Récit de la course : Trophée de Saint Quentin en Yvelines - Etape 4 - Champ Garnier - Circuit A 2006, par L'Castor Junior

L'auteur : L'Castor Junior

La course : Trophée de Saint Quentin en Yvelines - Etape 4 - Champ Garnier - Circuit A

Date : 28/6/2006

Lieu : St Lambert Des Bois (Yvelines)

Affichage : 6386 vues

Distance : 9.4km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Il vaut mieux marcher dans la bonne direction que courir dans la mauvaise... (proverbe d'orienteur)

Ce mercredi avait lieu la quatrième, et dernière, étape du Trophée de CO de la Ville Nouvelle de Saint Quentin en Yvelines ( http://rauturie.club.fr/trophee_2006/index.html ), sur la carte de Champ Garnier à Saint Lambert des Bois.
Je retrouve au départ Klouggy le clown, Gilles Montambaux et Jean-Yves Thuret, tous trois JDM, ainsi que tout un tas de collègues du GO78, qui organise la course de ce soir, tracée par Nathalie Rauturier.
Toujours pas la moindre trace de l'Electron, du Mammouth Rose ou de Domi de la monstertruck team. Je commence à sérieusement douter de leur participation aux étapes précédentes : n'ont-ils pas tout simplement utilisé de bons orienteurs (meilleurs que moi en tout cas ;-o) ) pour courir à leur place sous leur nom ?

Mon objectif du jour est, pour une fois, de me concentrer sur l'orientation, quitte à marcher l'essentiel du temps, afin d'éviter ces séances de jardinage qui me valent déjà une réputation terrible dans tous les milieux autorisés. Le temps sera ce qu'il pourra, mais je réduirai coûte que coûte les distances parcourues.

Christophe Beauvisage emmène Quentin vers le départ, et donne à son bout de chou les dernières consignes (rester calme, concentré, et s'appuyer sur la carte). Je les écoute avec attention : mes (contre)performances récentes en orientation justifient une certaine humilité...

Une fois nos pointeurs SportIdent remis à zéro et contrôlés, nous partons en même temps chacun sur son circuit (le D pour Quentin et le A pour moi).

Poste 1 (116) - souche - 3'45" : Cette balise fournit la seule occasion de "bouffer" du dénivelé de toute cette carte, par ailleurs extrêmement technique avec tous ses trous et dépressions, secs ou humides. Nous descendos, Quentin et moi, par le chemin au nord-est du départ, pour rejoindre le chemin NO-SE. J'aide Quentin à enlever un vilain moucheron qui a décidé de se loger dans son oeil, puis je l'abandonne pour l'attaque de mon premier poste. Je repère une première balise, trop proche (elle n'est pas sur mon circuit), puis continue à flanc pour tomber directement dessus. Temps très moyen, mais j'ai marché tranquillement pour rester concentré.

Poste 2 (143) - petite dépression - 9'43" : Le chemin le plus rapide consiste sans doute à remonter le chemin NO-SE jusqu'au croisement, puis couper plein ouest à travers blanc et vert clair, mais je décide de rester sur la courbe de niveau pour emprunter le sentier à l'ouest. Hélas, ledit sentier est largement encombré d'arbres tombés, et la progression est horriblement lente. Je finis même, avant le vert foncé, par bifurquer et rejoindre la Route des Chênes jusqu'au Carrefour de la Vallée de Misère, puis remonter plein Nord. J'attaque ensuite le poste plein ouest à hauteur des trous humides. Encore une approche correcte : chouette ! Quant au chrono, oublions (j'avais prévenu que je prendrais mon temps ^_^).

Poste 3 (144) - bord nord de la dépression marécageuse - 3'21" : Encore un chrono moyen, mais l'approche, en contournant les trous humides au nord-est du poste précédent, me convient. Toujours pas de jardinage...

Poste 4 (117) - bord nord-ouest de la mare - 5'03" : J'attaque plein ouest, en m'appuyant sur deux fossés secs, et trouve le poste sans difficulté.

Poste 5 (121) - bord nord-est de la mare la plus au sud-est - 7'28" : Je commence par rejoindre la Route Royale plus au nord, puis fais un détour par la Route de la Brosse d'où j'attaque le poste au niveau des trous marécageux. Toujours pas de cafouillage.

Poste 6 (120) - petite dépression - 2'02" : Là, je m'appuie sur le petit bout de sentier à l'ouest du poste, qui me guide directement vers cette petite dépression, que l'on trouve aisément au sud d'une dépression marécageuse.

Poste 7 (119) - petite dépression la plus au sud-est - 3'07" : Là encore, j'attauqe au cap, et me fixe comme point d'arrêt la sente OE. Aucune difficulté, surtout en marchant ;-o)

Poste 8 (133) - côté est de la mare - 7'12" : Désirant courir un peu lagré tout, j'opte pour les chemins : Route Royale puis Route de la Brosse jusqu'au Carrefour du Poteau Blanc, puis le chemin NO-SE jusqu'aux mares sur la droite visibles depuis le chemin. Je contourne la principale et trouve le poste sans difficulté.

Poste 9 (127) - bord nord de la dépression marécageuse - 4'01" : Je reprends le chemin NO-SE jusqu'au champ cultivé à son extrémité, puis attaque par une sente non marquée sur la carte, avant de filer vers la bonne dépression plus au nord-ouest. Un coureur derrière moi me suit jusqu'au poste.

Poste 10 (126) - côté sud-ouest de l'arbre particulier - 3'03" : Première grosse bêtise ! L'attaque du poste est bonne, plein cap nord-nord-est, mais je décide de couper par une des mares sur le trajet, croyant pouvoir m'appuyer sur un caillou qui surnage. Horreur : le caillou s'enfonce immédiatement sous mon poids, et je me retrouve pour la première fois de ma vie dans la situation que j'imagine être celle des gens qui tombent dans des sables mouvants : l'enfoncement dans cette vase malodorante apparaît presque inéluctable. N'ayant plus que le buste hors de ce bourbier, je décide d'agir calmement, mais appelle quand même le coureur qui me suit à la rescousse. Finalement, en appuyant mes avant-bras sur une zone moins mouvante de la vase, je parviens à m'en extirper sans avoir besoin du bâton que me tend le coureur. Bilan des courses : des vêtements et chaussures lourds et malodorants pour le reste de l'épreuve, et une carte maculée de vase et, par conséquence, désormais difficilement lisible, notamment dans ses nuances. Afin d'éviter ces réminiscences du Raid 28, j'éviterai à l'avenir de faire le malin sur des zones marécageuses... Après cet "incident", je reprends mes esprits et pointe le poste sans difficulté.

Poste 11 (124) - trou le plus à l'ouest - 8'17" : Je rejoins le chemin NS à l'est du post précédent, puis aperçois Audry Beauvisage, graine de champion chez les JUH, qui apprécie visiblement peu la course du jour. Je l'aide (c'est bien la première fois que je suis capable de le faire) en lui indiquant comment trouver la balise 127. Je reprends ensuite la Route Royale au sud-est, que je quitte au croisement avec un reste de sentier. Les balises sont ici d'autant plus faciles à trouver que trois coureurs rapides "tracent" devant moi, et me laissent deviner le chemin optimal d'approche.

Poste 12 (122) - côté est de la souche - 1'32" : Cap plein nord-est, aidé encore par la présence d'un trio rapide.

Poste 13 (123) - côté ouest de la souche - 0'48" : Le poste est extrêmement simple, immédiatement à l'ouest-nord-ouest du précédent.

Poste 14 (129) - côté sud de la souche - 3'47" : En repartant sur la Route Royale, je croise Gilles pourtant parti, je l'imagine, longtemps après-moi. Il est définitivement un excellent orienteur parmi les non-licenciés. Je trouve la souche sans difficulté, dans la prolongement d'une sente SO-NE.

Poste 15 (135) - côté ouest de la dépression - 6'53" : Je préfère jouer la sécurité et rejoindre le Carrefour du Poteau Blanc, avant de courir plein ouest jusqu'à la lisière du champ. Le vert clair est très roulant, et m'amène directement sur le poste.

Poste 16 (139) - souche - 4'47" : Je traverse le chamin agricole puis la Route du Frelon, plein nord-est, et trouve la souche sans difficulté.

Poste 17 (136) - petite dépression - 3'27" : Pas de difficulté : je contourne simplement le vers foncé, en m'appyant dessus ainsi que sur la petite dépression marécageuse plus au sud.

Poste 18 (137) - bord nord-ouest de la dépression marécageuse - 1"30" : Aucune difficulté là encore : le cap sud-sud-est suffit largement.

Poste 19 (140) - côté nord de l'arbre particulier - 15'30" : Je retrouve un coureur croisé auparavant, et nous nous entamons, à deux, une belle séance de jardinage. Deuxième grosse bêtise ! Je pense que l'euphorie relative des 18 premiers postes trouvés sans éclat ni génie, mais sans grosse erreur non plus, m'a amené à relâcher mon attention. Je file sur le premier arbre que j'imagine être particulier, avant de constater qu'il n'y a aucune balise à côté. Un autre : idem. Une seule chose est sûre : je n'ai plus aucun repère, ainsi qu'en témoigne mon atterrisage sur la Route de la Brosse au sud-est du poste. A force de jardinage, et grâce à l'arrivée sur zone de coureurs plus frais, je finis pas pointer ce poste, terriblement déçu d'avoir failli si près du but...

Poste 20 (142) - sur la colline - 3'13" : Je reprends mes esprits et trouve ce poste aisément, au cap sud-est et dans une zone blanche assez marquée. La balise sur la (petite) colline se voit de toute façon aisément de loin.

Poste 21 (99) - extrémité nord-est du sentier - 4'30" : Le retour sur le Carrefour de la Vallée de Misère et le chemin au NO-SE qui le sépare de l'arrivée est légèrement compliquée par une progression relativement difficile à travers le vert. La montée du talus pour trouver le poste marque par ailleurs la seconde, et dernière, ascension de cette course.

Arrivée - 0'39" : Comme souvent , je donne tout pour cette arrivée, d'autant plus que je crois deviner au loin les silhouettes de l'Electron et Domi. Seraient-ils là finalement ?

Bilan de cette course : 1h44' pour 9,4 km (moins de 50% de plus que la distance balise à balise : c'est la première fois que "j'optimise" à ce point) et 96 m de D+.
Au classement, je finis 57ème du circuit, sur 89 partants et 70 classés. Je suis toujours dans les profondeurs, mais la stratégie de priorité donnée à la réflexion et à la concentration a porté ses fruits en me permettant (presque) de surnager.

Je retrouve ensuite l'Electron et Domi, très taquins, ainsi que mes collègues JDM, parmi lesquels Atomik JF qui m'a apporté un petit cadeau. Tous ont brillé, hormis JF légèrement en desous de ses capacités ce soir. Avant la remise des prix du Trophée, Nathalie cherche des débaliseurs, et je me propose d'en être, à la seule condition qu'il s'agisse de postes aimples (je n'ai pas de frontale : il me faut donc être capable de reveni avant la nuit ;-o) ). Cette mission suscite des remarques moqueuses de la part de mes camarades (l'Electron et Domi, je vous rappelle qu'on ne tire pas sur une ambulance ^_^), mais la simplicité des postes en question me rassure beaucoup (il s'agit vraisemblablement du circuit jalonné : ça devrait être à ma portée). Je croise, avant de partir, le Mammouth Rose, Neil Dobbs (parti débaliser également) et Maurice Le Ruyet, qui intriguera Camille Clouard lorsqu'elle le verra repartir seul, à pied, à la tombée de la nuit, vers Auffargis. Un vrai champion du trail et de la course à pied !

Pendant ce temps, le tirage au sort de la tombola me gratifie d'un magnifique TS XL publicitaire (si intéresse, faire offre ;-o) ).
Je reviens à temps pour assister à la remise des prix qui commence, honorant tout un tas d'ami(e)s orienteurs. Un petit coucou au passage à Hélène et Michel Ediar, des clins d'oeil aux autres collègues du GO78 ou amis de MSO, puis il est l'heure de retourner au bercail.

Prochaine étape : dimanche 2 juillet, le Trophée Picard, raid multi-sports d'orientation, en équipe avec Klouggy le clown.

L'Castor Junior


La carte de Champ Garnier (propriété GO78).
On voit les traces de mon passage dans la vase...


Image satellite du parcours (via SportTracks).


Les définitions de postes.


Mon résultat.


Image satellite du débalisage (via SportTracks).


Jean-François Gastineau (Président du MSO78), Klouggy le clown (JDM, TUROOM, MSO78...) et Pascal Hennel (GO78).


Jean-Yves et un ami à qui il transmet d"jà son virus tout frais de la CO. Dommage que la photo soit floue...


L'Electron et Thierry Guyon, que je croise souvent sur les trails du Challenge Xtrem Trail IDF, et qui a craqué après l'avoir vu sur moi à la Farouch' pour le Forerunner 205.


Neil Dobbs à l'arrivée.


L'Electron et Domi.


Ca se bouscule autour des résultats...


Klouggy et Michel E. comparent leurs performances de poste-à-poste.


L'Electron, Domi et un ami font de même.


Frédéric Clouard, Frédéric Fischer et Michel.


Atomik JF montre ses deux-trois erreurs à Klouggy et Gilles.


Fabienne Clouard et Frédéric F.


Maurice Le Ruyet et Atomik JF : JF courait aussi vite, voire plus, que Maurice il y a trente ans. Deux grands champions en tout cas !


Enfants et adultes devant le buffet, au début du tirage des prix de la tombola par Christophe Beauvisage.


L'Electron prépare un mauvais coup au Mammouth Rose.


Les explications du Castor Junior sur ses erreurs à ses amis Zoo et ADDM. (merci JF, photographe impromptu).


Classe ! L'Electron se gratte le nez. On en oublierait presque mon accoutrement dans cette tenue et ces chaussures noircies par la vase.


Thierry Vermeersch, Klouggy, Frédéric C. et Maxime Rauturier.


Christian Mathelier, vainqueur d'une magnifique ponceuse... (?!?)


Regardez les mines sadiques de cette brochette d'allumeurs de Castor Junior...


Christophe Rauturier (GO78) et Jean-François Gastineau (MSO78), présidents des clubs organisateurs du Trophée.


Sophie Hédon (3ème) et Noémie Roulleaux (1ère), chez les Dames Minimes.


Maéva Roulleaux (1ère) et Camille Rauturier (3ème) chez les Dames Juniors.


Katel Diuzet (3ème), Madeleine Kammerer (1ère) et Sarah Brundu Lemaire (2nde) chez les Dames Seniors.


Nathalie Levreux (3ème), Florence Clouard (2nde) et Guyonne Petit (1ère) chez les Dames Vétérans.


Quentin Beauvisage (3ème), Aymeric Roger (1er) et Augustin Clouard (2nd) chez les Hommes Poussins.


Alexandre Roger (3ème), Benoît Vincent (1er) et Maxime Rauturier (2nd) chez les Hommes Minimes.


Audry Beauvisage (3ème) et Benoît Cayet (1er) chez les Hommes Juniors.


Pascal Pannier, vainqueur chez les Hommes Seniors.


Alain Guillon (3ème), Christophe Rauturier (1er) et Alain Roulleaux (2nd) chez les Hommes Vétérans.


Le p'tit cadeau d'Atomik JF : la BD des 12 heures de Bures en avant-première !!!

3 commentaires

Commentaire de eric41 posté le 03-07-2006 à 14:15:00

Toujours très classe tes CR, Cédric.
Vous avez l'air de bien vous amusez lors de ces courses.
A+

Commentaire de totoche58 posté le 03-07-2006 à 19:24:00

Ah ah mais c'est qu'il s'améliore notre castor junior ....Reste plus qu'à mixer la vitesse et l'orientation et la attention!!! On ne pourra plus l'arreter . Bravo à toi et jolie la tenue ...

Ps: J'ai vu que la bd des 12 heures de bures était quasi prete voire prete .Mais ou peut on la voir et la trouver . Merci de ta réponse et à bientot.

Commentaire de le_kéké posté le 16-07-2006 à 17:11:00

Merci pour ce CR surtout le passage dans les sables mouvants, décidemment la CO c'est plus dangereux qu'il n'y parrait

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !