Récit de la course : Trail des Bosses - 16 km 2010, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Trail des Bosses - 16 km

Date : 20/6/2010

Lieu : Champagnole (Jura)

Affichage : 874 vues

Distance : 16km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5 autres récits :

Je roule ma bosse

Je roule ma bosse.

Ca y est, je me relance sur un trail.

La montée du crêt d’eau dans l’Ain me paraît trop rude pour moi, je me rabats sur le trail des bosses à Champagnole dans le Jura.

Je voulais faire cette épreuve il y a 3 ans, mais je m’étais fêlé une côte en faisant un exercice de corps à corps. Rien de sexuel là dedans mais tout simplement un  passage obligé avec l’armée par une journée de KAK, de corps à corps.

 

 

Me voilà donc par cette matinée très fraîche dans la France Comté.

Ca caille et certains ont ressortis les gants.

Beaucoup sont en longs aussi bien le haut que le bas.

 

Je m’inscrits pour les 16 kms. Il y a aussi un 38 qui part bientôt.

Sur le bulletin il n’y a pas de champ pour le club, tant pis.

Je pose ma pub pour la ronde des grangeons et quelques calendriers des courses dans l’Ain.

Le temps de récupérer mon dossard et une bouteille de limonade et je taille au départ du grand format.

 

Dawa Sherpa est là en parrain et coureur.

Je n’ai pas vu Fulgurex qui était sur le kivaou.

Il y a un kikou sur cette distance : Mame.

 

 

 

Les voilà parti et à notre tour de nous préparer.

Sur le parking un paquet de chien sont autour d’un camping car. Ils chouinent en attendant leurs maîtres.

 

De retour sur la ligne de départ, je suis plus préoccupé à faire des photos que j’oublie de déclencher mon chrono à l’annonce du départ.

 

 

Cela démarre doucettement.

 

 Nous rentrons vite dans les sous bois tout en montons régulièrement.

Cela est gras. C’est normal vu ce qui est tombé ces derniers jours.

Il faut faire gaffe aux racines car ça glisse.

A une intersection de m’arrête pour photographier en me décalant sur la gauche.

Une fille bifurque à gauche. Non, c’est pas par là. Oui je sais mais c’est pour un arrêt pipi.

 

Cela monte de plus en plus et je continue en doublant les marcheurs.

Je me retourne souvent et finalement tire le portrait toujours des mêmes.

 

Ca redescend maintenant et faut faire attention de ne pas se ramasser.

Des cyclistes nous encouragent.

Nous sommes sur la route et nous arrivons aux Chamois.

 

A droite un petit chemin nous rappelle que l’on est sur un trail.

Etroit, pentu, boueux.

Nous passons dans une porte fortifiée, sympa.

En haut la première jonction avec le grand parcours s’effectue.

Ils sont partis une demi heure avant nous et certains arrivent en face au taquet.

Nous passons une chicane de barrières. Des vaches nous regardent.

 

Nous redescendons un petit sentier piégeux avec cailloux, racines, boue.

Un cours d’eau est en contrebas.

 

 

 

 

 

Nous arrivons à la station de pompage..

Quel bruit, quelle beauté.

J’ai du mal à repartir, je suis tombé amoureux de cet endroit.

Un panneau raconte la naissance de la rivière d’Ain, ici.

 

Des gars du 38 nous rattrapent. Il y a Mame parmi eux.

Les parcours se reséparent.

 

Nous descendons pour repasser au dessus de l’Ain. Des gorges vraiment étroites. Ce sont les pertes de l’Ain.

Après le pont un photographe nous tire le portrait.

 

 

 

Bientôt un groupe arrive au taquet. C’est les premiers su 38. Il y a Dawa en 2° position à l’affut.

T’as vu c’est Dawa Sherpa, dis-je au photographe.

Oui, t’as qu’à le suivre.

Ah non.

Pourtant il a une gastro.

Je voudrai bien avoir une gastro et courir comme lui.

 

Le groupe disparaît dans les marches qui nous font remonter de l’autre côté de la rive, côte Martinet.

 

Nous approchons maintenant de l’usine électrique des Forges.

Un escalier nous mène en bas.

 

Le ravito est là et surprise, Camille est là. Salut !

Je ne l’avais pas reconnu.

Un coup de coca et je repars.

 

Cela remonte secos et en petite foulées, j’en double quelques uns mais je n’arrive pas en haut sans avoir marché.

 

 

 

 


Je redémarre ne haut en doublant encore des gars.

Un d’entre eux attend son copain.

Il arrive lui dis-je.



 

 

 

 

 


 


Ca descend et je manque d’aller tout droit.

Virage à droite au dernier moment. Le signalement avec la flèche par terre limite.

Un petit chemin boueux, piègeux avec ses racines, me fait ralentir.

 

 


Une nouvelle séparation entre les deux parcours survient.

C’est à droite pour nous.

Je sais pas où tu vas me dit un bénévole. Je ne vois pas ton dossard.

Un peu brusque le gars.

Je lui réponds que je vais où je veux.

Non, je blague, je fais le 16.

Il ne rigole pas trop le bougre.

 


Nous arrivons vers une curiosité : la roche des Sarrazins.

On passe dedans mais pas sans encombre.


 

 

Il y a de la caillasse et je me retrouve sur le U, les mains par terre pour freiner ma glissage.

Faut faire gaffe aux chevilles car les cailloux sont proéminents.

On s’accroche aux branches pour ne pour ne pas valser. Je rattrape un groupe de trois que j’avais vu au départ.

Ils sont de l’Ain. Il y a François Bernard de Sportnat01.

Il accompagne les deux autres dont une fille.

L’autre gars est un basketteur qui court son 1° trail.

Il n’a pas choisi le plus moche, lui dis-je.


 


 




 

Nous arrivons ensemble au 2° ravito dans un parc où trône un joli château.

Des chevaux font les fous dans leur enclos.

Un petit coucou aux bénévoles et nous repartons.

Nous passons de nouveau sur l’Ain à Syam.

Des gens nous encouragent avant que l’on disparaissent dans les bois.

 

Nous entamons la 3° et dernière bosse pour finir les 800m de D+.

C’est dur car il y a quelques relances et cela yoyote.

Je discute encore un bout avec François et je le laisse car derrière ça ne suit pas.

 

J’en bave un peu maintenant surtout par l’itinéraire usant où il faut lever les trails.

Cela va redescendre.

Un arbre me fait baisser la tête, un autre qu’il faut enjamber.

 

Nous voilà sur le chemin de retour, j’entends la sono.

Un passage devant la cabane du chasseur et Champagnole est là.

 

Je franchis la ligne avec mes compagnons pas loin derrière.

Ca y est c’est fait, premier trail.

Une petit photo souvenir et on taille au ravito.

 

Les traileurs du grand format ne sont toujours pas arrivés.

Sherpa arrivera en 3° position en 3h15 à 6 minutes du premier.

Je repars du Jura super content de ce trail.

Vraiment de la bombe.

9 commentaires

Commentaire de Francis31 posté le 30-06-2010 à 12:53:00

Sur ce coup, tu n'es pas trop bavard Gilbert ;)

Commentaire de CROCS-MAN posté le 30-06-2010 à 13:49:00

c'est vrai ça!

Commentaire de lulu posté le 30-06-2010 à 13:54:00

J'le lirais pendant des heures !!
J'adore.........

Commentaire de Gibus posté le 30-06-2010 à 20:34:00

Voili voila avec le texte et qques photos

Commentaire de lulu posté le 30-06-2010 à 21:06:00

C'est mieux avec les photos même si c'est plus long !!
BRAVO à toi.
A +

Commentaire de Lolotrail posté le 30-06-2010 à 22:40:00

C'est vrai que la course était belle malgré la boue! Paysages magnifiques... Pour ma part, je n'ai pas vraiment pris le temps de tout photographier comme toi mais l'idée est sympa, heureusement que tu l'as fait !

Commentaire de Eric Kb posté le 01-07-2010 à 08:06:00

Merci Gilbert, ça fait chauffer l'ascenseur toutes ses photos et ça donne envie de le faire !!!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 01-07-2010 à 08:09:00

Super ballade Gilbert, merci.

Commentaire de Mame posté le 01-07-2010 à 10:30:00

Merci d'avoir restituer l'ambiance de ce trail au travers de toutes ces photos : j'ai été également complêtement séduit, pleins d'images dans la tête... A une prochaine

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !