Récit de la course : Cross de la Feyssine - 7,2 km 2017, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Cross de la Feyssine - 7,2 km

Date : 12/2/2017

Lieu : Villeurbanne (Rhône)

Affichage : 660 vues

Distance : 7.21km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

6 autres récits :

Villeurbanne Kitchen.

Villeurbanne Kitchen.

 

La course nature de la Feyssine est une nouvelle épreuve en ouverture des cross.

Longue de 11 kilomètres. "Ca va être aussi beau que les galeries Al-Fayette".

Cela fait plusieurs fois que je reviens là pour faire le cross dans le parc.

"-Ya comme un goût de reviens-y.

-Je ne connais pas ce plat".

A l’échauffement, je retrouve Bernard de Bourg.



J’ai décidé de mettre les pointes quand même malgré quelques passages délicats notamment les rochers.

"Arrête de te monter le tire bouchon Jacky".

Je retourne me préparer à la voiture.

Cela sera cuissard et tee-shirt technique manches longues.




 

C’est le départ pour 80 coureurs nature.


Devant moi s’élance une belle jeune fille russe.



Nous prenons la même sente que le cross mais nous virons sur la droite.

Cela fait droite gauche, gauche droite entre les arbres.

Je suis parti trop vite et je laisse passer 2, 3 gars derrière moi.

"Il a le cœur dans les mains".

Nous escaladons quelques rochers, puis nous repartons sur le parcours à droite.

Nous replongeons sur la droite.

C’est un petit chemin qui zigzague de nouveau, sympa mais faut faire gaffe aux épaules avec les arbres.

Petite butte et à droite de nouveau.

Nous sommes à la fin du boulevard Bonnevay près du rond point.

Nous reprenons la direction de l’est.

"J’ai tout fait comme un petit oignon".

Nous tombons dans la cuvette verte tantôt à gauche tantôt à droite, très plaisant.

Cela demande des relances constantes.

Cela use.

Nous sommes sur le domaine de la grande prairie et enjambons des fossés.

Quelques coureurs me passent encore dont Bernard.


Nous sommes presque au bout du parc.


Nous revenons et plongeons sous un tunnel.

Photos Asvel

Je me relève trop tôt et paf le dos.



La fin de la boucle est là.



Marc, bénévole, est là.


Nous sommes sur les galets, nous longeons le Rhône.


"Tu vas te raser entièrement comme une femme, tu vas glisser dans l’eau comme un savon dans la prison".

Bon, bref, nous terminons ce premier tour.

Le deuxième va être bien dans ce lieu aussi beau qu’une image d’Epinal.

"Mais je vais changer cette Epinal".

Je vais reprendre les commandes.

Les deux gars qui m’ont passé avant les rochers, je les suis.

"Il a repris du poil du chameau".

C’est maintenant que cela se joue.

"C’est le plat de la résistance".

Je suis mon adversaire de près.

Nous redescendons, les zigzagues, la montée, à droite, la ligne droite, le rond point.

"Pourquoi tu montes comme ça sur ton grand cheval ?".

Le gars de devant hésite et pars à droite. Non c’est par là.

Ensuite dans le verte,  il veut monter à gauche. Non c’est par là.

Encore plus loin il taille tout droit au lieu de virer à gauche. Non c’est par là.

Qu’est ce que je fais, j’accélère ou pas.

La peste ou le choléra ?

"Prenez le choléra patron, ya l’oncle de mon père il a eu la peste il est mort".

Je passe devant et je fonce.

"Je lui fais la tête de poisson".

"Je lui ai coulé le bec".

Mais il est toujours derrière moi.

"Il n’est pas rancunier comme une vieille mule afghane".

Maintenant il faut serrer les crocs, ce n’est pas le tout de faire le barbot mais je trace la route et il ne faut pas s’endormir. Ce n’est pas l’envie qui m’en manque.

"Je vais me longer sous l’arbre".

Le retour vers la zone de départ arrivée est là.

Nous nous dirigeons vers la fin du parc là bas et revenons vers le tunnel.

Cette fois cela se passe bien (pour mon dos).

Je passe à donf devant Marc et traverse le pré.

Je vole au dessus des galets près de l’eau et remonte pour le virage final.


Quelle pate à la fin.

Je suis 28°,  heureux.

Quelle belle aventure cette épreuve nature.

"Tu as pensé tout ça avec ton petit nez ?".

Ce parc est vraiment un lieu pour cela : se dépenser dans la verte.

"Ca restera gravé sur le marbre de mon cœur pour toujours".

"Vous êtes très belle Madame Feyssine !".



Merci à Kaboul Kitchen (les 3 saisons).

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.14 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !