Récit de la course : Megal O Night 2012, par leptitmichel

L'auteur : leptitmichel

La course : Megal O Night

Date : 15/12/2012

Lieu : Azay Le Rideau (Indre-et-Loire)

Affichage : 816 vues

Distance : 60km

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Megalonight 2012 - La Dracula !

7ème édition de la Megalonight. Il s'agit d'une course d'orientation "au score", c'est à dire qu'il faut ramasser un maximum de balises dans un temps limité. Ici pas de parcours imposé, donc la stratégie compte beaucoup dans le résultat final

3 courses sont proposées. Le "Petit Poucet" sur environ 15km, la "Cendrillon" avec environ 30km et la "Dracula" sur une distance d'environ 50km. C'est sur cette dernière que nous sommes inscrits avec Bertand.


Vous retrouverez au fil du CR les différentes cartes avec notre tracé GPS, mais pour une vue globale du parcours, voici un aperçu de la trace complète, mais aussi notre résultat, poste par poste, ainsi que le classement final.

P ALIGN="CENTER">Le CR de la course

Cela fait 2 ans que j'entends parler de la Megalonight grace à la participation de copains et plus particulièrement au CR de la Tortue (Damien) et d'Ouster (Andrew) l'année dernière

Aussi, cette saison 2012 étant placée sous le signe de la CO, je me dis que ça peut faire une excellente sortie de fin d'année, en même temps qu'une bonne préparation en vue du Raid 28 en janvier prochain.

Du coup je m'inscris avec Sonia, notre capitaine de l'équipe du Raid 28, et nous donnons comme nom d'équipe "l'Avant Raid" (28 bien sûr !)

Seulement voilà, comme rien ne se passe exactement comme prévu, Sonia fait une mauvaise chute en VTT le WE avant la course. Indispo pour 15 jours ! Zut de zut... Du coup il va faloir trouver un(e) équipier(e) en urgence. Les opérations de recherches sont lancées et rapidement c'est un Kikoureur qui vas se proposer en la personne de Bertand (oBob sur Kikourou)

Il m'annonce clairement la couleur... Il ne connait rien à la CO, mais il est super intéressé de découvrir ça. Sinon, côté course, pas de soucis, il a la distance dans les jambes. OK! Je m'occupe de l'orientation, et toi tu poinçonneras les balises (ben oui c'est une course d'équipe ;-))

On cale par email les modalités pratiques car comme il est du Mans, on n'aura pas le temps de se voir avant le jour de la course. Ca aussi c'est un truc que j'aime bien, partir sur une course avec des équipiers rencontrés au dernier moment. Une sorte de quitte ou double. Soit ça se passe bien, soit ça explose... Risqué oui, mais je suis un peu joueur aussi.

Départ de Paris le samedi après sous des trombes d'eau. Si c'est comme ça toute la nuit ça va être assez difficile. J'arrive sur place avec un peu de retard sur l'horaire prévu, mais j'avais prévu de la marge donc rien de grave. Je fais la connaissance de Bertrand dans le gymnase ou on va se préparer, et j'en profite pour discuter un peu avec l'équipe d'organisation.

L'ambiance est assez détendue. Les deux autres courses sont déjà parties, ce qui fait qu'il n'y a que les équipes (2 ou 3 équipiers) de la Dracula qui sont encore présentes.

Je me mets en tenue, mais vue les conditions météo, j'allège un peu le dispositif. Température pas trop froides (pas en dessous de 6°) et même si il devait y avoir un peu de vent, dans la forêt on ne devrait pas trop le ressentir. Seul risque, la pluie qui, même si elle s'est arrêtée, pourrait revenir à n'importe quel moment. Pour plus de détail, je vous laisse aller voir la fiche équipement.

Je profite de ce petit temps calme pour donner les infos de base sur la CO à Bertrand afin qu'il puisse suivre notre progression. De toutes façons on partagera nos choix de parcours pendant la course.

A 22 heures, on se retrouve tous dehors face à la remise des cartes.

Top chrono ! On récupère notre jeu de cartes et on re-rentre dans le gymnase. En effet, s'agissant d'une course au score, un des points clés de la stratégie est d'effectuer un pré-traçage de l'enchainement des balises. Quand on voit la carte avec les balises et le tracé dessus ça semble évident, mais par contre quand vous avez juste des ronds rouges partout sur la carte, il y a des fois où la façon des les enchainer n'est pas totalement évidente.

On décide donc de faire ce traçage au calme, posés dans le gymnase, sachant que les quelques minutes passées là par rapport aux 10h de course ne seront absolument pas perdues

On a en fait 4 cartes. Une première au 1/6000 sur laquelle sont placées 8 balises sous forme de CO urbaine dans Cheillé. Cette année, il n'est pas obligatoire de les prendre dès le départ, on peut en garder pour la fin.

Viennent ensuite 3 cartes au 1/15.000 format A4 qui se positionnent en longueur les unes à côté des autres. Une fois les 3 cartes positionnées correctement, je dessine notre modèle d'enchainement théorique. L'intérêt est bien de le tracer tant qu'on a l'esprit clair pour ensuite ne pas avoir à se poser de questions pendant la course.

Finalement une fois l'exercice fait, voilà globalement à quoi cela va ressembler (cliquez sur l'image pour agrandir)


Là, ce ne sont que des "point à point", sans chercher à définir les sentiers à prendre. C'est juste une suite logique. Notre plan de route consiste donc à démarrer par la partie supérieure du tracé, puis de revenir par la partie inférieure. Pourquoi ce choix ? Pas de raison particulière, c'est juste parce que ça s'est dessiné comme ça.

Une fois le tracé réalisé, on se penche sur la carte de la CO urbaine. Là ce sont 8 balises qui sont sur une carte au 1/6000. On se décide donc à prendre les 4 les plus éloignées en partant et de se garder les 4 autres pour la fin comme "variable d'ajustement" pour finir au plus près des 10h00 autorisées. Notre route passera donc par les balises G, E, D et C au départ, le retour passant par H, A, B et F.

Une fois les reports effectués, on se lance dans la bataille... Allez hop, c'est parti pour 10h de chasse aux balises !

Avant de se lancer sur les premiers postes il faut savoir que la CO urbaine présente des pièges avec des faux postes posés à proximité des vrais (mais non cohérents avec la carte). Je préviens donc Bertrand d'être vigilant sur le pointage.


Poste G – Arbre

Comme toujours, je sais qu'il va falloir être prudent sur les premiers postes pour ne pas faire d'erreur. Et même en ville je préfère me caler tranquillement. On quitte donc le gymnase, on longe le cimetière, puis on prend à gauche et la seconde sente à droite. La balise est au bout. Facile.

Poste E – Extrémité chemin

On prend à gauche tout de suite en sortant de la ruelle, puis on remonte vers la zone du poste par une rue. On trouve une sente qui nous permet de traverser le lotissement et d'arriver dans le square où est la balise. Là Bertrand se lance pour pointer, mais je l'arrête. Elle n'est pas dans le bon coin, c'est une balise leurre (qui vaut -1 balise si on la pointe). Je vérifie la carte et je lui indique le coin où se trouve la bonne balise. On n'est pas passés loin, mais du coup Bertrand a vite compris le risque à aller trop vite.

Poste D – Angle clôture

On ressort du lotissement par le nord, puis on contourne pour prendre le chemin qui part plein ouest. La balise est un peu plus loin.

Poste C – Angle clôture

Depuis la D on traverse un pré pour aller attraper la route en face puis on trouve la sente au départ de laquelle se situe la balise.

Et voilà, nos 4 premiers postes pointés. Les 4 autres seront pour le retour.

On part maintenant sur la première carte avec comme objectif de tout prendre sans se poser de questions. On commencera à travailler la stratégie à partir de la mi course c'est à dire dans 5 heures.


Poste 201 – Poteau

On sort de la zone urbaine par la bonne route qui se transforme quelques instants en chemin puis rapidement de nouveau en route. La balise est juste un peu plus loin accrochée à un poteau.

Poste 202 – Limite sud végétation

On continue la petite route, on passe le coude et on traverse l'autre route pour aller trouver la limite du bois que nous allons longer vers le nord ouest. Un peu avant le bout, on coupe le pré pour aller vers l'extrémité de la végétation. En fait l'extrémité de la végétation fait une sorte de langue d'arbres fine. Avec Bertrand on file directement dessus alors que plusieurs équipes qui ont visiblement mal lues la carte cherchent la balise bien trop à l'intérieur du bois.

Poste 203 – Extrémité haie

On décide de couper en sud ouest dans le champ. On arrive sur une clôture qu'on contourne puis on retrouve la route. En suivant la route on trouve facilement le chemin qui part en direction de la balise qu'on trouve un peu plus loin.

Poste 204 – Sud de la tombe

On continue sur le chemin jusqu'à la limite de végétation puis on rentre dans le bois. On ne trouve pas tout de suite le sentier qu'on recherche mais finalement on arrive quand même à reprendre sa trace pour aller jusqu'au chemin qui descend plein sud. Arrivé au bout du chemin on rentre dans le bois chercher la tombe et la balise piles dans notre axe de progression.

Poste 219 – Rocher

On revient sur le chemin puis on progresse en sud-ouest. On va jusqu'à croiser le cours d'eau, et là on cherche un sentier qu'on ne voit pas tout de suite. On revient légèrement sur nos pas et là on le trouve enfin. On va le suivre quelques centaines de mètres puis on coupe au cap dans le bois pour retrouver le cours d'eau. On termine en progressant ainsi de niveau jusqu'au rocher

Poste 218 – Jonction de rivières

On remonte un peu en sortie de la 219 pour retrouver un sentier qui va nous amener directement au niveau de l'intersection de cours d'eau.

Poste 220 – Croisement chemin rivière

On trouve facilement le sentier orienté sud-ouest que nous devons suivre. On croise deux chemins puis on arrive au niveau du cours d'eau pour prendre la balise.

Poste 221 – Petite dépression

On continue le sentier jusqu'à rejoindre le chemin puis on part en nord-ouest jusqu'à l'intersection suivante. On prend alors en sud-ouest puis on trouve l'accès au troisième layon qui doit nous permettre d'aller vers la balise. On rentre dans le bois au bon moment juste au niveau d'une petite zone dégagée pour trouver la dépression entourée de rochers

Poste 222 – Dépression

La distance n'étant pas très importante, je décide de jouer la carte de l'azimut direct. Je cale ma balise au plus précis et on file droit vers la balise. La dépression se voit finalement bien.

On en profite pour changer de carte au passage. Vous avez ci-dessous à gauche la carte complète avec la trace et à droite un zoom sur les postes 234 à 244.


Poste 224 – Rocher

On sort de la balise en prenant le layon vers l'ouest et une fois sur le chemin, je vais commettre ma première erreur et remontant au nord au lieu de partir au sud. Petite moment de flottement et je m'en rends compte seulement en arrivant à l'intersection au bout du chemin. Pas question de faire demi-tour. Il me faut juste le temps de me recaler et de comprendre exactement où nous sommes puis à partir de là, on décide de continuer sur le chemin vers l'ouest jusqu'à trouver le layon qui part à proximité d'un petit coude formé par un cours d'eau, ce qui nous fera un excellent point de repère.

C'est ce que nous faisons même si l'entrée du layon nous pose quelques soucis pour la trouver. Une fois dans le layon, on pousse jusqu'au chemin suivant puis de là on continue droit devant nous et on attaque la balise un peu plus loin en coupant dans le bois.

Cette petite erreur aurait pu nous couter cher, et finalement on s'en sort pas trop mal, mais je vais devoir rester vigilant pour éviter ce genre de bêtise surtout lors du prochain changement de carte car je suis persuadé qu'à un moment je me suis trompé de balise en lisant la seconde carte par rapport à la première.

Poste 233 – Trou le plus au sud

On sort du poste 224 par le même chemin que pour y venir puis on prend le chemin en nord ouest jusqu'à la première intersection avant de continuer sur une large piste vers l'ouest. On a deux points d'appuis avec une piste qui arrive de notre droite puis une autre piste qui arrivera de notre gauche. A partir de là on mesure la distance avant d'entrer dans le bois au cap et d'aller chercher la balise sans trop de difficulté.

Poste 234 – Marmites de géants

Long interposte sur chemin. On revient sur le chemin au nord de la balise puis on va jusqu'à l'intersection puis on remonte au nord jusqu'à l'intersection suivante. Là on trouve facilement le petit sentier qui nous amène sur les fameuses marmites.

Poste 235 – Trou

On quitte les marmites par un petit sentier puis on coupe dans la forêt pour aller chercher un autre sentier situé de l'autre côté d'une levée de terre. De là on remonte le sentier à la recherche d'un layon qu'on trouve grâce à un petit coude que fait le sentier. De là on remonte le layon en sud-ouest et on termine notre attaque de poste en suivant un fossé qui se dirige vers la balise.

Poste 237 – Cuvette

Pas de trace rapide possible, et on a pas envie de tout contourner. On va donc choisir une sorte de tout droit, qui par la nature du terrain va s'avérer moins facile qu'on ne le pensait !.

On remonte sur le premier layon, puis je prends un cap pour aller rejoindre le cours d'eau. De là on va estimer notre position par rapport à l'écart entre le cours d'eau et le sentier. C'est un peu risqué mais on ne dispose pas de point d'appui fiable, surtout de nuit. Du coup on continue en estimant notre progression au plus juste ce qui va s'avérer payant puisqu'on retrouve le réseau de sentiers et que de là le final vers la balise ne nous posera pas de problème.

Poste 241 – Extrémité chemin

Pour ce poste je décide de partir par le layon, puis de prendre le sentier qui contourne la zone verte. Un peu plus long mais qui nous fera un accès facile à la balise. On sort donc de la 237 pour retrouver le fameux layon qu'on va suivre en sud-ouest jusqu'à la croisée avec l'autre sentier. Sauf que le fameux sentier qui contourne la zone, on ne le verra jamais. A un moment je sens qu'on est trop loin, mais comme on a rien vu, il va être difficile de se recaler. On n'a donc pas d'autre choix que de continuer jusqu'à ce qu'on puisse trouver un point de repère.

Finalement, on arrive au bout du layon sur le grand chemin mais là encore sans voir la seconde amorce du sentier (grrrr). De là on part en sud-ouest afin de trouver un point d'attaque fiable, point qui me sera fourni par la grande intersection. A partir de là on remonte le layon en nord-est puis on termine en tapant droit dans le bois jusqu'à la balise. Ouf, on l'a quand même eue !

Poste 242 – Cuvette

Progression compliquée sur ce poste. On ne trouve pas clairement les layons et sentes qu'on voulait prendre ce qui fait qu'à un moment je décide de jouer le sanglier en coupant droit vers le cours d'eau. Une fois en bas, je retrouve le sentier de l'autre côté, mais une fois encore on rate l'amorce de la piste qui doit remonter vers la balise. Je m'en rends compte lorsque j'arrive sur un "S" formé par le sentier que je visualise bien sur la carte. Du coup on se la refait sanglier avec un tout droit à l'azimut qui cette fois ci nous fait rejoindre pile poil la balise.

Poste 236 – Intersection de chemins

On sort de la balise par le sud afin de trouver le large chemin. A partir de là on va faire un aller retour pour aller chercher la 236, mais je n'ai pas trouvé d'autre solution pour intégrer ce poste à notre parcours.

On remonte donc le large chemin, puis à la jonction avec un layon, on trouve l'amorce de piste mal tracée qui doit permettre d'aller sur la balise. On se déroute un peu mais rapidement on trouve la balise.

Poste 246 – Extrémité est du talus

Sortie de poste par le même chemin qu'à l'aller puis on reprend la large piste jusqu'à l'intersection en étoile. De là on remonte la route forestière en nord-ouest puis arrivé à la hauteur du layon, on le prend en sud-ouest et on fait une toute petite boucle pour trouver le talus et son extrémité.

Poste 240 – Angle de rivière

Là encore retour sur la route par le même chemin qu'à l'aller puis au layon suivant on prend dans le bois en nord-est en suivant le cours d'eau jusqu'à l'endroit où elle fait un coude.

Poste 239 – Est de la clairière

Un tracé intéressant. En fait je prends un azimut direct depuis notre balise vers la suivante, et je vais avoir des points d'appuis assez fiables pour assurer la progression. On sort donc au cap de la 240 et une fois à la jonction je trouve la petite piste qui oriente la suite de notre progression. Une fois que le sentier bifurque à droite, on continue au cap pour arriver pile sur la balise.

Poste 238 – Jonction de fossés

Pour ce poste on continue le même mode de progression. Un azimut pour rejoindre le chemin, assez précis pour tomber au bon endroit à la jonction sentier/chemin. On continue notre progression puis une fois sur zone on trouve finalement rapidement le poste. Bien visé !

Poste 245 – Croisement de fossés

Sortie de poste plein ouest jusqu'au chemin, puis plein nord pour assurer notre interposte. On redescend ensuite en sud-ouest jusqu'au moment où on trouve le fossé qui doit nous faire aller directement vers la balise.

Poste 244 – Croisement de chemins

On sort vers l'ouest pour trouver le chemin que nous allons suivre plein sud. A la grande intersection on prend le chemin en sud-ouest jusqu'à une petite trace qui nous amène sur la balise.

L'interposte suivant est à cheval entre les cartes 2 et 3


Poste 185 – Cuvette

On sort de la balise par le sentier qui part au sud pour retrouver le chemin. A l'intersection suivante on bifurque en nord-ouest. On passe une première intersection, (et on change de carte à ce moment là), et on continue notre progression avec un chemin à gauche puis un second à droite comme points d'appuis. A partir de ce chemin on mesure la distance pour trouver le sentier qui remonte au nord. Juste après on trouve la fourche de sentiers et de là on attaque le poste au cap directement dans le bois.

Poste 186 – Sud du rentrant

On sort de la 185 au cap en coupant le premier chemin pour arriver sur le second (parce que la foret passe bien à cet endroit là). On part alors en sud-est sur le chemin et ne calant notre distance, on trouve le bon layon qu'il nous suffit de suivre pour arriver sur la zone de la balise qu'on va trouver rapidement.

Poste 187 – Angle du talus

Sur ce poste à poste on va se faire une trace directe. Les points d'appuis semblent clairs sur la carte mais moins faciles à suivre sur le terrain de nuit, mais on s'en sort plutôt bien

Poste 189 – Cabane

Je décide de sortir au cap en léger nord-ouest pour viser le coude de la limite de végétation. Une fois sur place je trouve un des layons qui traversent la végétation, amis je ne suis pas certain de savoir exactement dans lequel je suis. Arrivé sur le chemin suivant je me cale sur une petite zone dégagée et là, je reprends un autre layon qui arrive sur le chemin plein nord qui va vers la cabane.

Poste 188 – Mangeoire

Sortie de la 189 par le même chemin qu'à l'aller et on pousse sur le chemin jusqu'à l'intersection. Là on prend le second chemin orienté sud, et quelques dizaines de mètres plus loin on trouve le layon qui va sur la mangeoire.

Poste 199 – Rocher

Retour sur le chemin qui part au sud, et là encore il nous faut trouver le bon layon pour rejoindre la balise, ce que nous faisons sans grosse difficulté.

Poste 190 – Croisement de chemins

On quitte la 199 en continuant le layon en nord ouest jusqu'à la ligne de chemin de fer. Là on cherche un point de passage facile, puis une fois de l'autre côté il y a un chemin qui permet de contourner la zone interdite. De là on retrouve la route qui nous permet de sortir de la route.
Une fois à l'intersection de routes, on trouve le premier layon qui rentre dans le bois en nord-ouest, et en calant notre distance on tombe sur le sentier qui part sur notre gauche et un peu plus loin sur la balise.

Les deux postes suivants nécessitent quelques explications


Poste 191 – Angle du talus
Poste 192 – Croisement de rivières

On est parti pour enchaîner la 191 puis la 192, sauf que je vais me prendre un peu les pieds dans le tapis. On sort de la 190 par le sentier (1) puis on revient sur la route. Là comme les layons sont parfois peu visibles depuis la route, on rentre dans le bois sur une vingtaine de mètres et on progresse le long de la route (2). On trouve le layon qui nous intéresse, et je calcule la distance jusqu'à la balise. C'est là que je me plante. Quand je calcule cette distance, je mesure la 192 et pas la 191... Du coup, on avance et on dépasse la 191 (3) sans la voir alors qu'on a du passer juste à côté. Arrivé au bout (4) on commence à jardiner mais rapidement je vois qu'on a plus de repères. Pas question de jardiner dans le vide, on risque d'y passer des heures.

Donc de là, je décide de revenir sur la route et trouver un nouveau repère. Je commence mon retour en S-S-E (5) puis en E-S-E pour finalement retrouver la route, sauf que je ne vois pas de repère fiable. On décide donc de suivre la route (6) jusqu'à ce qu'on trouve quelque chose. Ce repère va apparaitre sous la forme d'une ruine (7) bien présente sur la carte.

De là, je retrouve mes marques. On rentre dans le bois (8) pour trouver plus facilement le layon, et cette fois on remonte sur la bonne distance jusqu'à la 192 (9). Une fois la 192 tombée, je décide de faire un azimut droit sur la 191 (10) qui va finalement tomber. De la 191, on en termine en revenant sur la route (11) pour reprendre notre progression normale.

On a effectivement perdu un peu de temps ici, mais avec quand même la satisfaction non seulement d'avoir, je pense, pris la bonne décision en insistant pas, et en trouvant les bons repères pour revenir.

Poste 200 – Jonction fossé-chemin

On continue donc la route vers le sud, puis une fois passées les maisons je décide de couper dans le bois. On arrive finalement sur le sentier à l'ouest de la balise et là on a juste à remonter vers le poste. On trouve la toile mais aucun boitier dessus. Oublié ou volé ? On n'a pas le temps de se poser la question. Du coup, on fait une question. On fait une photo de Bertrand au niveau de la balise pour valider notre passage. En fait la balise sera finalement neutralisée par les organisateurs dans le décompte final. Dommage parce qu'on l'avait réellement trouvée.


J'en profite pour faire un point et on a dépassé les 5h de course. Donc, il faut absolument attaquer le retour des à présent si on veut finir dans les temps. Comme ligne conductrice, je me fixe 1h pour sortie de la carte 3, 2h pour traverser la carte 2 et 2 h pour traverser la carte 1, avec le ramassage des balises qu'on pourra dans ces délais.

Donc la première décision est de zapper les 5 balises excentrées en bout de carte 3 (193 à 197). Au moins une heure de course pour cette boucle, ce qui serait trop long. On va donc filer sur la 198, puis enchainer avec une sortie de carte directe puisqu'il n'y aura pas d'autres balises à prendre.

Poste 198 – Centre bâtiment

On sort de la 200 par le sud et on arrive sur la route. De là on prend un chemin vers l'est jusqu'à la ligne de chemin de fer qu'on traverse à nouveau puis on file en sud ouest jusqu'à l'intersection qui va nous mener au bâtiment où se trouve la balise.

L'interposte suivant est à cheval entre les cartes 3 et 2


Poste 247 – Rocher

De la 198, on quitte la zone en enchainant quelques routes qui nous amènent à la sortie de la carte 3 au niveau d'un grand carrefour. Au carrefour (passage sur la carte 2) on remonte en nord-est jusqu'au niveau d'un chemin qui part sur notre gauche. On le prend en nord-ouest puis on trouve le layon qui remonte vers la balise.

Poste 248 – Rocher le plus à l'ouest

La sortie de poste est un peu cafouilleuse, mais on retrouve quand même l'intersection avec le large chemin. On le traverse et on trouve facilement le chemin qui file plein sud. Une fois la zone verte traversée, on trouve le 3ème layon et on le prend pour aller sur la balise.

Poste 243 – Trou d'eau

On continue notre progression plein est pour aller chercher le chemin. On remonte ensuite au nord jusqu'à l'intersection sans chercher à couper car la forêt n'est pas propre et on risque de perdre nos repères une fois de l'autre côté. Une fois au carrefour on prend vers l'est jusqu'à la fin de la zone grillagée, puis on va tenter de suivre le layon, mais la zone est vraiment complexe sur le terrain. On s'en sort pas trop mal, mais la progression est difficile jusqu'à la balise.
Après coup je me dis qu'on aurait pu faire plus court en prenant par le lac, mais je dois avouer que cet itinéraire ne m'est pas apparu sur le moment. Peut-être un petit coup de moins bien (on en était quand même à plus de 6h30 de course !)

Poste 232 – Clairière

Pour faire simple, vue l'heure et la complexité de la zone, celle là je ne la sentais pas du tout de chez pas du tout... Sur la carte ça ne semble pas très compliqué mais sur place, ça ne le faisait pas. Je décide donc discrètement de la zapper (ben oui !)

Poste 227 – Croisement fossé limite de végétation

On sort donc de la 243 par le layon en sud-ouest puis la route en sud-est. On passe l'intersection où il y a le ravito, mais on ne le voit qu'une fois complètement de l'autre côté du carrefour... Pas envie de faire demi-tour pour revenir dessus sachant qu'on a encore de l'eau et qu'on doit optimiser le chrono.

On continue donc sur la route jusqu'à la limite de végétation, puis à partir de là on va rester en lisière jusqu'à la balise. Pas facile car la végétation est dense mais on trouve quand même le poste.

Poste 226 – Angle fossé

sortie de la 227 en continuant à longer la limite de végétation. Une fois sur le chemin, on a devant nous une zone dégagée qu'on décide de traverser. Bien sur comme c'est la nuit on ne voit pas tout de suite qu'en fait au sol c'est jonché de gros branchages et il nous faut adapter la trace en raison des obstacles, mais on arrive finalement à retrouver l'entrée du layon à la limite de la forêt et de là il ne nous reste plus qu'à remonter le layon jusqu'à la balise.

Poste 228 – Jonction de fossés

Plutôt que de revenir en arrière je préfère terminer le layon et assurer mon retour dans le bois grâce à la route. Une fois le layon trouvé on file chercher la balise.

Poste 225 – Rocher nord

Demi tour pour revenir sur le chemin, puis je comptais prendre le sentier presque en face, mais je ne le trouve pas. Pas grave on traverse façon sanglier en suivant le même axe que le sentier. Une fois qu'on croise le chemin on continue sur notre azimut jusqu'au niveau du cours d'eau puis on appuie un peu en nord est pour trouver le poste.

Poste 223 – Intersection fossé rivière

Sortie de la 225 par l'est grâce au layon qui nous amène à l'intersection. On descend le chemin en sud-ouest et arrivé à la hauteur de rochers je me rends compte qu'on a raté notre layon. Pas grave on prend celui juste après qu'on suit jusqu'à la hauteur du fossé pour ensuite récupérer la balise.

Poste 229 – Angle fossé

On sort du poste en continuant le layon jusqu'au chemin et on prend le layon presque en face jusqu'au fossé où se trouve la balise.

Poste 230 – Rocher au sud

On continue encore le layon pour sortir de la zone puis on trouve celui en sud-est que l'on va suivre jusqu'au chemin. Une fois sur place on part en nord-est jusqu'au groupe de rochers.

Ca fait 8h05 qu'on est partis... Il nous reste 1h55 pour terminer le parcours, donc on est pratiquement dans les horaires que j'avais prévu.

Changement de carte pour revenir sur la carte 1


Poste 231 – Butte arborée

On continue le chemin en nord-est, puis à l'intersection suivante on passe sur un petit bout de chemin qu'on enchaine (encore une fois) avec un layon qui va vers la balise

Poste 217 – Trou

Là on décide de faire court en sortant droit à travers le bois. De toute façon j'ai deux lignes d'arrêts avec le chemin et le cours d'eau. On arrive sur le chemin, on croise le fameux cours d'eau et on remonte le chemin jusqu'à une intersection dégagée. A partir de là on prend le second layon sur notre droite jusqu'à la balise.

Poste 208 – Trou

Depuis un moment on joue au yoyo avec une autre équipe. Ils nous doublent avec une vitesse de course bien supérieure à la notre, sauf qu'on les retrouve sans cesse, comme quoi la technique d'orientation doit jouer un peu quand même. Sur ce poste ils décident de repartir par le chemin d'où on arrive. De notre côté on préfère faire la sortie de poste par le layon qu'on suit jusqu'au bout, puis on remonte en nord-est presque jusqu'au niveau de l'intersection, et là on termine avec un petit azimut direct dans le bois. Finalement on arrive juste avant l'autre équipe...

Poste 205 – Butte

On ressort plein nord jusqu'au chemin puis on continue vers l'est. Une fois sur la route, on mesure notre distance pour savoir quand rentrer dans le bois puis on termine par un azimut, encore une fois dans un terrain moyennement praticable.

Poste 206 – Dépression

Interposte court et pas de trace lisible. Ok, on y va et direct et encore une fois, ça va payer.

Poste 207 – Rocher

On part de la 206 en sud-est pour rejoindre le chemin, chemin sur lequel une fois encore on retrouve l'autre équipe. Là on commence à chercher le fameux rocher, mais la zone est très très dense. En contrôlant ma carte je me dis qu'on est entré trop tôt dans la végétation. J'appelle Bertrand pour rentrer un peu plus haut et je trouve la balise, en faisant profiter l'autre équipe au passage.

Poste 209 – Petite dépression

Sortie par l'est, puis à l'intersection on descend en sud-ouest jusqu'au layon qu'on va suivre plein sud jusqu'à la balise.

Poste 210 – Dépression

Sortie de poste plein est jusqu'au chemin. Là on prend le dernier layon pour aller sur la balise.

Poste 211 – Angle nord-ouest du talus

On continue le layon en nord-est puis on trouve le sentier qui pars en sud-est jusqu'à la limite de zone qui nous fait une excellente ligne d'arrêt. De là on longe la limite, puis à la hauteur des habitations on rentre dans le bois et on arrive pratiquement sur la balise à la hauteur du layon.

Poste 212 – Dépression

On continue le layon jusqu'au chemin suivant puis on remonte en nord ouest et au bout du chemin on prend sur notre gauche, la dépression étant située juste après l'intersection.

Poste 213 – Sud clairière

Le chemin en sud-ouest puis on remonte en nord-est. Aucune difficulté.

Poste 216 – Ile...

Drôle de définition, mais en fait on y a pas fait attention sur le coup, le poste étant facile a trouver. On sort de la 213 en continuant le chemin plein nord puis on décide de couper droit en nord-ouest plein bois car ce n'est pas très dense en végétation. Une fois sur le chemin on prend vers l'ouest et un peu avant la fin du chemin on rentre dans le bois chercher la fameuse ile...

Poste 215 – Rocher

Sur la 216 on est encore avec l'autre équipe (celle avec qui on joue au yoyo). Pour attaquer la 215, ils décident de rentrer droit dans la zone verte. Hum, hum, ça me rappelle une mésaventure sur l'orientoise l'hivers dernier. Zone ultra dense et bourrée de ronce, pratiquement infranchissable. Du coup on les laisse partir et je décide de contourner par l'ouest, d'autant que sur la carte le layon d'accès semble assez clair. On trouve facilement l'accès au layon et même dans cette configuration c'est pas mal chargé en ronces. On trouve la balise facilement mais pas de trace de nos deux lascars.

Poste 214 – Jonction chemins

On sort par notre layon toujours sans trace de nos concurrents, et on remonte plein nord jusqu'au chemin qui va à l'est droit vers la 214. Il nous reste à peine 20mn pour rentrer dans les délais, et du coup je mets un poil la pression à Bertrand car on va être juste juste, d'autant que depuis un moment il a une blessure qui ressort ce qui l'oblige à gérer un peu sa progression. On remonte le chemin vers la 214 qui nous semble interminable, mais on arrive quand même sur ce dernier poste de la partie CO.

Poste H – Angle clôture

Il nous reste 11mn quand on quitte la 214. Le trajet est simple car il ne nous reste plus qu'à suivre un chemin qui va se transformer en route, mais après 9h50 de course on est un peu moins rapides. On progresse au mieux, et on fini par arriver à l'angle de la clôture où se situe la balise H (voir le plan du prologue en début de CR). Il nous reste à peine 2 ou 3 mn pour rentrer dans les temps. Il va donc être impossible d'aller chercher les 3 balises restantes autour de l'arrivée.

En fait à un moment je me pose la question d'aller les chercher quand même car si on a 5mn de retard, on prend une balise de pénalité. Et du coup si je peux prendre les 3 en 5mn, on fera quand même +2 au compteur final. Sauf que Bertrand est un peu out, et cela nécessiterait de s'arracher, avec un risque de blessure ce qui finalement serait idiot vu que jusqu'ici tout s'est plutôt bien passé.

Arrivée

On décide donc de rentrer directement au gymnase en traversant les terrains de sport. On contourne le gymnase et Bertrand pointe la balise d'arrivée avec un chrono de 9h58'50", soit avec une marge de manoeuvre de 1'10... Pas mal calculé quand même.

On rentre se poser dans le gymnase, et on se fait un petit ravito, changement de tenue bien mérité.

On termine avec 62 balises pointées (63 en fait mais la balise 200 a été annulée pour tout le monde).
Au final les seules qui nous manquent sont les 5 balises zappées au bout de la carte 3 (on a bien fait), la 232 (que je ne sentais pas du tout) et les 3 de la CO urbaine.

L'affichage du classement nous donne 12èmes avec nos 62 balises mais sans pénalités. Si j'avais pu aller chercher les 3 balises manquantes, on finissait à 64 (62 + 3 -1 de pénalité) ce qui nous faisait remonter à la 10ème place, mais je pense que ce soir nous n'avions pas les moyens de faire beaucoup plus, donc pas de regret à avoir, on a joué à notre niveau.

Voici en détail la trace GPS de notre parcours reporté sur l'assemblage des cartes de CO (cliquez sur l'image pour afficher la carte en taille normale... 1,60 Mo)


Au delà du classement, que dire de cette sortie.

Tout d'abord un grand merci à Bertrand de m'avoir accompagné de la sorte et de m'avoir supporté pendant toute la nuit. J'espère que cette première découverte de la CO ne t'aura pas trop effrayé.

Côté orientation, avec le recul on aurait probablement pu optimiser quelques passages, mais la nuit on a quand même tendance à sécuriser les interpostes. De plus, on fait au final assez peu d'erreurs et globalement notre traçage initial ne me semble pas si mauvais que ça. Les deux trois petits loupés ont été rattrapés correctement et sans eux on aurait probablement juste pu sécuriser les 4 postes manquants, mais certainement pas aller chercher les 5 balises éloignées.

Pas de gros dénivelé sur cette zone, la preuve...


Côté organisation, rien à redire. Bonne ambiance, tous les postes bien placés, accueil sympa au départ comme à l'arrivée, bref un course sur laquelle on peut venir sans hésitation.

Voilà qui clôture une saison 2012 assez dense mais globalement réussie, ce qui après celle de 2011 commence à devenir une habitude ;-)



Michel

1 commentaire

Commentaire de La Tortue posté le 28-12-2012 à 23:25:16

alors cette mégalo ! je ne t'avais pas menti, superbe non cette forêt d'Azay le Rideau ?
une bête déchirure m'a obligé à déclarer forfait pour la première fois à cette course dont je n'avais jamais raté la moindre édition.
merci pour les cartes, ça m'a rappelé de bons souvenirs dans cette forêt que je commence à bien connaitre !
pour les balises de st benoit, avec qosqo en 2009, on les avait ramassées, on avait fini troisième mais on avait du cavaler comme des lapins et être super pointus en orientation (surtout qosqo !), mais cette année là, il y avait 2 balises encore plus à l'ouest qu'on avait pas prises. pour tout prendre à la Mégalo, il faut être très bon coureur et bon orienteur, seuls les tous meilleurs y arrivent, donc n'aies pas de regret.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !