Récit de la course : Trail de la Combe Bénite - 27 km 2016, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Trail de la Combe Bénite - 27 km

Date : 11/9/2016

Lieu : Granier (Savoie)

Affichage : 501 vues

Distance : 27km

Objectif : Pas d'objectif

21 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 autres récits :

Un voyage...



Un voyage...


(rien que le flyer...)



Nous y voilààààààààààà

 

 

LA manche finale.

La dernière.

Number five.

 

 

Le (tadam) TRAIL DE COMBE-BENITE

 

 

Je vous le dis tout de go : en décembre 2015, je n’avais pas voté pour :

-       Je n’aime pas tellement ce coin de Savoie où je ne vais jamais d’ailleurs

-       Le tracé/profil est bien trop exigeant pour un junior comme moi (27 kil/2100m D+)

-       Donc fatalement, les propositions de Vars et des Gorges de l’Ardèche m’attirait bien plus

 

 

Hélas la démocratie est en cours au DTTN du coup je m’adapte.

 

 

Même si, finalement, je suis proche de l’infidélité, préférant courir l’UTV le samedi quitte à encourager les autres le dimanche, mais les dieux du running m’orientent puisque j’en chient à monter mon équipe de 4, et face à l’appel aux bénévoles de l’orga je vois ce que la lumière m’indique à savoir être bénévole à l’UTV et filer donc à Combe Bénite.

 

Le GROS Martel


 

Sportivement en plus, il se trouve qu’il existe un enjeu : la 6ème place au général face au Chasse-Neige !!! Et oui, aucun de nous deux n’a réussi à finir sur la boîte (faute à la Corne qui en dernière minute est venu à la Villarinche sinon c’était plié), donc :

-       Chasse-Neige : deux victoires, au BGT (nette et sans contestation possible) et à Piegras (petite défaillance face à la GROSSE défaillance du bouk, ça me hante encore)

-       Bouk : victoire à la Villarinche (mais victoire à la Pyrrhus vu qu’il n’avait pas de foncier ?) et participation au Dégel où CN n’a pas pu venir.

 


 

 

On récapitule : 2/1 pour le CN, mais 1 participation de plus pour le Bouk. Du coup, reste le souci du « chrono-average », le CN a 11 minutes d’avance. Bref, de toutes façons, ce sera vite vu, il faudra avoir des objectifs progressifs :

1/ survivre (bah ouais, 27 kil et 2.100m quoi…)

2/ survivre, mais pas blessé (et oui, au Cross des Chioures je me suis fait une espèce d’entorse à l’envers, j’ai mal dans le pied mais si je fais DNS on va me tomber dessus, mais d’un autre côté je ne veux pas connaître l’abandon donc que faire ??)

3/ survivre, mais pas blessé, et devant le CN

4/ survivre, mais pas blessé, et devant le CN, à plus de 11 minutes


 

 

Quel programme !!!

 



 

Après une bonne nuit de récup’ de ma longue journée à l’UTV, rendez-vous sur la ligne de départ située à 24 mètres de notre gîte. On doit être 100-120 sur les deux parcours du 19 et du 27. On retrouve ZE DID, el-numa (deux rescapés de l’EB), et sinon il y a du DTTN à savoir le Brick, Faizan, Campingou, Corne, Manak, Chasse-Neige, Namtar. Seul donc notre conserve n’est point présent. Hors DTTN Noruas était aux Cabornes, et Bipbip on le cherche encore !!

 

 

On part pour, allez, je pars pour 5 heures d’effort. Le départ me semble un peu tard (8h30), et est un peu retardé, bon, ça sent la chaleur à venir ! Et PAN

 

 

Je pars dernier, enfin non, avant-dernier, à une tooooooooute petite foulée, le smeufs du DTTN m’insultent et montrent à leur progéniture ce sale exemple qu’il ne faudra jamais suivre, on passe devant le gîte avant un lacet et la montée démarre.

 

 

La montée oui : 1.300m sur 8 kil. Allez, on a 2 heures de grimpette !

 



 

Et nous revoici dans le contexte Villarinche, avec la ligue 2 du DTTN réunie : un trinôme Namtar-CN-Bouk ! Qui a remis une pièce !!!

 

 

On monte à un bon train, en bons gestionnaires, de toutes façons je suis confiant je crois que j’en suis à mon record de D+ cette année ! Donc je ne tenterai RIEN avant le sommet, on sait tous que les secondes/minutes de ce début de courses ne seront rien en fin de course.

 

 

Et pourtant, ça joue déjà l’intox, je ne veux pas prendre la tête, surtout pas, mais les autres non plus, de toutes façons ça tombe bien il y a une belle blonde devant, puis le CN part un peu, le Namtar fait style qu’il cale (mais on le connait), petite descente je profite pour essayer de dégager les acolytes et rejoindre le CN, je pense avoir mis une mine au Namtar mais non il a suivi, tout en me sortant « on ne le reverra pas », « oh que si, on n’a rien fait pour le moment », « oui mais là il a l’air parti », pas de défaitisme !!

 

 

Et pourtant

Et pourtant moi qui ai pris mes bâtons, inexorablement le CN évolue plus favorablement que nous, alors que nous montons dans ces alpages merveilleux.

 

 

On parvient au Verraret (km3.5 !) puis à Thiabord, premier ravito, façon bipbip je bois bien même si plus je bois plus j’ai soif, l’impression que rien ne me désaltère. Pas de bol en repartant, je vois plus de drapeaux rouges, ni de CN, puis je lève la tête merde j’avais dû louper une bifurk, d’ailleurs je suis le seul car mes poursuivants (au nombre de 3 : namtar, un bleu et un rouge&noir) étaient dans le bon chemin.

 

 

Suite de cette belle ascension avec un CN en ligne de mire, et les 3 acolytes derrière… Que c’est beau. Un participant de la Villarinche nous avait dit « venez, c’est encore plus beau », on ne le croyait pas, et en fait, il avait d’ores et déjà raison !!

 

 

Surtout, on lève la tête, à chercher si l’on voit du trailer, pour avoir un objectif, quelque chose, mais rien !

 



 

Quelques lacets, qui permettent de voir que ma gestion n’est pas trop mauvaise, je suis pile entre le CN et mes poursuivants.

 

 

Enfin km6.5 on déboule dans un vallon qui nous en apprend un peu !! Déjà on passe le « Lac de Guio », très vert, et surtout on voit au loin ! Ca c’est cool !!! Beaucoup moins cool, le CN a doublé (et largué) une féminine, mais merde, il ne craque pas mais pas du tout. Je finis par joindre ensuite cette féminine avant d’atteindre une première crête, l’occasion d’admirer le Mont-Blanc majestueux tel qu’il s’offre à nous !!! Par contre à la différence du CN je ne parviens pas à la décrocher, tandis que ce dernier a pris encore une position.

 

 

Et plus haut, horreur, ce qu’on croit être le sommet n’est qu’une pointe, le « vrai sommet » est là-bas !! Ils doivent être une quinzaine, avec cloches, à nous attendre là-bas, quelle ambiance !

 




 

Petit replat avant donc le dernier rush, il y a des centaines de grosses et belles vaches (l’animal) dont une sur le chemin qui ouf s’écarte (elle doit faire 3 fois mon poids) et me voici au sommet, la Pointe de Combe-Bénite.

 

 

Je suis rincé !!!

Ce « double » kilomètre vertical pour moi m’a vraiment demandé de l’énergie.

En plus les gens sont rigolards au possible, à débiter inepties en tout genre, bref, je me sens bien et profite, JE ME POSE.

En plus, non seulement on admire le Mont-Blanc, mais aussi le Dôme des Ecrins au loin (je crois que j’y étais en 2006, oui 10 ans…).

 

 

2 ou 3 minutes de pause, il n’en faut pas plus pour que Namtar soit là.

C’est pas plus mal, j’ai toujours mon virus compétition mais là c’est plus le partage. Il est avec le bleu qui est reparti, on descend donc à deux (non sans avoir aperçu, au loin du coup, le t-shirt jaune du CN) dans cette crête assez montagnarde, jusqu’au Col de Corne Noire (ça ne s’invente pas !!).

 

 

Là encore un signaleur avec 8 dents qui nous salue, nous demande si on profite, etc etc etc, la marque de fabrique de ce trail, vraiment.

 


 

Je vois que Namtar n’a pas suivi, moi j’ai un CN à aller chasser, donc je continue mon bonhomme de chemin mais toujours en mode gestion, je m’applique, et surtout constate, avec joie, qu’avec le pied « chaud » je ne sens plus ma douleur des derniers jours.

 

 

Ce vallon est un peu plus roulant, je rejoins la nana de tout à l’heure ainsi que le bleu, me voici donc en tête des poursuivants, scratchement parlant le CN est le prochain !

 

 

Nous entrons dans un nouveau vallon, celui du Cornet d’Areches et surtout voici un ravito !! L’occasion de voir en approchant que le CN se ravitaille bien comme il faut, il repart avant que je n’arrive, zut, car moi je fais une pause là.

 

 

Papotage avec les bénévoles, où l’on apprend qu’on repassera ici (ah bon ??), d’ailleurs, en voilà un de l’autre côté !! Bref, là y’a du roulant je repars 1er des 3, mais Ô RAGE je suis bien léger mais OUI j’ai oublié mes bâtons !!! Demi-tour, je croise les 2 acolytes, merde merde merde quel niaiseux ce bouk, les bénévoles hilares « vous pouviez les reprendre tout à l’heure » oui mais non, ça m’a gavé et sur la piste 4x4 en faux plat descendant qui suit et que j’affectionne particulièrement j’envoie le bouzin !! Bye bye mes deux larrons lol

 

 

On rejoint un parking, et là surprise ça remonte un peu mais surtout le CN n’est pas bien loin devant, avec une nana devant lui !!

 

 

Pas beaucoup de montée semble-t-il, le bénévole nous montre une croix, faut dire qu’avec ce qu’on s’est paluché d’entrée de jeu maintenant tout nous semble plat !

 


 

Passage un poil décevant car je me sens vraiment bien, mais à chaque changement de paysages j’escompte un rapprochement du CN qui ne vient jamais. On doit véritablement évoluer au même rythme… Par contre je remonte la nana, ainsi qu’un coureur qui cherche un peu le balisage mais on n’a qu’une chemin c’est ok. Petit coup d’œil derrière quand même car mine de rien le Namtar régulier reste visible, c’est qu’on a des sacrés champs de vision par ici !!

 

 

Voici la croix, puis passage entre rocher, pittoresque, avant de continuer à monter en mettant les mains, ouf, nous voici au bout du vallon, et MERDE le CN m’a mis 300m d’écart en si peu ??? Je le vois gambader au loin fais chier mais faut pas lâcher et puis je gambade aussi et creuse sur les deux poursuivants c’est cuit pour eux !

 

 

Passage magique, au milieu de nulle part… Du vert partout, de l’eau, des panoramas à couper le souffle, puis vint le ravito de Plan Brunet, le CN l’a déjà quitté, je papote un peu avec les deux bénévoles qui m’indiquent bien comme il faut ce qui nous attends :

-       Descente en bas vers Plan Pichu (c’est pas un pokemon)

-       Longue remontée vers le ravito du km10

-       On passera ensuite une crête avant de basculer vers le retour

 

 

Merci mesdames et bonne journée à vous !

 

 

Et dans ces 300m de D- qui s’annoncent j’essaie de descendre du mieux possible, le CN n’a guère qu’1’30 ou 2’ d’avance, il faut rester au contact la course est longue. Et qu’ils sont joueurs ces lacets montagnards !!!

 

 

Et une fois au pied, encore un ravito, mais surtout : la jonction !!!

 

  • Soulagement car en haut de la Pointe de Combe-Bénite ça me semblait plié, et j’avais dans un coin de ma tête le fait que l’Echappée belle du CN lui apportait un foncier certain
  • Prudence totale car je suis marqué au fer rouge de notre combat de Piegras !!! La jurisprudence est de mise !!

 



 

On repart bien entendu ensemble, tout en guettant derrière : le mauvais orienteur et le bleu sont là, mais à distance. Et au loin dans les lacets je reconnais le Namtar, il doit bien avoir 10 min d’écart.

 

 

Bon c’est pas tout, mais comment se débarrasser d’un CN ? A vrai dire, c’est pas tellement la priorité, vu qu’il m’a balancé qu’il restait pas moins de 12 kil, c’est long !! Et puis finalement, au train, il lâche un peu, et de plus la piste militaire n’étant pas des plus pentues j’essaye de relancer.

 



 

Passage au Refuge de la Coire, bordel, je me défonce pour pas grand-chose quand je vois qu’il est au contact, mais d’un autre côté il faut planter les banderilles non ?

 

 

D’ailleurs, le chemin qui suit serpente, je me sors les doigts du fion pour espérer casser ce champs visuel. Nous voici aux Chalets du Cormet, ça repart dans du single montagnard, je vois (enfin) au loin un coureur et une coureuse (que je n’atteindrais jamais !!!!!!!!) mais là, terrible, un phénomène m’assaille : CRAMPES.

 

 

Oh non

Moi ! J’en ai jamais pourtant !

Et j’ai pas arrêté de boire, y compris eau gazeuse !

Je m’arrête 5 secondes, essaye de repartir mais en boitillant, aaaaaargh non FAIS CHIEZ.

 

 

Finalement ça passe doucement, mais je sens la menace, pas glop…

 

 

Et enfin, voici le ravito, « encore vous » leur lance-je ! Ravito express du coup car faut pas s’éterniser, derrière on remonte un vallon avant d’enfin arriver à la crête, on a du GRAND champ de vision je dois poser une mine absolument maintenant !!!

 

 

Hélas, ce que j’ignore, c’est qu’il y a en fait 3 vallons de la sorte à franchir, avec à chaque fois 75m de D+ (ça, le CN me l’avait dit), du coup j’envoie, je lâche rien, mais pourtant bonjour le stress, à chaque fois que je me retourne je le vois ce t-shirt jaune fluo, tandis que je ne remonte pas le gars au loin devant.

 


 

Ces vallons sont vraiment plaisants, plaisants ET interminables !

 

 

3ème vallon, on remonte dans une forêt (le bénévole t’a dit que celle-là elle comptait pas), et enfin on revient au ravito de Thiabor, allez je dois avoir 5 minutes de marge, d’abord c’est léchange avec les anciens qui osent me demander si ça me plait « c’est pas un trail, c’est un voyage », là je fais mouche !! Et je profite de leur chaise de camping pour me poser 1 bonne minute. C’est qu’il reste du gros D-, et si j’assure les 10 minutes vont peut-être être là !

 

 La chaise au bouk, 5 heures avant qu'il ne pose son séant 


Je quitte donc avec regret ce groupe authentique et file, faudrait pas être vu quand même. Et pour le coup la descente est vraiment vite absorbée, je redoute juste la petite côte (qui était une descente tout à l’heure) mais elle passe tranquille, derniers raidards je croise une signaleuse qui, hélas, en a un peu marre, puis dans un chemin tien un gars en bleu clopin-clopin non ce n’est pas le manak mais un junior qui n’a plus de genou, enfin le village de Granier ça fait 10 minutes que je songe à faire cette ligne droite en sprint mais tu parles j’ai des alertes de crampes de partout je finis donc au ralenti en 4h31 ce « voyage » !!

 

 


Hélas personne à l’arrivée pour le vainqueur de la ligue 2 du DTTN, je me pose sur une chaise avec les bénévoles et enclenche le chrono pour l’écart avec le C-n, je regarde chaque minute putain que le temps est long, voici le junior, puis voici le CN et merde 7 minutes j’aurai aimé plus mais pas grave !

 





Merci...



21 commentaires

Commentaire de richard192 posté le 14-09-2016 à 19:29:35

Oublier ces bâtons, j'en rigole encore!ça fait un peu touriste.
Tu aurais du t'habituer à les porter la veille pour rejoindre le grand molard, non le grand martel.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 11:57:18

Je pensais pas que c'était aussi pentu ce Gros-Martel !!!

Commentaire de __icecool__ posté le 14-09-2016 à 20:01:23

Ce n'est pas récit c'est un roman.
Ca a vraiment l'air bien ces trails "intimistes" :-)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 12:07:59

Et c'est toi qui dit ça !!!
PARDON : tu étais sur l'UTV donc je dis rien !!!
Bisous mon champion

Commentaire de Namtar posté le 14-09-2016 à 20:28:10

Chapeau le Bouk pour ta course et le récit. ça m'a rappelé de bons souvenirs ;)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 12:08:15

En attendant d'en fabriquer encore d'autres !!!

Commentaire de Albacor38 posté le 14-09-2016 à 20:38:41

Ca m'aurait plus c'est sûr. Le hasard a voulu que ça tombe le WE de l'UTV.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 12:08:53

On avait le même dilemme...

Commentaire de elnumaa[X] posté le 15-09-2016 à 06:32:23

superbe récit . merci le Bouk
o plaiziir sur 1prochain run !!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 12:09:09

Ca fait bizarre de te voir sur du court lol

Commentaire de Noruas posté le 15-09-2016 à 08:29:40

c'est bien tu as rattrapé ton retard!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 12:11:06

On est passé de 2-0 à 2-2, et victoire sur tapis vert au nombre de confrontations.
Bon, après, tout se discute : c'est vrai que le BGT était net et sans bavure (le CN a même fumé Albacor, ça ne m'est plus arrivé depuis 2014), puis il a dû baisser son volume tandis que mine de rien je suis monté en puissance (on parle toujours de ligue 2 hein !).
Bref, vivement l'an prochain !
Enfin on dit "vivement", mais pendant la course la boule au ventre c'est pas top !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 15-09-2016 à 08:42:53

ça a l'air très sympa ce trail avec de beaux points de vue. par contre si tu commences à choper des crampes il va falloir trouver une solution sinon tu vas te faire fumer proprement par le CN l'an prochain!
PS: géniale la BD :-) c'est quoi?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 12:11:30

Je ne peux pas croire que tu ne connaisses point donc je ne répondrais pas !!!

Commentaire de Corne de chamois posté le 15-09-2016 à 11:17:05

Moi aussi j ai perdu le chemin après le ravito : fallait passer entre les maisons mais rien de bien grave en terme de perte de temps

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 15-09-2016 à 12:12:15

On n'a pas perdu beaucoup, sauf que le CN lui ne s'était pas paumé. Un drapeau par terre ?
Et j'ai perdu moins de temps que de retourner chercher mes bâtons...

Commentaire de olneos posté le 17-09-2016 à 11:56:18

Tes récits me font bien marrer et puis y'a de jolies photos pour agrémenter ... fallait bien qu'un jour je le dise !!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 17-09-2016 à 12:53:58

Merci grand champion, tu es adorable !! En plus tu as fait le snow ubaye trail :)

Commentaire de Trixou posté le 19-09-2016 à 17:56:52

Tu enchaines les sorties c'est bon ca !!!
Sinon ta photo (le pied du gros martel) c'est là que j'ai fait demi-tour, sauf que tu n'étais plus là, il y a avait une signaleuse et un couple avec une petite qu'ils avaient montée dans... une poussette !!! Ils sont fous ces vertacos :o)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 19-09-2016 à 18:06:41

Mais Trixou, es-tu bien certain que je ne t'avais pas croisé 10 min avant ???
Oui les randonneurs à poussettes j'ai bien papoté avec eux.
Puis en quittant mon poste, j'étais dans le sens inverse des coureurs, j'ai notamment croisé pascalpenot chapolapaille, puis dans la forêt un groupe de 4 tu étais second et j'ai fait "allez ça va jusqu'au bout" et tu as répondu un truc du genre "pour sûr" !!!

Commentaire de Trixou posté le 19-09-2016 à 23:23:59

Ca ne me dis vraiment rien, et si je t'avais vu je t'aurais reconnu. Ou alors je t'ai répondu sans te regarder, ce qui est possible vu mon état du moment...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !