Récit de la course : La Foulée nature du Crossey - 8 km 2009, par Génep

L'auteur : Génep

La course : La Foulée nature du Crossey - 8 km

Date : 18/10/2009

Lieu : St étienne De Crossey (Isère)

Affichage : 1188 vues

Distance : 8km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les Foulées de Crossey – 8 km et 260 D+

Ce matin, direction St Etienne de Crossey à 20 min du QG pour découvrir cette course avec les copains.

Je vais essayer de profiter de la fameuse surcompensation après le 10 km de Romans. Le hic c’est que j’ai pris un bon coup de froid mercredi et que depuis je suis un peu flagada.

Tant pis, je vais tenter, ce n’est que 8 km.

 

Je retrouve les joyeux lurons (Renaud, Stéphane, Christian *2, Pepe, René et Gilles, …), on se réchauffe : ce matin, les gants sont de rigueur ! La Grande Sure légèrement grisée par les flocons veille sur nous.

Les jambes ne sont pas mauvaises mais je suis bien pris côté bronche avec ce froid.

D’ailleurs, les montées à l’échauffement ne sont pas terribles.

C’est l’heure de se placer sur la ligne : un joli peloton de 160 coureurs sur le 8 km et presque 200 sur le 19 km, beau score ! Les organisateurs ont eu la bonne idée de faire partir le 19 km 10 minutes avant.

Pan ou plutôt « c’est parti » glissé à la première ligne (j’étais en seconde ligne avec René et Gilles).

Du coup, on est tous surpris et au bout de 50 m, on se tape le pied mutuellement avec un coureur et je me retrouve au sol assez lourdement à faire une roulade (ou un triple axel, note technique : 10)  avec une forêt de jambes qui manquent de m’écraser. Je me relève rapidement sans avoir trop compris ce qui m’est arrivé !

Sacré départ et une première pour moi ! Je remonte en grandes enjambées pour me placer dans le groupe de tête. Je n’ai pas le temps de penser à ça mais je fais déjà un sacré effort.

Je suis calé dans un groupe d’environ 5 coureurs.

Cette fois, c’est ma ceinture cardio qui glisse lentement mais sûrement sur mon thorax (à cause de ma roulade ?). Elle me gène et je n’ai vraiment pas envie de la remettre en place toutes les 10 secondes. Je la confie à un signaleur qui me la récupère gentiment.

La course commence enfin

 

Finalement, nous sommes finalement 2 à nous échapper dès la première descente sur route, personne ne suit ou reste à proche distance. Le rythme est très élevé et je ne me sens pas de maintenir cette cadence longtemps. L’équation est simple : soit il est parti trop fort à la vue des montées qui doivent bientôt arriver soit il est très fort !

J’ai rapidement ma réponse au terme de la première longue montée raide où il lâche prise nettement. Une relance suit et un coureur revient fort.

Au km 3 environ, je vois Sandra qui nous encourage. On prend à gauche et la pente se relève à nouveau.

Il est impressionnant en montée dans une petite foulée rasante et très dynamique.

De mon côté, ce n’est pas la grande forme cotée montée (et je ne suis pas spécialement préparé pour en ce moment). Je ne vais pas pouvoir tenir longtemps.

D’ailleurs, il l’a bien compris et pose des petites accélérations qui me font vraiment mal. Je tiens une fois, deux fois puis à force de s’accrocher et de  serrer les dents dans un souffle trop court, je cède du terrain.

Mais je dois rester à une distance réduite si je veux faire un « truc » aujourd’hui.

Je m’y emploie mais il s’éloigne.

 

Heureusement, les relances suivantes me permettent de réduire l’écart. Ma seule chance de revenir sur lui et éventuellement de repasser devant est de faire les descentes à bloc.

Dès la première descente assez technique et raide, je reviens très rapidement. J’envoie du bois et il a beaucoup plus de mal dans cet exercice.

Frustrant sûrement pour lui mais j’en profite. Je me fais vraiment plaisir dans ces chemins puis dans un pré où les vaches nous observent (je n’ai pas su interpréter leur regard : ahurissement, incompréhension, ?... )

Je creuse l’écart en prenant une bonne avance.

Sur les replats et relances, il ne revient pas et il perd encore un peu de terrain.

Au ravitaillement du km 6 environ, il est assez loin et René (un collègue du club) est bien revenu. Bigre, il est en forme aujourd’hui ! Je dois désormais passer cette dernière montée assez exigeante pour m’imposer.

Dans ma tête, je me dis, c’est pas ton fort aujourd’hui la grimpette, il va forcément revenir petit à petit mais j’ai fait un joli écart. S’il revient, il aura fait un gros effort qu’il va payer sur le final (je dis ça pour me rassurer hein )

Il revient sur moi très rapidement alors que 10 secondes avant il était (ou plutôt j’étais) hors de portée. Pfff, c’est pas possible, je vais me faire manger à cette allure !

Mais alors qu’il est à 10 m de moi et que l’arrivée est dans 500 m, je me fais violence, je relance sans me retourner et je m'impose en 31 min 57 ! Une première !

 

Il termine finalement à 15 petites secondes  (il m’expliquera avoir tout tenter pour revenir).

René n’est pas loin du tout (30 secondes environ et réalise une superbe course).

 

Malgré la souffrance de la montée, on s’est livré à un très joli mano à mano.

 

Très content même si ce n’est qu’une course locale avec un plateau en conséquence.

J’ai pris beaucoup de plaisir avec un organisation très sympa et bon enfant (il faudrait juste annoncer le départ de façon plus audible si je peux me permettre ).

Le parcours est d’ailleurs vraiment de qualité. J’imagine que le 19 km est très agréable. Peut être l’an prochain ?

 

Les copains du 8 puis du 19 km arrivent.

Une boisson chaude, des habits chauds et des sourires.

 

Une belle matinée au pied de la Chartreuse (non pas au pied de la bouteille même si j’en connais qui était prêt à la gravir ).

Maintenant c’est repos, on recharge les accus pour l’Ekiden de novembre puis les 10 km de Vénissieux pour enfin terminer cette première partie de la saison avec le frangin en duo sur la Saintelyon.

 

 

 

 

 

 

4 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 18-10-2009 à 19:59:00

Wouah c'est mieux qu'une course de F1 !
Merci pour ce récit de vainqueur !

Commentaire de le_kéké posté le 18-10-2009 à 20:28:00

Yeah, quand on a la forme, tant qu'à faire une petite course au saucisson au palmarès ça fait jamais de mal !!!
Bravo champion quel frite en ce moment et bien joué d'avoir géré ce départ un peu difficile et tenu la place jusqu'au bout car ce fut pas si facile.
Si le frérot il avance aussi vite ça va faire mal à la sainté, RDV là bas mais je crois pas qu'on aura le temps de discuter au rythme où tu vas me doubler !!!

Commentaire de firgon posté le 18-10-2009 à 22:01:00

Rigolo de lire la course depuis un autre endroit du classement. Ravi de voir que la descente était quand même "technique". Si jamais tu donnes des cours... je suis preneur :)
Bravo pour ta victoire !

Commentaire de Philippe8474 posté le 20-10-2009 à 09:16:00

Je le répète: T trop fort!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !