Récit de la course : Raid ATO 2006, par pifouille

L'auteur : pifouille

La course : Raid ATO

Date : 30/4/2006

Lieu : Peyruis (Alpes-de-Haute-Provence)

Affichage : 920 vues

Distance : 0km

Matos : Montrail Hardrock

Objectif : Se dépenser

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas d'autre récit pour cette course.

RAID ATO 2006

Voici mon compte rendu du RAID ATO effectué pendant le week-end du 1er mai à Peyruis dans les Alpes de Haute Provence. Nous sommes partis à deux équipes mixtes composées de Sandra, Maroussia, Bernard et moi-même. C’est Maroussia qui pratique la CO dans un club du Loiret qui nous a proposé de participer à ce raid. Nous sommes partis d’Orleans vendredi soir en faisant une étape à Grenoble.



Un trajet de 9 heures pour découvrir notre terrain de jeu :



Pour ce raid, Sandra et moi avons choisi un parcours long mais techniquement facile (40km sur 2 jours avec 800 mètres de dénivelé). Arrivé sur le lieu de la course, heureusement le soleil est de la partie et nous nous préparons…Pour ma part, je mets un calecon, mon maillot RaidLight, mes Hardrock Montrail, un sac à dos comprenant la nourriture, vêtements de rechange, la tente…..



Une fois prêt, nous nous présentons à l’accueil pour la vérification des sacs et la découverte de la carte. Celle-ci est au 1/15000 et présente beaucoup de relief !!!



Une fois que tous les participants sont enregistrés, nous sommes transportés vers la zone de départ en bus. Le départ est effectué en masse, 500 mètres plus loin, nous arrivons sur la zone de définition des postes, et là, je découvre les joies du remplissage de la carte à même le sol et dans un temps record.



Une fois celle-ci remplie, nous partons. Notre technique de novice est simple : emprunter au maximum les sentiers et courir uniquement sur la plat et les descentes. Les premières balises sont simples à trouver… Alors nous nous risquons à l’azimut brutal et nous avons appris à notre dépend que la forêt provencale est composée avec un maximum d’épineux…et que ceux-ci griffent à merveille.



Le tracé du parcours nous permet de profiter un maximum du paysage mais Sandra qui est un petit gabarit commence a ressentir de la fatigue due à celui-ci.




Pour moi, tout se passe à merveille, mes chaussures tiennent bien le coup et je gambade comme un cabri sur les pierriers. Aucune douleur pendant toute la durée de la course. Le seul hic, c’est que j’ai oublié la crème solaire…et que je n’ai plus d’eau pour finir. Sur la dernière demi heure, je ne me sentais pas très bien. Pour la première étape, nous mettons environ 4h40 (1h derrière les premiers), nous perdons une heure à cause des épineux et d’un sentier qui n’existait pas sur la carte. Nous installons alors notre tente. Une heure après, Maroussia et Bernard nous rejoignent. Mais eux, on choisit un parcours plus difficile techniquement. Peu à peu le campement se forme et l’organisation nous prépare un vin chaud.La nuit tombe et le vent se lève. Le réveil est dur le lendemain matin avec une température qui a beaucoup chutée pendant la nuit.

Le départ de la deuxième étape est donné à 7h30. Je me couvre d’un coupe-vent et d’un bandeau pour les oreilles.

Cette deuxième étape ne présente pas du tout le même relief, ni la même végétation. Les organisateurs ont même positionné une balise dans une ancienne mine et il fallait emprunté un petit souterrain pour y accèder : Génial !!!! Les pentes sont beaucoup plus longues qui font énormément ralentir la cadence. Les jambes commencent à être lourdes au bout de 2h de course mais avec une bonne hydratation tout se passe bien. Mais cette fois ci, aucune erreur de navigation… Nous mettons 4h10 (seulement 30 min derrière les premiers).



De leur coté, l’autre équipe finit cette étape en plus de 7 heures…A l’arrivée, on nous attendait avec un délicieux repas froid et un t-shirt souvenir.
J’ai vraiment été comblé par cette expérience. D’ailleurs, j’y retourne en juillet pour la prochaine étape aux Arcs.
Le seul bémol : le parking où stationnait les véhicules n’était pas surveillé et des voitures ont été cassé pendant la nuit.

1 commentaire

Commentaire de christianboronad posté le 07-05-2006 à 22:07:00

Salut, vraiment sympa ce CR, ca donne envie de le faire. Mais comment faites vous pour arriver à courir avec un aussi gros sac sur le dos.
Encore bravo.
Christian.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !