Récit de la course : Les Coursières des Hauts du Lyonnais - 103 km 2015, par xian

L'auteur : xian

La course : Les Coursières des Hauts du Lyonnais - 103 km

Date : 9/5/2015

Lieu : St Martin En Haut (Rhône)

Affichage : 715 vues

Distance : 103km

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

cent bornes à la maison

10 mai 2014 : je boucle le 47km du trail des Coursières, ma 2° course. Bonnes sensations, bon chrono, mais bien mal aux jambes. En mangeant, je vois arriver les finishers de l'ultra, même pas envie (peut être la fatigue...)

 

9 mai 2015, 5h58 : je suis sur la ligne de départ de l'ultra des Coursières. Je me sens calme, pas de stress ni d'inquiétude. Je sens que je vais aller au bout, et que ça se passera bien...

 

6h, départ.

Tout de suite, un œil sur le cardio : « 135 dès le départ, ne t'inquiètes pas, tu seras derrière pendant 15 / 20 km » m'avait écrit Le Coach en m'envoyant mon programme d'entraînement.

Pas de problème pour courir à cette fréquence, ça fait plus de 2 mois que je m'entraîne comme ça. On traverse la route et hop, c'est la première montée dans St Martin. Pas inquiet. Jano, Fildar et Lalan m'ont briefé : ça monte tranquille, on marche. Raté, ça court. Je laisse filer Jano et Fildar, de toute façon, mieux vaut qu'ils partent rapidement, ça m'évitera d'être tenté de les accrocher. Cardio à 155, je lève le pied.

Sortie de St-Martin, je lève le pied je lève le pied je lève le pied, mais cardio bloqué entre 150 et 155 ! Bon il ne monte pas au dessus, même dans le premier gros raidillon, c'est déjà ça.

Bois, chemins et un peu de route tranquille. Je me fais doubler très régulièrement, mais je ne m'en rends pas vraiment compte. Je rentre dans ma course tranquillement, profite du soleil qui se lève peinard, des paysages... et j'ai bien de quoi faire : penser à boire toutes les 10', un coup de la menthe, un coup de la boisson isotonique.

Plus trop de souvenirs de cette section, si ce n'est une glissade sur un chemin boueux et la perte d'un bidon !

Descente sur le barrage d'Yzeron : début du territoire connu ! Montée après le barrage pour une boucle autour de Py-Froid : je ne sais pas si c'est le fait d'être sur mon terrain d'entraînement ou si c'est la montée qui me motive, mais ça se passe très bien... 2 ou 3 pac-man, ce n'est pas l'objectif, mais ça fait du bien !

St Laurent de Vaux, remontée sur Py-Froid, Yzeron. Paysage superbe (en toute objectivité, bien sûr), ça se passe nickel. Je suis bien dans la course, automatismes d'alimentation / hydratation, les bâtons déroulent, le cardio reste scotché à 145/155, mais aucun signal négatif.

 

Ravito d'Yzeron : moins d'une minute pour faire le plein des 2 bidons (merci Jano pour les astuces). Je crois voir 1 coureur avec les pieds à l'air...

20' d'avance sur mon roadbook.

 

Yzeron / Duerne : chemin fait en sortie d'entraînement : un peu de vallonné, puis descente, puis grosse montée sur Duerne.

Ravito de Duerne, avec tout plein de bénévoles super sympas (comme de partout sur la course, d'ailleurs). Bidons, poignée de salé dans un sac, poignée de sucré dans l'autre sac, 2 bouts de jambon et reparti.

 

Duerne / St Symphorien : le gros morceau. Long sans ravito, très vallonné, il faut courir et relancer sans arrêt. Conditions météo idéales. Je prends chaque kilomètre tranquillou, papotage avec des coureurs, le Romain, un suisse et un suédois, avec qui je passe la mi-course (52km / 6h30...). Un peu de yo-yo, je te double en montée, tu me repasses en descente, jusqu'à la prochaine bosse.

Arrivée sur St-Sym sur route, un tour dans les lotissements (ça descend), la Famille_de_Brignais qui guette un marathonien sur les remparts, une impression surprenante d'arriver dans une cour d'usine... puis le ravito !

Des spectateurs qui m'applaudissent, terrible (ça fait quelque chose).

J'arrive, Jano qui repart.

Le sac de mi-course (chaussettes, chaussures, t-shirt), pochettes de ravito. Je me sens bien, je ne me change pas, juste les recharges ravito.

Je repars en marchant, histoire de passer un coup de fil à ma femme, de manger un peu... et de profiter de la course : il reste encore 47km, mais je sais que ça ira jusqu'au bout !

 

Bizarrement, 10 jours après, lorsque je rédige ce CR, je n'ai que de très vagues souvenirs de cette partie, avant Ste Catherine.

Avancer, courir quand je peux, boire régulièrement, manger quand ça passe (10' pour une barre de céréales... pas top). Impression de courir de longs kilomètres seul. Du pac-man quand même (bon pour le moral). Partie commune avec un V3 (chapeau) jusqu'au ravito de Ste Catherine.

 

Ravito express, je repars. Traversée de Riverie bien sympa. Ça commence à sentir l'écurie (mais il ne faut pas y penser, la course se termine après la ligne, pas avant!).

Des pac-mans assez réguliers.

Long moment en commun avec un coureur : bon pour le moral, on doit en être à plus de 11h de course, ça fait du bien de papoter et de se forcer à relancer à deux.

Dernier ravito, je m'accorde une soupe, bidons, fromage dans le sac du salé (j'ai encore de la lucidité, je ne me plante pas de sac, même si je ne le mangerai quasiment pas), et c'est reparti pour la montée au Signal de St-André, toujours à 2.

Marche, bon rythme. Pensées pour ceux qui passeront de nuit dans la forêt avant le signal (Franck de Brignais, Jean-Phi...). Signal = fin des grosses difficultés, on voit St Martin tout prêt, sur la droite, mais on a encore une bonne boucle à faire.

 

Toujours en groupe (on est 3 maintenant), on attaque les deniers km, que je connais. Descente, le pont dans la prairie, plat, descente, route, dernier faut-plat montant d'1 km … On est toujours 3, je donne le rythme en marchant. Fin de la montée, je relance doucement (jamais je ne l'aurais cru possible, après 100 bornes!)

Je suis « bien » : la relance se transforme en véritable attaque dans la dernière descente (plus de 10 km/h), pour distancer mes 2 partenaires : vraiment pas envie de finir au sprint (comme quoi, je dois être un peu entamé quand même pour me mettre dans ce trip à 14h de course).

Et tout a coup, l'illumination : un vttiste qui remonte le chemin ! sans le voir précisément, je décide que c'est Arclusaz ! comme c'est bien lui, le moral est bien remonté, les jambes lourdes sont passées en arrière plan...

- c'est encore long ?

- non, t'as fini et en plus, t'as un super classement

- veux pas savoir. ça recolle derrière ?

- non, t'inquiète, ils ont pas suivi, et de toute façon, s'ils recollent, je les bloque avec le vélo

- ok...

- non, prends pas à droite, c'est tout droit, sur le pont. Ca descend, après c'est plat, un tout petit coup de cul et après tu rentres dans la salle par la grande porte, pas par derrière

- comprends pas. c'est par où la fin ?

- allez, lâche pas, tu y es

[10 m du gymnase...]

- c'est par où ???

 

Des têtes connues, dont ma femme et un de mes enfants ! Je les vois mais je ne percute pas trop. Dernier virage, j'enroule le trottoir, traversée du parking, je dois au moins courir à 11km/h !

Arrivée.

14h20 !

Fin de la course, mais je suis encore dedans... je ne sais plus trop qui j'ai vu, ni ce qu'on s'est dit. Fildar déjà changé (il a dû donc faire une sacrée course), Jano aussi dans le secteur (de toute façon, je ne l'ai pas pac-mané)...

 

Et voilà, comment passer une belle journée sur les chemins, concrétisation heureuse de 2 mois de préparation. Préparation physique (où j'ai appris à courir sans forcer, merci le Coach !), mentale aussi (de la sortie de 60 km en solo à la lecture de CR pour me mettre dans la course, le bouquin de K Jornet la semaine avant la course), le matos et la stratégie de course (un grand merci au CR de l'utmb de marat 3h00 ?)

 

Comme quoi, un truc qui peut paraître infaisable un an plus tôt peut se passer très bien, sans souffrance, sans casse avec même du plaisir jusqu'à la fin (bon, et une bonne dose de fatigue aussi).

 

Je crois bien que je reviendrai l'année prochaine...

8 commentaires

Commentaire de christ-off posté le 20-05-2015 à 00:00:07

Sympa le récit et bravo pour ta course ,visiblement tu as attrapé le virus ,vivement l'année prochaine.

Commentaire de lalan posté le 20-05-2015 à 08:14:54

Une première qui c'est très bien passé. Bravo à toi pour ta course . Qui a dit que les plans du coach ne marchaient pas ("-') C'est quoi la suite ?

Commentaire de xian posté le 20-05-2015 à 17:35:37

la suite, c'est : recommencer à boire de la bière (c'est fait), recommencer à courir (c'est fait, à midi, sur les traces de l'UBS) et préparer le 44km & les 3100m d+ des Aravis, en juin.

Commentaire de franck de Brignais posté le 21-05-2015 à 08:48:56

Merci pour ton récit. Ta traversée des Monts du Lyonnais a, semble t'il, été fluide, tu as donc pu profiter au maximum de cette belle journée. Tu semblais très serein le matin au départ, on sentait que ça se passerai bien. Bravo à toi et pour cette performance énorme. Ta préparation sérieuse est la clef de ce succès. AU plaisir d'un prochain off !!

Commentaire de jano posté le 21-05-2015 à 09:44:34

mouais, pas de coup de mou, t'as pas assez forcé...allez, un p'tit coup d'aravis maintenant

Commentaire de xian posté le 22-05-2015 à 08:46:10

nan, j'ai forcé juste ce qu'il faut... pour en garder sous la semelle et te laisser (enfin) loin derrière aux Aravis !!!

Commentaire de anthodelb posté le 21-05-2015 à 11:16:15

Bravo pour cette belle performance et ton récit très sympa. Ca me donnerait presque envie de tenter l'année prochaine même si ce genre de profil n'est pas a mon avantage.

Commentaire de Arclusaz posté le 22-05-2015 à 17:22:12

Faut que je t'engueule : t'es allé trop vite ! j'avais fait de savants calculs pour aller te chercher un peu plus loin que ça et là, on a fait quoi, à peine plus d'1 km ensemble : tu n'est qu'un égoïste !

je t'ai vraiment trouvé facile pour courir, par contre c'est vrai que tu ne brillais pas par ta lucidité. J'ai tout répété trois ou quatre fois (ok, c'est peut être du à l'accent savoyard !) et tu flippais de ne pas trouver la porte du gymnase (c'est vrai que cela aurait été balot !).

Je crois que cette petite absence, démontre la concentration extrême dans laquelle tu étais : tu avais vraiment envie de réussir, et ce ne fut pas une réussite.... mais un triomphe ! tu as un sacré potentiel (rappelle toi, je te l'ai dit lors de notre première rencontre, celle du "off de la soupe de Lalan").
Bravo cent-bornards !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !