Récit de la course : Marathon de Montpellier 2012, par Balboa43

L'auteur : Balboa43

La course : Marathon de Montpellier

Date : 14/10/2012

Lieu : Montpellier (Hérault)

Affichage : 521 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Faire un temps

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

mon premier marathon- marathon de Montpellier

J'arrive tôt, ce dimanche. On attend de la pluie annoncée à la météo la veille. Cependant, il fera beau toute la journée, ni trop chaud, ni trop froid. Depuis 3 jours, je bois du Malto de chez Overstim, ce matin le fameux gatosport et des gels energetiques autour de ma ceinture...

L'heure du départ approche, le stress monte. Je suis plutôt bien préparé... Je m 'entraîne depuis juillet pour ce marathon. Pourquoi aussi tôt? Car c'est mon premier! En plus, j 'ai fait mon premier semi marathon seulement il y a 6 mois (Paris mars 2012). De plus, je ne peux  m'entrainer que 3 fois par semaine ce qui est presque un peu juste selon moi.

Donc objectif de 4 heures...

Le départ, je pars donc à 5'40" par kilomètre, je ralentis dans les côtes et accélère légèrement en descente. Ce qui me permet de passer le semi en 2h01minutes comme prévu.

En cours de course, une gorgée de boisson hydrixir toutes les 20 minutes et un gel toutes le 40 minutes.

On discute avec les autres coureurs, c'est super sympa, le rythmne est tranquille et permet de faire des connaissances.

Je vais me retrouver à courir avec Nicolas je crois qui décroche au 25 ème kilomètre et qui finalement terminera seulement 3 minutes derrière moi!

Je tiens le cap entre 5'40'' et 5'45''/km jusqu au 29 eme kilometre. Je crois que la légère côte à ce moment m 'a cassé véritablement le rythmne. Je m' en remettrais pas! Je relance au 30 ème kilomètre à 5'54''/km puis je frappe le mur du marathon!!! AU 31ème les difficultés commencent, les douleurs aux cuisses sont plus intenses! je tombe mon allure à plus de 6 minutes au kilomètres pendant 7 kilomètres.... Puis c'est le mental qui finira la course. Je ne veux pas marcher, pas une seule seconde, hors de question alors je tiens bon quitte à avoir une allure ridiculement lente... Les 2 derniers kilomètres sont un calvaires, mais je tiens bon... çà fait plus de 4 heures de courses sans arrêt, la ligne d'arrivée est au bout... Les encouragement de la foule à l'approche de la comédie comme au tour de France, le public laisse juste la place aux coureurs pour passer les uns derrieère les autres, énorme, j 'entends mon nom, (c'est écrit sur mon dossard), j 'ai plus la force de remercier les gens comme au début, la foule me porte, j 'arrive enfin place de la comédie, les 2 kilomètres de côtes m'ont cassé horriblement, mes jambes n'avaient plus le glycogène pour grimper confortablemt, la place de Comédie donc enfin le plat... Je passe la ligne d'arrivée, la médaille, la fatigue me terrasse, je pleure de bonheur, je suis allé au bout de moi même.;.

 

1 commentaire

Commentaire de pierrot34 posté le 21-10-2012 à 11:51:24

Bravo collègue. Beaucoup de sagesse au début. C'est pour ça que tu as tenu.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !