Récit de la course : T'es pas Cap ! 2022, par samontetro

L'auteur : samontetro

La course : T'es pas Cap !

Date : 22/7/2022

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 278 vues

Distance : 13km

Matos : frontale stoots

Objectif : Se dépenser

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

La T'es pas CAP en Chasse Patate!

Après avoir joué le bénévole sur toutes les éditions, 2022 sera l’occasion de ma première « t’es pas cap » avec un dossard ! Une course taillée pour les vieux utra-traileurs, deux boucles de 6,5km/170m D+ truffées de relances et avec deux terribles petites côtes pour exploser les cuisses et le cardio (à chaque tour). Et puis je reçois Bernard sur le Vercors ! Bernard m’a accueilli à la Réunion pour la diagonale des fous, coaché, briffé…(il l’a courue tellement souvent cette « diag ») et là on inverse les rôles. Bon sur 6km lui décortiquer le parcours c’est plus facile. Et puis, à 65 ans, ça fait 2 ans que Bernard n’a plus épinglé de dossard sur le tee-shirt, donc pour relancer l’ultra-traileur qui s’est endormi en lui ça va être top. De mon côté je serai en relai patrouille avec ma fille Maÿliss : je fais la première boucle seul puis je l’emmène sur la seconde.

Le kit souvenir "t'es pas CAP"

la fourchette/cuillère c'est pour le gâteau bien sûr

 

La « T’es pas cap » ça se court « entre le fromage et le dessert » offert à l’arrivée. On va donc viser un repas pas trop chargé (on a enlevé le vin) et éventuellement facile à vomir. Un peu avant 21h on part retirer notre dossard et s’échauffer dans les première et dernière bosses histoire qu’il ait ses repères : ne pas s’asphyxier en haut des marches juste après le départ et en garder pour la dernière parce qu’elle fait vraiment mal.

Les deux V3 en bleu prêts pour affronter la nuit qui arrive.

Le 3ème laron on ne le connait pas mais il était cool donc invité sur la photo!

Le départ est donné, et ça part vite pour les V3 que nous sommes ! Ça va se gagner en moins de 55mn. Je sais que Maÿliss est un peu moins rapide que moi alors j’ai décidé de prendre un peu d’avance au premier tour. J’ai beau avoir décidé de « gérer » le passage en escalier 500m après le départ, ça pique et quand il faut relancer en haut le cardio est déjà très haut. Je laisse redescendre le rythme en allongeant la foulée, dévore la seconde petite bosse beaucoup moins pentue avant de plonger dans la descente sur la route. Camille, un copain V3 avec qui je me tirais la bourre il y a 2 ans est juste devant à 20m et l’écart est stable. On attaque la grosse bosse pour atteindre le point haut de la course. Il court, je cours ! Il court toujours, je marche ! Quand sur la fin de la bosse il se met enfin à marcher, je cours et je prends l’avantage avec un « allé Camille ! ». Mais dans la descente, très vite il repasse devant ! On double quelques concurrents avant le monotrace technique où il envoie bien mais je garde le contact et je repasse devant dans la côte suivante mais j’ai la lumière de sa frontale dans le dos ! Il va bien le retraité de service ! Sur le plat on rattrape deux jeunes en devisant car il faut récupérer avant le coup de cul qui nous ramène au village.

 

Première boucle faite, ma fille démarre en trombe ! Ok, je ne m’arrête pas au ravitaillement puisque tu me le proposes si gentiment ! Elle a visiblement les jambes qui lui démangent et elle avale la rampe d’escaliers comme une gazelle. Avec Camille on serre les dents mais on ne perd que quelques mètres que l’on va reprendre sur le plat. Dans la petite côte qui suit on a un duo mixte en point de mire et on les passe avant le sommet et on fait le trou dans la descente. Puis c’est la deuxième couche pour atteindre le point haut du parcours. Je passe en mode marche un peu plus tôt mais mes grandes enjambées rapides font monter le cardio très haut, beaucoup trop haut (185 pulses/m). Camille est toujours là en embuscade et on dépose quelques coureurs partis un peu trop vite. Il va nous passer dès le début de la descente et on ne reviendra plus sur lui. On a rattrapé un autre relai mixte mais ils ont du jus et toute la côte suivante va se faire au coude à coude avant qu’ils ne reprennent un court avantage à la relance sur le plat. Dernière descente dans laquelle on maintien l’écart, et c’est la côté finale. Terrible, explose cuisses ! Je pose une main dans le dos de Maÿliss pour l’aider sur les derniers mètres, le vieux a encore un peu de réserve dans les cuissots, et on passe l’arche !

La team des "chasse patates" en termine ! Bon il est où ce dessert ?

Bernard arrivera une vingtaine de minutes derrière nous avec le sourire du vainqueur ! Il m’a dit que ré-épingler un dossard sur cette course avait été le même bonheur que finir sa première diag ! Comme quoi la distance ne fait pas forcément la course. Le ravito d’arrivée c’est la célèbre forêt noire et glace vanille « maison » de l’artisan pâtissier-glacier de l’hôtel du col de l’Arc et ça vaut le détour ! Sublimé par un verre de clairette de Die bien fraîche… elle n’est pas belle la vie ?

 


 

Et on n’a même pas vomi le souper !


Finalement il n'y a que la montre qui n'est pas contente!Rigolant

3 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 24-07-2022 à 19:23:38

SAUCISSON-POWER !!!

Commentaire de samontetro posté le 24-07-2022 à 19:28:27

Merci Julien :-)! J'espérais que tu serais là... t'es pas venu cette fois-ci et du coup il n'a pas plu!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 25-07-2022 à 07:58:14

Je te confirme avoir hésité !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !