Récit de la course : La Ronde des Grangeons 2010, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : La Ronde des Grangeons

Date : 5/9/2010

Lieu : Amberieu En Bugey (Ain)

Affichage : 724 vues

Distance : 15.5km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

Engrangeons 9 côtes.

Engrangeons 9 côtes.

 

Cette année ce sera dur.

En effet des difficultés sont rajoutées dont la montée vers les ruines du château de Saint Germain.

La 12° édition de la ronde des Grangeons à Ambérieu en Bugey est ouverte.

 

La préparation se fait bien sur quelques mois avant et les derniers jours les bénévoles sont mis en place sur le tableau.

Mon club, Ambérieu marathon, est organisateur.

 

Le samedi l’accueil est mis en place devant le club house.

Distribution de tee shirt et bouteilles de vin mais aussi du dossard.

Les marcheurs et les coureurs viennent aujourd’hui pour éviter la cohue de demain.

 

Chacun donne du sien pour que tout soit nickel.

Nous préparons les enveloppes des coureurs par ordre des numéros de dossards.

Tout se passe donc bien pour accueillir plus de 500 coureurs et 1800 marcheurs.

 

Le dimanche, je suis préposé aux navettes.

Un service de bus gratuit est mis en place sur le parking de carrefour market à Ambérieu pour rejoindre le moto cross, lieu de la dite ronde.

 

Pas mal de gens ont répondus présents à cette nouveauté et les cars sont pleins faisant penser aux taxis brousse en Afrique.

 

Je monte à mon tour en caisse. Ca bouchonne pas mal et je prends un gars en stop.

Jean Luc et Pétar me font tourner à gauche et Pierrot me dit de me garer près des autres organisateurs.

 

Un petit tour pour dire bonjour. Tout le monde est très occupé et concentré sur sa mission.

 

Je pars m’échauffer avec Fabien et je rencontre des milliards de gens que je connais.

L’heure est proche et tout le monde se rassemble près de la ligne de départ.

 

1800 marcheurs sont déjà partis à l’envers du sens des coureurs.

Nous sommes plus de 500.

Je cherche les gars de club.

Je vois les gars de la base aérienne. Francis est là également avec Sylvain01.

Xavier18 est prêt à en découdre. Il est placé devant ainsi que Romuald notre jeune junior.

 

Le départ est donné sans coup de feu.

Je suis avec Cédric et Patrick, mais aussi Véro et Anne.

 

Nous entamons la boucle du parcours de santé pour étirer tout ce bô monde.

Nous zigzagons à droite et à gauche des différents agrets en bois.

Un petit passage près de l’accrobranches tenu par Steph, Jean Philippe et Fred entre autres.

 

Christophe Chapuis me double juste avant le retour sur la zone de départ arrivée.

Allez Gilbert !

 

Je suis à côté de Anne et Serge Rapy nous tire le portrait.

Plein de gens encouragent et nous les entendons encore longtemps après avoir traverser la route et rentrer dans le bois.

Cédric, Patrick et moi suivons en escorte Anne.

 

Nous passons devant le premier grangeons où Baptiste et sa femme nous acclame.

Nous descendons au taquet dans la caillasse puis tournons sur la gauche pour remonter sur le chemin.

Cédric a un peu lacher.

C’est maintenant un petit morceau de plat avant la grande descente vers le lac Bleu.

 

Nous passons la passerelle.

Un gars est à côté de moi. C’est maintenant que ça commence lui dit-je.

Nous attaquons la montée et je suis Anne.

Nous doublons pas mal de gens et avec sa petite foulée efficace nous arrivons au sommet en ayant mis un vent à quelques uns dont certains marchaient déjà.

 

La nouveauté cette année c’est que nous tournons à gauche vers les ruines du château de St Germain.

Ca monte sec dans la caillasse.

Dans le virage Gérard nous ravitaille.

La montée suivante va en dégouter certains.

Tout le monde marche les mains sur les cuisses.

 

Pas le temps d’admirer le paysage et Ambérieu vu du haut, nous repartons en petites foulées.

Allez Gibus !

Je n’ai même pas vu qui m’encourageait.

 

Cela redescend entre les racines en serpentant.

Nous rejoignons la caillasse et re tapcul.

 

La suite est une mono trace en faux plat.

 

La descente arrive, terrible.

Il faut faire gaffe où l’on met les trails.

 

Ce sentier creusé se termine et nous tournons à droite sur un chemin plus large où nous pouvons allonger la foulée.

Anne me sème et rattrape Patrick qui est tombé. Il saigne de la cuisse mais ça a l’air d’aller.

 

C’est vraiment dur de tenir le rythme car on dévale ceci assez vite.

Il faut se réserver car en bas c’est la fameuse montée de la tour de Gy.

 

On y est et nus croisons déjà les premiers marcheurs.

Patrick est derrière Anne et un gars est entre eux et moi.

 

La montée est traitre car elle lève de la tête petit à petit et le pourcentage s’accentue au fil des mètres.

Le gars devant moi craque en jurant : Et merde !

Il marche. Je le passe et rejoint le duo de mon club.

 

Nous arrivons tous les trois en haut mais la descente va encore me laisser seul.

Va falloir travailler ça car dans tous les trails je me fais semer dans les descentes.

 

Bref je dépasse quand même un gars mais Anne et Patrick sont loin.

 

De retour sur la route j’ai un coup de bambou et je n’arrive pas à recoller.

Des marcheurs récrient Anne en lui disant : 3° féminine.

En passant je leur lance : alors je suis 4° femmes. Rires.

 

J’arrive à recoller avant la descente vers les Echelles.

A force de jouer de l’accordéon, je vais me prendre une valse.

 

En bas nous sommes comme des protecteur d’Anne avec Patrick devant et moi derrière.

Trois avec le même maillot.

Ca ne va pas durer.

 

La remontée sur le macadam va avoir raison de moi et je lâche du lest.

Nous quittons la route pour entrer dans le pré pentu près d’où habite Stephane.

 

Soudain je rattrape Patrick qui marche. Il a craqué.

Je l’encourage mais rien ni fait il est en panne.

 

Jean Yves Moissonnier est à mes côtés maintenant.

Il fait la course en dilétante et aide les coureurs par ci par là.

Vraiment sympa ce mec qui a déjà gagné la ronde des Grangeons.

 

Il m’aide sur la fin en me disant de tirer sur les bras et d’insister jusqu’au bout de la montée.

 

De retour sur la route je rattrape un gars de la base qui est dans la marine.

Eh ho la marine !

Oui, j’ai garé mon bateau pas loin !

Rires.

Nous arrivons tous ensemble au rond point.

Jean Yves s’arrête, il attend son pot’ Christian Durrafourg pour accompagner Véronique.

 

La descente est belle pour moi, pour une fois et en bas les marcheurs nous encouragent encore.

En plus ce n’est pas gènant pour nous car ils se poussent sur le côté, sympa.

 

Nous rentrons dans le parc du château et je relance la machine.

Cette bâtisse appartient à la famille du général De Gaulle.

C’est bien d’avoir ouvert ces grilles pour traverser cette enceinte juchée sur les hauts d’Ambérieu.

 

Petite descente et nous remontons dans un petit chemin.

En haut c’est un moment de répis qu’il faut apprécier car ce qui va suivre n’est pas de tout repas.

 

Je croise Looping et son épouse juste avant cette difficulté.

Allez Allez, super.

 

Ca y est, nous sommes en bas de la longue montée la 7° depuis le début.

Beaucoup de marcheurs sont là car il y a un ravitaillement et ils prennent leur temps, les veinards.

 

Je m’obstine à courir et finalement je vois que le gars à côté de moi marche et va aussi vite.

Je fais de même, mais juste après que Pascal de Photogone nous ai tiré le portrait.

Allez Gilbert, salut Pascal.

 

Je repars assez vite en courant et je rattrape de nouveau Patrice qui joue au yoyo.

Il me sème dans les descentes et je le rattrape et le double dans les montées.

 

Ca y est nous arrivons (enfin) en haut.

Gilles et de nouveau Gérard sont là au ravito.

 

C’est maintenant un long faux plat descendant qui s’offre à nous.

C’est là qu’il faut tout lâcher lui dis-je.

 

J’éteins mon cerveau en ne pensant pas à ce qui nous attend encore.

Je rattrape Patrice.

Un gars de Balan me passe juste avant d’aborder le passage dans l’herbe puis la côte de Douvres en sous bois : 400 mètres ouf ouf.

Tout le monde est à la queue leu leu.

C’est l’avant dernière difficulté et elle fait mal.

 

Je repasse le gars de Balan et devant je vois le marin et un autre.

L’écart reste le même sur le faux plat qui suit cette montée.

Cela redescend maintenant vers le carrefour des chemins de tout à l’heure.

Il faut faire gaffe aux racines surtout avec la fatigue.

De nouveau Gilles est là : Allez Gibus.

Gérard et Pascale me tende de l’eau.

Je n’en prends pas.

Le chemin est plus carrossable et on allonge la foulée.

Les 2 de devant reste éloigné et je crains un retour de derrière.

Rien ne vient et c’est la terrible dernière côte qui vient.

 

Nous bifurquons à gauche après une petite descente et nous nous enfonçons dans le sous bois.

Le gars de devant marche, j’en profite pour le passer à donf.

Ca grimpe maintenant secos.

 

Une ribambelle de coureurs sont les uns derrière les autres.

Ca sent la fin et l’écurie.

 

Je rejoins mon pote marin et je le passe en même temps que d’autres.

Je redouble la fille qui m’a passé dans un épisode précédent.

Hervé de l’EAB peine en marchant. Et hop, je le passe aussi.

 

C’est le dernier tape cul, d’enfer.

Je force vraiment pour courir et passe encore un gars avant le dernier virage à gauche.

Je tire sur les bras à fond et passe la ligne.

Je m’appuie sur les barrières complètement cuit par ce final de ouf.

Je termine pas loin de Anne qui est passé 2° sur le final. Christophe Chapuis est 2,3 places devant moi, étonné de me voir là.

On se congratule en récupérant.

 

Tout le monde est d’accord pour dire que là c’est vraiment terrible cette ronde avec les difficultés en plus.

Patrick arrive quelques temps après. Patrice a éclaté sur les 2 dernières côtes.

 

Je retrouve Nono avec qui je sprinte souvent sur les cross. Il prépare le marathon de La Rochelle.

 

La douche va me faire du bien.

Direction la petite bière de récup.

 

Les marcheurs arrivent petit à petit, plus ou moins avec 2 grammes dans chaque poche.

 

Remise des récompenses. Je suis avec Pascal qui tire le portrait de tout ce beau monde.

Les 20 premiers et 20 premières sont appelés sur le podium.

Tout le monde se connait et c’est dans la bonne humeur que se termine cette 12° ronde des Grangeons avec un record battu, celui des particpants.

Nico01 est 3° derrière les Untouchables ElYazid et Kaïs qui ont terminés main dans la main en 1h05.

 

Les tee shirt jaunes 2010, sont ravis et prêts à revenir pour la 13° en 2011.

 

4 commentaires

Commentaire de lulu posté le 31-10-2010 à 18:29:00

Bravo à toi, je vois que la caisse revient.......
A +

Commentaire de yves_cool_runner posté le 31-10-2010 à 19:13:00

Le Gibus est en pleine bourre, va p'têt aussi venir sur le challenge Transju... Tu te rappelles qu'on doit le faire Lulu ??? Ah, au fait, j'ai enfin compris ce que veut dire GIBUS, rien à voir avec un galure, c'est l'acronyme de : Grand Intelligent Beau Utile et SUPER !

Commentaire de Gibus posté le 31-10-2010 à 19:16:00

N'importe quoi...

Commentaire de Cyrille posté le 15-07-2011 à 11:36:56

Salut Gibus,
Comme je viens de recevoir un mail de Kikourou m'informant que tu t'étais inscrit au kivaou de l'édition 2011, j'en ai profité pour lire ton CR. Très instructif, je ne savais même pas que c'était sur chemins :) Si tout va bien, pas de blessure et tout, je serais au départ le 04 septembre ;)
A bientôt.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.23 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !