Récit de la course : Le Grand Raid de la Réunion : Le Semi Raid 2004, par maï74

L'auteur : maï74

La course : Le Grand Raid de la Réunion : Le Semi Raid

Date : 22/10/2004

Lieu : Cilaos (Réunion)

Affichage : 2538 vues

Distance : 60km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

161 autres récits :

Le récit

Un CR de 2004 publié en 2008 ? Et bien oui, comme mieux vaut tard que jamais,  j’ai décidé de vous raconter mon 1er trail,

cette course qui fut pour moi une révélation et

qui m’a inoculé le virus de l’ultra…

  ETE 2003

Nous débarquons, mon homme, mon fils et son futur petit frère bien au chaud dans mon ventre, à la Réunion : nous allons vivre à St Pierre pendant 2 ans, à la faveur d’une mutation outremer.

                       St Pierre et son lagon, au sud de l'île 

Nos chaussures de rando vont rapidement être mises à contribution quasiment tous les week-ends, et nous font découvrir les richesses de ce mélange incroyable du tropical et de la montagne… le coup de cœur !

En octobre nous découvrons l’extraordinaire ambiance qui monte en puissance à mesure que le fameux Grand Raid approche. Pour Nico l’affaire est décidée : il s’inscrira en 2004.

Je suis moi aussi très intriguée par cette course, dont les images sur Antenne Réunion me donnent des frissons…Quelques jours plus tard je me retrouve dans un magasin de sport à acheter mes 1ères pompes de trail alors que le vendeur regarde, incrédule, mon gros ventre (7 mois de grossesse) !!! 

 

JANVIER 2004

Mon 2ème petit bonhomme est arrivé fin novembre, et pour moi cette nouvelle année

est pleine de promesses. L’idée a fait son chemin : je vais m’inscrire sur le semi-raid !

 

 

 

Mais pour l’heure, je reprends la course à pied à un niveau proche de zéro (footings de 15’ !), dans la moiteur de l’été austral. Je compte sur mes années d’athlétisme pour retrouver un niveau correct en quelques mois.

Je suis partagée entre l’exitation de courir ce raid et le sentiment de m’attaquer à un monstre ! Mais au fond de moi je sais que j’en suis capable. 

 

ETE 2004

L’échéance approche ! Depuis le mois de mai je cours régulièrement dans la Ravine des Citrons, près de l’Entre-Deux : c’est MA ravine !!!

J’y apprends à enquiller des descentes et des montées, à bien poser mon pied, à gérer mon effort. Je suis confiante pour le Semi, tout en sachant que ces 60 km seront très longs, moi qui n’ai jamais dépassé 18 bornes sur route !

Avec Nico et 2 copains nous allons faire une reco : Cilaos-Deux Bras. J’en prends plein les yeux, je me régale, mais souffre sur la fin, je suis cuite !

Cette reco est importante car c’est exactement la moitié du Semi et je réalise que ça va être dur… mais j’ai une motivation énorme. 

                                Allez maman, on échange nos camels ! 

 

OCTOBRE 2004

Et bien nous y voilà, dans quelques jours c’est le Semi… Dans la case c’est l’exitation : ma sœur et mon beau-frère Jean-Yves sont arrivés, Jean-Yves est inscrit sur le semi, une 1ère pour lui aussi.

 

   

Le jeudi après-midi, Jean-Yves et moi partons en bus pour Cilaos, pendant que Nico rejoint le Cap Méchant.

Réveil à 1h du matin, nous rejoignons le stade de Cilaos : contrôle des sacs et entrée dans le sas de départ.

 

 4h : top départ ! Nous nous élançons avec Jean-Yves en criant de joie, je suis tellement heureuse de prendre le départ, c’est déjà une petite victoire !

Rapidement nous attaquons la montée au col du Taïbit, je suis super bien, j’ai envie de bouffer ce semi !!!

Descente sur Marla : je lâche les chevaux, je saute comme un cabri et double beaucoup. Je ne le sais pas encore mais cette erreur de débutante va me coûter cher quelques heures plus tard… Pour le moment je me régale et j’en oublie qu’il faut en garder sous la semelle…

 

Roche Plate : je suis toujours bien, je cours depuis Marla avec un gars de St Denis avec lequel je discute un peu. Au ravito je m’arrête peu, je bois un coca et oublie de remplir ma poche. On m’a annoncé 10e féminine et je me prends au jeu…

 

   

 

Mafate est magnifique, je suis sous le charme, comme à chaque fois, si ce n’est pas le paradis, ça y ressemble…

 

 Entre Roche Plate et les Orangers je m’aperçois que je suis à court d’eau… Et voilà encore une erreur de débutante…

Des Orangers à Deux Bras ça descend, je maintiens le cap, en plus je connais cette partie, je suis confiante. Les passages sur les cailloux pour traverser la rivière des Galets occupent l’esprit.

 

Deux Bras : je remplis ma poche, grignote un peu au ravito et repars. Je suis à mi-course et je sens que j’ai déjà bien donné dans la 1ère partie, mais j’ai toujours le

moral à bloc.

… et il va en falloir, du moral, pour grimper jusqu'à Dos d’Ane… je prends sur moi mais ça commence à être dur, cette montée est vraiment éprouvante.

Enfin la route de Dos d’Ane… mais ça monte encore… il faut rejoindre le Piton Fougères… ma descente aux enfers commence…

Je me retrouve en quelques minutes au bord de l’épuisement, le corps ne suit plus, je l’ai trop poussé sur les 30 premiers km, il me lâche… C’est là que je comprends qu’une mauvaise gestion de l’effort se paie cash.

Je me fais énormément doubler, 2 filles me passent, mais je suis tellement aux abois que ça m’indiffère. Tant bien que mal j’arrive au point haut, mais la descente s’avèrera tout aussi douloureuse, j’ai les quadriceps complètement cramés.

Kiosque d’Affouches : je n’ai plus qu’une envie : manger, retrouver des forces. Je m’arrête longuement, repense aux arrêts éclairs sur les précédents ravitos, encore une belle connerie…

Je repars, je n’arrive presque plus à courir, j’ai si mal… une vétérante arrive à ma hauteur et m’encourage, j’arrive à accrocher le wagon jusqu’au Colorado mais ensuite je lâche.

La descente sur la Redoute est un calvaire : je le vois pourtant ce stade, mais il est encore si loin !!!

Jamais je n’avais encore senti mon corps aussi douloureux, partout, et pourtant, malgré tout, au fond de moi je sais que j’y arriverai, en rampant s’il le faut, mais je vais le faire.

Je pense à Nico qui fait le double de kilomètres, ça me parait complètement insensé, comment peut-on faire ça ???

Enfin la route, plus que quelques centaines de mètres avant le stade, j’oublie les douleurs comme par magie, je savoure, j’entre sur le stade, je craque sur ces dernières foulées, les larmes m’envahissent...

C’est la fin de mon calvaire mais c’est surtout l’aboutissement d’une aventure incroyable, une rencontre avec moi-même, un challenge que j’ai réussi : je viens de courir 60 km et 4000 D+ !!!

 

La vétérante arrivée quelques minutes avant est là, je tombe dans ses bras, le corps secoué de sanglots, le bonheur m’envahit, la fierté aussi : je pense à mes petits bonhommes, à Nico qui croit en moi, à mes parents, ma sœur derrière leur PC…

...je me revois achetant mes pompes un an plus tôt, mon ventre était tellement énorme que je ne voyais plus mes pieds !!! 

Jean-Yves arrivera 1h plus tard, en ayant super bien couru, emballé par sa visite sportive des cirques, et Nico bouclera sa diagonale (et 1er ultra) en 33h, en très bon état.

 

 

Cerise sur le gâteau : en 12h09, je finis 8e féminine et 4e en Senior, et 81 sur environ

600 au scratch.

Mais au-delà de ces chiffres, je sais que cette course n’est que la 1ère d’une longue

liste, je viens de découvrir ce que j’aime : le challenge physique et mental.

J’ai souffert et pourtant je ne pense qu’à remettre ça.

Près de 4 ans plus tard, j’ai énormément appris et progressé au fil des courses, les distances s’allongent peu à peu, et je m’éclate toujours autant, et même plus puisque je sais me gérer maintenant !

Et je retournerai à la Réunion, c’est sûr, faire ma diagonale…

7 commentaires

Commentaire de moumie posté le 12-04-2008 à 19:48:00

merci maïlys de nous faire partager ton premier trail, dans un cadre magnifique.

Pour un premier, on peut dire que tu as commencé fort. bravo.

Commentaire de taz28 posté le 12-04-2008 à 19:54:00

Peu importent les années, le grand raid est toujours un grand moment !! Et raconté comme tu le fais si bien, avec tes douleurs, tes erreurs, puis tes joies et ta fierté !! Merci d'avoir remonté le temps pour nous raconter cette première expérience forte et superbement terminée ...

Bravo Maylis !!

Taz

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 13-04-2008 à 15:13:00

Cela valait le coup de nous raconter ce raid même après ces années. Merci de nous faire rêver. Félicitations pour ta belle petite famille.

Commentaire de le_kéké posté le 14-04-2008 à 20:02:00

Merci Maïlys de nous raconter ce premier raid, quelle belle aventure et déjà quelle belle perf, un bien beau récit, comme d'habitude.

A+ Philippe

Commentaire de may posté le 15-04-2008 à 20:43:00

Bonsoir Maï,
tu me fais toujours autant rire!
4e SF pour un premier ultra sur lequel tu "n'as commis que des fautes de débutant", et quel ultra! Bravo, tu sais combien je te trouve super forte, sans blague!!! je sens que tu vas nous faire une belle surprise à la CCC... encore mieux qu'en 2007, je l'espère vraiment!
à défaut de réussir à se voir en France, on devrait songer avec boucler le grand raid... en 2010 peut-être...
Biz à toi,
May

Commentaire de co14 posté le 27-10-2008 à 17:39:00

Merci de nous faire partager ce qui fut ta joie, tes souffrances, ta fierté...merci de nous prouver à tous qu'avec beaucoup de volonté d'enthousiasme rien n'est inaccessible...ton récit, ton sourire, vont m'être utiles dans mes moments de doute et de difficultés sur mes prochains objectifs....bravo

Commentaire de Ben64 posté le 25-04-2009 à 00:15:00

Franchement Mailys c'est la classe!

Je rêve de faire la Diagonale des Fous. Mais si j'ai un jour les moyens d'aller à la Réunion, c'est sûr je fais le grand raid.

A bientôt.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !