Récit de la course : Trail des Hospitaliers 2011, par CAPCAP

L'auteur : CAPCAP

La course : Trail des Hospitaliers

Date : 30/10/2011

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 716 vues

Distance : 75km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Alors que de beaux comptes-rendus illustrent déjà ces Hospitaliers 2011, je vais m'atteler à des petits détails plus ou moins insignifiants, mais qui font quand même cette belle course.

Cette veille de trail, nous consommons déjà le repas d'après-course, mais avant la course, peut-être pour mieux nous préparer à l'arrivée  Du coup nous testons les tripous comme carburant de trail. Pas si mal, il faut tester!

4h45 du matin, sortie de la voiture de location, "so-chic" (Fiat 500) dans un champ-parking. Ma frontale DK se décompose en deux, une lampe d'un côté, une sangle de l'autre... Je partirai donc en testant ma frontale de rechange (un jouet) dans l'épaisseur du brouillard.

Alors que je fais une pause pipi, je compte 12 trailers à doubler pour retrouver mon ami Jean-Pierre. Mais je ne le rejoindrai pas, bien qu'ayant doublé plus que 12 ombres dans la brume. A son insu, il m'aura fait accélérer et certainement cette pause technique aura eu un effet bénéfique sur mon classement.

Ce brouillard nous a détrempé, le fond de l'air étant trop doux pour garder la veste, t-shirt technique lourd, casquette humide, cils recueillant des gouttelettes d'eau... il ne faut pourtant pas oublier de boire, boire, pour s'hydrater et se recharger en énergie, selon la recette de Papy.
A propos de boire, je trouve que la poche à eau So...ce a encore été améliorée. Toujours plus pratique!

Que faire quand, à la sortie du brouillard, le paysage est si beau sous cette lumière matinale d'automne??? Courir coute que coute pour "garder son rang" dans la course? Ou se laisser aller à photographier tout ça? Perso, je n'ai pas su résister... Vous verrez les photos en suivant le lien en bas de cette page.

Juste après le passage du Saint-Guiral tout se met à tourner... j'ai bien du mal à courir droit, je dois me concentrer sur ce que je vois pour ne pas sortir du chemin... un otolithe a dû se déplacer dans mon oreille... Ouf! En 2-3 minutes tout est rétabli et je repars rassuré.

Après de longues montées caillouteuses, il est surprenant de trouver des bénévoles qui surveillent la course dans des lieux improbables, plateau du Causse qui semble loin de tout.

Ahhhh Les jolis descentes! Équipées de cordes certainement bien venues pour beaucoup, mais moi j'ai préféré utiliser mes bâtons.

J'aimerais savoir à quoi pensait celui qui a choisi cette belle peinture bleue pour marquer les obstacles, cailloux, racines et autres souches... je n'ai pas arrêté de penser aux Schtroumpfs! Mais je n'ai pas vu aucun de ces petits êtres, il faut dire que la salsepareille se trouve plus au sud, dans la garrigue.

Profitant du travail des débroussailleurs, j'ai ramassé une branchette de buis, en guise de grigri sans doute, puis un brin d'érable de Montpellier aux splendides couleurs dorées, et enfin une châtaigne, trois petits échantillons des paysages traversés.

Après l'arrivée dans les 40 premiers (de toute justesse, j'étais suivi à 30"), je retrouve Sonia, qui a dû me redoubler si vite que je ne l'avais pas vue passer.
Plus tard, sortie du village pour trouver des douches au stade, certes local modeste, mais eau et chaleur en abondance, ce qu'on ne trouve vraiment pas toujours à la capitale...

Ensuite petit passage chez les ostéos, dans la salle du rez-de-chaussée de la mairie, après un bon moment d'observation par un gentil "rugbyman", je m'entends dire que je vais très bien, chouette!

Dès que notre groupe se reconstitue, nous allons une seconde fois dans la grande salle pour déguster le repas d'après course, après la course cette fois! La daube aveyronnaise a remplacé les tripous, tout aussi sympathique et délicieux! Il aurait fallu venir une troisième fois pour gouter les saucisses...

J'ai un regret sur ce trail, avoir mélangé la dégustation de tartines au roquefort avec cet horrible coca, mais si l'un est bien bon, l'autre est bien utile sur un rativo... Comment gérez-vous ce conflit?

 Maintenant, je laisse parler mes photos de la course. Elles sont, avec quelques unes du trail Larzac-Dourbie, sur cette page:

Trail des hospitaliers en photos

Après avoir cliqué sur une photo, la navigation se fait par les liens "avant" et "après" en haut à gauche et à droite de chaque page et "miniatures" en bas, pour revenir à la page d'accueil.

En dernières photos, Say-Say et Didoumoon.

J'ajoute juste une petite info technique, moi j'ai apprécié d'avoir mes batons sur ce terrain.

Une légère remonté constante dans le classement, confirme plutôt que j'ai bien géré cette course (à mon niveau) donc les intervals suivants montrent la nature et la difficulté du terrain, si ça peut servir à un kikou l'an prochain...

Sauclière St Jean Croix P St-Guiral Dourbies Treves Cantobres Nant
01:48:00 02:23:01 02:56:00 04:30:00 05:23:23 06:53:31 09:22:02 10:35:53
8,8 km/h 9,6 km/h 8,2 km/h 6,4 km/h 8,9 km/h 7,1 km/h 5,1 km/h 6,7 km/h

 

2 commentaires

Commentaire de SoniaS posté le 06-11-2011 à 23:08:25

Quelles belles photos Damien ? Sans les photos tu serais rentré bcp plutôt , j en suis sûre.

Bravo pour ton classement M. le photographe, pense à y retourner en 2012 pour courir . A+ Sonia

Commentaire de mic31 posté le 08-11-2011 à 22:26:07

Pas de conflit, j adore manger 3 ou 4 tartines de roquefort avec 2 ou 3 verres de coca. Seule variante à Cantobre, 2 crêpes et 1 Perrier.
Content de t avoir croisé rapidement pendant ma pause saucisson à l ombre , dans la montée de St Sulpice.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !