper léger à base d'un peu de peinture sur les rochers et basta. Largement suffisant, intuitif et obligeant à (un peu) réfléchir. Ensuite c'est un esprit. Gratuit pour les filles, le prix de l'inscription dépend de ta participation en nature au buffet de cloture dans la cour d'école primaire de Marignier. Pour moi la grosse feignasse c'est 10€, pour les fins gastronomes 5€ seulement. Un seul ravito à mi-course, parfait. Des bénévoles à tous les endroits stratégiques, sécurisant. Bref familial et pro, à mi-chemin entre le Off entre potos et la course officielle FFA. Exactement ce que j'aime.

Mais revenons à la course. Fin avril nous avions fait une reco avec quelques trailers du coin (dont bien sur Manu et Céline). Histoire de profiter des paysages, mais surtout de bien valider comment on pouvait profiter au mieux de cette belle descente vers l'arrivée. Mon souvenir final, des jambes qui tremblent comme une feuille 5 minutes après l'arrivée. Ca promet !

Au départ LA question : bâton or not bâton ? Pour Manu, Nico, et moi c'est sans, pour la plupart des coureurs se sera avec, bien que les deux premiers au scratch seront sans. Mais les murs du Môle autorisent à y réfléchir !!! Départ avec un petit groupe de 5/6 qui se détache. je suis dans le deuxième de même taille qui fait vite un trou également. Je suis avec Bastien (Fleury), camarade d'entraînement auCMBM.Une petite boucle en forêt où j'ai le temps de me refaire une cheville gauche (ma faiblesse du moment) sur le plat !!! Nico revient sur moi et me dépasse. Oh surprise ! Le traître, le fourbe a récupéré in extremis ses bâtons juste avant le top départ ! Affuté comme un avion, je le laisse gambader. Je suis satisfait de mon rythme, courant toutes les montées légères, notamment les 4 km de bitumes. Les premiers 1000D+ parcourus assez facilement (18ème position ) nous redescendons longuement sur La Tour pour un ravito à mi-course. J'en profite pour dépasser Jean-Claude Perrez et Stéphane Deperraz avec qui nous alons faire le Yoyo. Au ravito Nico repart quand j'arrive, preuve que la descente me profite toujours. La remontée en sous-bois vers le Môle est hyper raide, Stéphane et Jean-Claude me repassent, et je me demande bien pourquoi j'ai laissé ces p... de bâtons bien au chaud dans le coffre de la voiture, grrrr ! Mais dès que nous somme à découvert je les ai toujours en visuel. je ne perd donc pas trop de terrain. Il ne reste que 200 mètres de dénivelés (sur 1.400 depuis La Tour) pour atteindre le sommet quand ... il faut à nouveau redescendre. Il commence à faire chaud, et l'idée de me retaper des pourcentages monstrueux me pose légèrement question. Mais en fait non, je suis très bien, fort dans les jambes. Techniques de respiration issues des marches Afghanes, plus alimentation faîte de liquides soupes + boisson isotonique font à nouveau des merveilles ! Sur la dernière rampe avant le Môle, rencontre avec Serge, local de l'étape qui connaît tous les sommets environnants. Il m'annonce que Nico est passé au sommet depuis 10 minutes. Je suis en chasse derrière Stéphane et Jean-Claude, je monte rythme dans le dernier mur final des 2.700D+, et me permet même de relancer en courant sur les 200 derniers mètres du sentier. La brise légère de l'orage grondant au loin m'accompagne bien. Je sais que je vais les reprendre dans la TRES longues descente vers Marignier que nous avions - heureusement - reconnu. Effectivement, passé le délicat passage du début, je les repasse en moins de 400D- avant le col. Ensuite j'accélère franchement pour les décourager de tenter de s'accrocher histoire de garder une marge. Ca marche souvent. Ensuite c'est long, mais lonnnnnnnnnng ! J'ai les quadris qui crient et chauffent dans des pentes à 25%, jamais un replat pour calmer. Obligé de m'arrêter 5 fois pour les soulager. Les pieds tapent à qui mieux mieux dans mes Sportiva Crosslight qui font une fois encore merveilles pour accrocher la pente avec leurs gros crampons. Olivier m'annonce l'arrivée à 1 km. je regarde ma mon alti : encore 200D-. Boudiou que ça va être long. A l'arrivée (en 4h46 et 12ème) je tombe exactement comme les fondeurs à la fin d'un sprint. Pendant 5 minutes je ne peux plus bouger. Et c'est par terre que je vois arriver mes poursuivants Jean-Claude 2 mn après, et Stéphane 5 mintes. De loin je vois Bastien à qui je fais un léger signe (10ème et 6 mn devant, good job mec !). Quand mes quadris cessent de crier,  j'ai le courage de me relever et d'aller féliciter Nico pour belle 6ème place en 4h30 (avec bâtons ...).La première féminine, Christelle Dewalle, arrive en 5h08 dans un état de fraicheur juste incroyable. C'est son premier trail et son équipement la compare plus à une randonneuse. Dès son arrivé elle remonte retrouver son mari également sur la course ... qui arrivera deux heures plus tard, ensemble ! Manu arrive 1h plus tard, belle perf lui qui se demandait encore comment il allait pouvoir finir avec un genoux récalcitrant.

Le masseur bénévole fera des merveilles, du coup même pas de douleurs aux jambes. Une semaine après l'enchainement 100/42 de Crest, 3 jours de salons à Bruxelles avec peu de sommeil et beaucoup de bières, deux séances de 2h30 spécifiques montagne (environ 2000D+) le vendredi et le samedi, je suis juste très étonné et ravi de cette belle performance. La Ronda Dels Cims et le TDGs'annoncent bien. 

Il ne reste plus qu'à profiter paisiblement du soleil qui inonde la cours d'école et des mets apportés par les coureurs en attendant la dizaine de camarades du CMBM (FédéricoSteph, René (79 ans au compteur quand même, et 8h14 !), ...)

Avec l'UTM, trail convivial et familial, technique et tactique, le bonheur c'est Ultra simple. Vivement l'année prochaine !

1 commentaire

Commentaire de picos de europa posté le 24-05-2011 à 21:13:00

Merci pour ce récit dynamique qui permet de revivre le parcours et qui décrit si bien l'ambiance.
J'ai pensé pareil dans la descente (même si j'allais deux fois moins vite que toi;-)... jamais de replat pour calmer!!!
Félicitations et bonne suite de saison.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !