Récit de la course : Trail des Hospitaliers 2012, par laulau

L'auteur : laulau

La course : Trail des Hospitaliers

Date : 4/11/2012

Lieu : Nant (Aveyron)

Affichage : 1118 vues

Distance : 75km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un trail qui porte bien son nom !

Ce trail des Hospitaliers n’était pas prévu pour 2012 mais suite à la frustration de l’abandon sur l’ultra du GRP fin août, je m’y suis finalement inscrit. Le problème, c’est qu’en septembre et octobre, je n’ai pas trop l’envie de m’entraîner et les 75km et 3400m+, il va falloir quand même les encaisser. Entre 40 et 50km par semaine, sortie longue comprise, ça sera juste mais je compte sur l’entraînement pré-GRP pour compenser ! Et puis, je sais qu’au niveau paysage, parcours, accueil et rencontres de kikous, je ne serai pas déçu !

Mais je retrouve avec grand plaisir ce beau village de Nant et les adorables M et Mme Bonnemayre chez qui j’avais logé 2 fois pour le trail des Templiers. On arrive à temps pour voir le départ du trail Larzac Dourbies et les amis qui y participent. Le temps est correct pour le  peloton de presque 500 trailers qui s’élance depuis le parc et s’écoule tranquillement dans le village. Avec Manu avec qui j’ai fait route commune depuis Toulouse, nous profitons de l’après-midi pour aller chercher nos dossards , discuter aux stands d’exposants installés dans cette très belle cave sous voûte

photo runningmag

et nous reposer puis on va tardivement encourager les coureurs descendant du mythique Roc Nantais déjà dans l’obscurité. Michel est arrivé 25ème, content de sa perf, Romain a abandonné, dépité et fatigué, à Cantobre. Gratienne arrive dans la nuit déjà tombée en moins de 5h dans le timing qu’elle avait prévu, bravo !

Le repas entre kikoureurs au resto est prévu à 21h. C’est bien sympathique et on est les derniers à quitter le Petit Nantais, du coup je décale le petit dèj prévu à 3h et me donne 1 heure de plus au lit. Je grignote à peine et prends une boisson d’attente pour compenser. On quitte la maison à 4h50 pour le départ à 5h… pas de stress !

Romain est là aussi à 5h !

On est 500 à s’élancer sur la route, j’accélère pour me retrouver derrière Karine Herry et Sonia Semnad puis je reste calé derrière. Contrairement aux Templiers, on emprunte assez rapidement un joli sentier qui monte doucement dans un vallon (enfin, il me semble, il fait nuit !) J’ai du mal à monter, ça je le sais, à l’entrainement, là où je courais d’habitude, je  ne  peux que marcher ! Donc je me fais doubler, je n’insiste pas ! Puis on retrouve des pistes sur le plateau dans le brouillard plutôt humide mais il ne fait pas froid. Souvent, on croise des bénévoles que l’on salue et remercie de leur présence. A chaque merci, leur visage s’éclaire d’un sourire, j’adore aussi le trail pour ça,ce partage entre bénévoles et coureurs ! Je discute en courant avec un breton embêté par l’humidité avec ses lunettes et une frontale à l’éclairage très moyen. Un breton et un basque embêtés par l’humidité et le brouillard, ça paraît impossible ! Je reste avec lui pour l’éclairer et paf, je m’étale par terre sur un sentier descendant. Manu me rejoint juste avant Sauclières et nous resterons ensemble presque jusqu’au Saint-Guiral. Après un ravito rapide en eau, nous passons dans un chemin boueux (ancienne voie ferrée ?) digne du trail des Citadelles. Nous ne quitterons quasiment plus de la piste jusqu’aux dernières pentes avant le St Guiral. Comme aux Templiers, c’est un peu longuet et en plus, on ne voit pas le paysage ! C’est dommage car je sais que c’est majestueux quand la vue porte loin vers les Cévennes.

 photos prises sur internet

ça monte fort, ça redescend un peu, puis du plat et ainsi de suite ! Par contre, à des moments, ça souffle fort ! Un ravito en eau à la croix des Prisonniers où quelques supporters nous encouragent dans le vent !

petite dégustation du cru local à la croix des prisonniers

Puis plus loin, au col de la Guérite 2 bénévoles souriants malgré l’humidité et le froid nous proposent à boire. Dans le sentier terreux au milieu des genêts et des blocs rocheux menant au sommet du St Guiral, j’ai un gros coup de fatigue, Manu s’éloigne avec un groupe. Leïla, qui finira 2ème féminine, me rattrape au moment où on traverse une source marécageuse noirâtre. J’enfonce la jambe gauche jusqu’à mi-mollet, mon suivant a moins de chance et enfonce carrément les deux ! C’était un coup à perdre les godasses ! Je commence à avoir des petits vertiges et des papillons devant les yeux, signe d’hypoglycémie. Je prends le temps de manger et repars tout doucement en marchant. Au passage du St Guiral, 1366m, point culminant de la journée, ce n’est vraiment pas la forme. En voyant la croix au sommet dans la tempête, je pense ma dernière heure arrivée mais non, j’ai des ressources et puis peu à peu dans la descente, je retrouve des couleurs même si les premières petites crampes arrivent. Et puis, je retrouve mon breton à lunettes alors on rediscute tout en faisant vraiment gaffe au passage sur le sentier recouvert de pierres cachées par les feuilles. Je reconnais la descente puis la fameuse montée en bordure de la sapinière quasi identique aux Templiers.

photo runningmag (avant Dourbies)

En arrivant à Dourbies, (photo Michel Arnaud)

J’arrive finalement en pas trop mauvais état à Dourbies, premier gros ravito au 44ème km. Un peu de monde pour encourager, Manu a presque envie d’abandonner.

Après une bonne soupe chaude, tartine au roquefort et banane (si si ça passe bien !), on repart en direction de Trèves par une petite route goudronnée.

On rejoint un petit col avant de descendre dans la forêt vers Trèves…Mais non, erreur, le sentier remonte un peu les gorges du Trévézel au dessus de petites barres de falaises avant de redescendre droit sur la rivière par un sentier terreux où des cordes aident les malhabiles et les fatigués. Le sentier suit la rivière pour rejoindre Trèves et là, à nouveau un bon casse-croûte nous est proposé ! Je suis un peu plus pressé que Manu pour repartir.

ça monte, aïe pour moi !

Bon, finalement, on s'est pas ennuyé !

Le vague sentier qui suit au dessus des gorges est un magnifique passage de trail technique et exigeant qui nous permet de rattraper pas mal de coureurs fatigués. Je suis depuis un moment un gars ressemblant de dos un peu à Thomas Lorblanchet et il m’incite à le doubler. Doubler Lorblanchet, j’ai vraiment la patate ! ça y est, on rejoint Saint-Sulpice et là, boum !, grosse remontée qui emprunte le même sentier que les Templiers 2008. De sentier, ça se transforme en sente raide avant le plateau !

Manu a un coup de bambou mais comme je ne monte pas vite, arrivé sur le plateau, les coureurs doublés ne sont pas loin derrière, Manu avec eux, ça va !

Sur le plateau, je cours doucement en gardant des forces pour la descente que je sais technique. Mais elle est différente des Templiers…et vraiment plus technique sur un vague sentier qui descend en lacets jusqu’en bas de Cantobre. Après une traversée de la rivière sur une passerelle métallique qui oscille, la remontée sur le village de Cantobre est très raide mais fabuleuse dans les buis et entre les rochers. On doit s’aider des mains pour déboucher carrément au village quasiment sous les pieds des spectateurs.

photo de Cantobre prise sur internet

Après une petite traversée de ce magnifique village, le ravitaillement qui  nous attend est un havre de gentillesse, de soutien et de sourires. On a envie d’y rester surtout que dehors, il pleut assez fort. J’attends Manu mais il n’arrive pas, il a mal au genou depuis un moment et finalement, il préférera s’arrêter là pour ne pas aggraver la blessure. Je prends 2 crêpes avant de repartir, j’en mange une et demie et le petit morceau qui me reste finit sous un fourré, au grand plaisir des petits animaux qui le trouveront. Allez, plus que 8km et ce sera fini !Après le passage dans le fond du ruisseau à sec et le passage sous le pont de Cantobre, je remonte sous les falaises au ralenti. Plusieurs coureurs me doublent en marche rapide. Le plateau arrive enfin mais je marche toujours et je me fais encore doubler. Thomas Lorblanchet et un autre gars me passent, ça y est, je recours doucement. Le haut du Roc Nantais est là, la descente arrive ! Il pleut fort et c’est très glissant. Heureusement dans la descente, je suis bien et je redouble Lorblanchet et l’autre coureur (ça doit être T. Breuil !!), Je déroule jusqu’à la côte du moulin dans le village. Je me retourne, aïe ! Lorblanchet est revenu, je repars à nouveau pour finir devant lui…50ème en 10h57 !! Ben, finalement, c’est plutôt pas mal !

Déjà interviewé, je félicite Thomas Lorblanchet (velvet en fait sur kikourouClin d'œil !)

 

Très peu de monde à l’arrivée mais il fait vraiment mauvais !

J’étais vraiment inquiet avant le départ en pensant que c’était peut-être le trail long de trop pour 2012 mais à part les coups de mou avant le St Guiral et après Cantobre, ça s’est pas mal passé.

Bravo  pour cette organisation remarquable pleine de gentillesse, de chaleur et de sérieux. Que de beaux villages traversés, de magnifiques passages sauvages. Les Hopitaliers, c’est bien le trail comme je l’aime ! 

9 commentaires

Commentaire de Velvet posté le 07-11-2012 à 21:44:41

C'est dommage que je n'ai pas percuté avec ton buff kikou, sinon nous aurions pu boire un coup et refaire la course ;-)

TomTom alias Velvet

Commentaire de laulau posté le 11-11-2012 à 15:24:03

Salut velvet
merci pour ton com,
J'espère que tu as bien récupéré. Pour la bière, peut-être sur l'édition 2013 ??
bon hiver sur les sentiers !

Commentaire de domi81 posté le 08-11-2012 à 11:42:45

une saison 2012 pas au top, un bon hiver pour te refaire et c'est reparti !
félicitations pour ta course et vive le trail artisanal ! ;)

Commentaire de grumlie posté le 11-11-2012 à 11:11:27

Je suis scandalisé par le jet de crêpes...Bien belle course quand même. Bien sympa ce petit séjour en Aveyron. Bonne récup' et à bientôt.
@ Domi81 j'adore "vive le trail artisanal"!

Commentaire de Ben64 posté le 11-11-2012 à 18:39:03

Tes aventures en terre aveyronnaise se sont bien passées! Un beau parcours, une belle place, le principal est de profiter au max et de garder en mémoire de merveilleux souvenirs. Allez, bonne récup, et place au repos avant la reprise! ;-)

Commentaire de Ben64 posté le 11-11-2012 à 18:50:49

Tes aventures en terre aveyronnaise se sont bien passées! Un beau parcours, une belle place, le principal est de profiter au max et de garder en mémoire de merveilleux souvenirs. Allez, bonne récup, et place au repos avant la reprise! ;-)

Commentaire de picos de europa posté le 13-11-2012 à 20:18:17

C'était vraiment un grand plaisir de suivre votre duo infernal :)! A une prochaine! bravo pour cette belle fin de saison et merci pour le récit. Et quand je pense que tu as jeté un bout de crêpe alors même que je n'en ai pas mangé, tu aurais pu faire l'effort de m'en ramener plutôt que de le filer aux fourmis!! ;)

Commentaire de kikourkool posté le 13-11-2012 à 20:44:50

Bravo LAULAU, cette "balade" va te permettre de passer au-dessus de la déception du GRP et de remotiver (si nécessaire) pour 2013. A bientôt

Commentaire de mic31 posté le 14-11-2012 à 22:35:03

Quelle photo ! Je m'étonne moi-même parfois.
Mis à part cette auto satisfaction, bravo pour ta course. Ce fut un excellent weekend avec pleins de Kikous partout dans une très bonne et chaleureuse ambiance.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.47 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !