Récit de la course : La Ronde des Grangeons 2011, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : La Ronde des Grangeons

Date : 4/9/2011

Lieu : Amberieu En Bugey (Ain)

Affichage : 784 vues

Distance : 16.2km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

10 autres récits :

Il y a de belle musculature.

Il y a de belle musculature

C'est la 13° ronde des grangeons. Ca porte malheur ou bonheur, c'est selon, mais c'est la première fois qu'il y a un trail de 44 kms.

Première édition qui s'annonce costaud car il y a 2640 m de D+.

J'ai hésité avant de me rabattre sur la ronde de 16 bornes.

Il y a la suite de la saison sur laquelle j'ai basé les courses du challenge de l'Ain de la montagne donc pas le moment de s'écarter au risque de se blesser.

 

Les jours précédents nous sentons l'échéance arrivée et les membres du club d'Ambérieu marathon mettent la main à la papatte pour aider la constitution de cette de ces épreuves.

Il y a la marche également qu'on oublie facilement. Mais c'est là qu'il y a le plus de monde : 1800 marcheurs environ. Avec les 400, 500 coureurs habituels de ces dernières années, cela fait quelques 2300 personnes à contenter.

 

Le tee shirt à chacun, technique pour les coureurs  plus la bouteille de vin traditionnelle, c'est pas mal pour le prix de l'inscription toujours trop chère pour certains.

Les randonneurs ont une dizaine de ravitos en solides mais surtout en liquide, ce qui fait la réputation de cette réunion festive.

 

Dimanche matin : je suis aux petites heures sur le parking de Carrefour Market pour diriger les gens vers les navettes qui les montent au moto-cross.

Tout se passe bien cette année car il y a 2 navettes TAM (transport d'Ambérieu) qui tournent.

Les gens qui passent en voiture me klaxonnent. Ceux là montent directos en haut dans le grand bronx pour se garer.

 

J'y arrive à mon tour après mon boulot de pousseur dans les cars comme en Japon.

Je me gare près de l'arrivée et je rejoins mes copains du club.

Pas mal sont affairés aux inscriptions où c'est la cohue. Pourtant hier on a distribué pas mal de dossards mais beaucoup arrivent le matin même pour retirer leur précieux ou même pour s'inscrire tout court au risque de se faire renvoyer dans leurs 22 : cela est limité.

 

Je m'échauffe un peu quand même avec Audrey.

Je dis bonjour à 354 personnes. Toujours sympa ces retrouvailles. La course à pied est une grande famille.

 

Le trail est parti à 8 heures et les paris de savoir si le premier va mettre plus ou moins 4 heures a alimenté les discutions d'avant match.

El Yazid El Madi a déclaré forfait cette semaine suite à une blessure.

Le poulain de Remi Savey est présent quand même en spectateur supporteur. Toujours aussi sympa ce type, la classe.

Nicolas Piannet, le vainqueur du marathon du mont blanc va courir donc sans adversaire à sa portée et va mettre la pattée à tout le monde en … 4h01'31, plus d'une demi heure d'avance sur les deuxièmes.

 

C'est notre tour de partir. Il est dix heures.

Je retrouve mon fameux légionnaire qui veut tout casser sur c'te course en suivant le premier jusqu'à ce qu'il crève, m'as-t-il dit. Il est tout devant et trépigne d'impatience du départ.

Je me place avec les gars de kikourou : koolbibis et Sylvain01. Derrière, il y a les inséparables Dupont de Pont d'Ain. A gauche il y a mes adversaires du challenge : Bernard et Gérard.

 

 

Ca y est nous sommes partis. C'est le traditionnel petit tour du parcours de santé près de l'accro branches. Je me cale derrière Bernard et Gérard mais ils partent trop vite à mon gout.

Je suis avec Sébastien de Viriat marathon lors du 2° passage sur la ligne de départ.

Pierrot nous photographie de même que Serge Rapy.

 

 

La suite de la course va se résumer à des descentes tranquillos pour moi et des montées où je vais donner un peu plus.

 

Je descends vers le lac bleu et plein de gens me doublent. Laisse faire Madeleine.

Cela remonte de suite ce dernier passé.

Et c'est parti dis-je aux coureurs alentour.

Ca monte doucement pour finir par plusieurs paliers à arriver en haut.

Je rattrape mon légionnaire complètement occis.

Parti à donf il craque dans les premières bosses. La route va être longue pour lui.

 

Nous tournons à gauche sur le chemin en pierre et tout le monde marche. Pas moi. Je double, je double et je double Gérard et Bernard que j'encourage au passage.

Les ruines du château de St Germain sont tout là haut.

Ca de mérite et la montée se fait mains sur les cuisses.

 

On relance après un coup d'œil sur Ambérieu en contre bas.

Cela remonte un poil. Je ne m'arrête pas pour marcher et rejoint le petit chemin qui redescend ensuite à travers prés.

 

Nous taillons à droite contrairement aux coureurs du trail qui ont filés à gauche.

Une descente d'un kilomètre nous ouvre les bras. Doucement les basses car ce n'est que le début. Nous croisons les premiers marcheurs qui sont à contre sens.

Sur le bas Catherine me rejoint.

 

 

 

La montée après la tour de Gy en sous bois va en calmer quelques-uns.

 

Nous repartons vers le château de Vareilles. C'est une belle et longue descente.

Nous n'y passons plus et bifurquons sur la droite.

Bernard m'a rejoint mais je le laisse sur place dans la petite montée sur le macadam.

 

De plus en plus de marcheurs nous croisent et beaucoup me saluent dont les filles de la base aérienne que j'ai vues ce matin aux cars.

La petite descente en sous bois précède celle sur la route usante.

Je maintiens le rythme mais je commence à sentir la fatigue.

 

Un moment de répit avant de rentrer dans le champ pour passer devant chez Stéphane et rejoindre la route du haut d'Ambérieu.

La fin est dure car il y a des cailloux qui nous font chasser nos appuis.

Il faut relancer sur la route avant d'arriver au rond point.

Le père de Romuald m'encourage.

 

Je descends le chemin en suivant le gars devant moi, grave erreur.

Car je rentre maintenant dans un moment d'euphorie et je fais la course en descente alors que jusqu'à là je m'étais retenu.

 

En bas nous rentrons dans le château et je continue mon pétage d'allure.

La route puis la remontée dans les taillis vont avoir raison de moi.

Les 2 gars d'Ambérieu me doublent sans un mot, comme d'hab, pas sympa ces 2 là en course.

Je m'accroche à ce qui me reste.

"Il y a de belle musculature" dit une marcheuse .

Le passage sur la route me revigore car Dominique un collègue de boulot me salue : allez grand (vachement original comme remarque heureusement que je ne suis pas noir ou magrébin).

 

La montée suivante est terrible et les propositions des marcheurs de nous offrir le ramequin n'a pas suffit : beaucoup de gens marchent. Les 2 gars marchent aussi. Je cours mais je n'arrive pas à les rejoindre. Ils passent Patrice que je passe également plus haut.

Patrick un ancien collègue de boulot me rattrape et je me relance avec lui.

 

En haut il y a un ravito. Véro me passe un verre d'eau et me dit que c'est à gauche.

C'est là à gauche lui dis-je en montrant la droite. Elle rit et je lui balance le reste de mon verre d'eau. Vengeance me crie-t-elle.

 

Je serre les crocs derrière Patrick en restant au contact jusqu'à Douvres.

Petite montée puis c'est la grosse en sous-bois.

Là on marche et on a du mal à relancer.

Nous doublons quand même un autre qui marche.

 

On recourt. Je commence à avoir vraiment chaud et soif. Qu'est ce qu'il fait lourd.

Nous sommes de retour vers le ravito et cette fois ci je ne fais pas le con.

Je fais signe à Véro que je veux à boire.

Elle me tend une bouteille. Je ne lui jette rien, je bois tout. Je la jette par terre et rejoint Fabrice qui est en train de craquer complètement.

 

Deux petites bosses puis la descente vers le sous bois.

On y rentre et c'est la montée finale.

Je tire sur les bras semant Fabrice.

J'en rattrape d'autres dont Sébastien.

J'alterne marche avec les mains sur les cuisses et course.

Je me force car c'est la fin et redouble d'autre gars.

Le dernier virage est là et je fins juste derrière Patrick que je pousse sur la ligne.

     

 

Presque 5' de plus qu'en 2010. 1h31'45 pour ces 16,2 kms.

Je suis 102°. J'ai quand même bien gérer la course dans l'ensemble.

 

Nous attendons les traileurs des 4 châteaux.

Le premier arrive dans un bel état de fraicheur.

 

 

 

Les autres sont bien plus loin.

 

 

 

 

 

 

 

Yves Moissonnier arrive 2° execo toujours en faisant le pitre.

Suivront Christian Durrafourg, Yannick Legoff, Remi, Sébastien, Patrick, Denis Bousquet et 80 autres.

 

4 gars arrivent ensemble : Jamel, Aurélien et Christophe.

 

 

 

Ils se sont rejoint au 20° kilomètre et ne se sont plus quittés.

 

 

Avec Xavier on est au passage de l'arrivée des marcheurs. Certains ont du mal à comprendre qu'il faut attendre pour traverser car les coureurs arrivent. De plus pas mal de gens partent du parking.

 

Ensuite il y a la remise des prix de la grosse course.

 

 

 

 

 

 

 

La ronde des grangeons se termine. Pour moi demain c'est la rentrée, comme pour les enfants.

Le réveil va chasser ces grandes vacances riches en divertissements.

 

 

 

 

 

 

 

1 commentaire

Commentaire de lulu posté le 27-09-2011 à 13:07:31

Quand même la caisse ce Gibus !?
On te voit à L'IZERNIGHT ???
A +

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !